Partagez | 
 

 « C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. » | Javert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

Message#Sujet: « C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. » | Javert   Sam 3 Déc - 17:27


La rumeur murmurait que la littérature avait commencé à tuer l'architecture, dès l'essor de l'imprimerie, et pourtant, avait-on jamais vu un livre – si l'on omettait les textes religieux – égaler le caractère majestueux du monument qui se dressait en face de lui ? Le palais de justice de Paris avait commencé à être érigé au treizième siècle après Jésus-Christ, et il était droit et fier, comme à la première heure ; parfait symbole de la justice inébranlable que ses occupants servaient. L'inquisiteur avait entrepris de nombreux voyages, au cours de sa vie, et ce n'était pas la première fois que ses pas le menaient à Paris. Au reste, il n'y était pas venu depuis longtemps et il était toujours subjugué par la beauté de ces lieux, témoins des prouesses dont était capable l'Homme, mais aussi et surtout Dieu. L'escalier central permettait une ascension franche vers une porte massive et bleutée, elle-même bordée de piliers aussi massifs et fermes que les jugements qui avaient lieu dans les tribunaux de Paris. Les sculptures qui ornementaient les façades, en hauteur, surtout, avaient un je ne sais quoi de terrible et majestueux à la fois. Le bâtiment était d'autant plus imposant qu'on apercevait la cathédrale Notre-Dame de Paris, depuis ses sommets. Ainsi, la justice et la religion, sans être parfaitement voisines, se jaugeaient du regard et se tutoyaient peut-être un peu, sous le regard avisé du ciel.

Aussi peu souple était-il, Torquemada savait qu'il fallait coopérer avec le pouvoir mis en place, et parfois même avec sa police, pour espérer avoir une chance de laver les rues d'une ville, des péchés qui commençaient à la gangrener.  Le moine gardait les yeux levés vers les hauteurs de l'édifice, son propre visage dissimulé en grande partie par le capuchon noir dont été pourvu son costume. Il n'eut pas à entrer dans le bâtiment pour être abordé par l'un des agents en fonction de la ville, qui s'étonnait de sa présence fixe en ces lieux, et lui demanda quelles étaient ses intentions.

▬ Qui je suis, ça n'a pas d'importance. Simplement un serviteur de Dieu, dont les pas ont été menés vers cette ville, et qui aimerait en apprendre davantage sur les événements tumultueux qui s'y déroulent, dit-il doucement, ce qui, étrangement, ne parut pas convaincre le représentant de l'ordre.

▬ Si cela ne vous suffit pas, prévenez donc un inspecteur de la ville que Torquemada, Grand Inquisiteur et conseiller du roi Ferdinand VII d'Espagne souhaite s'entretenir avec lui, en quête d'informations, ajouta-t-il, avec plus de sécheresse.

Le policier, beaucoup plus réceptif aux éléments tangibles et matériels de ce monde, sembla favoriser cette réponse, plus terre à terre, laquelle parvint par ailleurs à le faire blêmir. Il se confondit en excuses avant d'entrer dans le palais de justice. Les sourcils froncés, l'homme de Dieu se détourna de l'édifice pour observer le peuple de Paris, patiemment...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: « C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. » | Javert   Dim 4 Déc - 21:16


« C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. »
C

omme une poignée de sable fin, une fois encore, il lui avait filé entre les doigts. Il était si proche, pourtant, d'atteindre un but poursuivi depuis tant d'années que c'en devenait une sinistre farce. Non pas qu'il se soit focalisé su cette ancienne chimère à chaque seconde qui l'avaient séparé de leurs retrouvailles, mais à présent que celles-ci avaient eu lieu, il déplorait avoir manqué à son devoir. L'ancien forçat, Jean Valjean, était bel et bien à Paris, il l'avait vu, il avait fait l'aveu de son identité, et pour autant, l'inspecteur de police n'avait su l'arrêter, réparer son erreur d'antan. L'échec était cuisant, désagréable... mais il n'était pas pour autant irréparable, encore fallait-il pour cela savoir où chercher celui qui prenait tant de soin à fuir... et il n'avait guère tout le temps qu'il souhaitait à consacrer à cette quête ancienne qui frôlait l'obsession, pas à l'heure où les rumeurs de révoltes étudiantes se faisaient de plus en plus sourdes et promettaient l'intervention prochaine des forces de police à grande échelle. Il s'en faisait écho dans tout le palais de justice et nulle autre préoccupation ne devait troubler l'ordre du jour. Du moins jusqu'à ce qu'un policier ne fasse irruption dans le palais de Justice et vienne s'adresser directement à Javert. Un homme l'attendait à l'extérieur, lui apprit-il. Un homme d'Église et non des moindres, ajouta-t-il ensuite. Grand inquisiteur, conseiller du roi Ferdinand VII d'Espagne, autant de titres qui nécessitaient l'attention d'un inspecteur de police. Et qui sut attiser la curiosité de Javert, qui daigna s'interrompre dans ses activités présente pour se rendre à l'extérieur afin de venir à la rencontre de cet homme, Tomás de Torquemada. Il le salua avec toute la déférence possible, avant d'interroger plus avant l'inquisiteur face à lui.

