Partagez | 
 

 Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

Message#Sujet: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Jeu 19 Fév - 17:36

Le soleil se levait à peine sur la ville lumière. La cour des miracles dormait profondément hormis deux des plus fidèles gardes du Roi. « Je sors quelques heures. Je compte sur vous pour surveiller la Cour. ». Les gardes hochèrent simultanément la tête et Clopin se dirigea vers les rues de Paris. Afin de profiter du soleil, le jeune homme choisit de changer son itinéraire ordinaire et prit la route menant au jardin du Luxembourg. Le petit coin de nature lui permettait de se ressourcer et, à cet endroit, il aimait se remémorer ses heureuses années de voyage auprès de son grand-père. Ses plus belles années ! Quand il était encore un enfant joyeux et ignorant de la cruauté humaine.

Clopin s’était arrêté sans s’en rendre compte. Trop plongé dans ses souvenirs autant réconfortant que douloureux. Il releva le buste et reprit sa marche. Arrivé à une fontaine, il plongea sa tête dans l’eau glacée. Le froid finit de le sortir de ses divagations et il se mit à voir le monde qui l’entourait. Enfin, il vit les plantes qui commençaient à bourgeonner et les couleurs encore ternes des plumages des oiseaux, étant donné qu’il n’t avait nulle âme dans le jardin à une heure si matinale !
Il secoua ses longs cheveux argentés encore humide et, tout en les attachant à l’aide d’une broche en cuir, contourna la fontaine et prit le chemin du retour. Les gitans allaient bientôt se réveiller et il faudrait, après avoir mangé, répartir les meilleures places de représentation. Clopin avait mis en place une rotation pour ces zones afin de limiter les contestations et les querelles qui étaient fréquentes et attiraient instantanément les policiers.

« Tiens ! Qu’est-ce donc ? ». Au détour d’une allée, le gitan avait aperçu des courbes féminines qui l’avaient stoppé net. Il recula de quelques pas pour se trouver face à la jeune femme. Ou plutôt, en face du dos de la jeune femme. Jetant des regards alentours, il déduit qu’elle devait être seule et se lança. « Excusez-moi demoiselle. Puis-je vous tenir compagnie un instant ? ». 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Sam 21 Fév - 13:35


Demoiselle, allons voir si la rose
E

lle se laissa réveiller par un frisson glacé qui lui traversa vivement l'échine, un vent qui glaçait sa peau, par endroits découverte par ses haillons déchirés. Il lui fallu un certain temps, alors qu'elle se redressait sur le banc où elle s'était visiblement endormie et avait passé la nuit. Il lui fallut un certain temps pour se rappeler où elle se trouvait, et pourquoi elle était là. Elle se souvenait s'être posée là, fourbue de fatigue, et s'être dit qu'elle ne fermerait les yeux que quelques instants avant de rentrer chez elle. Visiblement, c'était réussi... Elle avait réussi à s'endormir dans des conditions normalement tout sauf propice au plus agréable des sommeils, mais ça n'avait pas grand chose de surprenant quand on en savait un peu plus sur la demoiselle et l'expérience qu'elle avait de la rue. Avant qu'elle, sa soeur et ses parents ne s'installent dans la miteuse masure gorbeau, ils vivaient sous les ponts. Un banc en bois qui semblait dur comme la pierre n'était pas grand chose pour elle, de fait, et pouvait tout à fait s'assimiler à une couche confortable. Dans tous les cas, le réveil était plus compliqué que le sommeil sans rêve dans lequel elle s'était plongée l'instant d'avant, il n'était jamais très agréable que de se retrouver dans cet état d'indécision total, quand on ne savait plus où on se trouvait, ni comment on était arrivé là.

Comment était-il arrivé là, d'ailleurs ? Elle osait à peine l'admettre tant ça semblait ridicule. Elle avait suivi Marius. C'était idiot, hein. Elle avait surveillé à distance celui qui venait surveiller à distance. Elle se demandait pourquoi toutes ces absences hors de chez lui (oui, elle le surveillait un peu, mais à peine, c'est promis), et son comportement, qu'elle avait trouvé changeant. Elle comprenait pourquoi, maintenant, une jolie blonde de la haute, bien belle et bien présentable, lui faisait les yeux doux, et il se laissait harponner avec un docilité franchement navrante... Tout comme elle était franchement navrante dans la façon qu'elle avait de s'accrocher à lui alors que, manifestement, il se fichait complètement d'elle, de son existence, ou du fait qu'elle soit là, dans son sillage, à attendre le moindre regard de sa part, le moindre mot qu'il pourrait lui adresser... Bon, il n'était pas temps de penser à ça. En fait, il n'était jamais temps de penser à ça. Il fallait qu'elle rentre chez elle. Son père était bien capable de la semoncer pour avoir traîné dehors toute la nuit... ou alors, il ne se rendrait pas compte qu'elle était partie, tout dépendait de si il aurait eu besoin d'elle ou pas. Dans tous les cas, il fallait qu'elle se rentre au bercail. Elle se redressa donc, frotta ses bras grelottant pour y injecter un peu de chaleur.
Elle avait fait quelques pas quand on l'aborda. La jeune femme scruta de haut en bas l'homme qui avait eu ce culot.

