Partagez | 
 

 La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Sam 5 Déc - 19:12


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
C'

était une histoire qui remontait à il y a bien longtemps. Peut-être même avant que Charles Javert ne devienne inspecteur de police. Les comprachicos avaient beaucoup fait parler d'eux en leur temps, et quand ils faisaient des ravages sur le sol français, nombre d'hommes avaient été affiliés à l'enquête, mais sans succès. Quelques hommes avaient été interpelés, mais ils n'avaient jamais parlé, et à ce jour, ils ne faisaient plus grand bruit, du moins en France, s'ils continuaient de sévir, ils s'étaient trouvés un autre territoire. Bref, trouver une solution digne de ce nom, espérer interpeler les coupables, n'était pas une mince affaire, mais Javert avait voulu s'y essayer, pas seulement pour renoncer de temps à autres à son éternel obsession, mais parce que sa rencontre avec Gwynplaine Girardet avait ravivé son sens dors et déjà exacerbé de la Justice. Le dossier était clos depuis tellement longtemps que de nouveaux éléments négligés étaient peut-être à mettre en exergue. Gwynplaine était un élément en soi, et c'était sous cet angle particulier qu'il avait décidé de mener son enquête. Bon, il devait bien reconnaître que, après de longues heures de recherches, les éléments neufs concernant les comprachicos en eux-mêmes étaient bien maigres, rien qui ne puisse ramener la police sur leurs pistes. Par contre, concernant cet enfant autrefois enlevé et relâché dans la nature, en plein blizzard, les informations que Javert avait fini par rassembler étaient pour le moins surprenantes et exceptionnelles. Il avait, bien sûr, attendu de rassembler toutes les information nécessaires pour être certain de ne pas se tromper, mais tout coïncidait, et cette information pourrait bien changer à tout jamais la vie du jeune saltimbanque qui se croyait sans famille et sans fortune. Il fallait qu'il le revoie.

Javert avait donc convoqué "l'homme qui rit" au palais de Justice. Difficile de savoir exactement comment amener les choses, mais cette vérité inédite se devait d'être dévoilée quoi qu'il en soit, c'était la moindre des choses, et la juste contrepartie pour tout ce que Gwynplaine avait subi depuis sa plus tendre enfance, et pour cette cicatrice qui barrerait à tout jamais son visage. La vie offrait ses revers de fortune, ils étaient rarement positifs, pour une fois, c'était le cas. La vie de Gwynplaine avait des chances de changer plus que radicalement. Et Javert serait un acteur, presque direct, de ce changement. Avec une certaine impatience, donc, l'inspecteur attendit celui qui ne serait peut-être bientôt plus saltimbanque, et ce fut avec immensément de politesse et de déférence, celle qui convenait d'adresser à quelqu'un d'un rang tel que celui qui lui avait été découvert.

-Bonjour, Monsieur Girardet. Prenez place, je vous prie.
Il s'installa à son tour, son regard soutenant celui de son interlocuteur. Avant que vous ne me posiez la question, je n'ai malheureusement pas trouvé encore d'indices supplémentaires concernant les comprachicos. Il marqua une pause. Par contre, j'ai découvert une chose dont il convient que vous soyez informé.

Il usait de bien de détours, mais Gwynplaine devait se tenir préparé, car ce qu'il s'apprêtait à entendre devait être à mille lieues de ce qu'il avait dû imaginé.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Ven 15 Jan - 15:48

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Gwynplaine se trouvait avec Ursus, près de leur roulotte, quand des hommes de la justice étaient venus les trouver. Le jeune homme n’avait pas tout compris de ce qui se passait, mais les hommes l’informèrent qu’il était attendu par l’inspecteur Javert au palais de justice. Cela devait sans doute avoir un rapport avec la conversation que les deux hommes avaient eu, quand ils s’étaient croisés et qu’ils avaient parlés du passé de « l’homme qui rit ». Gwynplaine avait donc adressé quelques mots à son père d’adoption avant de prendre le chemin du palais de justice en compagnie de ces deux hommes, ne se sentant pas vraiment à l’aise il fallait bien l’avouer. Il avait toute confiance en cet inspecteur qui avait semble-t-il eu à cœur de rendre justice, mais c’était quand même un peu stressant. Il n’était pas habitué à tant de formalité, qui n’allaient pas manquer d’être encore plus présentes une fois arrivé sur place. Gwynplaine se rendit donc jusqu’au bureau de l’homme, qui l’accueillit d’une manière vraiment formelle de nouveau. Eh ben, il ne se sentait vraiment pas à son aise.

« Bonjour, Inspecteur. »

Lui dit-il avant de s’assoir sur la chaise comme l’homme le lui demandait. Il posa ses mains sur ses genoux, se sentant de plus en plus mal à l’aise. Et encore, le jeune homme ne se doutait pas une seule seconde de ce que l’inspecteur allait lui révéler. L’homme commença par dire qu’il n’avait rien de concret sur les comprachicos. Gwynplaine ne parvint pas à cacher sa déception, il avait cru que c’était pour cette raison que l’homme l’avait fait venir jusqu’ici. Mais il n’eut pas vraiment le temps de rester sur sa déception, puis que l’inspecteur enchaina directement sur un autre sujet. Il avait découvert quelque chose qu’il devait savoir. Pendant quelques secondes, Gwynplaine ne dit rien attendant une réaction de la part de celui qu’il avait sous les yeux. Mais finalement, il ne put s’empêcher de parler.

« Qu’avez-vous découvert ? »

Si cela le concernait, évidemment Gwynplaine voulait en être informé. Il n’avait aucune idée de quoi cela pouvait bien parler, mais il voulait savoir de toute façon. Ne se rendant pas compte que ce détail, que cette information, allait grandement changer la suite de sa vie. Le comédien ne savait pas que quand il avait discuté rapidement avec l’homme qu’il avait sous les yeux, après que ce dernier ait vu son visage, il avait scellé son destin d’une toute autre manière. Qu’il avait permis à sa vie de retirer le flou de son existence passé, même si ce n’était pas pour autant une très bonne chose. Pour l’instant, il ne savait rien et il se contentait d’attendre que l’inspecteur prenne la parole pour lui dire. Son cœur battait un peu plus rapidement que d’habitude, il ne pouvait pas s’empêcher d’être anxieux. Il se disait que si l’homme l’avait convoqué de la sorte, c’était que cela devait quand même être important et il était en train de s’imaginer le pire.
Code by Gwenn


_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mar 19 Jan - 18:14


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
À

voir le jeune homme s'installer face à l'inspecteur de police, mu par la plus grande des curiosités, il était évident qu'il allait tomber de haut. Au mieux, en cet instant, il devait s'enthousiasmer à l'idée que son interlocuteur ait trouvé une piste intéressante qui lui permette de retrouver et punir le comprachicos, le groupe de malfrats qui l'avait enlevé et torturer, mais il était loin du compte. Il ne pouvait qu'être loin du compte. Car en le regardant, à l'heure actuel, saltimbanque de son état, le visage barré par une cicatrice disharmonieuse, il ne correspondait que peu au portrait qui avait pu être fait de lui dans sa prime enfance. Et pourtant, pourtant, ceux qui se moquaient, le huaient, ou avaient pu le traîner dans la fange devraient normalement s'incliner devant lui avec la plus totale des déférences. Comment, d'ailleurs, lui présenter les choses ? Javert n'avait d'autre choix que de commencer par le début, cela permettrait de ne pas faire sa révélation très frontalement à Gwynplaine, car ce qu'il avait à lui apprendre n'avait rien d'innocent ou de simple, cela allait changer à tout jamais le cours de la vie du saltimbanque, qu'il le veuille ou non d'ailleurs.

