Partagez | 
 

 L'étau se resserre [pv Valjean]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: L'étau se resserre [pv Valjean]   Lun 16 Fév - 15:34


L'étau se resserre
L

es tourments anciens, les vieilles obsessions, sont les pires de doutes, car ils peuvent ressurgir à tous moments, et quand bien même votre vie semble avoir abondé dans un sens complètement différent, quand bien même vous avez le sentiment que tout cela est bien loin derrière vois, ils sauront vous rattraper le moment venu. Et bien sûr, la plupart du temps, au moment le moins opportun qui puisse être, puisqu'il n'y aurait pas le moindre intérêt à tout cela si l'âme au passage ne savait pas se tourmenter d'un rien. Huit ans que son chemin n'avait pas croisé celui de Jean Valjean. De longues années au cours desquelles Javert avait tout simplement dû accepter cet état de fait. L'homme lui avait échappé, et à moins d'un miracle, il ne le retrouverait pas. Il devait se trouver à l'autre bout de la France, à l'heure actuelle, ou qui sait, lui et la gamine qu'il avait enlevé (et qui ne devait plus vraiment en être une dorénavant) avaient passé la frontière et s'étaient enfuis à l'étranger. Il les avait pisté un temps, puis avait renoncé, par tant par résignation que pour répondre à l'appel exigeant d'une justice qui l'attendait à présent ailleurs. Il avait été muté à Paris. Et l'affaire Valjean, pour lui tout du moins, aurait pu être classé pour de bon. À l'inspecteur de police de faire régner l'ordre et la Justice dans la capitale, comme cela lui avait été intimé, au fugitif de payer le prix de ses forfaits, le coup lui serait administré par un autre, voilà tout. Tous les crimes finissent par se payer un jour. C'était là une maxime en laquelle il croyait dur comme fer.

Mais le destin, tout compte fait, voulait peut-être que Charles Javert soit celui qui aurait raison de Jean Valjean (à la vérité, il était bien plus probable qu'advienne l'inverse, mais l'inspecteur de police n'avait pas idée encore du dilemme moral auquel il s'exposait, et de la décision tragique qu'il pourrait bien lui faire prendre, le doute n'avait encore en rien eu le temps de s'immiscer en lui), puisqu'il semblait à l'homme avoir vu l'ancien forçat dans une rue de la ville. Après presque huit année sans avoir pu poser les yeux sur lui, il se pouvait bien qu'il se laisse tout simplement abuser par ses souvenirs, et que l'homme n'ait rien à voir avec l'ancien bagnard, mais il ne pouvait que vouloir en avoir le coeur net. Le voir lui échapper, alors qu'il avait été si près de le rendre à la Justice, avait été un constat d'échec plus que désagréable pour Charles Javert. Il était celui qui avait su le reconnaître quand tout le monde le prenait pour le respectable maire de la ville de Montreuil-sur-mer, lui qui avait fallacieusement usurpé ce titre, il était celui qui l'avait mené à comparaître et l'avait contraint à admettre ses torts, il était celui qui avait vu clair là où tous les autres avaient été aveuglés. Et voilà qu'il lui avait filé entre les doigts. Hors de question que cela se reproduise. Même s'il faudrait un hasard plus que sérieux pour que son chemin ait vraiment croisé celui de Valjean, il lui fallait en avoir le coeur net.

Et c'est pour cette raison qu'il avait suivi l'homme de ses soupçons jusqu'à une rue du quartier du Marais. L'homme marchait d'un pas tranquille, Javert le suivait à quelques mètres de distance. Provoquer une rencontre fortuite semblait délicat. Ne restait peut-être qu'une solution alors. Mettre à mal toute discrétion et l'interpeler. Certes, il fuirait sans doutes. Mais ne serait-ce pas là le signe qu'il avait vu juste !

-Excusez-moi !
l'interpella-t-il donc dans l'espoir qu'il se retourne.








code by Mandy






code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Dim 8 Mar - 0:20

Javert & Valjean
L'étau se resserre
Jean Valjean devait quitter sa « fille » pendant quelques heures, ils avaient des affaires à régler. Cela lui arrivait de temps en temps et à chaque fois, l’homme se sentait plus qu’inquiet. Encore plus ces derniers temps, parce qu’il avait cru sentir la jeune fille s’éloigner de lui. Ce n’était pas pour rien que l’ancien forçat avait décidé de ne pas accompagner de nouveau Cosette au jardin du Luxembourg depuis une semaine, il n’avait pas voulu qu’elle croise de nouveau la route de ce jeune homme qui avait attiré son intention. Valjean se sentait donc bien plus inquiet que d’ordinaire quand il devait quittait sa demeure pendant quelques heures. Mais il n’avait pas le choix, il fallait bien de temps en temps qu’il le fasse. Il avait donc quitté la maison qu’il habitait pour le moment avec sa fille, afin de rejoindre les rues de Paris. Il envisageait de plus en plus de partir de nouveau, de changer de lieu de vie. Il envisageait même de quitter Paris, mais il n’était pas encore décidé concernant ce détail. Pas pour l’instant, mais cela viendrait sans doute très rapidement (plus rapidement qu’il ne le pensait d’ailleurs).

