Partagez | 
 

 Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   Lun 26 Déc - 23:05

Marius & Enjolras
Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions.
Marius avait promis à Enjolras d’être beaucoup plus investi dans la cause, alors c’était ce qu’il faisait. Ce n’était pas vraiment évident, parce que son esprit ne pouvait pas s’empêcher de divaguer encore et encore, mais il faisait de son mieux pour être bien présent auprès des Amis de l’ABC. Même si ces derniers temps, avec le départ de Cosette et ce qu’il prévoyait de faire afin de l’empêcher de disparaître complètement de sa vie, il n’avait pas vraiment le cœur à la cause non plus. Mais il ne voulait pas le montrer à ses amis, il ne voulait pas qu’ils découvrent qu’il était perturbé. Encore moins Enjolras évidemment, à qui il avait fait la promesse que la femme qu’il aimait n’allait plus l’empêcher d’agir comme il devait le faire. Et Marius avait à cœur de prouver que même si son cœur battait si fort pour cette belle donzelle, il était toujours prêt à se battre afin de faire changer les mentalités, que ce pays change enfin de façon de faire. Il était prêt à se battre et prêt à tout pour gagner en compagnie de ses amis. Qu’il soit amoureux ou non, il savait que c’était compatible et que ses sentiments pour Cosette n’étaient pas un frein, contrairement à ce que son ami Enjolras pensait.

C’était donc pour cette raison que Marius avait participé, comme à chaque fois ces derniers temps, à la réunion que les Amis de l’ABC avaient tenue. Même si ce n’était pas évident pour lui de se concentrer, il était bien présent et il avait même participé comme il savait le faire. Il n’avait pas eu d’autre choix que de mettre un peu de côté ses pensées pour Cosette, celles qu’il avait l’intention d’épouser prochainement. Ces derniers temps, Marius ne pouvait évidemment que penser à cela, au fait qu’il devait retrouver la trace de sa tendre Cosette – grâce à Eponine d’ailleurs – afin de l’enlever et la conduire à l’autel (si elle le voulait bien, bien sûr, mais il n’y avait aucune raison qu’elle refuse non ?). Cela allait arriver très prochainement normalement, mais il ne pouvait pas se laisser déborder non plus. Tout comme… malheureusement, il ne pouvait pas se permettre d’en parler non plus. Marius aurait bien aimé pouvoir se confier à ses amis, sauf que c’était bien trop risqué de le faire. Il ne voulait pas entendre les reproches de ceux qui ne comprendrait pas ce qu’il faisait, tout comme il ne pouvait pas prendre le risque que son plan ne marche pas. Il devait marcher, c’était vraiment important.

Pour l’heure, Marius devait se montrer patient, ce qui n’était pas évident. La réunion venait de se terminer et la plupart des Amis de l’ABC avaient pris le chemin de la sortie, plus saoul les uns que les autres. À se demander comment ils faisaient pour tenir encore debout. Ils n’étaient pas nombreux à prendre tout cela sérieusement, mais Marius avait quand même envie de croire qu’ils pouvaient changer les choses. Et maintenant que la réunion était terminé, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de laisser son esprit un peu divaguer – complètement divaguer en fait – oubliant presque la présence d’Enjolras.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1983
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   Mer 28 Déc - 22:48


Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions.
I

l serait bientôt temps. Enjolras, tout du moins, avait la faiblesse d’esprit (et l’aplomb insolent qui le caractérisait si bien) de le penser en tout cas. Les murmures d’indignation se faisaient un peu plus audibles à chaque jour qui passait. Bientôt, ce serait des cris, si forts, si puissants, que nul ne serait en mesure de l’ignorer, et ce jour-là, sa voix se dresserait au même titre que les autres, forte et puissante sans pour autant s’élever ou même chercher à le faire au-dessus de toutes les autres. Ce ne serait pas nécessaire. Ce serait tous ensemble qu’ils hausseraient le ton, leurs voix n’en formeraient plus qu’une seule, un chœur harmonieux, un chant de révolte, un appel au renouveau que tous seraient tenu d’entendre et que nul ne pourrait ignorer. Oui, c’est bien ainsi que le chef de file des amis de l’ABC envisageait les choses, et il pensait le faire à juste titre. Malheureusement, les faits le décourageaient parfois… Enfin, il ne pouvait pas entièrement blâmer ses frères d’armes, pour cette fois, leurs conversations avaient été animées et juste, elle avait donné à Enjolras l’occasion qu’il appréciait tant de faire étalage de ses idéaux et d’y aller de ses harangues destinées à convertir même les plus réticents. Malgré tout, au final, cette soirée s’était achevée comme s’étaient achevées toutes les autres. L’alcool avait coulé à flots, le discours s’était fait vaseux, embrumé, et foncièrement altéré, et chacun était rentré chez soi, titubant pour ceux qui ne rampaient pas presque.