-En rouvrant l'enquête concernant les comprachicos, je me suis intéressé plus spécifiquement à vous, j'ai voulu déterrer votre passé dans l'espoir de trouver une information à leur sujet.
C'était le meilleur mode opératoire qu'il ait trouvé. Partir de la victime pour retrouver les criminels. Ce semblait être la meilleure option possible à ses yeux. mais il n'imaginait pas que l'histoire de cet enfant allait s'avérer plus passionnante et tragique encore que celle qu'on lui supposait de prime abord. Et au cours de mes recherches, j'ai découvert ceci.

Plutôt que de s'exprimer avec des mots, il tendit à Gwynplaine par-dessus la table les documents qu'il avait recueillis et mis de côté en vue de ce rendez-vous, et qui tous concernaient la disparition d'un enfant qui, aujourd'hui, devrait avoir l'âge du jeune homme. Ces documents, si tant est qu'on les attribue à Gwynplaine, présentaient ce dernier comme l'héritier légitime du seigneur Clancharlie, et ce sans qu'il ne puisse y avoir l'ombre d'un doute. L'homme face à lui pouvait tout à fait, oui, exiger le titre de duc, rien moins que cela, et l'héritage qui lui revenait, et qui pour l'heure n'avait pas de possesseur légitime, était infiniment conséquent.

-Tous les éléments portent à croire que vous êtes cet enfant. Et que votre enlèvement a été organisé de toute pièce afin de vous empêcher l'accès à vos titres.


Javert observa son interlocuteur avec la plus grande des attentions, guettant sa réaction. Il ne doutait pas que celle-ci soit forcément assez violente, dans un sens ou dans l'autre, car une révélation pareille ne saurait laisser qui que ce soit de marbre. L'inspecteur de police lui-même n'avait pas exactement su de quelle manière réagir, avant de décider d'accorder à Gwynplaine le droit d'accepter ou nier ces informations.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Jeu 18 Fév - 11:31

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Les yeux de Gwynplaine étaient tournés vers ceux de l'inspecteur Javert, alors qu'il attendait en silence de savoir ce que l'homme avait découvert. Il pensait, à tort, au début qu'il allait lui révéler des informations sur les comprachicos, ce groupe d'homme qui l'avait enlevé et mutilé dans son enfance. Mais apparemment, le fonctionnaire de police n'avait rien trouvé à ce sujet, mais l'avait quand même convoqué, il devait donc avoir une bonne raison. Et quelle bonne raison d'ailleurs. L'inspecteur expliqua donc à l'homme qui rit qu'il avait commencé à fouiller dans son passé afin de remonter la piste des criminels. Gwynplaine était un peu surpris quand même, parce qu'on ne pouvait pas vraiment dire qu'il avait du passé. Pour le jeune homme, son passé commencé au moment où les comprachicos avaient décidé de l'abandonner (affirmant qu'ils viendraient le chercher de nouveau, mais ça faisait longtemps que Gwynplaine n'y croyait plus), avant qu'il ne croise la doute de Déa et Ursus. Il n'avait pas de passé, du moins, c'était ce qu'il pensait. Le comédien n'avait rien dit encore, se contentant d'observer surpris l'homme sous ses yeux, alors qu'il affirmait avoir découvert quelque chose. Gwynplaine se pencha un peu pour attraper le dossier que lui tendait l'inspecteur, avant de l'ouvrir pour y jeter un oeil. Par chance, le jeune homme savait parfaitement lire et écrire. Il le devait à Ursus, qui avait passé de nombreuses heures à son éducation et celle de Déa aussi (même si concernant Déa, les choses étaient différentes tout de même, puisqu'elle ne voyait pas). Gwynplaine n'avait donc aucun mal à lire les informations qui se trouvait dans ce dossier.

Il lit donc ce qui concernait ce Duc, à la fortune colossale, qui avait perdu son enfant. Un enfant qui devrait avoir l’âge de Gwynplaine aujourd'hui. Le jeune homme comprit où voulait en venir Javert avant qu'il ne reprenne la parole, lui affirmant que ses doutes le poussait à croire qu'il était bel et bien cet enfant. Son enlèvement aurait donc été organisé de toute pièce afin de l'empêcher d'avoir accès à sa fortune. SA fortune... Le jeune homme ne quittait pas les pages de ce dossier des yeux, tournant les différentes pages d'un geste rapide. C'était vrai ? Vraiment ? Gwynplaine ne parvenait pas vraiment à le croire, comment pouvait-il envisager une seule seconde qu'il était cet enfant et donc l'héritier de cette si grande fortune. Il avait toujours plus ou moins voulu connaitre sa famille - sans pour autant rejeter celle qu'il formait avec Déa et Ursus - mais en cet instant précis, il ne savait plus vraiment quoi en penser. Est-ce qu'il devait se réjouir ? Sans doute oui. Puisqu'il n'était qu'un saltimbanque se mettant en scène pour gagner son pain, découvrant qu'il était l'héritier d'une telle fortune. Le comédien leva son regard, plein de surprise et autres émottions, vers l'inspecteur.

« Vous êtes certain que c'est moi ? Il n'y a pas de doute possible ? Vraiment ? »

Gwynplaine ne voulait pas remettre les compétences de l'homme qu'il avait sous les yeux en doute, mais il ne pouvait pas s'empêcher de vouloir s'assurer qu'il ne se trompait pas. Parce que cette information allait clairement changer le court de son existence, le comédien ne pouvait pas faire comme si de rien n'était. Il ne voulait pas croire en quelque chose de faux, il ne voulait pas se faire de fausse joie (même s'il ne savait pas encore exactement s'il devait sauter de joie ou non).
Code by Gwenn

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Ven 19 Fév - 20:20


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
J

avert laissa à Gwynplaine tout le loisir de regarder les documents qu'il avait accumulé au sujet de l'héritier Clancharlie, cet enfant disparu qui, selon toutes vraisemblances, était bel et bien l'homme qui se trouvait dorénavant en face de lui. Javert s'attendait à une réaction plus... vive de la part de son interlocuteur, mais au fond, il comprenait sans mal son comportement, vraiment. Il devait être sous le choc. Il avait passé toute son enfance à s'imaginer une vie désargentée, et à mener une vie de cet acabit. Jamais, sans doute, il n'avait dû s'imaginer être à la tête d'une fortune aussi conséquente que celle qui lui appartiendrait sous peu, s'il décidait d'abandonner sa vie de saltimbanque pour rejoindre la haute noblesse.... et vraiment, qui donc ne le ferait pas en de telles circonstances ? L'inspecteur de police laissa à Gwynplaine toute latitude pour réagir, et ce fut finalement la surprise qui prit le pas sur toute autre émotion, manifestement, puisque le jeune homme lui demanda confirmation de ces informations, afin d'être sûr qu'il était bel et bien le garçon de ces documents, sans aucun doute possible. Javert hocha doucement la tête. Il avait revérifié ses informations, il ne faisait pas son travail à la légère, jamais, et tout coïncidait. Le hasard serait trop gros pour pouvoir être considéré. Gwynplaine était bel et bien l'héritier de Clancharlie, et il était certainement plus que temps de revendiquer ses titres et ses richesses. Il était normal que le jeune homme veuille être sûr. Mais il pouvait être certain que nul ne pourrait s'opposer à sa réhabilitation en l'accusant de parjure, tout était aux normes, en règles.