-Je me présente
, dit-il après l'avoir salué. Charles Javert, inspecteur de police, j'ai cru comprendre que vous sollicitiez ma présence.

Pas sa présence en particulier, bien sûr, mais celle de quelqu'un de son grade, ce qui revenait en définitive au même. L'inspecteur de police ne dit rien de plus, il ne pensait pas cela nécessaire, convaincu du fait que son interlocuteur n'avait guère besoin de plus pour savoir quelles questions étaient implicitées dans son seul propos. Inutile de lui demander les raisons de sa présence, il l'avait deviné : il réclamait de plus amples informations sur la situation actuelle, lui qui arrivait tout juste d'Espagne. Il avait des questions à lui poser. Javert ne lui tirerait pas les vers du nez. Il attendrait, tout simplement, que son interlocuteur lui pose les questions qui lui brûlaient les lèvres, et il y répondrait, dans la mesure de ses connaissances et de ce que lui autorisait son sacro-saint devoir judiciaire, sa sacro-sainte dévotion à la Loi.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: « C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. » | Javert   Lun 26 Déc - 15:33

Certains hommes étaient ainsi faits, qu'ils ne pouvaient subsister sans poursuivre un idéal, pourtant impossible à atteindre. Trop aveuglés par des principes qu'ils croyaient les bons, pour réaliser qu'ils pourchassaient une chimère, ils se vouaient corps et âme à l'exercice de leur fonction. Il y avait quelque chose de louable à sacrifier son bonheur, sa vie même, pour un objectif plus grand. Hélas, la plupart de ces hommes n'étaient point des exemples d'abnégation mais des semeurs de destruction. S'ils n'accordaient qu'une importance relative à leur propre vie, pourquoi se soucieraient-ils de celle des autres, après tout ? De la sorte, un inspecteur de police pouvait aisément fouler du pied les droits fondamentaux de ceux que l'on appelait les "misérables", et un homme de Dieu était capable de mettre une ville à feu et à sang, en prétendant sauver des âmes impies. Le défenseur de l'ordre se faisait ni plus ni moins juge et persécuteur, et le moine, tortionnaire et bourreau.

Quand des hommes comme Javert et Torquemada ne se laissaient pas entraîner par ces folies qu'ils étaient bien en peine d'identifier, ils semblaient bien honorables pourtant. Tous deux avaient bien trop de respect pour l'institution qu'ils représentaient, pour laisser le moindre élément au hasard, tant dans leur comportement, que dans l'endossement de leur uniforme. Au-delà de ça, ils paraissaient bien marmoréens, comme si ces corps étaient trop étouffés par l'uniforme qu'ils portaient, pour ressembler à autre chose que des statues. Leurs regards, pas moins vifs et acérés, contrastaient d'autant plus avec cette apparence.

Torquemada, dans l'attente d'échanger avec un inspecteur de police, observait le paysage et le peuple de Paris, avec une expression humble, qui aurait pu le faire passer pour une âme bienveillante, si un je ne sais quoi dans sa personne n'évoquait pas l'oiseau de proie. Au reste, il fit volte-face et observa l'inspecteur qui se présenta à lui, avec respect, une fois que Javert fut arrivé à sa hauteur.

▬ C'est le cas, répondit-il. Je vous remercie de sacrifier un temps sans doute précieux, à un humble serviteur de Dieu. Je suppose que je vous ai déjà été présenté.

L'humilité qu'il manifestait dans ses paroles, n'avait rien de simulée, bien au contraire. En revanche, un fin observateur aurait peut-être pu supposer que la dernière remarque était moins innocente. Torquemada se doutait que la police, comme d'autres institutions, n'accordaient plus une importance fondamentales aux religieux. L'inspecteur serait-il venu à lui, s'il n'était inquisiteur, et proche de la monarchie espagnole ? Notons que Torquemada n'était pas assez revêche pour paraître trop ironique ou accusateur, dès les premières paroles échangées. Sa dernière remarque ne semblait pas aussi sarcastique que sa pensée et avait de toute façon un but utilitaire, dans la mesure où elle écourterait les présentations et autres formalités. Le moine observa son interlocuteur un certain instant encore. Quelque chose dans l'aura que dégageait ce policier, lui plaisait. Après tout, il semblait honnête, intransigeant et respectueux des institutions mises en place. Peut-être chercherait-il à lui présenter la réalité des choses, sans la déformer d'aucune sorte.

