Partagez | 
 

 Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 31/05/2017

Message#Sujet: Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda   Jeu 1 Juin - 17:33


Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe
Gringoire & Esmeralda
Cela faisait des jours qu’il n’avait pas vu Esmeralda. Non pas que le couple soit habitués à se voir tous les jours car chacun vivait indépendamment sa vie de son côté et de l’autre mais cette absence prolongée n’en restait pas moins inhabituelle, même pour lui.

Dès le matin, Gringoire avait commencé à interroger ses compagnons d’infortune de la Cour des Miracles mais la réponse restait toujours la même, ils ignoraient où se trouvait la danseuse et certains s’amusèrent à lui rappeler qu’en tant qu’époux, il aurait dû logiquement être celui le plus à même de pouvoir répondre à sa propre question.

Au fur que la matinée passait, le poète sentait l’inquiétude monter. Le choléra faisait de plus en plus de ravages dans les rues grises de la ville. Les morts étaient évacués par brouettes entière – sinistre rappel de la période de la peste – et les moins bien nantis d’entre eux étaient balancés sans plus de cérémonies en fausse commune.

Gringoire se refusait à imaginer la belle Esmeralda gisant dans ce trou parmi les autres cadavres mais la crainte qu’elle ne soit malade et trop faible pour revenir ne pouvait que le hanter. C’est pourquoi il finit par prendre son courage à deux mains et à se rendre dans les bas-fonds de la ville, là où l’épidémie faisait le plus de ravages. L’odeur était nauséabonde, encore plus que d’habitude, et les bruits qui se faisaient entendre de part et d’autre des ruelles ne laissaient nullement place à l’imagination quant à la nature des symptômes qui tourmentaient les malades. Gringoire avait remonté son écharpe sur son nez et sa bouche, moins pour se protéger des germes que des odeurs mais après avoir arpenté les environs d’un pas rapide, il put constater avec soulagement que la gitane n’était pas ici.

Retrouver les parties les moins touchées de la ville fut un véritable soulagement et décidé à prendre une pause dans ses recherches, Gringoire prit place à une taverne qu’il connaissait bien et dont il dû saluer la majorité des autres habitués avant d’enfin pouvoir commander.

Il avait à peine entamé son verre de vin que son regard, se perdant part la fenêtre, accrocha une silhouette familière. Il n’entendit jamais la fin de la blague racontée par le vieil Arthur. Il avait bondi de sa chaise pour se ruer dehors et manqua de peu de glisser et de tomber quand il freina devant son épouse. Ni une ni deux, un grand sourire aux lèvres, il souleva la jeune fille de terre, la fit tournoyer une fois puis la reposa avant de déposer un baiser fraternel sur son front.

Veux-tu me voir devenir vieux avant l’heure à disparaitre de la sorte en me laissant dans l’inquiétude ? la questionnait-il sans que de réels reproches se fasse entendre dans le son de sa voix amusée. Où donc as-tu bien pu aller te cacher durant autant de jour ?

Esmeralda retrouvée, Gringoire avait par là même retrouvé son entrain et sa bonne humeur. Leur relation pouvait sembler étrange aux yeux de certains – voir de tous en vérité – mais pourtant elle semblait si simple aux yeux du poète. Esmeralda était son épouse et il la chérissait et continuerait de la chérir jusqu’à la mort d’une tendresse pourtant purement platonique et il avait espoir qu’un jour, cela soit réciproque.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 809
Date d'inscription : 13/02/2015

Message#Sujet: Re: Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda   Mer 2 Aoû - 20:00

Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe.
Les instants en prison n’avaient vraiment pas été agréable pour la jeune gitane, mais elle s’en sortait finalement assez bien. D’ailleurs, Esmeralda ne savait pas du tout comment ça se faisait qu’elle s’en sorte aussi bien, alors qu’elle n’avait pas parlé du tout de la cour des miracles. Elle avait passé quelques jours en prison, qui n’avaient vraiment pas été très… agréables, mais elle était libre à présent et elle n’avait pas besoin de trahir sa famille. Parce qu’il était évident que la gitane ne pouvait pas envisager une seule seconde de donner la position de la cour des miracles aux autorités. En faisant ça, elle signerait l’arrêt de mort de toutes sa famille (puisque les gitans étaient une grande famille), ce qu’elle ne voulait évidemment pas. Elle se trouvait donc dehors, profitant de la liberté. Le temps n’était pas propice encore une fois, elle avait froid à ses jambes nues, mais en même temps elle était heureuse. Elle marchait d’ailleurs dans la rue, dans le but de pouvoir retourner à la cour des miracles et rentrer chez elle. Elle allait pouvoir retrouver sa chèvre, qui lui avait tant manqué. Elle espérait d’ailleurs que Djali avait bien réussit à rentrer au moment de son arrestation. Elle faisait confiance à sa chèvre, elle savait parfaitement se débrouiller. Elle avait l’habitude en même temps, elle errait dans les rues de Paris depuis sa tendre jeunesse, un peu comme Esmeralda. Donc, il n’y avait aucune raison qu’elle ne soit pas retournée à la cour des miracles, qu’elle ait trouvé un gitan, ou autre manière de s’en sortir. Elle espérait la trouver sur place, parce qu’elle lui avait cruellement manqué. Elle n’avait évidemment pas que pensé à Djali pendant son séjour en prison, elle avait surtout d’ailleurs pensé à Phoebus. Son beau capitaine aux abonnés absents en ce moment. Elle avait espéré qu’il vienne la sauver des griffes de la justice, qu’il la sorte de cet endroit horrible. Mais il n’était pas arrivé, elle ne l’avait pas vu, il ne l’avait pas sauvé. Est-ce que ses sentiments pour lui allaient diminuer ? Non, absolument pas, elle l’aimait toujours autant. Son cœur souffrait simplement du manque, du fait de ne pas pouvoir voir son beau soleil.

Elle pensait à lui d’ailleurs alors qu’elle marchait, quand quelqu’un apparu soudainement devant elle. Il fallut plusieurs secondes à Esmeralda pour se rendre compte que c’était Gringoire, son époux. Enfin, son mari en mode gitan donc. Elle ne l’empêcha pas de la soulever et de la faire tourner autour de lui, visiblement heureux de la retrouver. Elle ne réagit pas plus que cela non plus au baiser qu’il déposa sur son front. Elle leva simplement doucement ses yeux vers lui, alors qu’il lui demandait où elle était ces quelques jours, montrant qu’il était vraiment inquiet. Esmeralda voyait bien qu’il s’était fait du sang d’encre, elle s’en voulait un peu pour cela. Même si elle ne se montra évidemment pas aussi heureuse de le voir. Elle l’aimait bien, mais comme elle aimait les autres gitans. D’accord, elle l’avait épousé, mais c’était juste pour lui sauver la vie.

« J’ai été arrêté par un inspecteur. » Dit-elle alors, peut-être un peu trop légèrement. « Tu as vu Djali ? »
Code by Gwenn

_________________
Je sens l'amour qui s'éveille au fond de moi, plus fort que moi. Il est beau comme le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 31/05/2017

Message#Sujet: Re: Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda   Mar 15 Aoû - 16:11


Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe
Gringoire & Esmeralda
De toutes évidences, la belle Esmeralda n’était pas aussi enthousiasme que lui par leurs retrouvailles mais Gringoire ne s’en vexait pas pour autant. Si lui aimait la jeune gitane comme une sorte de sœur, il n’en n’oubliait pas pour autant que celle qui était son épouse était encore une adolescente et que même si ce mariage avait été son idée à elle pour lui éviter la pendaison, il ne pouvait pas pour autant s’attendre à ce qu’elle éprouve pour lui autre chose que de la pitié – celle même qui semble-t-il avait motivé son geste à la Cour des Miracles – teinté d’une vague idée de sympathie. Mais peu importe dans le fond après tout. Chacun avait leur vie et même s’il lui serait à jamais reconnaissant de lui avoir sauvé la vie, il savait que viendrait certainement le jour où l’un des deux s’éloigneraient définitivement de l’autre afin de continuer à suivre sa propre destinée.

Gringoire ouvrit de grands yeux quand Esmeralda lui apprit qu’elle avait été arrêtée. Pour les gitans, ce n’était jamais une bonne chose et cela tenait même presque de l’impossible qu’elle soit à nouveau libre à présent. Mais il n’eut pas le temps de lui poser des questions qu’elle l’interrogeait déjà sur Djali. Au moins le message était clair, elle s’était plus inquiétée ces derniers jours pour sa chèvre que pour son époux.

Étant donné que je l’ai laissée sans surveillance depuis ce matin, je dirai qu’elle a à nouveau trouvé le moyen de se faufiler dans ma chambre pour dévorer mes parchemins.