L’homme, qui avait pourtant l’habitude de rester sur ses gardes depuis toutes ces années de cavale, n’avait évidemment pas remarqué la présence d’un poursuivant. S’il l’avait remarqué, il aurait tout fait pour s’éloigner de ce regard afin de fuir de nouveau. Mais ce n’était pas le cas, il continuait simplement de marcher tranquillement. Il était bien loin d’imaginer que Javert puisse être présent sur ses talons, qu’il puisse être de nouveau sur sa trace. Oh, bien sûr, le vieil homme n’avait jamais oublié celui qui avait su voir clair dans son jeu alors qu’il était Monsieur Madelaine, maire de Montreuil-sur-mer. Il était le seul à réellement donner du fil à retordre à l’ancien forçat, à lui faire faire des cauchemars la nuit. Le vieil homme avait tellement peur de tout perdre, de perdre sa fille de cœur, et le peu qu’il lui restait de vie. Il était plus qu’évident que jamais il ne retournerait en prison si jamais on l’arrêtait, il aurait le droit à une exécution en bonne et due forme. Que deviendrait Cosette sans lui ? Il ne l’imaginait pas s’en sortir, mais il la sous estimait sans aucun doute trop. Il la voyait encore si petit, il avait toujours l’image de l’enfant qu’il avait trouvé dans les bois la nuit, exploité par ces affreux Thénardier.


Alors qu’il marchait tranquillement, une voix derrière Jean Valjean le surpris. Il n’eut pas besoin de se retourner pour la reconnaitre, pour savoir qui venait justement de lui adresser la parole. Cependant, l’homme se retourna quand même, espérant qu’il venait de rêver. Mais non, Charles Javert se trouvait bien devant lui. L’avait-il reconnu ? Le vieil homme ne savait trop, il ne l’aurait pas abordé comme cela si c’était le cas. Valjean sentit son corps vouloir fuir, quitter cet endroit le plus rapidement possible pour retrouver Cosette et quitter cette ville. Cependant, il ne bougeait pas. Parce qu’il y avait quelque chose qui l’en empêché. S’il prenait la fuite, il était clairement coupable. S’il ne la prenait pas, avec un peu de chance, Javert ne l’aurait pas reconnu. Du moins pas de suite, lui donnant plus de temps pour s’enfuir.

« Oui ? Que puis-je faire pour vous ? »

Prononça-t-il, en espérant que sa voix ne tremblait pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Dim 8 Mar - 13:08


L'étau se resserre
L'

homme n'avait pas prit la fuite, n'avait pas couru loin de l'inspecteur de police, en soi, cela jouait en sa faveur, Javert s'imaginait déjà se lançait dans une folle course poursuite de les rues de Paris, à traquer l'ancien forçat qui lui avait échappé autrefois, et qui n'avait pas quitté sa mémoire depuis, quand bien même les criminels arrêtés sous son égide avaient été plus que nombreux. Jean Valjean avait ceci de particulier qu'il avait tout de même su berner une ville toute entière, en se faisant passer pour un maire honnête et respectable. Il avait toutes les caractéristiques de l'homme bon et honnête, ce qui faisait très certainement de lui le pire de tous les criminels, car il cachait son jeu, il se faisait passer pour un honnête homme alors qu'il trompait pourtant la sacro-sainte Justice, primordiale à la vie de l'homme de Loi. Jean Valjean était de ces hommes qui fuient plus qu'ils n'affrontent, c'était du moins ce que pensait Javert : après tout, il avait déjà plusieurs tentatives d'évasion à son actif, pourquoi cette fois-ci dérogerait à la règle ? Mais il n'était pas parti en courant. Cela voulait-il dire qu'il s'était trompé sur le compte de cet homme ? Que ce n'était qu'un étranger qu'il abordait sans raison, parce qu'il lui faisait penser à l'homme qui lui avait échappé. Qu'importe s'il était dans l'erreur, le principal était d'en avoir le coeur net une bonne fois pour toutes. L'homme s'était donc interrompu net dans sa marche et lui répondit, d'une voix qui ne trahissait pas de trouble ou d'angoisse... D'une voix qui lui semblait effectivement familière... Mais il ne pouvait pas pour autant garantir qu'il n'entendait pas seulement ce qu'il avait envie d'entendre, uniquement parce qu'il avait envie de mettre la main sur cet ennemi de presque toujours.

Huit années s'étaient écoulées depuis la dernière fois que leurs chemins s'était croisé, Javert ne pensait pas avoir beaucoup changé au courant de ces huit ans, mais il ne pouvait garantir qu'il en soit de même en ce qui concernait Valjean. Javert se posta face à l'homme qu'il avait interpelé, ne se privant pas de le regarder et de l'examiner sous tous les angles. De Valjean, il avait la carrure, le regard... ce qu'il se souvenait de son visage également. Il se pouvait bien qu'il s'agisse bel et bien de lui. Autrefois, des soupçons similaires avaient conduits Javert à accuser Valjean, avant d'être démenti, puis approuvé... Il devait faire preuve de prudence afin de ne pas commettre d'erreur et ne pas condamner un innocent. Il servait la Justice, et il tenait à le faire bien. Il ne tolèrerait pas qu'on lui reproche de nouveau d'avoir commis une erreur judiciaire, il ne tolèrerait pas de laisser Valjean lui échapper une nouvelle fois.