-Tous les éléments coïncident.
répondit-il d'un ton parfaitement assuré, et qui ne tolérait pas le moindre doute. Il s'agit bien de vous. Il marqua une légère pause. Je n'ai encore transmis ces documents à personne. Je suis le seul au courant de cette information pour le moment. Je peux rester le seul, si vous le souhaitez. Il laissa passer un nouveau moment de silence. Tout dépend de vous. Je peux les garder pour moi. Il n'avait en effet aucune obligation légale vis-à-vis de ces documents, même s'il serait profondément frustré que ces journées d'enquête aient été complètement vaines. Ou les transmettre aux autorités compétentes. Alors vous serez en droit de revendiquer votre titre et votre fortune. Et votre vie changera radicalement.

Ça, c'était le moins que l'on puisse dire, et il se permettait d'insister sur ce point, car il voulait faire prendre pleinement conscience de ce que sa vie aurait de différente s'il acceptait cette offre qui, aux yeux de l'inspecteur de police, était de ces offres que d'autres de sa condition ne pourraient qu'attendre et espérer toute leur vie. Il était libre de faire ce qu'il voulait, mais Javert considérait que quiconque avait de naissance un tel pouvoir en héritage ne pouvait y renoncer sans faire preuve d'une certaine ignorance... d'un certain égoïsme, même.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Jeu 31 Mar - 11:11

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Gwynplaine voulait être sûr, parce qu’il n’était pas question qu’il s’emballe trop rapidement. Est-ce que l’inspecteur Javert avait simplement des soupçons, ou est-ce qu’il était sûr ? L’homme acquiesça de la tête avant de prendre la parole, confirmant qu’il n’y avait aucun doute possible. Gwynplaine était bien le fils du duc de Clancharlie, il était donc l’héritier d’un titre et surtout d’une fortune colossal. Le jeune homme ne savait pas exactement à quoi pouvait bien ressembler la fortune, mais de ce qu’il voyait dans le dossier, elle était vraiment importante. C’était… incroyable. Le saltimbanque ne savait pas vraiment comment il devait réagir en cette seconde. Devait-il sauter de joie parce qu’il découvrait que pendant des années il avait vécu dans la misère – quoi qu’ils s’en sortaient bien maintenant avec Ursus et Déa – alors qu’en réalité il était riche. C’était bien ça, il était riche. Il était duc même, ce n’était pas rien. Il avait le même titre que la duchesse – et le fait qu’il soit un homme, c’était mieux – il faisait partie de la haute société. Gwynplaine écouta Javert lui affirmer qu’il était le seul au courant de ce détail, que personne n’avait connaissance de ce dossier et qu’il pouvait le laisser sous silence s’il le désirait. Mais s’il le désirait, il pouvait aussi le transmettre aux autorités compétentes et à cet instant, Gwynplaine pourrait revendiquer officiellement son titre et sa fortune. Et sa vie allait radicalement changer...

C’était ça le souci, c’était ça qui lui faisait peur. Gwynplaine était surpris bien sûr d’apprendre tout cela, mais il était un peu angoissé aussi. Ce n’était pas rien de passer de saltimbanque à duc, ce n’était pas rien de passer d’animaux de foire à la noblesse. Et Gwynplaine n’avait aucune idée de ce qu’il devait faire. Evidemment, le jeune homme se doutait bien qu’il ne pouvait pas faire comme s’il ne venait pas d’apprendre une telle nouvelle, qu’il ne pouvait pas simplement fermer le dossier et oublier. Au fond, il n’avait aucune envie de le faire. Mais ce n’était pas pour autant qu’il savait comment agir. Cette fortune allait changer sa vie, mais ce n’était pas forcément une belle perspective. C’était tentant, très tentant, mais il y avait des personnes qui allaient aussi être touché par ça. Déa et Ursus devaient le savoir.

« Gardez-le pour vous pour le moment. » Affirma-t-il alors, avant de reprendre rapidement. « Il faut… il faut que j’en parle à mon père et à ma sœur, je veux prendre la décision avec eux. » Ils avaient leurs mots à dire, puisque leurs vies allaient changer aussi. Il était évident que si Gwynplaine décidait de revendiquer ses titres et sa fortune, il n’allait pas laisser son père et sa sœur sur le bas-côté. « Notre vie va changer, je veux qu’ils me disent ce qu’ils en pensent avant. »

Autant dire que le jeune homme remettait la décision de tout cela pour plus tard. Il avait besoin de temps pour réfléchir, même si c’était particulièrement tentant d’accepter maintenant et tout de suite. Duc… fortune, ça commençait déjà à lui tourner la tête.
Code by Gwenn

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Sam 2 Avr - 11:36


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
L

a réponse de Gwynplaine n'eut pas grand chose de surprenant, pour l'inspecteur de police, quand bien même aurait nettement préféré que son interlocuteur prenne immédiatement la décision qui, selon lui, devait s'imposer sans qu'il y ait besoin d'y réfléchir plus avant. Il ne pouvait pas laisser passer une occasion pareille. Pouvait-on vraiment préférer une existence infortunée, à exhiber ses cicatrices aux yeux de tous, plutôt qu'une vie faite d'or, de titre, et d'un pouvoir non négligeable que le jeune Girardet ne pouvait pas se permettre d'avoir sur autrui pour l'heure ? Il ne le pensait pas, non. Et il était convaincu, d'ailleurs, que dès lors qu'il y aurait réfléchi à tête reposé, le saltimbanque saurait voir où se situait son intérêt et n'émettrait plus la moindre hésitation à cet égard. Mais en attendant, oui, sa réaction était ce qu'elle était, et elle était, en soi, prévisible. Gwynplaine avait vécu ainsi toute sa vie, à courir les routes en compagne de sa sœur et de son père d'adoption, à se faire passer pour ce qu'il n'était pas sans même s'en rendre compte, à se donner en spectacle aux yeux même de ceux qui riaient de lui sans savoir qu'ils possédaient des rangs égaux. Il fallait qu'il prenne le temps de rassembler ses esprits, qu'il en discute avec sa famille (mais qu'aurait-elle à en redire - ce revers de fortune pouvait leur être des plus profitable, à eux aussi), et qu'il revienne vers lui ensuite. Javert voulait du moins croire que les choses se dérouleraient ainsi. C'est qu'il avait entrepris de nombreuses recherches, avait travaillé dur à cette affaire, au point d'en négliger d'autres, peut-être plus personnelles mais, de fait, à ses yeux plus importante. Il déplorerait que le fruit de ses recherches tombe dans l'oubli et qu'il soit finalement seul à connaître l'histoire de l'héritier de Clancharlie. Mais il le proposait malgré tout. Ce n'était pas sa décision. Dans le cas contraire, il ne serait pas difficile de la deviner. Le fait qu'il s'exprime en ces termes "Notre vie va changer", était tout de même en soi particulièrement encourageant.

-Soit.
répondit-il finalement, résolu. C'est votre décision. Si et quand vous serez prêt et votre famille informée, vous savez de quelle façon me contacter. répondit-il, toujours de ce même ton professionnel qui, par voie de conséquence, était d'une neutralité parfaite. Est-ce qu'il y a des questions que vous souhaiteriez me poser ?