-Ça manque pas de toupet.
répliqua-t-elle. J'ai pas besoin qu'on m'accompagne, je sais très bien m'débrouiller seule.




code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Mar 24 Fév - 20:41

La réplique de la jeune femme figea Clopin. Il y avait longtemps qu’on ne lui avait pas parlé ainsi. Non que cela lui déplaise. Au moins, elle avait du caractère ! Il la détailla plus hardiment sans prêter attention au regard noir de la demoiselle. Son visage était pâle, certainement dû au temps frais et sombre de ces derniers mois, mais il était plaisant à regarder. Ce n’était pas une beauté à proprement parlé et ses guenilles faisant office de vêtements n’arrangeaient rien à son apparence. Elle était maigre et devait manquer cruellement de nourriture mais elle dégageait un certain charme et une assurance qui plaisait au jeune homme.

« Ca ! » s’exclama-t-il en réponse à la remarque lancée tout en fronçant son nez et présentant un rictus aux lèvres. Il n’avait pas été choqué, le terme l’avait d’ailleurs amusé et il se prit au jeu.

« Laissez ‘Ca’ se présenter dans les règles de l’art ». Le roi fit une courbette devant la jeune fille tout en prononçant ses mots : « Je me nomme Clopin. Clopin Trouillefou. Gitan d’origine et marionnettiste de profession. ».

Le jeune homme se redressa vivement sur ses jambes, il ne voulait pas en dire plus pour le moment sur son statut, et scruta la demoiselle, attendant une réaction de sa part. Il fut choqué. Il avait vu la beauté cachée de la jeune femme mais il n’avait pas remarqué les lèvres bleuis et les frissons réguliers qui faisaient trembler tout ce corps frêle. Comment pouvait-elle tenir debout ? Il se reprit et, sans aucun ton ironique dans la voix, il relança son monologue :

« Veuillez me pardonner. Il est vrai que je n’aurai pas dû vous interpeler ainsi. Mais vous semblez gelée, voulez-vous ma cape ? Elle est chaude et vous réchauffera. ».
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Jeu 26 Fév - 17:17


Demoiselle, allons voir si la rose

a", oui. "Ça".  On est pas forcément très à cheval sur les convenances, quand on est un Thénardier. Sauf quand ces convenances peuvent nous permettre de décrocher un gros pactole, mais ça c'était une autre affaire. Elle n'avait donc clairement pas cherché à imiter les manières des demoiselles de la haute, qui se confondaient en minauderies et en battements de cils pour plaire aux manants, elle ne voulait plaire à personne, de toute manière. Ou plutôt si. Elle voulait plaire à Monsieur Marius, Monsieur Marius qui, justement, perdait la tête pour trois battements de cils. Mais il faut dire, malheureusement, que les yeux qui allaient avec ces cils-là avaient de quoi tourner la tête du premier gentilhomme venu. À côté de cette fille, Ponine passait pour un déchet... Elle l'était peut-être en partie, rebut recraché par une société que sa famille arnaquait joyeusement, et qu'elle avait appris à arnaquer avec eux, puisqu c'était la seule manière de procéder qui soit valable, il paraîtrait. Elle devait peut-être se satisfaire d'être remarquée et séduite par ce bohémien, malgré ses fripes et ses airs transis de froid et affamés. Clopin Trouillefou. Est-ce que c'était seulement un nom, ça ? En même temps, le Jondrette qu'elle accolait à son prénom dernièrement, parce que sa vraie identité faisait tache n'avait pas grand chose de plus crédible. Gitan et marionnettiste. Lui aussi faisait dans la misère et le métier à risque, dans ce cas, de toute évidence. Ce fut pour autant à peine si Éponine réagit aux propos de son interlocuteur quand il se présenta à elle. Il attendait peut-être d'elle qu'elle décline à son tour son identité, mais elle ne le fit pas. La rue lui avait au moins appris une chose bonne et utile : elle n'accordait pas sa confiance à n'importe qui. Pas au premier saltimbanque venu en tous cas, même s'il présentait bien, qu'il n'avait pas l'air (complètement) malintentionné...