-Pardonnez-moi de vous déranger.
fit-il, se forçant à une politesse qu'il se sentait proche de regretter. Je me présente, Charles Javert, inspecteur de police. Je suis dans l'obligation de procéder à un contrôle d'identité de toutes les personnes se trouvant dans le secteur.

Le meilleur moyen d'en avoir le coeur net une bonne fois pour toutes était, après tout de lui demander une preuve... de son innocence ou de sa culpabilité, qu'importe.








code by Mandy






code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Lun 6 Avr - 16:54

Javert & Valjean
L'étau se resserre
Valjean avait vraiment envie de fuir, il sentait que ses jambes avaient envie de se mettre en marche. Il devait faire un grand effort pour que son corps ne prenne pas le contrôle et décide de se laisser aller à l’instinct. Normalement, sa première réaction était quand même de prendre ses jambes à son cou. Parce qu’il se retrouvait devant la personne capable de le confondre, de le reconnaitre, de l’arrêter donc. Hors, il n’était pas possible que l’ancien forçat se laisse arrêter maintenant qu’il avait Cosette en charge. Il ne pouvait pas abandonner sa fille de cœur, il ne pouvait pas se faire attraper après toutes ces années. C’était comme si ses vieux démons revenaient à la charge, encore et encore, pour mieux lui gâcher l’existence. Valjean se retenait donc de fuir, parce qu’il espérait que l’homme n’allait pas le reconnaitre. Lui, il était incapable d’oublier Javert, mais ce dernier l’avait peut-être oublié. Même s’il y avait peu de chance quand même, c’était bien le seul à l’avoir reconnu alors qu’il se faisait appeler Monsieur Madelaine. L’ancien forçat priait donc pour que l’inspecteur ne l’ai pas reconnu, que cette rencontre ne se retrouve être qu’un pur hasard. Qu’il ne prenne pas ces risques pour rien surtout. Au vu de la manière dont Javert commença à s’adresser à l’ancien prisonnier, ce dernier se permit de croire qu’il y avait un peu de chance finalement. Il se présenta d’abord, s’excusant de le déranger. Et finalement, il lui demanda ses papiers.

« Oh oui, bien sûr. » Répondit Valjean, avec bien plus de mal à cacher son trouble soudain. Ses papiers, bien sûr, c’était la pire chose que l’inspecteur pouvait lui demander. Quoi que le vieil homme avait quand même plus d’un tour dans son sac. Il fouilla dans les poches internes de son manteau, en essayant de ne pas laisser ses mains trembler de trop. Il hésitait encore entre rester devant Javert, ou prendre ses jambes à son cou. Malheureusement, les années avaient passés et il n’était plus en aussi grande forme que lors de sa dernière rencontre avec l’inspecteur. Quoi qu’en même temps, les années n’avaient pas du épargner ce dernier non plus. « Tenez. »

Il lui tendit alors des papiers, faux bien sûr. Il ne pouvait évidemment pas donner ses vrais papiers, ceux qui le nommaient comme dangereux, comme fugitif. Il avait fait faire des faux pour lui et Cosette, afin de palier à ce genre de situation. Sauf que bien sûr, un faux restait un faux et il était tout à fait possible qu’on remarque la supercherie. Raison pour laquelle, l’ancien forçat se tenait prêt à courir toujours. Si jamais Javert découvrait que ces papiers étaient des faux, cela en était fini de lui. Hors, il n’allait évidemment pas se laisser attraper si facilement. Il y avait une jeune fille qui tenait à lui, dans la maison qu’ils habitaient en ce moment. Quoi que même sans Cosette, Valjean ne se serait pas laissé attraper pour autant. Il avait assez payé à ses yeux pour le petit crime qu’il avait commis dans sa jeunesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Mar 7 Avr - 19:32


L'étau se resserre
I

l avait vraiment le sentiment que sa voix, son visage, en plus de son attitude, étaient bien ceux du forçat après lequel il avait trop couru et qui lui avait toujours échappé. Il ne pouvait s'agir que d'une coïncidence, c'est certain. Javert croyait en son flair et en son instinct, mais il était bien loin de croire que ces derniers ne pouvaient jamais se tromper. Il n'était plus question désormais d'accuser sans preuves concrètes, les risques étaient trop nombreux. C'est un fait que l'inspecteur de police était hargneux et ne se trompait que très rarement, mais l'erreur est humaine, malgré tout, et lui aussi, quoi que les apparences pouvaient laisser à penser, n'était pas moins humain non plus. Il avait déjà payé chèrement ses erreurs, c'étaient elles qui lui avaient coûté de ne pouvoir renvoyer le criminel Jean Valjean aux galères quand l'occasion se présentait. Il savait qu'il devait se montrer prudent. Et plus scrupuleux encore. Il en avait la ferme intention... Ceci dit, il n'en demeurait pas moins que son sixième sens toujours en alerte l'invitait à de justes intuitions. Oui, il avait laissé Valjean lui échapper autrefois, mais cela n'empêche pas que, quand personne ne remettait en doute la situation et la légitimité du maire de Montreuil-sur-mer d'autrefois, il avait été le seul à reconnaître l'ex-bagnard en M. Madeleine. Et encore aujourd'hui, il avait le sentiment que cet inconnu était l'homme qui lui avait échappé... Il ne pouvait pas agir sans preuve malgré tout. Et son interlocuteur avait plus d'un tour dans son sac.