▬ Le peuple de Paris est bien hétéroclite... On y trouve d'honnêtes artisans, des serviteurs de l'ordre, de Dieu, des marins, des foyers, mais aussi ceux que l'on nomme poètes, artistes, bohémiens,... Je ne vois pas un peuple qui respire en hissant un seul étendard, mais une foule qui gronde sous de multiples drapeaux, idéaux politiques, ou même différentes religions... constata-t-il, avec regret.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: « C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. » | Javert   Mer 28 Déc - 22:44


« C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. »  
S

i ironie il y avait peut-être dans les propos de l’inquisiteur, l’inspecteur de police ne le releva pas, et pour cause, l’homme devant qui il se trouvait importait moins que la tâche qu’il se devait d’effectuer, que le devoir qui était le sien, et auquel il se pliait avec une application qui frôlait, qui bravait, même, l’excès. Aussi se contenta-t-il d’écouter son interlocuteur sans mot dire, attendant de savoir pour quelles raisons il avait sollicité un tel entretien. Après tout, ironie ou pas, Javert considérait bel et bien que son temps était précieux, et il souhaitait découvrir qu’il était, en cet instant, occupé à bon escient, et non pour des motifs qu’il ne tarderait pas à déplorer. Il ne le pensait pas, cependant, il avait compris à qui il avait affaire, et c’était bien ce qui avait, avant tout, invité l’inspecteur à venir trouver cet homme qui s’était présenté sans solliciter de rendez-vous, empiétant sans scrupule sur son emploi du temps. Il se contenta de hocher la tête quand son interlocuteur supposa – à juste titre – qu’il lui avait déjà été présenté, par une tierce personne. C’était en effet le cas, et en son for intérieur, l’inspecteur de police appréciait que ce que la politesse exigeait d’introductions longuettes puisse ainsi être passé plus vite pour entrer directement dans le vif du sujet. Tomas de Torquemada était là pour une raison précise, Javert voulait savoir laquelle, c’était aussi simple que cela… Mais la simplicité de la forme n’était pas toujours à la hauteur de la difficulté du fond, n’en était pas révélatrice, tout du moins.

Malheureusement, son souhait d’entendre l’inquisiteur entrer directement dans le vif du sujet ne fut qu’à moitié exaucé, car s’il ne tarda pas à reprendre la parole, ce ne fut pas tout de suite pour lui apprendre les raisons de sa venue. Cela étant, les mots qu’il prononçait ne pouvaient que trouver un écho direct dans l’esprit de Javert, car il serait bien le dernier à ne pouvoir se ranger à l’opinion de son interlocuteur. Un peuple hétéroclite, qui ne savait penser, agir, vivre à l’unisson, dans le respect de ces sacrosaintes (du moins pour Javert) règles qui devraient honorer une certaine harmonie au sein du peuple. Le peuple français formait un ensemble disharmonieux, et où siège la disharmonie siège la révolte, il était bien placé pour le savoir. Il n’ignorait pas que certains, naïfs, ne juraient que par une nouvelle Révolution. Là où devrait être l’unité, il y avait une véritable fracture. Les opinions des deux hommes ne pouvaient que se rejoindre, même si Javert n’était pas un fervent croyant, lui qui plaçait la Loi avant Dieu, il n’ignorait pas combien les conflits de religion, les idéaux impies, étaient des prétextes à discorde, des générateurs de chaos.

-Je ne peux que vous donner raison
, admit-il dans un nouvel hochement de tête, d’un ton proverbialement neutre, qui était quelque part son apanage. Cependant, cela ne lui apprenait rien de précis quant aux motifs de sa venue, même s’il en devinait tout de même certains traits, encore grossiers. Que puis-je faire pour vous, exactement ?





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: « C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. » | Javert   

Revenir en haut Aller en bas
 
« C'est moins sûr, c'est plus dur, quand on va au droit chemin. » | Javert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interdit aux moins de 18 ans
» Réglage du PC pour consommer moins
» Dagon Nysrock, démon, du moins pour le moment...
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [PV Alh]
» Deux roses enlacées [ Déconseillé aux moins de 16 ans ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: Hors rp :: Archives-