Partagez | 
 

 Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 2062
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Dim 11 Juin - 14:47


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie
peut retourner se faire choyer dans sa famille
E

njolras avait cru avoir la situation bien en mains, il avait vraiment imaginé qu'il avait su résoudre le problème que pouvait représenter Cosette dans ses plans. Non pas que Marius y soit indispensable non plus, mais il avait trouvé plus que dommage qu'un élément aussi prometteur gâche tout son potentiel pour une femme. Ce pouvait bien être une idylle passagère ou l'amour de sa vie, il s'en fichait royalement pour sa part, seule la cause comptait, et Marius semblait en passe de s'en éloigner définitivement alors même que le chef de file des amis de l'A B C l'avait cru retenue, alors même qu'il s'était imaginé que Marius avait compris que n'importe quelle romance, forte ou éphémère, se devait d'attendre. Tant que la patrie n'aurait pas été sauvée, tant que le peuple n'aurait pas obtenu gain de cause, les attaches personnelles, les considérations de l'individu et non de la communauté, n'avaient pas le moindre sens. Il avait été sûr et certain que Marius avait parfaitement intégré le message. C'était ce qu'il lui avait laissé comprendre, en tout cas, en participant assidument à toutes les missions du groupuscule, en se présentant à la moindre de leurs réunions. Il avait eu bon espoir, sincèrement bon espoir. Mais cet espoir avait de toute évidence été déçu. Car non content de se jouer de lui, Marius lui mentait effrontément. Enjolras comprenait mieux, à présent, la dernière conversation qu'ils avaient eue, les doutes qu'il avait osé formuler à ce moment-là. Ils avaient une véritable raison d'être. Il avait prétendu être prêt à tout sacrifier. Mais ce n'était pas le cas. Il ne pouvait tout sacrifier alors qu'il s'apprêtait à se marier (bon, en vérité, il était déjà marié, mais cette information n'était pas encore parvenue à ses oreilles).

Puisque les stratagèmes que lui-même et le père de Cosette avaient voulu mettre en place n'avaient rien donné du tout, il était assez évident qu'il allait devoir passer à la vitesse supérieure. Faire les choses en douce n'avait plus de sens, à présent, s'il devait faire entendre raison à Marius, il fallait qu'il lui parle en personne, qu'il le confronte directement. Et c'est pour cette raison qu'il avait proposé au jeune homme de le rejoindre au Musain, pas pour une nième réunion, cette fois, mais pour seulement lui parler à lui. Il était grand temps qu'ils mettent les choses au clair. Il l'attendait donc de pied ferme, avec l'espoir (vain) de lui faire renoncer à des noces qui pouvaient bien attendre l'après-barricades (s'ils y survivaient). Sauf qu'il ignorait alors que le jeune homme qui s'avançait à présent dans sa direction était un jeune marié fier de l'être.

-Bonjour, Marius, le salua-t-il sans rien d'amical dans la voix.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Mar 13 Juin - 17:48


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille.
Quand Marius avait eu l’invitation d’Enjolras de le retrouver au café Musain, le jeune homme ne s’était pas du tout méfié. Parce qu’il ne pensait pas une seule seconde que son ami puisse être au courant de son mariage. En réalité, ce n’était pas tant un secret non plus, mais il n’avait pas pris la peine d’en parler. En grande partie pour que le père de Cosette ne découvre pas la supercherie et qu’il ne fasse rien pour empêcher leur mariage. Et au fond, Marius devait bien avouer qu’il n’avait pas spécialement eu envie d’en parler à son ami non plus, parce qu’il savait qu’il serait contre. Il n’avait pas spécialement besoin de lui en parler pour savoir ce qu’il en penserait. Ils avaient déjà plus ou moins abordé la relation de Marius avec Cosette (enfin, surtout le fait qu’il soit amoureux d’une jeune femme) et Enjolras lui avait bien fait comprendre que c’était incompatible avec la cause qu’ils menaient. Le jeune homme ne pouvait pas complètement donner tort à Enjolras, évidemment, mais en même temps il ne pouvait rien faire contre les sentiments qu’il avait pour Cosette. Elle était la femme de sa vie, c’était évident et il n’allait pas changer d’avis. Marius ne pensait pas pouvoir vivre sans elle, raison pour laquelle ils étaient mariés d’ailleurs. Bien sûr, il comprenait bien que cela ne collait pas forcément au fait qu’ils devaient se battre pour la cause, qu’ils risquaient même de se sacrifier au final pour la cause, mais tant pis. Marius avait fait ce qu’il semblait juste, il avait fait la seule chose qu’il avait pu faire. Il n’aurait pas pu voir la jeune femme s’éloigner de lui, sans agir en conséquence.