Sac duquel il sortit les papiers réclamés. Et Javert dissimulait difficilement une certaine frustration à ne pouvoir confondre un ancien ennemi. Peut-être s'était-il complètement trompé, finalement... Ça pouvait arriver. Mais cette fois, il avait vraiment voulu croire être sur la bonne piste. Mais ces papiers, qu'il examinait en long, en large et en travers, sous toutes les coutures, espérant y reconnaître un faux ou un quelconque vice de fabrication. Malheureusement, tout semblait aux normes, il ne pouvait en tous cas pas le retenir sous le prétexte d'avoir vu quoi que ce soit de suspect. Bien sûr, il aurait pu mentir, mais cela n'aurait pas tenu rien longtemps... et c'était illégal. Javert, verser dans l'illégalité, c'était impensable. Complètement impensable. Mais malgré tout, il n'avait pas l'intention de le laisser partir si rapidement. Son instinct ne le lâchait vraiment pas.

-L'adresse indiquée sur vos papiers, c'est toujours la bonne ?


Oui, car si c'était là qu'il habitait, il allait surveiller les lieux de très près,  guettant un faux pas éventuel. Et si ce n'était pas le cas ? Il avait déjà une autre parade à l'esprit. Encore fallait-il que son interlocuteur se montre honnête avec lui... Ce n'était pas certain. Quoique ce serait au moins la preuve qu'il avait bel et bien quelque chose à se reprocher. Il y avait sûrement affaires plus importantes à traiter, c'est vrai, sans doute. Mais cette affaire là le poursuivait depuis sa toute première rencontre avec Jean Valjean. Et elle ne le lâcherait pas tant qu'il n'y aurait pas mis un point final. Et ce point final était peut-être proche d'arriver. Peut-être même en avait-il la clé sous les yeux.








code by Mandy






code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Sam 2 Mai - 14:26

Javert & Valjean
L'étau se resserre
Valjean n’en revenait pas d’être juste devant Javert, il avait cru pendant un temps qu’il n’allait jamais vivre une telle situation. Et pourtant, il se trouvait bien devant l’homme de justice. Par chance, le vieil homme avait quelques tours dans son sac qui lui permettait de ne pas se contenter de prendre ses jambes à son cou. Il ne savait pas si l’excuse de l’homme était réellement valable, s’il contrôlait toutes les identités des personnes qu’il croisait. Il ne pouvait pas s’empêcher de se dire que ce dernier l’avait sans doute reconnu et qu’il cherchait un moyen de le confondre. A moins que cela ne soit qu’une simple coïncidence, comme à l’époque où Valjean se faisait passer pour Monsieur Madelaine et qu’il était devenu maire. Dans tous les cas, les deux hommes se retrouvaient bel et bien en face l’un de l’autre. Heureusement que Valjean avait toujours des faux papiers sur lui et visiblement, ceux-ci faisaient bien illusion. Du moins, c’était ce qu’il espérait, même s’il ne pouvait pas s’empêcher de se dire que Javert se jouait peut-être de lui. Tout était toujours très compliqué quand cela concernait l’inspecteur, que l’ancien forçat aurait vraiment aimé ne pas croiser. C’était comme si le destin s’amusait à les mettre toujours sur la même route, alors que Valjean faisait son possible pour éviter cet homme capable de réduire sa vie à une cellule de prison.

« C’est la bonne adresse oui. »

Répondit le vieil homme, se montrant le plus convainquant possible. C’était faux bien sûr, il mentait encore une fois. Valjean n’aimait pas ça, il ne pouvait pas s’empêcher de culpabiliser quand il mentait, mais il n’avait pas le choix. Ce n’était pas pour lui qu’il faisait ça, c’était pour Cosette (du moins c’était ce qu’il cherchait à se convaincre). Sa fille avait besoin de lui, il ne pouvait pas se laisser attraper de la sorte. Alors, il préférait mentir et s’éviter des ennuis. Du moins, le temps qu’il rentre et trouve une solution pour les jours à venir. Parce qu’il était évident que l’ancien prisonnier allait devoir agir. Il n’allait pas pouvoir se contenter de rentrer chez lui et continuer de vivre normalement (même s’il ne vivait jamais normalement) alors que Javert se trouvait dans le coin. Il allait devoir fuir, encore une fois.

