Partagez | 
 

 A ghost you say... a ghost maybe ! (Grantaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 814
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: A ghost you say... a ghost maybe ! (Grantaire)   Ven 20 Fév - 14:53

Grantaire & Marius
A ghost you say... a ghost maybe !
Cela faisait des jours que Marius Pontmercy était perdu constamment dans ses pensées. Quand il marchait dans la rue, il ne faisait même plus attention à ce qui l’entourés. La seule chose qui envahissait son esprit, c’était le doux visage de sa belle inconnue. Elle ne quittait pas son esprit, elle ne quittait pas ses pensées. Chaque minute que Marius passait loin d’elle, et elles étaient nombreuses, lui déchirait le cœur. Et pourtant, il ne connaissait vraiment rien d’elle, il ne savait même pas son nom. Mais cela ne l’empêchait pas de l’aimer comme jamais il n’avait aimé la moindre femme avant. En même temps, on ne pouvait pas dire que Marius était un homme à femme, un homme à conquête. Il avait des activités bien plus sérieuses en temps normal, comme ses études ou encore la cause qu’il défendant avec ses amis. D’ailleurs, ceux deux choses semblaient s’éloigner de plus en plus de ses objectifs au fur et à mesure que l’homme pensait à la belle blonde. Cela faisait plusieurs jours que le jeune homme n’avait pas retrouvé ses amis dans l’arrière salle du café Musain. Ce n’était pas faut de le vouloir, mais il était plus occupé à chercher la femme qui hantait ses rêves. Il n’y pouvait rien, il avait besoin de la retrouver.

Le jeune homme s’était quand même levée pour se rendre en étude aujourd’hui et y avait passé la matinée complète. Mais sa concentration ne s’était vraiment pas tournée vers le code civil, bien au contraire. Tant pis, ce n’était donc pas encore aujourd’hui que l’homme allait avancer dans ses études, en même temps rien ne l’intéressé en dehors de celle qu’il aimait. Sans elle, il n’avait pas le sentiment de vivre, sans elle, rien n’avait plus d’importance. Quel était beau le romantique qui arrêtait de vivre pour les beaux yeux d’une femme dont il ne connaissait rien et qu’il ne pourrait sans doute jamais connaitre. Marius hésita un instant entre prendre directement la direction du jardin du Luxembourg, en espérant croiser sa belle, ou se rendre au café. Il devait y avoir sans doute des camarades à lui déjà présent, cela serait une bonne chose de croiser un peu ses amis. Et alors qu’il marchait dans la rue, ne sachant toujours pas où aller, son esprit voguant ici et là, il percuta quelqu’un.


« Excusez… »
Commença-t-il avant de lever son regard vers la personne, qui ne lui était pas inconnue. Guillaume Grantaire, l’un de ces camarades. Cela faisait donc plusieurs jours que Marius ne l’avait pas vu. « Grantaire ! Cela fesait longtemps ! »

Et la faute à qui ? A lui bien sûr. Lui qui était à l’origine un étudiant dévoué à la cause, la mettait clairement de côté. Cette simple rencontre l’avait complètement changé, mais il ne s’en rendait même pas vraiment compte en réalité. C’était un peu comme si Marius vivait à présent dans une bulle, une bulle parfaitement hermétique d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: A ghost you say... a ghost maybe ! (Grantaire)   Sam 14 Mar - 15:39

A ghost you say... a ghost maybe !


De toute sa longue vie, Grantaire ne s’était jamais sincèrement épris d’une femme, et ne s’était donc jamais retrouvé dans une situation similaire à celle de Marius. Certes, longue n’était peut-être pas le terme approprié pour un jeune homme de presque trente ans. Si certains diraient à peine, Guillaume, quant à lui, trouvait que c’était déjà bien long. L’âge, selon lui, était un concept totalement surestimé. Comme beaucoup de choses, cela n’a que le sens que l’on veut bien lui donner. Et bien souvent, pour lui, cela n’en avait aucun. Lui-même ne se considérait plus comme un jeune homme depuis longtemps, la naïveté qui accompagnait cette notion lui faisait l’effet de cette nostalgie habitant parfois les yeux et la voix des vieillards. S’il prenait la comparaison de ses compagnons des Amis, il pouvait en tirer à peu près les mêmes conclusions. Enjolras, par exemple (et il n’y avait rien de surprenant à ce que son nom soit le premier à lui venir à l’esprit), lui paraissait bien différents des autres personnes de son âge. Bien que, à ses yeux, leur meneur était un être hors du temps et bien loin de toute comparaison.
Courfeyrac, Jehan et la plupart des autres membres de leur groupuscule, en revanche, ne lui semblaient bien souvent pas plus malins que des enfants. Et encore, certains gamins étaient plus dégourdis que ces étudiants et cela ne serait qu’une insulte que d’en faire le rapprochement.
Marius, en ce qui le concernait, le faisait beaucoup rire. Plus spécifiquement, il le trouvait ridicule. Mais après tout, il trouvait tous ceux avec qui il passait le plus clair de son temps au Musain, avec leurs vains espoirs et leurs idéaux révolutionnaires naïfs, tous ces étudiants sans le sou qu’il considérait comme ses amis, ou du moins ce qui s’en rapprochait le plus…il les trouvait tous plus ou moins ridicules. Il n’y avait donc aucune offense destinée au jeune Pontmercy en particulier.