Il n'avait fait de sa situation qu'un résumé très concis. Les détails étaient contenus dans le dossier qu'il avait établi et laissé à la vue du saltimbanque, mais en de telles circonstances, il se pouvait bien que les questions soient légion dans son esprit. Auquel cas, Javert ne manquerait pas de leur apporter réponse. Qui sait, de la sorte, peut-être parviendrait-il à mieux convaincre son interlocuteur ?


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mar 10 Mai - 21:08

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Gwynplaine avait vraiment besoin de temps pour savoir ce qu’il devait faire concernant l’information qu’il venait d’apprendre de la part de l’inspecteur Javert. Evidemment, le jeune homme ne pouvait pas faire comme si de rien n’était, comme s’il ne venait pas de découvrir être l’héritier d’une grande fortune. S’il avait été seul, peut-être qu’il se serait contenté d’accepter parce qu’il ne pouvait quand même pas nier avoir bien envie de vivre dans la richesse que ça lui offrait. Et il n’y avait pas que cela, du pouvoir également. Ce n’était pas rien d’avoir une place au parlement parce qu’on est le fils d’un duc. Quoi que c’était bien la preuve que ce n’était pas forcément des personnes méritantes qui se trouvait dans le parlement, ils avaient leur place simplement parce qu’ils étaient bien né. Mais bon, ce n’était pas vraiment ce à quoi Gwynplaine pensait actuellement. Il pensait au fait qu’il y avait quand même une énorme fortune qui l’attendait et qu’il avait vraiment envie d’en parler à son père et sa sœur. De toute façon, Gwynplaine n’était pas tout seul et il était évident qu’il devait en parler à sa famille avant de prendre une décision. L’inspecteur sembla le comprendre, affirmant que c’était sa décision. Gwynplaine appréciait que Javert lui laisse un peu de temps, qu’il ne le force pas à décider maintenant. Même si, techniquement, il était un adulte, mais il avait besoin encore d’avis extérieur.

« Je le ferais dès que j’en aurais parlé avec mon père. »

Parce qu’évidemment, ce n’était pas parce que le jeune homme venait d’apprendre qu’il était le fils d’un duc et d’une duchesse qu’il n’allait plus considérer Ursus comme son père. L’homme était celui qui lui avait sauvé la vie en l’accueillant avec Déa dans sa roulotte pendant un hiver froid, il était celui qui l’avait élevé, celui avec qui le jeune homme se prenait le plus la tête aussi sans doute. Gwynplaine avait effectivement l’intention de prévenir l’inspecteur de sa décision le plus rapidement possible, parce qu’il n’avait aucune envie de laisser cette histoire traîner de trop. La seule chose qu’il désirait, c’était de parler un peu de tout cela à sa famille, juste pour savoir ce qu’ils en pensaient.

Après que l’inspecteur de police ait demandé à Gwynplaine s’il avait d’autre question, le jeune homme ne répondit pas dans la seconde. Il réfléchit un instant à la situation, tournant dans son esprit ce qu’il venait d’apprendre. Il ne s’attendait vraiment pas à un tel résultat quand il avait demandé à l’inspecteur de reprendre l’enquêter sur les comprachicos. Au final, il n’avait même pas de nouvelle du groupe. Mais peut-être avait-il découvert d’autre chose ?

« Est-ce que vous savez qui a organisé mon enlèvement ? »

Apparemment, quelqu’un avait organisé son enlèvement pour qu’il ne puisse pas accédé à ses titres. Gwynplaine se demandait donc qui était cette personne, ou ces personnes. Pourquoi on avait fait ça donc ? Pourquoi on avait scellé son destin en le faisant enlever par les comprachicos.
Code by Gwenn
[/quote

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mer 11 Mai - 17:19


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
L'

inspecteur de police se doutait bien que, en cet instant, les questions devaient se bousculer dans l'esprit du jeune homme, qui se découvrait une fortune comme il ne s'en était certainement jamais imaginée au cours de son existence ainsi qu'une noble ascendance qui devait tout autant le surprendre. Si la situation était inversée, et si on lui offrait d'interroger à sa convenance le détenteur de ces informations, il ne tarirait pas de questionnements, et en effet, le jeune saltimbanque (qui ne le serait peut-être bientôt plus) ne tarda pas à s'exprimer sur ce qui pouvait le questionner, à commencer par le commanditaire de cet enlèvement. La question était délicate, même si Javert s'était attendu à ce qu'elle soit posée, et avait pris le parti d'y répondre avec autant d'honnêteté que possible. Il n'avait pas de réponse très précise à donner à Gwynplaine, il ne pourrait lui accorder une réponse qui sache le satisfaire pleinement, mais il avait bien des pistes, sur le sujet, et qui n'étaient guère engageante, puisqu'elle touchait aux plus hautes arcanes de la politique. Javert avait en effet été aussi curieux que son interlocuteur de découvrir qui avait ainsi pu livrer cet enfant aux comprachicos, dont la réputation n'était plus à refaire alors, et la cruauté des mœurs connue de la plupart... Et les vérités qu'il avait commencé à déterrer était de celles que l'on vous faisait enterrer de nouveau bien vite, si l'on voulait du moins échapper à la lame aiguisée et tranchante d'une guillotine.

-L'enlèvement s'est déroulé peu de temps après le décès de votre père... En tant qu'unique héritier des Clancharlie, la mainmise sur votre fortune dépendait de votre disparition.
commença-t-il par répondre, assez prudemment. Je n'ai pu retrouver de document précis quant à la transaction dont vous avez fait l'objet, mais... quoi qu'il en soit, l'intérêt revient forcément à qui obtenait à votre disparition le plein contrôle des terres et de la richesse dont vous deviez hériter. En bref... Il marqua une pause. Il est très probable que l'ordre de votre enlèvement ait été donné dans les plus hautes sphères de notre hiérarchie politique. À vrai dire, l'ordre pouvait bien avoir été un ordre royal, mais Javert ne voulait pas s'avancer à ce point, sous peine de blasphémer. Votre retour, si toutefois c'est ce que vous souhaitez, risque de ne pas plaire à tout le monde.

Il est vrai qu'il aurait dû le préciser en premier lieu, mais il avait bien supposé que le sujet ne serait pas évité quoi qu'il en soit. Ses richesses et ses titres lui reviendraient de droit, c'était une certitude, et nul ne pourrait contester que Gwynplaine Girardet (ou Gwynplaine Clancharlie, plutôt) était dans son bon droit... Mais cette fortune qui passerait sous le nez de certains risquait fort de lui attirer l'animosité de ces derniers. L'on envie la noblesse tant qu'on n'en a pas connu les bassesses... Mais le pouvoir conséquent dont le jeune homme hériterait ne pouvait pas être négligé ou abandonné à la légère.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mer 15 Juin - 17:06