« Vous cherchez quoi au juste ? »

C’était dangereux de poursuivre cette conversation, Valjean le savait bien, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’être curieux. Avec un peu de chance, Javert cherchait tout autre chose et cela n’avait rien à voir avec lui. Avec un peu de chance, ils se parlaient par pure coïncidence et l’inspecteur n’était pas sur sa trace. Cela n’allait pas le retenir et l’empêcher de fuir pour autant, mais ça lui permettrait peut-être de sa calmer un peu. De ne pas paniquer comme il le faisait maintenant, même s’il s’efforçait de ne rien montrer à son interlocuteur. Ce n’était pas le moment de perdre le contrôle. Parce qu’il était évident que Valjean n’avait plus la forme d’autant et qu’il ne pouvait plus fuir comme avant.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Sam 2 Mai - 19:57


L'étau se resserre
L'

adresse était la bonne, disait-il, et le ton de sa voix semblait sincère, quoi que l'homme un peu tendu... Mais vu les circonstances, c'était après tout compréhensible, personne n'était jamais très à l'aise quand il devait subir l'interrogatoire d'un inspecteur de police. Il n'empêchait que même dans le ton de sa voix, il était presque convaincu qu'il avait bel et bien affaire à son ennemi de toujours. S'il ne pouvait se fier qu'à son intuition, il le conduirait immédiatement au poste, mais il ne pouvait pas le faire sans preuve tangible. Parfois, il en viendrait presque à déplorer lui-même d'être à ce point scrupuleux qu'il ne pouvait pas se permettre de conduire un innocent sans être intimement convaincu de ses torts... mais il était qui il était. Et dévier de sa ligne usuelle de conduite aurait été la fin de tout. C'était donc, bien sûr, hors de question, qu'il en dévie, tant pis. Il allait prendre son mal en patience. À chaque fois, Valjean avait fait un faux pas qui l'avait discrédité aux yeux de tous, cette fois-ci ne ferait pas exception, il se laisserait découvrir une nouvelle fois, pas d'autre option possible. Si c'était lui tout du moins, et Javert ferait tout son possible pour le démasquer au plus vite. S'il résidait bien à l'adresse inscrite, il fallait qu'il s'attende à être discrètement cerné par lui et d'autres de ses hommes. C'était assez d'humiliation et de défaites comme ça. Leur rivalité durait depuis bien trop longtemps, et l'envie d'y mettre un terme sur le champ sans être sûr de rien était infiniment tentante, c'est l'évidence. Alors qu'il lui rendait ses papiers après avoir mémorisé son lieu de résidence, son interlocuteur lui demandait ce qu'il cherchait. À l'origine, rien de particulier. Mais là, c'était lui, qu'il cherchait, ou du moins celui qu'il pensait qu'il était...

-Pas quoi. répondit-il posément, mais le fixant intensément, cherchant à lire dans son regard une réaction qui lui permette d'en découvrir plus sur la personne en face de lui, qui le trahisse, avec un peu de chances. Qui. Nous avons récemment apprit qu'un ancien forçat, criminel recherché de surcroit, avait été vu dans ces rues... Il marqua une pause. Cette fois, son regard ne lâchait vraiment pas son interlocuteur, en grande partie pour l'intimider et le déstabiliser, bien sûr, et tout autant pour parvenir, d'une façon ou d'une autre, à distinguer le vrai du faux. Jean Valjean.

Voilà longtemps qu'il n'avait plus prononcé ce nom à haut de voix. Comme le fantôme d'un passé qu'il avait cru enterré et qui revenait incidemment le narguer. Mais c'était sans doute là l'occasion idéale d'en finir, de dépasser cet échec cuisant et désagréable qui lui pesait encore aujourd'hui sur la conscience. Allez savoir si l'homme demeurerait impassible ou non. Javert voulait espérer le contraire. Mais si tel était le cas, il songeait que ce n'était jamais que partie remise. Après tout, c'était déjà arrivé, autrefois, et il en avait retenu une importante leçon : il devait se fier à son instinct.

-Bien sûr, il a dû changer de nom, depuis.








code by Mandy




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Mar 19 Mai - 0:34

Javert & Valjean
L'étau se resserre
Valjean aurait sans doute dû se contenter de reprendre ses papiers et de partir. Mais la curiosité le poussait à se demander ce que pouvait bien chercher l’inspecteur Javert. Il avait le fin espoir qu’il lui annonce chercher une toute autre personne, que la coïncidence faisait qu’ils se croisaient sans que l’homme de justice ne l’ait reconnu ou ne pense savoir qui il était. L’ancien forçat prenait donc le risque de poursuivre cette discussion, afin de calmer un peu sa conscience. Même si de toute évidence, il n’allait pas pourvoir être tranquille tant que l’homme se trouverait dans ses parages. C’était comme si le destin avait décidé de le suivre constamment et de lui envoyer des rappels de son passé. Il faisait tout pour être un homme bon, une personne charitable. Il consacrait sa vie à l’éducation de Cosette, cet enfant qu’il avait recueilli parce qu’elle n’avait plus de mère (en partie par sa faute, mais ça). Il ne méritait, à ses yeux, pas de retourner en prison ou pire. Mais Javert était toujours sur ses talons, dans son sillage. Encore une fois, Valjean envisageait de fuir et il allait sans aucun doute le faire. Mais il était peut-être temps de quitter définitivement ce pays, de ne pas se contenter d’aller de ville en ville. La France n’était vraiment plus sûre, mais cela serait bien plus difficile de préparer un voyage vers l’étranger, cela allait demander plus de temps.