Bref, sans se douter une seule seconde que son ami était au courant, Marius se rendit donc au café Musain. Il s’était presque attendu à voir les autres, parce que la plupart du temps ils étaient quand même tous présents (ou presque) dans l’arrière salle pour les réunions. Mais quand il arriva, le jeune homme constata qu’Enjolras était seul et, sans trop savoir pourquoi, il comprit qu’ils seraient seuls. C’était peut-être dans l’attitude d’Enjolras, qui le salua quand même d’une manière peu amicale. Oh, il n’était pas spécialement agressif non plus, mais il y avait quelque chose dans la voix de son ami qui n’avait rien d’amical comme d’habitude. Non pas qu’il soit très chaleureux en temps normal non plus, mais il l’était un peu plus.

« Bonjour. » Le salua-t-il donc à son tour, parce que c’était la moindre des choses. « Tu avais besoin de me voir ? »

Autant qu’ils rentrent dans le vif du sujet de toute façon. Non pas qu’ils n’avaient pas du temps devant eux, c’était le cas. Puisque Marius avait prévu le coup et qu’il n’avait rien de prévenu pour le moment, rien avant plusieurs heures en tout cas (même si concrètement, il avait constamment envie de retrouver Cosette, encore plus depuis qu’elle était son épouse). Mais bon, ils n’avaient pas besoin de tourner autour du pot.
Code by Gwenn


_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 2062
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Mar 13 Juin - 18:17


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie
peut retourner se faire choyer dans sa famille
S

itôt Marius arrivé, il ne manqua pas d'entrer dans le vif du sujet, et cela convenait très bien au chef de file des amis de l'A B C, qui n'avait pas la moindre envie de tourner autour du pot, certainement pas. Ils étaient amis, c'est du moins ce qu'Enjolras s'autorisait à penser, mais cela n'ôtait rien au fait que le jeune homme n'était pas venu ici pour lui parler de tout et de rien, tout comme Enjolras ne l'avait pas convié au Musain pour tailler une bavette, ils se connaissaient bien assez l'un l'autre pour savoir cela. Leur conversation allait forcément prendre une orientation très précise, et Enjolras, qui des deux était pour le moment le seul à savoir quelle serait la nature de leur discussion, ne pouvait pas ignorer la tournure qu'elle avait toutes les chances de prendre. Et pour cause, ce débat, ils l'avaient déjà eu, et plus d'une fois, qui plus est. Enjolras avait osé croire que c'était du passé, et qu'ils en avaient fini pour de bon avec ces considérations, force lui était de constater qu'il n'en était rien, et que le même sujet était amené à revenir sans cesse sur le tapis, plus encore aujourd'hui qu'avant, d'ailleurs. Avant, il pouvait toujours imaginer que Marius abandonnerait pour de bon son idylle au profit de la cause, il ne pouvait plus s'avancer autant à présent à ce sujet. Marius n'avait pas seulement d'yeux que pour une belle jeune femme, il était déterminé à l'épouser, et force était de reconnaître que ce n'était pas rien, et que cela pourrait changer fondamentalement de nombreuses choses pour peu que, le moment venu, lorsque la révolution, immanquablement, éclaterait de nouveau, il privilégie sa nouvelle famille plutôt que les intérêts de tout un peuple. Les mots étaient sans doute fort, il ne saurait le nier, mais pour l'heure, Enjolras se sentait trahi, et il trouvait Marius foncièrement égoïste. Il comptait bien essayer de lui faire entendre raison une nouvelle fois, mais puisque les fois précédente n'avaient finalement pas eu le moindre impact, il n'y croyait plus tout à fait.