Pour Enjolras, qui ne cédait à aucun autre vice qu’à celui de la passion révolutionnaire (qui était sans doute le pire de tous, en réalité, à bien y regarder), ces comportements bas et bestiaux étaient indignes de la cause qu’ils défendaient, mais il avait bien fini par comprendre qu’ils étaient inévitables. C’était l’apanage de la jeunesse, affirmeraient certains, et ces personnes avaient très certainement raison, et si Enjolras avait pu agir comme le jeune homme que certains (et surtout certaines) auraient bien voulu qu’il soit, abandonné à ses bas instincts et à des envies jamais satisfaites, il l’aurait admis lui aussi. Mais c’était à peine s’il daignait s’affirmer humain autrement que pour se hisser au rang du peuple. Il n’était pas lui, il était le peuple en entier, une entité, un message plutôt que le messager. Mais ça, difficile de le faire comprendre à d’autres.

Une fois la soirée terminée, chacun s’en était retourné chez soi, comme d’habitude. Et comme d’habitude, Enjolras était le dernier à quitter l’arrière-salle du café Musain. Ou presque. Car il n’était en fait pas seul, Marius était là également. Ces derniers temps, le jeune homme avait prouvé au jeune révolutionnaire qu’il était apte à tenir ses promesses, et qu’il y mettait un point d’honneur, même. Il était assidu, et efficace également. Enjolras le préférait ainsi. À croire que la belle Cosette avait entièrement déserté son esprit. Était-ce le cas ? Va savoir… Enjolras ne manquait jamais de se demander si la stratégie qu’il avait mise en place avec le père de la jeune femme pourrait être payante. Il n’y avait qu’une façon de le savoir.

-Tu sembles songeur,
observa-t-il, brisant le silence, et pour une fois, ce n’était pas un reproche, juste un constat, teinté d’un intérêt réel.




code by Mandy



Dernière édition par Etienne Enjolras le Mar 14 Fév - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   Mar 14 Fév - 17:37

Marius & Enjolras
Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions.
Maintenant que l’arrière salle du café Musain était presque vide – il ne restait plus qu’Enjolras – Marius se permettait de nouveau de penser à celle qui enveloppait constamment son esprit. Le jeune homme avait promis d’être de nouveau investi dans la cause, de venir aux réunions, de participer comme il le faisait avant de rencontrer sa belle Cosette. Il le faisait donc, il venait aux réunions et il participait en évitant le plus possible de penser à celle qu’il rêvait à présent d’épouser. Ce n’était pas évident, mais il le faisait pour la simple et bonne raison qu’il voulait prouver qu’il était capable de combattre la cause tout en laissant son cœur battre pour quelqu’un. Il voulait prouver qu’on pouvait être amoureux de la cause, tout en était amoureux d’une merveille comme Cosette. Même s’il ne pouvait pas nier que ce n’était pas un exercice facile et que dès qu’il en avait l’occasion, il ne pouvait pas s’empêcher de laisser son esprit vagabonder. Comme maintenant donc, quand il pensait à Cosette et ce qu’il était en train de mettre en place avant de rentrer chez lui (sans avoir une seule seconde envie de rentrer chez lui d’ailleurs). Le jeune homme ne sorti de ses pensées que quand Enjolras s’approcha de lui et lui fit remarquer qu’il semblait songeur.