Gringoire et Djali avaient une relation assez conflictuelle à ce niveau-là.

Mais ne t’en fais pas, je m’en suis occupé lorsqu’elle est revenue sans toi. Elle va bien.

Autrement dit, il n’avait pas encore cherché à transformer l’animal en ragoût malgré le fameux carnage qu’elle avait fait parmi ses écrits lorsque, dans un élan de bonté, il avait donc recueilli la chèvre pour s’en occuper lors de la disparition d’Esmeralda. Il avait juste vite comprit à ses dépens qu’il était préférable de la laisser se balader dans la cour des Miracles plutôt que de lui offrir l’asile dans sa chambre.

Mais toi, dis-moi plutôt comment est-ce que tu vas et comment as-tu faussé compagnie aux inspecteurs ?


La logique voudrait qu’elle leur aille donnés ce qu’ils voulaient. Et Esmeralda étant une gitane, c’était probablement la Cour des Miracles qu’ils avaient exigés. Mais Gringoire avait beau au final peu connaître la jeune fille, il ne se l’imaginait pas donner l’emplacement aux inspecteurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 809
Date d'inscription : 13/02/2015

Message#Sujet: Re: Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda   Sam 30 Sep - 15:22

Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe.
Esmeralda ne le montrait sans doute pas comme il le fallait, mais elle appréciait Gringoire. Évidemment, elle ne l’aimait pas comme une femme devrait aimer son époux, mais en même temps elle ne l’avait pas épousé comme le commun des parisiens pouvaient faire. Si Esmeralda était mariée maintenant au poète, c’était simplement pour lui permettre de devenir un gitan et donc de ne pas être condamné à mort. Ça n’avait aucune valeur pour la jeune femme, qui considérait l’homme comme un autre gitan qu’elle pouvait côtoyer. Mais elle l’appréciait quand même, parce qu’il savait lire par exemple alors qu’elle ne savait pas elle. Qu’il lui apprenait des choses par moment et qu’elle pouvait compter sur lui pour s’occuper de Djali. Même si l’homme et la chèvre avait une relation par moment un peu conflictuelle concernant certains points, Esmeralda savait parfaitement que sa meilleure amie appréciait son époux. Elle n’était donc pas réellement surprise d’apprendre qu’ils s’étaient retrouvés quand Esmeralda avait été arrêté et que la chèvre était rentrée seule. La gitane était soulagée en tout cas, elle n’aurait pas aimé apprendre que Djali avait en plus du subir des torts depuis son arrestations.

« Merci. » Dit-elle simplement dans un sourire sincère.

Elle appréciait en effet ce que Gringoire avait fait, le fait qu’il prenne soin de Djali. Maintenant, Esmeralda se disait qu’elle pouvait définitivement mettre de côté ce qui venait d’arriver pour se concentrer sur le futur. Et elle préférait largement laisser le passé, au passé. Même si elle ne le faisait pas avec tout. Sans grande surprise, le poète lui demanda alors ce qui s’était passé, comment elle avait pu quitter les inspecteurs.

« Ils m’ont laissé partir. » Elle ne savait pas vraiment pourquoi, elle n’avait pas cherché à en savoir plus. On lui avait fait comprendre qu’elle pouvait partir, alors elle n’avait pas demandé son reste et elle s’en était allé. Elle n’avait aucune envie de retourner dans un tel endroit. « Ils m’ont attrapé, je suis tombée en courant et un inspecteur a réussi à m’attraper. » Elle s’en voulait pour ça, une simple chute était la cause de tout ça. « Ils voulaient que je leur dise où est la cours des miracles. » Sans grande surprise sans doute, parce que les forces de l’ordre cherchaient à mettre la main sur l’endroit où les gitans avaient élu domicile. « Mais je ne leur ait rien dit. » Elle ne pensait pas nécessaire de le préciser, mais elle le faisait quand même. « C’était horrible... »

Elle ne put s’empêcher de sentir un frisson parcourir son échine en repensant à ces jours qu’elle avait passé en compagnie des forces de l’ordre. Et encore, elle ne savait pas qu’elle avait eu de la chance et qu’elle aurait pu subir bien plus que cela. Au moins, maintenant, elle était dehors. Même si ce n’était pas du tout grâce à son soleil... malheureusement, elle ne savait absolument pas ce qu’il devenait. Elle aurait aimé qu’il vienne la sauver.
[/color]
Code by Gwenn

_________________
Je sens l'amour qui s'éveille au fond de moi, plus fort que moi. Il est beau comme le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 31/05/2017

Message#Sujet: Re: Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda   Dim 5 Nov - 20:49


Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe
Gringoire & Esmeralda
Mais je t’en prie, répondit-il en lui rendant son sourire avant de mimer une révérence à grand renfort de moulinets du bras alors qu’il se penchait largement en avant. Après quoi, il se redressa en lui adressant un clin d’œil. A votre service très chère.