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Puisque cela lui était possible, Gwynplaine devait bien avouer qu'il était assez curieux de savoir pourquoi il avait été enlevé et surtout, pourquoi il avait été vendu au comprachicos. Ces hommes qui avaient mutilé son visage, il avait vendu à ces personnes et il voulait savoir par qui et surtout pourquoi. La réponse semblait assez évidente au fond, cela concernait les richesses qu'il n'avait donc pas pu prétendre pendant des années, avant d'en avoir connaissance aujourd'hui. Si l'inspecteur Javert n'avait pas accepté d'enquêté, Gwynplaine ignorerait encore sa naissance et la richesse qui lui revenait de droit. Il aurait pu mourir sans jamais y avoir accès, alors forcément ça devait venir de là. Gwynplaine ne savait pas vraiment ce qu'il devait penser de tout cela, d'apprendre qu'il avait été enlevé après la mort de son père afin de l'éloigne de ses terres et de ses titres. Une personne avait du organiser cet enlèvement pour toucher cet argent, sans doute, une personne même de haut rang. Ce n'était pas vraiment agréable d'entendre de tel propos, cela ne faisait que confirmer que le monde était bien pourri de l'intérieur. Le jeune homme ne savait pas vraiment s'il avait envie de faire partie de cette haute sphère, alors que les requins n'avaient pas hésité à s'en prendre à lui pour obtenir la richesse de son père, sa richesse. Mais en même temps, il ne pouvait pas s'empêcher de se dire que son retour ne ferait que gâcher complètement les plans de ces personnes et donc vengerait un peu les évènements qui avaient eu lieu. Il n'avait pas besoin de se venger pour toutes les années qu'il avait passé avec Ursus et Déa, il était heureux de les avoir dans sa vie et de former une famille avec eux. Mais il avait quand même été enlevé et mutilé, ce n'était pas juste. Même si son retour allait peut-être causer plus de tort qu'autre chose. Il n'était pas décidé pour le moment, il avait vraiment besoin d'en parler à Ursus et Déa.

"Avez vous une idée précise de la personne à qui ma disparition à le plus profité ? Qui possède actuellement mes terres et la richesse de mon père ?"
Il en parlait un peu trop à la possessivité sans doute, il disait bien "mes terres" pour qualifier ce qui l'attendait s'il acceptai de faire valoir ses droits. Parce qu'il ne pouvait vraiment pas nier que cet argent, cette richesse l'attendait quelque part et que ça allait lui permettre d'avoir une vie bien plus confortable. A lui et à sa famille, Déa et Ursus allaient pouvoir en jouir tout autant que lui. "Les personnes qui seraient le plus agacé par mon retour, seront sans doute responsables non ?"

Et s'il revenait juste pour savoir ? Gwynplaine avait besoin de savoir, même s'il ne savait pas encore ce qu'il allait faire de tout cela. Il voulait savoir, mettre enfin toute la lumière sur son histoire.
Code by Gwenn

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Jeu 16 Juin - 22:49


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
L

a curiosité de Gwynplaine en disait long, aux yeux de Javert, quant à la décision qu'il prendrait finalement vis-à-vis de son héritage. Il était tout à fait possible qu'il se trompe, cela va sans dire, mais il ne le pensait pas. Qu'il éprouve un intérêt, une curiosité naturelle à cette affaire était tout à fait normal, le jeune homme se découvrait une famille de riche lignée, lui qui s'était pourtant cru voué à la misère dès l'enfance. Il n'y avait rien de plus logique que le fait qu'il questionne ainsi l'inspecteur qui avait déterré ce mystère, mais il ne s'intéressait pas seulement à sa famille, il s'intéressait au patrimoine dont il devenait l'héritier légitime. Il évoquait l'éventualité de son retour, cela devait bien signifier qu'il l'envisageait, d'une manière ou d'une autre, quand bien même il gardait quelques hésitations dans sa manche. Ou bien cherchait-il seulement à savoir qui avait pu commandité son enlèvement par les comprachicos par pur souci de vengeance. Dans tous les cas, Javert, scrupuleux comme à son habitude, se contenterait de faire ainsi qu'il le faisait toujours et de répondre aux questions de son interlocuteur avec la précision qu'il pouvait se permettre d'y apporter. Même si ces questions entraînaient forcément des suppositions qui ne jouaient pas en la faveur des grands de ce monde et pouvait même mettre certains individus hauts placés en fâcheuse position. Qu'importe, Javert demeurait neutre. Son allégeance allait au roi parce que la Loi l'y invitait, mais c'était à la Loi première, à la Justice telle que l'enseignent les textes, qu'il prêtait foi et considération plutôt qu'à toute autre chose.

-Les terres du seigneur Clancharlie sont restées un temps la propriété de la Couronne...
Ce qui, bien sûr, pouvait placer le roi en fâcheuse posture, à noter que dans la période qui avait séparé l'ancienne monarchie de la nouvelle, les passations de territoires internes à la France avaient fait l'objet d'une règlementation des plus hasardeuses, qui ne laissait vraiment deviner le nom d'un réel propriétaire. Mais elles ont été récemment revendiquées par un membre de votre famille, bâtard, semble-t-il. David Dirry-Moir, il doit se marier prochainement à une duchesse, Mme d'Aurevilly, qui devrait lui assurer un titre plus stable et asseoir sa légitimité à réclamer la mainmise sur ces terres... vos terres. C'est la duchesse d'Aurevilly qui, pour l'heure, est légitimement légataire de votre fortune. Il marqua une pause. Mais ces événements sont récents, rien ne permet d'affirmer que votre enlèvement ait quelque rapport que ce soit avec eux.

Il avait exposé les faits bruts, une fois encore (sans réaliser que Gwynplaine pourrait se sentir directement concerné par l'un des noms qu'il venait d'articuler), il n'accusait personne, du moins pas les deux protagonistes qu'il venait de nommer. Manipulation il y avait eu, mais ils en avaient sans doute seulement été des acteurs involontaires.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mar 19 Juil - 19:53

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Gwynplaine était curieux, vraiment, il avait envie de savoir plus sur ce qui s’était passé et ce qui allait se passer si jamais il prenait la décision de revenir. Est-ce que cela pouvait peser sur la balance au moment de prendre sa décision ? Sans doute oui, en tout cas il voulait savoir. Pas seulement pour connaître l’identité des personnes qui avaient pris la décision de l’enlever de sa famille, de le retirer de ses terres et de le faire disparaitre. Ceux qui l’avaient vendu à ce groupe horrible qui lui avait fait un visage horrible. Oh, Gwynplaine avait l’habitude de vivre avec son sourire, mais il ne pouvait pas s’empêcher de se dire que bien des choses auraient été différente sans lui. Et en même temps, il n’aurait pas la chance de connaitre Ursus et Déa, il n’aurait pas la chance d’avoir cette famille qu’il aimait tant. Il se sentait vraiment partagé en ce moment précis, entre l’envie de savoir qui avait décidé de gâcher ainsi son existence ou plutôt de lui offrir la chance de connaître ce qu’il avait connu. Dans tous les cas, sa décision n’était pas prise parce qu’il avait besoin de l’avis de son père et de sa sœur, alors il se contentait simplement d’être curieux, de découvrir donc les revers de la Haute Société de ce pays. L’inspecteur Javert avait fait à merveille son travail, il parvenait sans mal à répondre à ses questions. Et sa réponse n’allait pas manquer de surprendre énormément le jeune homme.

Quand l’inspecteur commença à parler de la couronne, Gwynplaine se tendit un peu. Il n’avait pas spécialement envie que cela soit si « gros » quand même. Et puis, l’homme donna un nom que le jeune homme ne connaissait pas du tout. Un membre de sa famille, apparemment, un bâtard. Il y avait dans ce monde, quelqu’un qui était le bâtard de sa famille. C’était vraiment bizarre de se dire ça, quand on avait vécu toute sa vie en pensant n’être personne. Et cet homme devait épouse une femme. Les yeux de Gwynplaine s’agrandirent vivement quand l’homme prononça le nom de cette duchesse qu’il connaissait bien. Elle avait la main mise sur sa fortune et elle devait épouser cet homme pour qu’il en soit de même pour lui aussi ? C’était une coïncidence ? Si c’était le cas, elle était bien drôle.