Javert répondit à sa question, Valjean se demandait toujours s’il se doutait de quelque chose ou non. Il précisa que ce n’était pas quelque chose, mais une personne qu’ils recherchaient. Cela, l’ancien prisonnier l’aurait parié, sinon ils ne se seraient pas embêté à vérifier son identité. Le cœur de Jean Valjean s’emballa un peu plus quand il entendit l’inspecteur lui dire qu’ils cherchaient un ancien criminel, un ancien prisonnier. Cela correspondait évidemment à sa description et il avait moins d’espoir encore d’être au centre de l’attention. Et les battements de son cœur s’interrompirent une seconde quand il entendit son nom. Cela faisait de nombreuses années que l’homme n’avait pas entendu quelqu’un prononcer son nom. En fait, la dernière personne à l’avoir fait était justement celui qui se trouvait sous ses yeux. L’ancien forçat faisait tout pour ne pas se montrer trop déstabiliser, mais l’exercice était plus que difficile. Il sentait même des gouttes de sueurs perler sur son front.

« Avez-vous une idée du nom qu’il utilise aujourd’hui ? » Demanda-t-il la voix légèrement tremblante. Il ne parvenait pas à se décider entre continuer ce petit jeu dangereux de discussion ou prendre simplement la fuite. Mais c’était dévoiler sa culpabilité de prendre ses jambes à son cou, alors il préférait prendre le risque de jouer encore le jeu, même s’il pouvait de moins en moins cacher son trouble. « J’en ai peut-être entendu parler. »

Autant jouer les bons samaritains qui cherchaient à aider les forces de l’ordre. Tout en cherchant à savoir si la police avait quelques pistes concernant ses nombreux noms d’emprunt qu’il utilisait depuis de nombreuses années maintenant.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Sam 23 Mai - 16:42


L'étau se resserre
C

harles Javert se voulait redoutable fin limier, mais force lui était tout de même d'admettre que, dans certaines circonstances, il est difficile d'avoir le plus partial des avis sur l'attitude humaine et d'être certain de pouvoir s'y fier. Dans l'attitude de son interlocuteur, par exemple, il avait le sentiment de lire tout ce qu'il avait envie d'y trouver, et comme c'était effectivement le cas, difficile de ne pas songer que l'on soit en train de voir ce que l'on voit simplement parce qu'on l'espère. Il décelait une sorte de trouble, chez l'homme en face de lui, un trouble qui pouvait bien se comprendre, évidemment, au sens où aucun civil n'était jamais complètement à l'aise face à un représentant de la Justice... Mais d'un autre côté, à laisser toutes ses suppositions et son instinct très prononcé au placard, il craignait fort de passer à côté de l'opportunité de confondre celui que, à force de le traquer sans relâche, l'on pourrait qualifier comme étant son ennemi, même si le terme était sans doute fort, ils accomplissaient surtout des devoirs qui étaient complètement incompatibles. Si c'était bien Jean Valjean, comme son intuition le lui soufflait à l'oreille, il ne pouvait pas passer à côté d'une telle opportunité, c'était tout à fait hors de question. Mais comment confondre un homme sans autres preuves que son intuition ? Il venait de lui montrer ses papiers, et ils étaient tout à fait conformes, il n'y avait aucun motif qu'il puisse invoquer suffisant à justifier qu'il décide tout à coup d'arrêter cet homme, qui comme ailleurs, comme du temps de Montreuil-sur-mer, avait déjà dû savoir se faire passer pour l'homme le plus agréable de la terre au regard de tout son voisinage, il suffisait de voir quelle attitude il adoptait vis à vis de lui, faisant mine de vouloir l'aider... si c'était lui... sinon, il avait bel et bien affaire à un brave homme qu'il noyait injustement de suspicion.

-Je n'en ai pas la moindre.
répondit Javert d'un ton égal. Certes, pour acculer un peu plus son interlocuteur, peut-être devrait-il prétendre posséder une multitude d'indice et bientôt toucher au but, mais même dans sa manière de procéder et de travailler, on était bien contraint de lui reconnaître une intégrité sans failles. Qui risquait fort de lui porter préjudice. Je ne sais ni son nom, ni son métier. Il marqua une pause... Mais je l'ai déjà rencontré. Son regard toisa celui de son interlocuteur. Je sais à quoi il ressemble, et je n'oublie jamais un visage. Ce dernier point n'était pas tout à fait vrai, mais qu'importe, l'intérêt de l'affaire était de se montrer intimidant. Au moindre faux-pas de la part de cet homme, s'il n'a pas la décence de se livrer de lui-même, son sort sera décidé.