Il avait beau s’en plaindre, dans le fond il serait bien ennuyé si un jour il arrivait du mal à cette satanée chèvre. Parce que si cela devait être le cas alors qu’elle était sous sa garde, Esmeralda serait capable de lui arracher les yeux. S’il y avait bien une chose qu’il avait vite apprit en vivant parmi les bohémiens, c’était qu’il ne fallait jamais – Ô grand jamais ! – se mettre une gitane à dos. Elles pouvaient vite devenir pire que les hommes l’air de rien. Ayant appris à se défendre dès leur plus jeune âge.

Bien sagement, Gringoire écoutait Esmeralda lui conter ses malheurs et son expression se faisait de plus en plus soucieuse au fur et à mesure qu’elle avançait dans son court récit.

Certes, il n’avait rejoint la Cour des Miracles que récemment et beaucoup pourrait dire qu’il n’était en rien n véritable bohémien mais pourtant, il avait appris à aimer cette vie et à apprécier sa nouvelle « famille ».

Quand elle eut terminé son récit dans un frisson, Gringoire n’hésita pas une seule seconde et il retira prestement son manteau pour venir le poser sur les épaules de celle qui était son épouse.

Je suis vraiment désolé. Si j’avais su, j’aurais tenté de trouver une solution pour te sortir de là plus vite, expliquait-il tout en refermant les pans du manteau sur Esmeralda dans un geste tout ce qu’il y avait de plus fraternel.

Gringoire n’était pas de ceux qui disaient ce genre de chose à la légère. Il tenait réellement à Esmeralda et n’aimait absolument pas l’idée qu’elle ait pu se retrouver enfermée et soumise à la question. De plus, il ignorait que la jeune demoiselle en détresse avait en vérité aspiré à être sauvée par un tout autre homme que lui.

Tu dois être affamée, je doute que ce soit en prison que l’on soit le mieux nourris, réalisa-t-il tout à coup avant de lui désigner la petite taverne dont il était sorti. Viens, leur plat du jour est généralement plutôt bon.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 809
Date d'inscription : 13/02/2015

Message#Sujet: Re: Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda   Sam 30 Déc - 18:46

Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe.
Esmeralda ne pouvait pas nier qu’elle n’appréciait pas plus que cela de raconter ce qu’elle venait de vive à Gringoire, même si c’était normal qu’elle le fasse. Parce que l’homme se questionnait sur ce qu’elle avait vécu ces derniers jours et en même temps, elle appréciait de savoir qu’il pouvait s’inquiéter pour elle. Même si, évidemment, la jeune femme n’aurait jamais autant de sentiment pour Gringoire que lui en avait pour elle. Enfin, qu’elle pensait qu’il avait pour elle. D’une certaine façon, la jeune femme ne savait pas exactement ce que ressentait son « mari », parce qu’en grande partie, de son côté, ils étaient mariés simplement pour que l’homme puisse être en vie. Cela n’allait pas plus loin et elle ne cherchait pas à en savoir plus. Parce que ça ne l’intéressait pas, disons-le clairement. Mais elle appréciait quand même de savoir qu’il pouvait s’inquiéter pour elle. Ce qu’il faisait donc, visiblement, puisqu’il enleva son manteau afin de le lui mettre sur les épaules. Esmeralda avait l’habitude d’avoir froid, même si les jours chauds étaient quand même présents en ce moment. Mais puisqu’elle était toujours habillée légèrement, qu’elle ne portait pas de chaussure, elle avait souvent froid. Cependant elle ne pouvait pas nier qu’elle appréciait de sentit la chaleur du manteau de Gringoire sur ses épaules, alors qu’il lui affirmait qu’il aurait trouvé un moyen de la sortir de là s’il était au courant de la situation. Elle le croyait. Elle n’avait aucune raison de ne pas le croire en même temps, de ne pas penser qu’il soit sincère.