« Vous avez bien dit la duchesse d'Aurevilly ? » Demanda-t-il alors, aillant besoin de l’entendre le lui confirmer. Parce qu’après tout, le jeune homme savait bien qu’il était un peu envouté par cette duchesse aux cheveux flamboyants, alors ça ne serait pas forcément étonnant qu’il entende son nom sans que ça ne soit elle. Quoi que c’était quand même un peu trop gros. « Et donc, si je décide de reprendre mon titre. Elle va tout perdre et ce… David Dirry-Moir aussi ? »

C’était récent oui, comme Javert l’avait précisé, mais quand même. Le bâtard qui parvenait à récupérer la fortune de son père parce que l’héritier légitime avait disparu de la circulation. Il avait un mobile.
Code by Gwenn

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mar 19 Juil - 21:59


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
L'

inspecteur de police se contenta de hocher fermement la tête quand son interlocuteur lui demanda confirmation de l'identité de la duchesse qui, pour l'heure, disposait des droits légaux sur ses terres, mais plus pour très longtemps peut-être (Javert se plaisait à penser que cette idée faisait en tous cas son petit bout de chemin dans l'esprit du saltimbanque). Il ne pouvait en avoir la certitude, bien sûr, mais il avait néanmoins le sentiment que Gwynplaine connaissait cette femme. Cela allait-il changer la donne ? Va savoir. Javert ne savait rien, absolument rien de ce qui liait le jeune homme à cette femme de réputation dévastatrice, séduisante sans jamais se laisser séduire, il ne savait rien du petit jeu qu'elle avait entamé avec lui (et dont elle ne savait rien elle-même), il ignorait tout de ce qui se dissimulait derrière les interrogations de Gwynplaine, alors il lui répondait franchement (en même temps, il aurait été sincère quoi qu'il puisse arriver, il ne mentait jamais). Oui, cette femme possédait, quoi qu'il en soit, ce qui lui revenait de droit pour peu qu'il décide de réclamer son héritage (qui méritait bien plus que la duchesse à ses yeux, mais son opinion personnelle n'avait pas à interférer dans cette affaire, pas une seule seconde), et elle risquait fort de le perdre, ainsi que son futur époux qui ne pourrait plus prétendre à quoi que ce soit, si la vérité éclatait au grand jour : l'héritier de Clancharlie était vivant, bien vivant, et il pouvait à tout instant faire valoir ses droits.

-Tout perdre non
, se permit tout de même de rectifier Javert, Josiane d'Aurevilly possède dors et déjà plus d'un titre et une réputation sans faille, mais elle perdra une partie de son influence, c'est certain, bien moins que M. Dirry-Moir, qui a bien plus à perdre pour sa part, d'autant que cette affaire pourrait bien remettre en question ses futures noces. Oui, cet homme était celui qui avait le plus à perdre dans l'affaire, néanmoins, Javert ne l'accusait en rien, il n'y avait pas de sous-entendu dans son propos. Il se contentait d'observer les faits. Et c'était une chose qu'il appréciait tout particulièrement. Les faits. Bruts et inéluctables. Qu'on ne saurait contredire. Pardonnez mon indiscrétion, mais... Mais la curiosité était inhérente à sa profession, après tout. Et en l'occurrence, la question ne savait que s'imposer à son esprit. Vous connaissez la duchesse d'Aurevilly ?

La réponse lui semblait être oui, sans quoi Javert ne s'expliquait pas la réaction du jeune homme en découvrant l'identité de la légataire de ses biens. Cela pouvait signifier qu'il la connaissait de réputation, bien sûr, et c'était fort probable, mais cela pouvait aussi signifier qu'il la connaissait personnellement, et là c'était une toute autre affaire. Peut-être à élucider, elle aussi. Sa question n'était donc pas tant de savoir s'il la connaissait. Mais comment.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Jeu 1 Sep - 22:53

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Gwynplaine avait bien entendu le nom de la duchesse, mais il avait eu besoin que l’inspecteur le lui confirme. Parce qu’au vu de la situation, le jeune homme se disait qu’il pouvait très bien entendre le nom de la femme, sans que ça ne soit le sien qui soit prononcé. Il devait bien avouer qu’elle lui tournait complètement la tête après tout, il était plus que perturbé par sa présence (ou sa non présence du coup). Alors, oui, Gwynplaine n’aurait pas vraiment été étonné d’avoir mal compris les propos de l’inspecteur. Mais il ne s’était pas trompé, il avait bien entendu. La Duchesse qui venait donc régulièrement voir son spectacle, avec qui il passait du temps parfois après les représentations, était bel et bien la presque héritière de tout ce qui lui appartenait. La coïncidence était quand même énorme, mais Gwynplaine savait qu’il n’y avait aucune raison pour la duchesse soit au courant de qui il était. Puisque l’inspecteur venait de l’apprendre après une enquête poussée, elle ne pouvait pas le savoir. Et elle pouvait très bien ne jamais le savoir, si le jeune homme décidait de ne pas récupérer son titre et ses richesses. Il pouvait très bien prendre cette décision, il n’avait pas l’intention de se décider avant de discuter de tout ça avec Ursus et Déa, mais en même temps l’idée de récupérer son titre cheminait vraiment bien plus dans son esprit. Il était évident que le jeune saltimbanque n’allait pas pouvoir faire comme s’il ne savait rien, reprendre une vie normale après les révélations qu’il venait d’avoir. Il n’allait pas parvenir à faire comme si de rien n’était, même s’il ne savait pas encore comment il allait vraiment agir. Il savait juste que son envie le poussait à pencher plus d’un côté de la balance. L’inspecteur Javert expliqua donc un peu plus la situation à Gwynplaine. La Duchesse n’allait pas perdre tout ce qu’elle avait, puisqu’elle avait déjà beaucoup. Mais l’homme qui devait l’épouser si, parce qu’il était l’héritier de sa fortune tant qu’il ne la réclamait pas.

Evidemment, l’inspecteur ne manqua pas de se montrer un peu curieux après les propos du comédien. Il avait compris qu’il connaissait la duchesse et il le questionna à ce sujet. Gwynplaine se contenta d’un signe de la tête, en premier temps, pour faire comprendre à l’homme sous ses yeux qu’il connaissait effectivement cette femme. L’homme qui rit se doutait bien que l’homme sous ses yeux attendait surtout qu’il se montre un peu plus explicite, qu’il lui explique pourquoi et comment il connaissait la duchesse. Alors, il prit la parole pour tout lui expliquer.