-Oui... Je voulais être parmi les premiers à te féliciter pour tes fiançailles.

Bien sûr, les félicitations en question n'avaient rien de sincère, et cela ne saurait certainement pas échapper au jeune étudiant, mais c'était bien le but de la manoeuvre. Certes, Enjolras avait envisagé de présenter les choses sous un autre angle, demander à son interlocuteur s'il n'avait rien à lui dire, par exemple, mais ça aurait été trop simple, il aurait donné à Marius une occasion en or pour se dérober à ses accusations et à son jugement. Bien sûr, c'était totalement hors de question. Bon, il ne s'agissait finalement pas de fiançailles mais d'un mariage. Mais ça, il ne le savait pas. Pas encore, en tout cas.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Lun 7 Aoû - 15:30


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille.
Marius osait croire qu’il connaissait quand même suffisamment Enjolras pour le décrypter un minimum. Il savait qu’en cet instant précis, son ami avait quelque chose à lui dire et quelque chose d’important, quelque chose de forcément personnel. Si cela concernait la cause, Marius se disait que son camarade aurait sans doute attendu la prochaine réunion afin de lui en faire part, surtout que cela ne le concernait pas que lui. Alors il attendait de savoir ce qu’Enjolras avait à lui dire, se doutant que ce n’était rien d’agréable parce qu’il y avait cette froideur dans sa façon d’être. Enjolras était une personne borne, les deux amis n’étaient pas toujours d’accord sur les choses (d’ailleurs, ils devaient sans doute être moins souvent en accord tous les deux, que sur la même longueur d’onde). Ils avaient déjà eu l’occasion de se disputer et parfois de façon tout de même assez radicale. Au point que Marius ait pendant un temps arrêté de venir aux réunions, sous la demande d’Enjolras. Marius attendait donc, peu confiant de ce qui allait arriver. Et il avait bien raison de se méfier, puisqu’Enjolras ne tarda pas à lancer la bombe. Au moins, ils ne tournaient pas autour du pot. C’était mine de rien une qualité que Marius savait reconnaître à Enjolras en cet instant précis, même si pour le coup il aurait bien aimé ne pas être confronté à cette situation.

Enjolras voulait donc le féliciter pour ses fiançailles, il avait un léger train de retard, mais cela signifiait quand même qu’il était au courant de son intention d’épouser Cosette. Même si ce n’était pas un secret d’état, le jeune homme n’avait pas non plus crié sur les toits son envie de se marier avec Cosette. En grande partie pour que cela ne tombe pas dans l’oreille du père de la jeune femme et donc qu’il s’arrange pour qu’elle ne puisse pas l’épouser. Mais aussi, évidemment, en partie pour que le chef de file des amis de l’ABC ne puisse pas en entendre parler, puisqu’ils s’étaient déjà longuement pris la tête à ce sujet. Mais il le savait et forcément, Marius se demandait comment il le savait.

« Je te remercie. » Dit-il alors, ne cherchant pas spécialement à se montrer crédible non plus. Il savait bien que son camarade ne lui souhaitait absolument pas des félicitations de guettait de cœur et qu’il ne pensait pas une seule seconde les mots qu’il venait de prononcer. Il ne parvenait pas à se dire qu’Enjolras puisse avoir envie de le féliciter parce qu’il avait l’intention d’épouser une jeune femme – qu’il avait d’ores et déjà épousé en réalité – alors qu’il considérait que ça n’allait pas avec la cause. « Mais tes informateurs semblent légèrement en retard. » Dit-il, ne pouvant donc pas s’empêcher de venir sur le fait que le chef de file était au courant d’événement de sa vie, qu’il considérait qu’il ne les regardait pas. « Il vaut mieux que tu me félicites pour mon mariage. »