Elle aurait peut-être tracé sa route sans sommation s'il n'avait pas ajouté autre chose. Elle lui trouva en effet un regain d'intérêt quand l'homme lui proposa sa cape pour se réchauffer. Ça, elle disait pas, elle savait pas où cette chose avait traînée, mais sur ce genre de choses, ça faisait bien longtemps qu'elle n'était plus très regardante. Du moment que ça tenait chaud... Et elle crevait de froid, elle voulait bien accepter ce présent venu d'un inconnu qui chercherait peut-être à la rouler dans la farine (à force d'arnaquer son monde, on devenait sensible aux arnaques des autres).

-Et vous me demanderez rien en échange ?
demanda-t-elle d'un ton qui ne manquait pas d'être sceptique, en observant alternativement l'homme et la cape qu'il lui proposait. C'est qu'elle était quand même pas loin de frigorifiée.



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Lun 9 Mar - 18:57

Malgré le froid, la faim et la « légère » tension ambiante, Clopin arrivait à s’amuser d’un rien. Que pouviez-vous attendre venant d’un fou dans une telle situation ? Il s’amusait à détailler les mimiques du visage de sa camarade, enfin, de son interlocutrice. L’indifférence tout d’abord lorsque ses yeux avaient jeté à peine un regard d’intérêt sur le jeune homme, la méfiance ensuite quand il se rapprocha d’elle et l’agacement d’entendre ses monologues dans lesquels il arrivait à se servir du seul mot qu’elle avait daignée prononcer. Il remarqua également un soupçon de peur mais surtout une envie poignante lorsqu’il lui avait proposé sa chaude cape. Elle ne devait pas avoir l’habitude d’une telle aide et, voyant son hésitation et malgré le divertissement qu’il avait de la voir en plein doute, le jeune homme retira sa cape de sur ses épaules, la plia et la tendit à la jeune fille. Il était peut-être un gitan, mais un gitan honnête ! Enfin, aussi honnête qu’il pouvait se le permettre… Et il voulait montrer à la demoiselle, à qui il trouvait plus de charme que certaine noble, qu’il ne se jouait pas d’elle.

L’une des rares phrases que la jeune fille accepta de lui adresser le blessa quelque peu dans son amour propre. Lui demander quelque chose en échange ? Mais où avait-elle la tête ? S’il avait eu une envie quelconque de femme, il serait resté bien au chaud dans la cour des miracles, entouré de quelques jeunettes plus en chair !

- Vous demandez quelque chose ? Je n’y avais pas songé… Mais il est vrai que tout se paye en ce bas monde alors, puisque vous m’y inciter… Bon, ma cape n’est pas des plus neuves mais malgré quelques trous et des déchirures, elle continue à bien remplir sa fonction. Sans parler de la capuche qui m’a évité de me geler les oreilles de nombreuses fois. Alors, contre quoi pourrais-je vous l’échanger ?

Clopin stoppa son monologue. Il n’avait cessé d’observer la jeune femme, la cape toujours tendue vers elle. Faisant mine de réfléchir, il tapota son index droit sur ses lèvres pendant plusieurs secondes.

- Allez, je vais vous faire un prix. Votre nom en échange de ma cape de laine. Ma meilleure amie durant ces longs mois d’hiver. Trouvez-vous cela si cher payé ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Mar 10 Mar - 21:36