« La Duchesse d’Aurevilly vient régulièrement voir le spectacle que je joue avec ma famille sur scène. »
Et elle ne faisait évidemment pas que ça. « Parfois, après mes représentations, je la retrouve un peu à l’écart afin de… discuter. »

Ce qu’ils faisaient oui, même si Gwynplaine ne put s’empêcher de se sentir un peu honteux en affirmant ça. Parce qu’il savait bien que ce n’était pas des discussions très saines.
Code by Gwenn

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Ven 2 Sep - 18:31


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
L

es propos que Gwynplaine avait tenus plus tôt avaient laissé entendre à Javert que le saltimbanque connaissait peut-être dors et déjà la duchesse d'Aurevilly, et ses talents de déduction ne l'avaient apparemment pas trompé (en même temps, il fallait bien qu'il en ait quelque peu, en tant qu'inspecteur de police). Le jeune homme lui confirma en effet que le jeune homme connaissait bel et bien la femme qui, à l'heure actuelle, avait la mainmise sur les terres et les richesses qui lui revenaient de droit. Comme quoi, le hasard fait parfois bien les choses... Quoique, cette fois, ça allait peut-être corser les choses. La duchesse était, semble-t-il, très friande du spectacle que donnait Gwynplaine avec sa famille, et ils se retrouvaient apparemment après certaines de ces représentations pour discuter. Javert devait bien reconnaître être assez curieux de connaître la nature de ces conversations (mais mieux valait qu'il n'en sache rien), mais puisque Gwynplaine ne les détaillait pas de lui-même, l'inspecteur ne se permettait pas d'insister. Après tout, tout cela appartenait à un domaine strictement privé. Javert s'était donné pour mission d'aider le jeune homme qui lui faisait face, et il s'arrêterait à ces strictes considérations. La neutralité se devait par conséquent d'être de mise, et il ne devait s'immiscer dans ses affaires que dans la mesure où cela pouvait lui être utile. Il hocha doucement la tête, signe qu'il intégrait cette information, qui pourrait peut-être changer la donne pour la suite. Si Gwynplaine et la duchesse étaient réellement en bonne entente, cela pourrait faciliter la suite, dans tout autre cas de figure, cela pourrait au contraire la compliquer.

-Pensez-vous qu'il serait possible qu'elle ait été au courant de votre identité ? Qu'elle ait voulu vous approcher pour cette raison ?


La question se posait très légitimement. Certes, ils vivaient dans un monde où le hasard avait la part-belle, et lui-même en avait nettement fait les frais, déjà (et ce n'était peut-être qu'un commencement), mais celui-ci ne manquait réellement pas d'être intriguant. Savait-elle que le jeune homme qu'elle allait voir si régulièrement était celui-là même qui pourrait lui réclamer la fortune des Clancharlie ? Et si la réponse était oui, une autre question se posait alors aussitôt, et de manière plutôt évidente : avait-elle été dans la confidence de la tragédie qui avait précipité Gwynplaine dans les tourments qu'il avait connus dès l'enfance. Il ne pensait pas qu'elle fomenté les choses, certes, mais tout cela aurait pu être néanmoins organisé à son profit quoi qu'il en soit. Il ne fallait pas tirer de conclusions hâtives de tout cela, certes, mais mieux valait rester vigilant tout de même. Peut-être finiraient-ils par trouver le fin mot de cette histoire, au final ? Sans compter que, même si son enquête avait été pour le moment infructueuse, ce pourrait bien le relancer sur la trace des comprachicos. Cette affaire était loin d'être totalement tirée au clair encore.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Ven 28 Oct - 10:37

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Gwynplaine n’en revenait pas de ce hasard, si cela en était bien un. Il était vraiment surpris d’apprendre que la duchesse avec qui il avait régulièrement des conversations – si c’était ainsi qu’il pouvait qualifier les moments qu’ils passaient ensemble après le spectacle qu’il donnait sur scène – était celle qui pouvait prétendre à la fortune de sa famille. Forcément, la question se posait. Est-ce que cette duchesse n’avait pas un rapport avec son enlèvement et le fait que la fortune des Clancharlie restait pour l’heure sans successeur ? De pair avec l’homme qui pouvait donc prétendre à son titre (son oui, Gwynplaine pouvait difficilement s’éloigner de ce qui lui revenait de droit, maintenant qu’il connaissait la vérité). Le jeune homme ne pouvait donc que se poser la question, est-ce que cette femme avait un rapport avec tout cela. Et il se posait la même question que celle que l’inspecteur Javert exprima tout haut, est-ce qu’elle avait la possibilité d’être au courant de qui il était ? Gwynplaine se posait vraiment la question, sans être vraiment capable de répondre. Il laissa quelques secondes s’écouler d’ailleurs, avant de reprendre la parole pour répondre à l’inspecteur sous ses yeux.

« Je ne saurais dire… »

Répondit-il alors, n’avançant donc vraiment pas la réflexion. Mais Gwynplaine était incapable de savoir avec certitude que la Duchesse était au courant pour son identité et que c’était pour cette raison qu’elle avait décidé de s’approcher de lui. C’était possible, il ne pouvait pas nier ce détail. Il ne pouvait pas affirmer que c’était complètement impossible et qu’il était fourvoyant de se poser la question. Mais en même temps, au fond de lui, le comédien avait envie de croire que ce n’était pas le cas. Qu’elle ne s’était pas approchée de lui pour cette raison. Elle avait forcément une raison de le faire, il savait bien que ses visites n’avaient pas lieu sans raison. Mais il espérait vraiment qu’elle venait voir ses spectacles, qu’elle venait discuter en sa compagnie, pour une autre raison que la fortune et les titres qu’il était en droit de réclamer.

« Je n’ai jamais entendu parler de tout cela avant aujourd’hui. »
Autant dire qu’il n’avançait vraiment pas la réflexion. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de se poser la question maintenant et d’avoir surtout envie d’avoir la réponse. Il était évident que le jeune homme n’allait pas pouvoir faire autrement que de chercher la vérité et il espérait bien qu’il allait pouvoir compter sur l’homme sous ses yeux. « Pensez-vous que vous puissiez le découvrir ? »

Demanda-t-il alors, dans l’espoir qu’il allait répondre par l’affirmative. Cette conversation avait vraiment le don de tout chambouler dans sa vie, il allait y avoir un avant et un après ces informations. En quelque minute en compagnie de l’inspecteur Javert, Gwynplaine vraiment sa vie prendre un tournant bien différent. De son nom, de son destin et même sur la vision qu’il avait à présent de la Duchesse d’Aurevilly. Plus rien du tout n’allait être pareil.
Code by Gwenn

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Ven 28 Oct - 22:49


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
L'

information avait manifestement décontenancé Gwynplaine, et c'était bien normal, au vu de la situation. Il devait encaisser beaucoup de choses à l'heure actuelle. Il était bien normal qu'il doive prendre un peu de temps pour assimiler tout cela et en prendre son parti. L'intervention de Josiane d'Aurevilly dans cette situation, lui qui la connaissait dans un tout autre contexte, n'arrangeait vraiment rien. Mais ils démêleraient cette affaire d'une manière ou d'une autre, et Gwynplaine pourrait accéder à ses richesses, à l'héritage qui lui était dû et qu'elle méritait très largement. Car il était évident aux yeux de l'inspecteur de police que le titre qu'il pouvait revendiquer devait éveiller son intérêt. Le travail de Javert sur cette affaire était encore bien loin d'être terminé. Et pourtant, ce n'était même pas l'objet de son enquête. S'il en avait appris beaucoup sur son interlocuteur, il n'avait rien découvert de nouveau sur les comprachicos. Mais la donne allait sans doute changer. En tout cas, il restait une piste à explorer en la personne de la duchesse d'Aurevilly. Que savait-elle exactement de toute cette affaire. Avait-elle la moindre idée qui se tramait en ce moment précis ? Avait-elle su, en abordant Gwynplaine Girardet après l'un de ses spectacles, qu'il était l'homme qui pouvait revendiquer ses terres. Savait-elle quoi que ce soit au sujet de cet homme, des manigances qui l'avaient éloigné de son héritage ? Avait-elle eu affaire aux comprachicos ? Il est certain qu'il se devait de l'interroger en bonne et due forme. Gwynplaine n'avait pas besoin de lui en faire la demande pour que l'inspecteur fasse son investigation. Mais au moins disposait-il de l'aval du principal concerné, à présent. Il s'en serait passé, mais c'était tout de même mieux.