« Oui. »

Dit-il simplement, ne pouvant pas vraiment mentir à son ami. Cela n’avait pas d’intérêt qu’il mente de toute façon, parce qu’il savait parfaitement qu’il était songeur et c’était un risque qu’il le prenne mal. C’était sans doute idiot, mais dernièrement, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de prendre des gants avec son ami. Parce qu’il craignait qu’il lui fasse encore des reproches, des remarques parce qu’il était tombé amoureux. Parce qu’il n’était pas comme lui, parce qu’il ne mettait pas complètement sa vie de côté pour la cause. Et d’ailleurs, normalement il devrait peut-être parler de Cosette et expliquer à Enjolras qu’il pensait à elle, mais il n’avait pas l’intention de le faire. Il ne pouvait pas se le permettre, surtout pas en ce moment, il devait vraiment se montrer prudent pour éviter que le plan qu’il avait mis en place (même s’il devait encore attendre pour le réaliser) puisse aboutir. Non pas qu’il n’avait pas confiance en Enjolras – même s’il ne devrait pas avoir confiance en lui en fait – mais il devait se montrer prudent.

« J’étais en train de penser à la soirée. » Mentit-il donc, même si en soit c’était possible qu’il y pense. Même si la réunion venait à peine d’avoir lieux, ils pouvaient quand même déjà en débriefer. Du moins, le jeune homme osait croire qu’il valait mieux qu’ils parlent de la réunion avec son ami, plutôt que de parler de sa réelle préoccupation. « Elle a été… enrichissante. »

Marius ne se montrait peut-être pas assez optimiste, mais quand on voyait les camarades quitter l’arrière salle du café Musain en titubant, voir en rampant, ce n’était pas non plus très encourageant.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1983
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   Mar 14 Fév - 19:53


Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions.
E

n toute sincérité, une fois tiré de sa rêverie, Marius admit qu'il était bel et bien songeur. Déjà, c'était aux yeux d'Enjolras un signe d'honnêteté appréciable. Restait à savoir si le jeune homme saurait bel et bien se montrer honnête au sujet de ce qui le tracassait. Il avait plus de réticences à ce sujet, car Cosette avait toujours été un sujet des plus sensibles, entre eux, et si Marius ne voulait pas générer de querelles entre eux, il éviterait sans doute de lui en parler. Ce n'était pas bien grave, en fait, tout bien réfléchi. Enjolras pensait pouvoir deviner à son attitude ce qu'était sa situation... mais il n'aurait sans doute pas de confirmations. Mais le doute était-il permis ? Son subterfuge avait dû fonctionner, non ? En fait non, pas du tout, mais il était bien loin de s'en douter. Il ne devinait pas ce qui se tramait dans l'esprit de Marius, il était bien loin de deviner que le jeune homme, loin de se résigner à oublier Cosette, avait au contraire l'intention de l'épouser. En tous les cas, Marius se contenta de lui répondre de manière évasive et d'évoquer un sujet certes épineux, mais sans rapport avec ce que le chef de fil des amis de l'ABC soupçonnait. Cela étant, ce n'était pas un sujet si dénué d'importance. Bien au contraire. Dans tous les cas, quand il était la question de la cause qu'ils défendaient l'un comme l'autre, ce ne pouvait qu'être important et digne d'intérêt, ça ne pouvait que susciter l'intérêt du jeune révolutionnaire. Il avait donc pensé à la soirée, en effet, et quand il affirma qu'elle avait été enrichissante, Enjolras devinait malheureusement qu'il était parfaitement ironique. Et c'était compréhensible. On ne pouvait qu'être ironique en prononçant des mots pareils, effectivement. Il suffisait de voir comment s'était conclue la réunion... Sans conclusion, en fait. Il poussa un léger soupir accompagné d'un sourire résigné. Il était inutile d'être défaitiste ou de trop se lamenter. Il voulait vraiment croire que les choses pouvaient abonder dans leur sens, quoi qu'il en soit.

-Enrichissante, oui...,
reprit-il d'un ton loin d'être convaincu. Enfin... je crois en nos progrès. Il marqua une légère pause. Au moins, j'ai de nouveau quelqu'un avec qui débattre.

Il parlait de lui, effectivement, une manière de lui signifier qu'il était content de son retour, de sa présence aux réunions. Et c'était vrai. Il n'était pas rare que tous les deux soient en désaccord sur la forme, même s'ils se retrouvaient toujours sur le fond l'un comme l'autre, mais au moins, en opposant leurs idées, ils parvenaient à évoluer, à trouver de nouvelles idées, à tirer le meilleur parti des situations qu'ils affrontaient.