Demoiselle, allons voir si la rose
D

ans ce monde, on a rien sans rien. C'est du moins ce que l'expérience avait dû inévitablement apprendre à Éponine. Les personnes qui agissaient de façon purement altruistes et désintéressées, elle connaissaient pas. Même celles qui prétendaient ne pas avoir d'arrières-pensées n'étaient pas si irréprochables que cela au bout du compte, parce qu'elles cherchaient autre chose : l'estime, la reconnaissance, les compliments... Il y avait toujours quelque chose. Elle avait grandi sous l'égide de ce grand préceptes, si on veut obtenir quelque chose d'autrui sans rien lui devoir en retour, alors il était indispensable de le voler. Ou de savoir habilement faire croire à la personne en face de soi qu'on lui avait rendu la monnaie de sa pièce. Truander était un art, et la Thénardier, même si elle se serait aisément épargnée une vie telle que celle-ci, avait depuis longtemps appris à faire avec. Elle ne s'attendait pas forcément à ce qu'il lui réclame un dû "en nature", comme on dit chez ceux qui reluquent puis veulent posséder, même si ça ne l'aurait pas surpris. Pourquoi s'intéresser à elle, qui n'avait rien, et l'aider de surcroit, si l'on attendait pas derrière quelques compensations généreuses ? Enfin, si l'homme avait l'air malhonnête, il ne semblait pas l'être sur ce plan là. Et tant mieux. Éponine avait dû concéder à bien des vices aux cours de sa courte existence, mais sa "pureté" (toute impure qu'elle était) était demeurée entièrement intacte. Et elle comptait bien à ce qu'elle la reste. Enfin, en attendant, elle avait toujours froid, et cette cape lui resterait salutaire. Éponine devinait qu'il donnait à cette pièce de laine plus de valeur qu'il ne lui en accordait en réalité... C'était une stratégie qu'elle employait bien souvent pour sa part. Cela donnait l'impression à la personne que l'on truande que l'on se séparait de quelque chose qui avait bel et bien la valeur de ce qui était donné en échange. Et donc, qu'est-ce qu'il allait demander en échange ? La réponse de cet homme eut le don de la surprendre. Son blase ? Son nom n'avait pas la moindre valeur. Et s'il en avait eu un jour, on l'en avait fait changer si souvent que ça ne voulait plus dire grand chose. Son nom, c'était une arnaque. Mais bon, en ce bas monde, même l'identité savait se marchander.

-Vous êtes pas commun, vous.
Elle marqua une légère pause. Éponine.

Le nom de famille, elle ne pouvait pas le décliner... Les Thénardier, depuis qu'ils étaient installés à Paris, se faisaient nommer les Jondrette, par commodité, et encore, quand ils ne changeaient pas à l'occasion, par satisfaire telle ou telle arnaque.

-Et vous, on vous intitule comment ?


En toute logique, elle perdait la cape en lui demandant son nom, qui valait au sien (quoique son nom avait peut-être plus de valeur que le sien, dont on ne faisait clairement que peu de cas)... mais elle était curieuse. Elle était tout de même endroit de savoir qui était cet homme à la générosité qui avait de quoi éveiller ses soupçons.



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Jeu 2 Avr - 17:38

Clopin jubilait. Il gagnait enfin du terrain et effritait peu à peu l’imposante carapace de la jeune femme. Voilà bien trente minutes qu’il la titillait et lui lançait des mots doux alternés de taquineries afin d’obtenir un prénom. Et il l’avait enfin. Un prénom ! Un prénom seul, certes, sans le nom qui était sensé le suivre, mais le jeune homme décida de ne pas s’en formaliser. Après tout, il avait enfin pu obtenir un mot favorable tout de même ! De plus, Il trouvait ce patronyme fort charmant au demeurant et qui seyait si bien à sa nouvelle connaissance. Il ne se fit pas attendre pour l’annoncer à la demoiselle qui semblait quelque peu anxieuse :

- Eponine ! Quel nom adorable ! Et d’une élégance… Savez-vous qu’il était déjà porté par de grandes dames du temps de l’Empire romain ? Mais je m’égare encore une fois, pardonnez moi, voulez-vous ?

Clopin ne laissa pas un temps de réponse à sa camarade et enchaina sur un ton un peu plus taquin cette fois-ci.

- Je vais peut-être vous paraitre encore plus audacieux mais il me semble que je vous fais un effet quelconque. Je ne sais si c’est positif mais je vous ai donné mon patronyme au début de notre conversation, l’auriez-vous déjà oublié ?

Tout en prononçant ces derniers mots, il s’était rapproché d’Eponine et s’était glissé dans son dos. Il déposa délicatement la cape rêche et trouée sur les épaules de la jeune femme. Le menton du roi se trouvait à quelques centimètres de la peau douce et fraîche de la demoiselle et il pouvait sentir son odeur sucrée et captivante. Il laissa s’envoler son esprit quelques secondes en imaginant la demoiselle dans ses bras mais se ressaisissa. Il ne voulait pas gâcher tous les efforts réalisés. Sa bouche se trouvant proche de son oreille, Clopin murmura :

- Je me nomme Clopin. Et je suis enchanté d’enfin connaitre votre doux prénom. Eponine.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Ven 3 Avr - 19:43