Oui, c'était une menace, nette et précise. Même s'il ne pensait pas que cela suffise à son interlocuteur pour avouer. S'il y avait quoi que ce soit à avouer. Il n'avait que cette méthode pour l'heure : le repousser le plus possible dans ses retranchements. Restait à espérer que ce soit efficace.







code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Mar 16 Juin - 12:42

Javert & Valjean
L'étau se resserre
Comme Valjean avait le sentiment de revenir de nombreuses années en arrière, quand il discutait avec le même homme du même forçat. Javert fut le premier à lui rappeler son véritable nom, à faire revenir sur le devant de la scène de sa vie, Jean Valjean. Ce fut lui qui scella son destin à Montreuil-sur-mer en lui informant qu'il l'avait dénoncé, mais que le véritable ancien forçat était arrêté. Evidemment, à l'époque, l'inspecteur avait eu tout à fait raison de dénoncer le maire et la suite des évènements avaient dépendu de cela au final. Si le vieil homme se retrouvait en "cavale" à présent, c'était bien pour cette raison. Jamais il n'aurait découvert sinon que Jean Valjean avait été soit disant arrêté et qu'un innocent pouvait partir en prison à sa place. Javert fut celui qui avait été capable de reconnaitre le prisonnier dans les traits du maire, il y avait donc de forte chance qu'il reconnaissait le maire dans ses traits aujourd'hui. Même si de nombreuses années avaient coulés et que le temps n'avait pas été gracieux avec lui. Cependant, rien dans l'attitude de l'homme ne pouvait conforter Valjean sur le fait qu'il connaissait son identité. Il agissait comme s'il se trouvait devant un civil normal, qu'il était au vu des faux papiers qu'il avait présenté. Valjean ne put s'empêcher de jouer les bons samaritains, même s'il cherchait surtout à connaitre l'avancé des connaissances de Javert. Avait-il un nom ? Sans doute pas sinon ils ne seraient pas en train de discuter en ce moment, mais l'homme lui apprendrait peut-être quelque chose d'utile.

L'inspecteur affirma alors qu'il ne connaissait pas son nom, ni son métier. C'était une bonne chose en soit, même s'il ajouta ensuite qu'il l'avait déjà rencontré et qu'il n'oubliait aucun visage. Valjean se tendit encore plus, sentant une nouvelle slave de sueur froide couler dans son dos. Est-ce qu'il l'avait reconnu alors ? L'ancien forçat était bien placé pour savoir qu'il n'oubliait pas un visage, puisqu'il l'avait déjà reconnu. Il ne pouvait que l'avoir reconnu maintenant alors, le fait qu'il l'avait interrogé n'était pas une coïncidence. Mais est-ce qu'il était sûr de lui ? Sans doute pas, sinon ils seraient en train de courir, l'un pour se sauver, l'autre pour attraper. Et la menace tomba ensuite, Valjean la prenant directement pour lui. Il savait, ou il pensait savoir. C'était compliqué, en tout cas Valjean ne pouvait pas prendre cette situation à la légère. Il savait à quel point Javert était un homme d'honneur et qu'il n'agirait pas sans preuve, c'était sans doute ce qui le retenait de l'arrêter maintenant. Cependant, il savait aussi à quel point cet homme pouvait être têtu et qu'il n'allait évidemment pas lâcher l'affaire. Il n'était pas bon pour l'ancien prisonnier de rester plus longtemps dans les parages. Il était sans doute temps pour lui de plier bagage et de s'en aller une bonne fois pour toute avec sa tendre Cosette.

« C'est tout à fait honorable. » Affirma-t-il la gorge plus serré encore. « Je vous souhaite bon courage. » Il tentait de se montrer le plus agréable possible, afin de cacher son trouble. Mais cet exercice commençait à devenir vraiment difficile. « Il est temps pour moi de vous laisser faire votre travail donc... »

Il devait partir, maintenant.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Jeu 18 Juin - 18:19


L'étau se resserre
P

lus les secondes passaient, plus se renforçaient les certitudes du représentant de l'ordre, qui était plus que jamais convaincu d'avoir sous les yeux l'homme qu'il avait cherché, traqué, perdu de vue... Celui qu'il avait pensé reconnaître, avant de penser s'être fourvoyé. Cette erreur passée (qui n'en était pas exactement une, en définitive) justifiait toute la réserve dont l'homme faisait preuve, et les raisons pour lesquelles il n'inquiétait pas immédiatement celui qu'il était de plus en plus certain de savoir être Jean Valjean. Il n'avait de preuves que celles qu'il lisait dans des attitudes et un timbre de voix familiers. Mais cela ne suffirait guère. Trop d'années s'étaient écoulés pour qu'il puisse formellement affirmer que l'homme aux faux-papiers était l'ancien forçat qui lui avait filé entre les doigts. S'il voulait la garantie que l'homme ne lui échappe pas cette fois, il savait qu'il lui fallait procéder d'une autre manière. Il avait très clairement sous-entendu ses soupçons, mais il ne se voyait pas en faire davantage, sans quoi l'ancien bagnard, flairant le danger, lui échapperait avant même qu'un quelconque piège puisse se mettre en place et se refermer sur lui. Il fallait espérer que cette adresse signifié sur ses papiers serait la bonne, et que cette maison dont il organiserait fissa la surveillance serait bel et bien la demeure du présumé Valjean.