Parce que c’était fait et qu’il voulait qu’Enjolras le sache. Cosette était déjà sa femme, par conséquence rien ne pouvait le faire revenir en arrière.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 2062
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Mer 9 Aoû - 18:17


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie
peut retourner se faire choyer dans sa famille
E

njolras savait que, d'une manière ou d'une autre, la réponse de Marius ne lui plairait pas, n'avait aucune chance de lui plaire, parce que même s'il pouvait bien souvent remettre en question le propos de Grantaire, il savait que, cette fois, il avait été sincère avec lui. En conséquence, il était impossible, oui, que le chef de file des amis de l'A B C apprécie ce que le jeune homme lui répliquerait. Et de toute évidence, il ne s'y était effectivement pas trompé. Il le remercia pour commencer, et déjà, pour ça, le jeune homme était tout sauf convaincu, loin d'apprécier une telle attitude, comme si ça n'avait pas d'importance, comme si ses félicitations ne pouvaient qu'être réellement sincères. Alors qu'elles étaient bien, bien loin de l'être, évidemment. Si Marius s'était arrêté là, les choses se seraient bien rapidement envenimées, c'est évident, mais il ne s'arrêta pas là, non, apparemment, il avait encore d'autres choses à dire, et qui n'allaient qu'empirer les choses. Ses informateurs n'étaient pas à jour. Il s'était marié... Bon... D'accord. C'était pire que ce qu'il avait imaginé, et en découvrant cette information, Enjolras se sentait terriblement trahi. Il avait pensé avoir remis Marius sur le grand chemin, il pensait que ce dernier avait compris l'importance de la cause, il pensait que la situation était claire, qu'il avait cerné les priorités. Oui, il pourrait bien consacrer tout le temps qu'il voulait à sa Cosette, mais pas tout de suite, plus tard. Oui, plus tard, quand ils auraient fait ce qu'ils devraient faire, quand ils se seraient battus pour la liberté, pour le peuple... Oui, ça pourrait prendre le temps, mais ça en vaudrait la peine, ne serait-ce que pour garantir à leurs familles un avenir digne de ce nom. En épousant Cosette, Enjolras avait le sentiment que Marius cautionnait un système contre lequel ils se battaient pourtant de toutes les forces de son âme.

-Pardonne-moi de ne pas vraiment m'enthousiasmer,
répondit-il alors, les lèvres pincer. Non, franchement, il n'allait clairement pas se montrer euphorique pour la peine, il comptait bien exprimer clairement le fond de sa pensée, même s'il était maintenant clairement trop tard pour ça. Je pensais que tu m'en parlerais, ajouta-t-il alors. Mais à dire vrai, ce n'était pas le fait de ne pas avoir été prévenu qui le dérangeait, c'était le fait qu'il l'ait fait tout court, voilà tout. Il avait réellement le sentiment d'avoir perdu l'un de ses meilleurs éléments, après avoir cru l'avoir retrouvé de justesse. Et franchement, il était déçu. Je t'aurais conseillé d'attendre. C'était plus qu'évident, en l'occurrence. Mais de toute évidence, tes priorités ne sont pas celles que j'imaginais.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Jeu 21 Sep - 15:34