Il y avait en Grantaire un certain paradoxe. Il ne s’était jamais imaginé avoir beaucoup de valeur, loin de là même, mais cela ne l’empêchait pourtant pas de montrer une condescendance incontestable. Cela n’avait pas grand-chose à voir avec une quelconque arrogance, mais certains sujets lui donnaient simplement envie de rire aux éclats tout en levant les yeux au ciel. En général, les discutions prenant place au Musain étaient la quintessence même de ces sujets. Celui de l’amour était l’un de ceux-là. Jusqu’ici, les Amis n’en parlaient qu’entre deux réunions « sérieuses » - sérieuses dans le sens où ils pensaient sérieusement pouvoir révolutionner le monde- et cela le faisait simplement doucement sourire.
Mais désormais, la rumeur courait parmi eux que Marius, ce cher Marius, aurait fait la rencontre d’une belle donzelle ayant ravi son attention. Ce qui menaçait fort de faire trépasser le sceptique. D’hilarité. Voilà pourquoi lorsqu’il se retrouva nez-à-nez avec le jeune Pontmercy, un grand sourire se vissa à son visage.

« Eh bien Marius ! Trop longtemps, si tu veux mon avis ! » S’exclama-t-il à son tour, le saluant de quelques fortes tapes sur l’épaule.
Dire qu’il lui avait manqué serait fortement exagéré, mais il n’en restait pas moins sincèrement heureux de le croiser. Après tout, si cette rumeur avait pris place, c’était avant tout pour expliquer les absences de celui qui était pourtant peu de temps auparavant un participant assidu à leurs rassemblements.
« Voilà un moment que l’on ne t’a pas vu parmi nous. Qu’est-ce qui peut bien nous priver de ta brillante présence ? » Ajouta-t-il d’un sourire taquin.

Peut-être que ce bruit qui courait était faux. Ou peut-être était-il vrai. R ne voyait pas de meilleure occasion d’en attester la véracité. De manière plus ou moins subtile.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 814
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: A ghost you say... a ghost maybe ! (Grantaire)   Dim 12 Avr - 19:16

Grantaire & Marius
A ghost you say... a ghost maybe !
Marius ne s’était vraiment pas attendu à tomber sur l’un de ses amis alors qu’il était dans la rue. Le plus souvent, il voyait les révolutionnaires de l’ABC dans le café Musain et peu souvent en dehors. Il n’avait donc pas pensé sur le coup que la personne qu’il avait percuté puisse être Grantaire. Mais c’était une belle surprise, parce que cela faisait un moment que les deux jeunes gens ne s’étaient pas vus. La faute à Marius bien sûr, qui clairement avait la tête ailleurs ces derniers temps et qui ne venait pas (ou arrivait en retard) aux réunions de son groupe d’ami. Ces derniers temps, l’étudiant était bien trop occupé par l’obsession qu’il avait vu naître en lui pour cette magnifique jeune femme qu’il avait croisée à plusieurs reprises. Son esprit était complètement tourné vers elle, il ne parvenait pas à penser à autre chose. Alors clairement, il ne se montrait pas digne de son rôle chez les Amis de l’ABC. Il s’en voulait bien sûr, il culpabilisait, mais il ne parvenait pas à changer, à arranger les choses. Dès qu’il tentait, il n’y arrivait pas. Il se doutait bien que c’était parce qu’il ne la voyait, parce qu’elle lui manquait terriblement. Il avait besoin de la voir, il passait son temps à la chercher. Cela s’arrangerait donc peut-être quand il allait avoir enfin l’occasion de la trouver, de lui parler. Ce qu’il n’avait pas osé faire alors qu’il avait encore l’occasion de la croiser au jardin du Luxembourg. Il regrettait tellement de ne pas avoir pris les devants, de ne pas avoir adressé quelques mots à cette jeune merveille alors qu’il avait encore l’occasion de la croiser. Maintenant c’était trop tard et il n’aurait peut-être plus jamais l’occasion de la voir de sa vie. Et rien que cette idée lui arrachait le cœur. Sans grande surprise, Grantaire demanda à Marius la raison de son absence. On ne pouvait pas vraiment dire que ce dernier avait envie de se pencher sur sa vie, parce qu’il savait que nombreuses personnes le prendraient pour un imbécile, comme l’homme devant lui justement. Guillaume était justement le genre de personne qui s’amusait des autres, qui n’hésitait pas à se moquer. Et quelque chose disait à Marius qu’il n’allait pas se retenir dans son cas. Cela se voyait sur son visage déjà, à son sourire taquin qui s’était installé.

« Des histoire sans grande importance. »

Se contenta-t-il de répondre, avec la ferme intention d’éviter le sujet. Et cela même si rien que de penser à la jeune femme pour qui son cœur battait, lui tirait un sourire niais. Elle était tellement belle, tellement gracieuse. Il ne se voyait pas vivre sans elle, il ne voyait plus que de l’ombre dans son avenir si elle ne venait pas l’éclairer un peu. Mais ce n’était pas le moment de penser à la donzelle s’il voulait justement éviter de parler d’elle.

« Qu’est-ce que tu deviens mon ami ? »

Dit-il en venant tapoter à son tour l’épaule de Grantaire. S’ils pouvaient parler de tout sauf de son absence, cela allait l’arranger grandement. Malheureusement, il se doutait que Guillaume était quelqu’un de très curieux et têtu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: A ghost you say... a ghost maybe ! (Grantaire)   

Revenir en haut Aller en bas
 
A ghost you say... a ghost maybe ! (Grantaire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07-ghost, la quête de l'équilibre
» GHOST ISLAND
» Animation Ghost Stories
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Ghost in the shell : un remake en live ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: Hors rp :: Archives-