Demoiselle, allons voir si la rose
É

ponine n'avait pas d'attachement particulier pour son prénom. Elle savait que sa mère l'aimait justement pour sa noblesse et parce qu'elle l'avait croisé au détour de sa lecture d'une quelconque bluette romantique, elle avait aussi trouvé le prénom Azelma de cette manière. On aurait pu penser que ce nom, puisqu'il était tout ce qu'elle possédait et qui n'appartenait qu'à elle, pourrait lui tenir à coeur. Ce n'était pas du tout le cas. On lui avait demandé tant de fois de se présenter sous d'autres identités, nom comme prénom, qu'elle avait tendance à considérer les noms comme des entités interchangeables, qui permettait aux gens de s'interpeler entre elles, mais c'était tout, au-delà de ça, ça ne représentait pas grand chose, ça n'avait pas de valeur. Au final, elle pouvait bien l'accorder en faveur au plus offrant. Et le plus offrant, en l'occurrence, c'était cet étranger qui lui avait offert sa cape pour lui permettre de se protéger du froid. Et ça fonctionnait. L'étoffe avait le mérite de lui dégeler les os. En contrepartie, elle pouvait bien se permettre de l'entendre la complimenter au sujet de ce nom qu'aurait porté de grandes dames du temps de la Rome antique. La preuve qu'un grand nom ne promettait pas de grandes destinées, hein ! Ces grandes dames se foutraient d'elle dans les grandes largeurs si elles la trouvaient dans l'état où elle se trouvait, aux prises avec sa misère.

Il lui avait déjà donné son nom, lui apprenait-il... Vraiment ?? Elle avait beau se creuser la cervelle, elle était bien infichue de se rappeler à quel moment elle avait bien pu entendre son blaze. Mais elle avait été tellement déstabilisée par la situation qu'elle se l'était totalement sortie de la tête. Faut dire que ouais, vu que les noms n'avaient pas tant d'importance pour elle... Pourtant, Clopin, c'était pas commun, ça aurait dû la marquer. En fait, maintenant qu'il le disait, ça lui revenait un peu... Y'avait une nom de famille bizarre pour aller avec, si elle se souvenait bien. Elle devrait se montrer moins distraite. Surtout si cela devait finir par lui arriver sur le coin de la figure par la suite.

-Pas commun, comme blaze.
répliqua-t-elle sans relever le compliment. Et vous créchez où ? demanda-t-elle sans doute trop curieuse, mais avec l'intention de mieux comprendre son mystérieux interlocuteur dont elle se défiait toujours pour son propre bien. Même à Paname, marionnettiste, ça doit pas rapporter des masses d'oseille, non ?




code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Lun 18 Mai - 17:46

Clopin souriait. Mais, une fois ne fut pas de coutume, son sourire n’avait rien de malicieux ou de moqueur. Il souriait, simplement ravi de voir le rose revenir sur les joues de sa compagne alors qu’elle avait enfilé sa cape de fortune. La jeune demoiselle semblait se réchauffer doucement et avec la chaleur qui la revigorait apparaissait des questions. Enfin, elle s’intéressait à lui, ou tout du moins elle le faisait croire ! Le sourire du jeune roi s’agrandissait au fur et à mesure des paroles qui sortaient de ses lèvres. Ce n’était que des mots simples, des questions banales et des remarques de personne sans le sou. Mais voilà, elle s’adressait à lui et, après tous les efforts qu’il avait faits, il n’allait pas laisser passer sa chance !

- Eh bien. Certes, mon prénom est étrange. Et encore, je ne vous ai pas fait part du nom qui lui est associé. Mais, malgré la bizarrerie de mon ‘blaze’ comme vous dites, j’y suis très attaché ! Après tout, Clopin m’a été donné par un homme que je considère comme mon père et mon nom… j’ai gagné mon nom par mes actes. Ces actes qui m’ont mené là où je suis.

Comme à son habitude, la demoiselle Eponine ne fit paraître aucune réaction et le jeune homme décida de répondre à ses questions.

- Marionnettiste rapporte au contraire ! Je fais rire les adultes et occupent les enfants alors que leur parent vont faire leurs affaires. En quelque sorte, j’offre un service public et payant pour qui le considère utile. Et il apparait que beaucoup de badaud paie pour mes personnages.

Le jeune roi s’arrêta. Il ne pouvait répondre à la dernière question de façons directes. La cour des miracles était réservée aux seuls gitans. Une règle incontournable. Une règle qu’il avait lui-même proclamé. Il ne pouvait la briser au risque que cette cachette ne devienne plus un refuge sure.