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille.
Marius ne fut pas spécialement surpris d’entendre Enjolras lui affirmer qu’il n’avait pas spécialement envie de s’enthousiasmer. Le jeune homme le savait bien, il avait bien conscience du fait que son ami ne cautionnerait pas son attitude, ses choix. Ce n’était pas pour rien que Enjolras plus que qui compte ne devait pas être au courant de son mariage avec Cosette, afin que Marius ne puisse pas voir ses projets ne pas réussir. Alors non, il n’était pas étonné et il n’attendait pas de la part du leader des Amis de l’A B C de sauter de joie en apprenant qu’il était marié. Surtout qu’il découvrait qu’il avait épousé Cosette et non pas qu’il était fiancé avec elle. C’était quand même un stade au-dessus, un stade où on ne pouvait pas revenir en arrière… ce que son ami aurait sans doute aimé de sa part. Sauf que Marius n’avait pas l’intention de revenir en arrière, il aimait Cosette, il voulait vivre avec Cosette, il voulait vieillir avec Cosette. Même si cela ne convenait pas forcément avec les combats qu’ils devaient mener tous les deux. Enjolras affirma qu’il pensait qu’il lui en parlerait, évidemment que non il ne pouvait pas le faire. Non pas qu’il ait spécialement eu envie de cacher cette information à son ami, en temps normal il aurait été heureux de lui en parler. Sauf qu’il savait parfaitement ce que son ami lui aurait dit, ce qu’il ne manqua pas de préciser d’ailleurs. Il lui aurait dit d’attendre. Attendre quoi au juste ? La mort ?

« Cela n’a rien à voir. »

Marius savait bien que sur ce point-là, les deux jeunes hommes n’étaient pas du tout du même avis. Bien au contraire. Enjolras considérait évidemment que son mariage allait avoir des conséquences sur la cause et en soit, le jeune homme ne pouvait pas réellement lui donner tort. Sauf que Marius n’avait pas envie de considérer que ça pouvait quand même changer ses convictions. Même s’il avait épousé Cosette, même s’il avait demandé de l’aide à son grand-père… alors qu’en le quittant, il avait quand même confirmé le fait qu’il changeait radicalement de vie.

« Je sais bien que tu m’aurais conseillé d’attendre, c’est bien pour ça que je ne t’ai rien dit. »
Dit-il alors d’un ton qui n’avait pas réellement quelque chose d’engageant. Marius n’avait aucune envie de se disputer – encore une fois – avec Enjolras, mais en même temps il ne pouvait qu’avoir envie de défendre sa position. Et sa position était qu’il aimait Cosette, qu’elle était sa femme et que rien ne pouvait plus les séparer. À part la mort. « Je ne pouvais pas attendre, c’est ce que je t’aurais répondu. Son père l’aurait conduit loin de moi. » Et vivre sans Cosette, ce n’était pas vivre. « Je suis là. Je viens aux réunions, je suis prêt à agir quand il faudra agir. Marié ou non à Cosette, ça ne change rien. »

Il cherchait autant à convaincre son ami qu’à s’en convaincre.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 2062
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Jeu 21 Sep - 18:47


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie
peut retourner se faire choyer dans sa famille
M

arius pouvait bien continuer d'affirmer - comme il l'avait presque toujours fait, au fond - que ça n'avait rien à voir, Enjolras ne saurait jamais se ranger à cet avis, pour lui, ça avait tout à voir en réalité. Il ne pouvait dissocier son devoir envers le peuple et sa vie sentimentale et prétendre que les deux appartenaient à deux mondes différents. En vérité, ces deux réalités coexistaient bel et bien par la force des choses, et le problème venait clairement de là. Elles ne pouvaient tout bonnement pas coexister, c'était proprement impossible. L'un écraserait forcément l'autre, et Enjolras se faisait d'avance une bonne idée de ce qui primerait le moment venu, et ce qui primerait serait bien entendu son couple, son épouse. Soit, mais dans ce cas, qu'il n'ait plus l'hypocrisie de venir encore à ces réunions. Etait-il le seul à penser que ça n'avait pas de sens ? Visiblement. Marius ajouta que l'urgence exigeait de lui qu'il se marie, sans quoi sa chère et tendre aurait dû fuir le pays en compagnie de son père. Et il n'était pas le moins du monde sensible à cette information. Parce qu'il le savait, parce qu'il avait conspiré avec le père de Cosette. En vain, manifestement, mais ni l'un ni l'autre n'avait envisagé que le couple irait jusqu'à se compromettre dans un mariage arrangé. On pouvait le dire, ils n'avaient pas été très malins... Marius, malgré tout, affirmait que ça ne changeait rien. Et sans doute le pensait-il, d'ailleurs ? Il est vrai qu'il se présentait fidèlement à chaque réunion, qu'il était présent, qu'il intervenait... mais au fond, ça ne voulait rien dire. Le moment venu, il ne pourrait être à la fois bon époux et bon révolutionnaire. L'un de ces statuts écraserait forcément l'autre, et Enjolras devinait lequel.