Esmeralda ne répondit pas, elle se contenta simplement d’afficher un nouveau sourire à son mari, avant que ce dernier ne reprenne la parole. Elle avait faim, ça elle ne pouvait pas le nier encore une fois. Ce n’était pas réellement en prison qu’on l’avait nourri, quand bien même la jeune femme avait l’habitude de ne pas réellement manger à sa faim. Le regard de la jeune femme suivit celui de Gringoire, alors qu’il lui désignait une taverne à côté d’eux. Esmeralda n’avait pas réellement l’habitude de manger dans une taverne, d’aller se faire « servir », mais pour une fois ça ne pouvait pas réellement lui faire de mal. En grande partie parce qu’elle avait faim. Que ça soit bon ou pas, ça n’avait pas réellement d’importance, tant que c’était mangeable c’était bien. Esmeralda n’était pas réellement difficile.

« C’est vrai que j’ai faim. »
Confirma-t-elle alors, avant de marcher vers la taverne en compagnie de Gringoire, même si ce n’était pas réellement dans ses habitudes. « Je te fais confiance. »

Et ce n’était pas rien de sa part après tout. Même si elle était de toute façon bien trop naïve d’une manière générale.
[/color]
Code by Gwenn

_________________
Je sens l'amour qui s'éveille au fond de moi, plus fort que moi. Il est beau comme le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 31/05/2017

Message#Sujet: Re: Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda   Jeu 26 Avr - 13:56


Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe
Gringoire & Esmeralda
Emmitouflée dans le manteau bien trop grand pour elle, Esmeralda semblait bien petite tout à coup et, surtout, bien jeune ! Gringoire avait tendance à oublier son âge et quoi de plus naturel quand on voyait la confiance en elle qu’elle dégageait souvent, comme quand elle s’était interposée à son exécution en l’épousant, ainsi que cette aura séductrice et désirable qui émanait d’elle quand elle dansait. Mais Esmeralda était encore très jeune malgré tout. 16 ans, presque une enfant. La moitié exacte de son propre âge. Et autant cette femme-enfant avait généralement le pouvoir de l’intriguer et de l’inspirer, autant là tout de suite, avec ce manteau bien trop grand, ses cheveux bouclés en bataille et son air fatiguée, il ne voyait plus que la gamine, l’adolescente. Cette dualité dans la manière dont il arrivait à la voir d’une fois à l’autre l’amusait toujours autant et lui avait même inspiré l’un de ses derniers poèmes.

Quand ils franchirent la porte de la taverne, les conversations des quelques rares clients se turent instantanément alors que les regards se posaient sur la bohémienne. Les gitans étaient rarement les bienvenus dans les établissements mais celui-ci avait l’avantage d’être suffisamment médiocre de réputation pour que la patronne se fiche de qui étaient ses clients du moment qu’ils payaient rubis sur l’ongle.

De l’une des rares tables s’éleva alors un commentaire sur « le beau ptit cul de la d’moiselle » suivit d’une invitation à venir le poser sur les genoux du malotru en question. Avec un calme olympien, Gringoire vint se pencher sur lui.

C’est de ma femme dont tu parle là, alors tu te calme ou ta tasse de café brûlant pourrait bien se renverser malencontreusement et venir calmer tes ardeurs.


L’homme grogna un peu mais n’insista pas. Dans cette fange de la population, on pouvait plaisanter sur les épouses, faire de blagues de mauvais goûts, mais pas présence du mari. Comme quoi, il restait encore un tout petit peu de respect quelque part dans les égouts de Paris.

Revenant à Esmeralda, Gringoire la guida d’une main dans son dos jusqu’à une table en retrait, suivit par la patronne.

J’veux pas d’problèmes ici Gringoire… S’elle vole que’que chose, j’appelle direct la garde !

Le poète accorda à la femme particulièrement grasse et boutonneuse son plus beau sourire.

Tu sais que tu peux me faire confiance non ? Apporte-nous deux plats du jour.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce bruit de soupir, d'inquiétudes, que fait le temps qui passe. Feat Esmeralda
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inquiétudes...
» Inquiétudes à Astranaar
» Evanouissement et inquiétudes... (Suite de Surprise en forêt) [Pv Yumiko]
» Inquiétudes [FB PV Pumori]
» Tuer sans faire de bruit, facile non ? (PV Alya Sai)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les grandes places :: Place de la Bastille-