- Quand mon public est suffisamment généreux, je dors dans une des petites tavernes après avoir bu quelques pintes. Les jours de vaches maigres… je fais comme vous cette nuit : je dors sur un banc ou sous un pont dans l’espoir de me réveiller le lendemain.

Clopin la dévisagea des pieds à la tête. Eponine était vraiment une belle fille. Moins belle que les bourgeoises que Clopin croisait de temps en temps mais avec plus de cachet que les putains des bordels ou la plupart des gitanes de sa connaissance. Il hésitait à lancer sa question mais la curiosité l’emporta.

- Et vous, chère demoiselle, où habitez-vous ? Vous semblez bien intégré dans notre capitale mais votre argot me dit que vous avez un peu de campagne dans vos veines, non ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   Sam 23 Mai - 17:09


Demoiselle, allons voir si la rose
É

ponine préféra s'abstenir de toute remarque, quand Clopin prit soin d'y aller de ses commentaires concernant son propre nom. Il semblait avoir matière à parler sur tout et sur n'importe quoi, et de surcroit, il parlait bien, si l'on comparait la façon dont il s'adressait à elle à l'argot de la demoiselle, tout droit sorti de la fange, il avait de la conversation, et force lui était de reconnaître que c'était plaisant. Oh, elle pouvait bien être bavarde elle aussi, quand elle le désirait, mais elle avait eu froid, elle était fatiguée, elle avait toujours faim, dans cet état, elle aimait mieux qu'on lui cause plutôt que de devoir causer elle-même. Et puis, passé l'instant où elle se défiait forcément de cet inconnu venu de nulle part, qui lui prêtait main forte et ne semblait pour autant rien attendre d'elle, elle le trouvait assez sympathique, au final. Extravagant, grandiloquent, mais pas moins sympathique. Elle pouvait bien lui donner la chance de bavarder un peu, c'était rare qu'elle fasse des rencontres aux allures complètement désintéressées. Dans un sens ou dans l'autre, elles l'étaient toujours, de manière générale, et Ponine trouvait ça usant, à la longue. Souvent pratique (c'était son fond de commerce, après tout) mais usant malgré tout. Il lui parla de son métier... Elle avait du mal à croire que marionnettiste puisse rapporter son pesant d'or, mais certains hommes se contentent de peu pour trouver leur bonheur et se satisfaire néanmoins pleinement de leur sort. Elle savait bien qu'elle n'avait pas affaire à un richard de la haute, ce qu'il lui apprenait quant aux endroits où il devait passer la nuit en disait long, d'ailleurs, mais il avait l'air de se satisfaire de ce qu'il avait, et c'était admirable. Parce que de son côté, c'était clairement pas le cas. Et elle aurait échangé sans mal sa vie contre celle d'un autre, sans penser devoir éprouver de remords. Il lui retourna la question. Elle hésita un instant à lui répondre franchement, c'était pas forcément une bonne chose de parler franc de soi à un inconnu, surtout que son identité officielle à Paname était déjà, en soi, une identité fausse.

-Ça fait longtemps qu'on vit ici, maintenant, avec ma famille. J'sais pas si ça joue, on habitait Montfermeil avant...


Ah, le temps de Montfermeil, quand les Thénardier n'avaient pas encore perdu leur auberge ! Ponine regrettait souvent ce temps là, parce que même s'ils ne roulaient pas sur l'or, ils pouvaient faire illusion, à l'époque... Aujourd'hui, la façade était à l'image de ce qu'il y avait à l'intérieur. Rapiécé, déterioré, sale, laid. Elle ne devait pas franchement donner une image d'elle-même qui puisse inspirer un quelconque sentiment positif.

-Je sais, ça s'entend beaucoup...


Son argot. Ça ne l'avait jamais franchement dérangé de causer de la sorte jusque là, mais c'était plus compliqué dernièrement, elle aurait aimé pouvoir avoir la distinction de ces dames bien faites vers lesquelles, par exemple et à tout hasard, les beaux étudiants pouvaient se plaire à tourner le regard.



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Demoiselle, allons voir si la rose... (Rp Ponine)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mignonne, allons voir si la rose..(FICHE FINIE)
» Mignonne, allons voir si la rose | Kali
» Emya † Mignonne, allons voir si la rose qui ce matin avait déclose...
» Mignonne, allons voir si la rose... [Gomez]
» Viens voir si la rose est éclose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: Hors rp :: Archives-