-À vrai dire, même s'ils ne sont pas manifestes, je crois en nos progrès.


Et il le fallait. Car il était convaincu que les événements allaient s'accélérer. Bientôt.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   Mer 5 Avr - 18:13

Marius & Enjolras
Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions.
À choisir, Marius préférait en effet largement parler de la cause qu’ils défendaient tous les deux, au lieu de mentionner Cosette. Parce qu’il n’avait pas besoin de grand-chose pour savoir que son ami n’allait pas apprécier qu’il pense encore à celle qu’il avait l’intention d’épouser sous peu. Les deux jeunes gens ne se comprenaient pas à ce sujet, Marius ne pouvait pas renier ses sentiments pour Cosette et Enjolras ne comprenant pas qu’il soit ainsi dépendant de ces derniers. Surtout au vu de ce qu’ils défendaient tous les deux. Marius savait bien qu’à un moment ou à un autre, ils allaient devoir prendre les armes. Ils avaient tous conscience de cela, ils étaient tous prêts (ou presque). Mais bien sûr, ils ne pouvaient pas non plus croire que ça allait juste être une partie de plaisir, qu’ils allaient tous s’en sortir bien. Et forcément, Enjolras considérait qu’il ne fallait pas avoir d’attache et sur le fond, Marius était d’accord avec cela. Mais lui, il n’avait pas demandé à tomber amoureux de Cosette, ça lui était tombé dessus. Et comme bien souvent, les deux amis ne pensaient pas tout à fait pareil, ils étaient en désaccord. Mais en même temps, c’était ça depuis un moment, ils commençaient à avoir l’habitude.

Marius afficha un sourire amusé quand Enjolras mentionna que maintenant, il avait de nouveau quelqu’un avec qui débattre. C’était ça en effet, ils n’étaient pas toujours d’accord sur la forme que prenait leur combat. Quand bien même ils allaient forcément dans le même sens, ils n’étaient pas toujours en accord, mais c’était ce qui allait leur permettre d’aller loin. En tout cas, c’était ce que Marius pensait et il n’avait aucune raison de penser autrement. Il avait envie de croire qu’ils pouvaient vraiment aller très loin tous ensemble, qu’ils allaient toucher au but de leur action. Mais… en même temps, quand il voyait le genre de réunion qu’il avait, il ne savait vraiment pas comment ils allaient y arriver.

« J’ai un peu plus de doute que toi. »
Avoua-t-il alors, quand Enjolras lui affirma que même si ces derniers n’étaient pas manifestes, il croyait en leurs progrès. Ça, il n’avait pas tort d’affirmer que leurs progrès n’étaient pas manifestes. Parce qu’on ne pouvait pas dire qu’on les voyait beaucoup. Oh, Marius croyait évidemment à la cause, il avait envie de croire qu’ils allaient atteindre leur but, mais il ne savait vraiment pas comment. Et ce genre de réunion ne lui donnait pas vraiment l’occasion de se montrer plus optimiste encore. « Par moment, j’ai l’impression qu’on perd notre temps. »

Le jeune homme savait bien qu’il ne devait pas penser de cette manière, mais il ne pouvait vraiment pas s’en empêcher. Et au fond, il enviait énormément l’optimiste dont faisait preuve Enjolras dans ces instants. Parce que sans lui, il était évident qu’ils ne seraient pas là aujourd’hui. Parce qu’il avait plus que foi que personne en leur réussite et qu’il les portait presque à bout de bras. Après tout, s’il n’avait pas été là, Marius aurait peut-être complètement délaissé les réunions.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1983
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   Jeu 6 Avr - 0:42


Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions.
L

e visage du chef de file des amis de l'A B C se décomposa légèrement quand son interlocuteur lui fit part de ses doutes au sujet de leurs actions, ou du moins de l'aboutissement de leurs projets et de leurs causes. Avoir des doutes pouvait être légitime, en réalité, et même si Enjolras ne le clamerait pas haut et fort, lui aussi doutait parfois (jamais dans ses valeurs et dans ses convictions, à elles il adressait une ferveur et une foi indéniable, mais dans ses frères d'armes, qui ne seraient peut-être pas à la hauteur des attentes le moment venu), mais s'il y avait bien une personne qu'il ne voulait pas voir douter, c'était très clairement Marius. Que d'autres sceptiques, comme Grantaire, ne se privent pas d'observer cette situation avec circonspection, c'était une chose, mais Marius avait toujours été un fervent défenseur de la cause, même si parfois absent, et il n'aimait pas l'entendre douter. Il avait pensé le retrouver d'autant plus motivé à combattre et à lutter qu'il avait reconsidéré ses priorités, et voilà qu'il s'interrogeait de nouveau. Même si les appréhensions de Marius étaient légitimes, il n'appréciait pas de les entendre, cela le piquait au vif, forcément, car il avait le sentiment que c'était alors tout son travail que l'on balayait d'un revers de manche, comme s'il était proprement inutile et insignifiant, comme si tout ce qui avait été mis en oeuvre jusqu'ici était vain. Ajouter qu'il avait l'impression qu'ils perdaient leurs temps, ça c'était lui porter le coup fatal, c'était remettre en cause une oeuvre qui devait être celle de sa vie entière. Difficile à admettre, donc, pour quelqu'un comme Enjolras qui dévouait tant et si bien sa vie à ses convictions que plus rien d'autre ne comptait finalement.

-C'est ces doutes qui constituent une perte de temps,
répliqua-t-il, sans doute un peu sèchement. Il marqua une légère pause, se ressaisit. Oui, c'est vrai, tous les soirs, ici, on ne refait pas le monde à grands renforts d'idéaux révolutionnaires malgré mes efforts, mais cela n'ôte rien à ce qui a motivé en premier lieu chacun de nous à assister à la moindre de ses ambitions. Un idéal se meurt s'il n'est pas nourri au feu constant des idées émises par chacun. Ces mots qui flottent dans l'air, même les soirs où ils sont peu nombreux, nourrissent notre volonté. Nous devons attendre le bon moment pour agir, je ne transigerai pas là-dessus. Je ne nous enverrai pas tous à la mort par caprice ou par ennui. Mais le jour venu, tu verras que notre cause n'a rien de vaine et que nous nous tiendrons comme un seul homme, fidèles à notre lutte. Il marqua une légère pause. Du moins pour ceux qui n'auront pas laissé le doute prendre le pas sur nos aspirations. Je crois en chacun de nous. J'osais penser qu'il en était de même pour toi.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   Sam 27 Mai - 18:27

Marius & Enjolras
Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions.
Marius connaissait bien Enjolras, il savait à quel point il pouvait être susceptible par moment quand il était question de leur cause. Ce n'était pas pour rien que les deux jeunes hommes avaient eu du mal à s'entendre quand il avait été question de Cosette. Enjolras avait mal pris le fait qu'il puisse se détourner un peu de la cause parce qu'il roucoulait avec la jeune femme. Maintenant, d'ailleurs, Marius ne parlait plus de sa bien aimée, alors qu'il avait l'intention de l'épouser, simplement parce qu'il savait que son ami allait mal le prendre. Et donc, sans grande surprise, il constata que les propos qu'il venait de tenir l'avait agacé. Cela se vit sur son visage avant même qu'il ne prenne la parole, d'une manière sèche. Marius se contenta de pousser un soupir quand son ami affirma que c'était les doutes qui constituaient une perte de temps.

Marius avait un peu le sentiment que son ami n'avait pas bien compris ce qu'il avait voulu dire. Ou alors, peut-être que si finalement. Marius ne pouvait pas nier qu'il doutait un peu trop de la situation et c'était sans doute à cause de ses nouvelles aspirations avec Cosette. Mais il ne pouvait pas s'empêcher de trouver qu'ils perdaient par moment leur temps, quand lors des réunions comme ce soir, rien n'avait semblé avancer. La plupart du temps, ils se contentaient de boire - certain plus que d'autre d'ailleurs - et de débattre sur des choses qui n'avançaient pas vraiment. Le jeune homme écouta attentivement les propos de son ami à qui il ne pouvait évidement pas donner tort. Non, il ne pouvait vraiment pas lui donner tort. Marius laissa quelques secondes s'écouler après le discourt d'Enjolras, qui ne manquait pas en quelques mots de lui montrer toute sa conviction.

"Et c'est bien pour cette raison que c'est toi qui nous conduit."