-Ne prétends pas que cela ne change rien, tu es plus intelligent que ça, tout de même !
Enjolras, en tout cas, le tenait pour être quelqu'un d'intelligent. Et s'il était intelligent, il savait forcément que même quand on affectionnait deux choses de manières qui nous semblaient égales, l'une finissait forcément à l'emporter sur l'autre. C'était l'âne de Buridan, un concept philosophique usé jusqu'à la corde et dont il avait forcément connaissance. Veux-tu que ta Cosette, à peine épouse, se retrouve déjà veuve ?

Certes, la cause n'exigeait pas forcément que l'on meure pour elle, et au contraire, on la servait bien plus fidèlement en restant en vie, mais elle exigeait, en revanche, que l'on soit près à tous les sacrifices pour elle. Et Marius ne l'était peut-être plus aujourd'hui. Si le danger était trop grand, accepterait-il vraiment de plonger son épouse dans un tel état de trouble.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Jeu 16 Nov - 7:37


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille.
Marius cherchait à convaincre Enjolras, mais visiblement, on ne pouvait pas vraiment dire qu’il y parvenait. Ce n’était pas faute d’essayer et de se montrer quand même sûr de lui, parc qu’il était sûr de lui. Bon, en même temps, il devait bien avouer qu’il cherchait aussi à s’en convaincre de son côté. En grande partie parce qu’il espérait plus fort que tout que la cause pourrait être indépendante de sa vie sentimentale avec Cosette, que son mariage avec la jeune femme n’allait pas influencer avec la révolution. Quand bien même, Marius avait bien conscience qu’il ne pouvait pas entièrement faire la part des choses. Que ces deux pans de sa vie faisaient justement partis de sa vie et donc qu’il ne pouvait pas les dissocier. Cependant, le jeune homme prenait quand même les propos d’Enjolras avec difficulté, quand ce dernier lui affirma qu’il était bien trop intelligent pour prétendre que ça ne changerait rien. En un sens, son ami lui affirmait qu’il était intelligent, mais en même c’était une manière de lui dire que pour le coup, il n’agissait pas du tout de manière intelligente. Et forcément, Enjolras savait parfaitement où il devait appuyer pour faire très mal. Il ne manqua donc pas de mentionner Cosette, lui demandant si à peine après l’avoir épousé, il voulait déjà en faire d’elle une veuve.

Marius ne pouvait pas nier qu’en effet, il n’avait pas spécialement envie de faire de Cosette une veuve et au final, le fait qu’elle ne soit pas au courant du fait qu’il était engagé dans une telle cause, signifiait quand même beaucoup. Parce qu’il n’assumait pas entièrement la prise de risque qu’il prenait, le fait qu’il risquait donc de rendre Cosette veuve en mourant pour la cause.

« Pourquoi est-ce que je devrais forcément la rendre veuve Enjolras ? »
Demanda-t-il alors, ne voulant pas du tout se démonter face au jeune homme sous ses yeux. Parce qu’il avait envie de continuer de croire qu’il était quand même capable de lier les deux, de faire les deux. La preuve, il ne manquait plus aucune réunion maintenant et il était prêt à se lancer dans la bataille si cela était nécessaire. Mais peut-être pas de mourir en effet, ce qu’il n’avait pas forcément envie d’avouer à Enjolras. Juste parce qu’il n’avait pas envie que son ami perde l’estime qu’il avait pour lui (même si c’était déjà le cas sans doute), parce qu’il n’avait pas qu’on mette en doute son implication. « On peut très bien y arriver sans perdre la vie. Je n’ai pas besoin de faire de mon épouse une veuve pour parvenir à révolutionner la France ! »