Alors, ce serait plus simple, il n'y aurait plus qu'à attendre que l'homme se trahisse de lui-même... Lui, ou bien l'enfant qu'il avait volé en chemin, et qui ne devait plus vraiment être une enfant, aujourd'hui, pour peu qu'il l'ait gardé sous son aile et n'en ait pas fait l'objet de l'un de ces marchés que s'autorisaient parfois les hommes de sa condition, à savoir dénués de morale. Quoique Valjean, de ce point de vue là, n'avait jamais été vraiment l'égal des hors-la-loi que l'inspecteur avait pour habitude de confondre... C'était ce qui, à ses yeux, le rendait plus particulier, pour ne pas dire plus dangereux encore. Qui, vraiment, aurait pu soupçonner le bien aimable maire de Montreuil-sur-Mer, d'avoir connu les galères, condamné pour vol et tentatives d'évasion multiples ? À partir de ce jour, Javert l'avait à l'oeil, et il ne s'autoriserait pas cette fois la moindre seconde d'hésitation. Quelque soit l'état de sa condition aujourd'hui, quelque soit le rôle qu'il se soit octroyé dans cette nouvelle vie (qui, à ses yeux, était autant un larcin que ceux qui avaient pu le mener au bagne en premier lieu), puisqu'il avait manifestement l'air de ne pas vivre chichement, mais sur des revenus honorables (les restes de ce qu'il avait extorqué à Montreuil, sans doute), il faudrait bien qu'il se présente un jour ou l'autre pour ce qu'il était vraiment. Jean Valjean. Un criminel notoire qui avait défié une Loi qui était si chère. La Justice le lui rendrait forcément.

-Prenez garde.
répondit Javert dans un hochement de tête qui semblait signifier qu'il était désormais libre de partir. Et évidemment, ce qui était prononcé sur le ton d'un avertissement amical et polo était en vérité une sincère et véritable menace.









code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   Ven 10 Juil - 14:18

Javert & Valjean
L'étau se resserre
Cela faisait des années que Valjean n’avait pas vu Javert, mais visiblement il n’avait pas changé. L’homme était toujours aussi déterminé à arrêter les criminels, à l’arrêter lui. S’il le traquait encore aujourd’hui, malgré les années qui s’écoulaient, c’était qu’il avait sérieusement une dent contre lui. En même temps, c’était assez logique quand on réfléchissait à ce qu’ils avaient vécu. L’ancien forçat avait réussi à tromper son monde quand il était encore le maire de Montreuil-sur-Mer, il était parvenu à avoir la confiance de tout le monde. Tous, sauf cet inspecteur qui avait eu des soupçons à son égard depuis le début avant de croire s’être trompé. Valjean se souvenait comme si c’était hier, du jour où l’inspecteur était venu lui présenter ses excuses. L’homme avait dû mettre sa fierté de côté, avant d’apprendre que finalement il s’était fait berner à son tour. Que l’homme qu’il avait pris pour Jean Valjean et qui était sur le point d’être jugé, n’était vraiment pas l’ancien forçat. Javert se porterait peut-être mieux maintenant s’il ignorait qu’il ne s’était pas trompé, mais Valjean n’avait pas pu s’empêcher de rétablir la vérité. On ne pouvait pas vraiment dire qu’il était un saint homme, parce qu’il avait fait des choses mauvaises dans le passé, mais il n’avait pas pu laisser cet innocent finir au bagne par sa faute, même s’il était incapable d’y retourner quand même.

La tension chez Valjean était palpable, il s’apprêtait à prendre ses jambes à son cou à tout moment. Si jamais l’inspecteur sous ses yeux cherchait à l’attraper, à l’arrêter, il serait prêt. Même si évidemment, l’homme n’avait plus rien à voir avec l’ancien maire qui avait encore quelques ressources dans ses jambes. Les années passaient et Valjean devenait de moins en moins capable de fuir physiquement. Mais il ne pouvait pas abandonner, parce qu’il avait encore sa fille qui comptait sur lui. En réalité, il n’y avait sans doute plus qu’elle qui le retenait dans cette vie de liberté, sans elle il n’aurait vraiment plus aucune raison de vivre. Il craignait donc de se faire arrêter, mais visiblement Javert avait l’air de bien vouloir le laisser partir.

« J’y compte bien. »

Se contenta-t-il d’ajouter en entendant les recommandations de Javert, qu’il prenait bien plus comme une menace en fait. Il ne parvenait pas à savoir si l’homme l’avait reconnu ou non, il n’arrivait pas à le lire sur son visage. L’inspecteur avait l’air normal, mais cela ne signifiait rien. Une chose était sûre, Valjean n’avait pas l’intention de prendre trop de risque. Javert était à Paris et il le cherchait, il venait de le dire lui-même, il était hors de question qu’il prenne trop de risque et qu’il se fasse arrêter. Pas sans avoir fait en sorte que Cosette puisse s’en sortir au cas où, mais comme il n’avait pas l’intention de l’abandonner, il ne voyait pas d’autre solution que de fuir en sa compagnie. Valjean se contenta donc de se pencher légèrement, faisant un signe polie à l’inspecteur, avant de se retourner dans l’intention de rentrer chez lui. Mais il allait volontairement faire des détours, pour être certain qu’il ne le suive pas.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: L'étau se resserre [pv Valjean]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'étau se resserre [pv Valjean]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le contrôleur doit se réveiller [Royaume kinétiques]
» Autobiographie de Léon Valjean

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les beaux quartiers :: Quartier du marais-