On ne pouvait que reconnaître à Enjolras qu'il était passionné, qu'il était motivé et qu'il savait parfaitement motiver les troupes. Quand il l'entendait parler ainsi, Marius savait qu'il allait pouvoir le suivre n'importe où. Même si par moment il ne pouvait pas s'empêcher de douter, parce que c'était le cas, il savait que son ami pouvait rapidement le ramener sur le droit chemin. Sauf concernant Cosette, mais là encore il n'était évidemment pas question pour lui d'aborder le sujet.

"Je sais que le moment venu nous ferons front ensemble. Mais c'est justement parce que tu seras là pour nous conduire et nous motiver."

Parce qu'Enjolras avait vraiment le don de le faire, en quelque mot il parvenait définitivement à enlever tout doute. Marius avait bien l'intention d'être là le moment venu, de se battre le moment venu. Même s'il allait épouser Cosette, même s'il n'avait pas spécialement envie de mourir, mais il serait quand même sur le front en même temps que ses amis.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1983
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   Lun 29 Mai - 22:01


Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions.
E

njolras pouvait être qualifié de beau parleur. Pas juste parce qu’il était beau et qu’il parlait mais parce qu’il avait un certain sens de la rhétorique, et savait comment galvaniser les foules, à croire qu’il était né pour être un leader d’opinion. Pour autant, il n’apprécierait pas franchement qu’on le nomme de la sorte. A ses yeux, les beaux parleurs sont bien souvent malhonnêtes, ils parlent pour être entendus et pas pour défendre leurs idées… Et bien sûr, il se défendait bec et ongles d’être de cette école-là. Oui, il parlait beaucoup et il parlait relativement bien, mais il le faisait toujours par pure conviction, sur de ses opinions, convaincu des idéaux qu’il défendait. Il ne s’était même pas rendu compte d’avoir si longuement parlé pour convaincre Marius que toutes leurs réunions n’étaient pas vaines , mais il l’avait fait… et pourtant, lui aussi, parfois, déplorait le peu d’intérêt que certains membres des amis de l’A B C semblaient adresser à la cause, mais il y croyait, il continuait d’y croire. Il le fallait bien, après tout, parce que, comme il l’avait dit, s’ils laissaient le doute prendre trop de place, alors leurs actions perdraient de leur impact et de leur sens, alors leurs idéaux seraient ternis et la cause ne serait pas servie judicieusement. Ce qu’ils faisaient était important, et plutôt que de s’attrister de voir que certaines réunions ne comptaient pas, il fallait tout simplement faire en sorte que chaque réunion compte, la moindre d’entre elles, d’une manière ou d’une autre.

Apparemment, son propos avait eu un certain impact et Enjolras avait le sentiment que Marius reprenait du poil de la bête. Tant mieux. Il était important, primordial, même, qu’il se batte à ses côtés, s’il n’était pas forcément le plus loyal et le plus fiable des membres du groupuscule révolutionnaires, il n’en était pas moins l’un des membres les plus cultivés, et cela, le meneur d’hommes le savait très bien. Oui, bien sûr, il était important que le groupe ait un chef de file, et que ce chef de file sache se montrer convaincant, et Enjolras devait bien admettre qu’il pensait que ce rôle lui convenait plutôt bien, mais il ne suffisait pas d’un seul homme pour mener à bien une révolution. Si tel était le cas, la révolution précédente aurait porté des fruits un rien plus pérennes. L’on ne pouvait malheureusement pas dire que cela ait été le cas, en dépit de la volonté manifeste de chacun, qui ne faisait pas toujours tout.

-Lorsque nous nous battrons, je ne suis pas certain qu’il y aura encore une voix pour guider les autres, dit-il non pas par humilité, mais parce que c’était en fin de compte ce qu’il espérait sincèrement. Nos voix n’en formeront plus qu’une, si puissante que personne ne pourra prétendre ne pas l’entendre.

C’était bien sûr une vision utopiste des choses, mais il fallait sans nul doute être utopiste pour être révolutionnaire. Impossible de faire autrement, en fin de compte.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bonnes résolutions font les bonnes révolutions. (Enjolras)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Se poser les bonnes questions pour avoir les bonnes réponses [PV : Joy ♥]
» Les bons crus font les bonnes cuites.
» Vos bonnes résolutions 2015 ♥
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» Les bonnes manières de table

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les beaux quartiers :: Quartier latin :: Le café Musain-