C’était le cas après tout, ils n’avaient pas forcément besoin de mourir. Seulement d’être prêt à le faire et indirectement, Marius précisait bien qu’il n’était plus réellement prêt à mourir. Pas autant qu’il aurait pu l’être en d’autres circonstances, s’il avait perdu Cosette. Mais il ne l’avait pas perdu, elle ne s’était pas éloignée de lui, ils étaient bel et bien ensemble. Et sa vie avait un sens.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 2062
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   Jeu 16 Nov - 19:02


Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie
peut retourner se faire choyer dans sa famille
D

e toute évidence, Marius n'acceptait d'entendre que ce qu'il voulait bien entendre... mais d'un autre côté, il est vrai que Enjolras n'avait pas forcément un comportement très différent, bien au contraire, même. C'était leur grand soucis. Dès que leurs intérêts divergeaient, dès que leurs visions des choses, pourtant très similaires, ne concordaient plus du tout... au lieu de se parler et de lettre les choses à plat, ils amorçaient un véritable dialogue de sourd tous les deux. Ils resteraient campés sur leurs positions, et au fond, Enjolras savait d'avance que son interlocuteur n'accepterait pas d'entendre ses arguments. Il gagnerait sans doute du temps si il cessait d'insister. Mais il ne le pouvait pas, parce que le chef de file des amis de l'A B C tenait à Marius, parce qu'il était un élément précieux pour la cause, bien sur, mais pas seulement, à titre personnel, aussi. Parce qu'il avait peur de perdre un ami... L'heure approchait de mener ce qui serait peut-être leur ultime combat, et ce n'était pas le moment de s'éloigner de ses proches, c'était le moment d'être uni, autant que faire se peut. Mais ils étaient très mal partis. Les propos de Marius lui paraissaient bien trop incohérents. Ou bien était-ce lui qui en demandait trop. Mais évidemment qu'il en demandait trop, c'était de l'avenir même de la patrie qu'il était question, de l'avenir du peuple. Alors oui, il était intransigeant, mais il ne considérait pas l'être sans raisons, bien au contraire. Alors qu'il trouvait en revanche que l'obstination de son interlocuter tenait du pur et simple caprice, sans l'ombre possible d'un doute.

-Ai-je dit que tu la perdrais forcément ?
répliqua Enjolras, agacé. Il n'aimait pas que l'on déforme ses propos, surtout qu'il choisissait toujours ses mots avec grande minutie. Il serait idiot de s'engager dans la bataille sans nourrir l'espoir d'y survivre, répondit-il. Et en effet, il espérait que tous les amis de l'ABC survivraient aux assauts des gardes nationaux le moment venu, mais les précédentes révolutions avaient eu leur lot de sacrifier, il ne pouvait y avoir de bataille réussie et décisive sans sang versé, et ce d'un coté comme de l'autre. Pour lui, l'ignorer, c'était se parer d'absurdes oeillères quand il valait mieux voir les choses en face. Il est tout aussi idiot de s'y engager sans prendre compte de l'éventualité de perdre la vie. Nous avons choisi une vie dangereuse, et tu l'as toujours su. Si tu veux mener une révolution de front à la manière des puissants qui attendent tranquillement chez eux que les pauvres gens se battent à leur place, libre à toi, mais tu ne vaudras pas plus que ceux que tu as villipendés si souvent.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Celui qui n'est pas prêt à payer de sa vie peut retourner se faire choyer dans sa famille [pv Marius :3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» ❝ le vrai héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut...
» La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. 〘PV Nagareboshi Ruika〙
» NOLAN ϟ le héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut.
» Ïdon ou la Nostalgie de celui qui VEUT rester jeune!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les beaux quartiers :: Quartier latin :: Le café Musain-