-J'ignore si je parviendrais à le découvrir
, dit-il pour commencer, qui ne pouvait rien promettre. Mais j'ai bien l'intention d'interroger madame d'Aurevilly à ce sujet. Il marqua une légère pause avant de reprendre. Bien évidemment, si la situation l'impose, je me verrais peut-être dans l'obligation de révéler la vérité sur votre situation.

La mettre devant le fait accompli serait peut-être en effet la seule manière pour lui d'obtenir la réponse aux questions qu'il se posait. Cela s'avèrerait peut-être infructueux, mais son souci de justice et de vérité l'invitait à lui donner le fin mot de cette histoire. La vieille affaire politique qu'il était en train de déterrer allait certainement engranger des conflits et des tensions en haut lieu, ça ne faisait pas le moindre doute, mais les plus haut placés ne méritaient pas plus de clémence que les plus miséreux. La justice, cette justice si chère à ses yeux, devait être la même pour toutes. Allez savoir quelles conclusions il faudrait tirer de tout cela au final, mais la vérité devait être faite, un point c'est tout.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mer 28 Déc - 20:41

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Gwynplaine aurait préféré entendre plus de promesse dans la réponse de l’inspecteur Javert quand il lui avait demandé s’il pensait pouvoir trouver la réponse à la question qu’il lui avait posé plus tôt (savoir donc si la duchesse était au courant de qui il était quand elle l’avait abordé). Le jeune homme voulait le savoir, il ne pouvait pas faire comme si de rien n’était. Il avait envie de s’assurer des intentions de la duchesse aux cheveux de flamme qui s’était approchée si grandement de lui. Parce que ça aurait une grande répercussion sur ce qu’il allait penser de tout cela. Si la duchesse s’était approchée de lui en sachant qui il était, la situation allait être vraiment différente et donc il ne pouvait pas s’empêcher de vouloir savoir. Il aurait aimé entendre l’inspecteur Javert affirmer qu’il allait trouver la réponse à cette question. Ce qu’il ne fit pas, puisqu’il précisa qu’il ne savait pas s’il allait le découvrir. Mais tout de même, il confirma qu’il allait mener sa petite enquête et donc interroger Josiane d’Aurevilly. Gwynplaine était heureux de voir que l’inspecteur sous ses yeux se donnait à ce point du mal pour chercher à répondre aux questions qui l’entouraient. Après tout, l’homme ne cherchait pas des réponses sur son sujet à la base, il cherchait les comprachicos. Si déjà en cherchant leur trace, l’homme avait fait preuve d’une grande générosité, c’était encore plus le cas maintenant. Gwynplaine ne pouvait donc que l’en remercier, parce qu’il prenait énormément de temps pour répondre à ses interrogations.

« Bien sûr. » Reprit-il quand Javert précisa qu’il se retrouverait peut-être obligé de révéler son identité à la duchesse. Le jeune homme comprenait parfaitement qu’il puisse se servir de cela pour lui tirer les vers du nez. A choisir, Gwynplaine préférait qu’il révèle la vérité à la duchesse pour obtenir des réponses plutôt que de rester dans l’ignorance. Tant pis si elle devait découvrir la vérité (en partant du principe qu’elle l’ignorait évidemment, ce dont ils n’étaient même pas sûr). Et puis au fond, le jeune homme avait en quelque sorte déjà pris sa décision concernant son héritage, même s’il ne voulait pas se l’avouer tant qu’ils n’avaient pas parlé avec sa famille. « Il n’y a pas de souci, vous pouvez le faire si vous en avez besoin. »

En soit, l’homme n’avait pas besoin de son autorisation. Il pouvait faire les choses comme bon lui semblait, mais l’homme qui rit se disait qu’en la lui donnant, il n’aurait peut-être pas de scrupule à révéler son identité si jamais cela s’avérait nécessaire. Tant qu’il obtenait des réponses, Gwynplaine avait envie qu’il utilise toutes les cartes dans son jeu.

« Vous me tiendrez au courant si vous avez des réponses n’est-ce pas ? » C’était sans doute inutile qu’il le demande, mais le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de le faire. Il avait vraiment envie de savoir si cette duchesse était au courant avant de venir l’aborder, si leur rencontre était juste dû au hasard ou non.
Code by Gwenn

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 452
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mer 28 Déc - 22:59


La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
J

avert approuva d’un signe de la tête quand son interlocuteur accepta qu’il révèle sa véritable identité à qui de droit si cela devait s’avérer nécessaire, afin de parvenir au mieux à démêler le vrai du faux de cette manière. Le fait que la comtesse d’Aurevilly connaisse personnellement (ou de façon relativement personnelle) l’homme qui rit ne pouvait que l’intriguer. Certes, il restait porté à croire qu’il pouvait bien s’agir d’une coïncidence, Paris était aussi grande que minuscule en certaines occasions, il faut bien le reconnaître, mais il ne fallait écarter aucune hypothèse, et Javert devait bien reconnaître que cette situation l’intriguait grandement. En déterrant cette affaire, il avait également percé à jour un véritable complot politique que beaucoup auraient préféré voir tu à jamais. Selon sa conception extrême de la justice et en son nom, plus qu’en celui du moindre idéal politique ou d’une réelle soif de vérité, il voulait savoir de quoi il retournait ici. Peut-être pas autant que son interlocuteur, bien sûr, lui qui était très directement lié à toute cette histoire et qui en était l’acteur principal, mais plus tout de même qu’il ne l’aurait soupçonné le jour où il avait rencontré le saltimbanque.

-Bien sûr
, répondit l’inspecteur de police en toute honnêteté quand son interlocuteur lui demanda de bien vouloir le tenir au courant des nouveaux progrès de son enquête à mesure qu’il sonderait les principaux acteurs de ce qui ressemblait à une gigantesque mascarade.

Il avait bel et bien l’intention, en effet, de tenir Gwynplaine informé de ce qu’il pourrait bien découvrir, ne serait-ce que parce que c’était ce qu’il se devait, déontologiquement, de faire. Bien sûr, la déontologie prenait un sens bien particulier quand il était question de Javert, mais en l’occurrence, Gwynplaine n’avait effectivement pas à s’en faire. L’inspecteur de police avait réellement l’intention de l’informer de tout ce qu’il pourrait bien apprendre, après avoir vérifié avec soin le sérieux et la véracité de chaque information. Et pour commencer, il avait la ferme intention d’avoir une petite discussion avec la duchesse d’Aurevilly. Il ne savait pas où cela allait bien pouvoir aboutir, il ignorait quelle était l’implication réelle de cette femme, si toutefois elle était véritablement impliquée dans tout cela au-delà que par le fait du hasard, mais il comptait bien le découvrir, d’une manière ou d’une autre… Et dans tous les cas, Gwynplaine serait au courant de tout. Après tout, il était au cœur même de l’affaire. Quand bien même l’inspecteur chercherait à le maintenir à distance, ce qui n’était pas le cas, cela n’aurait qu’une utilité et un sens bien limités.

-Y a-t-il autre chose que vous voulez savoir ?


Puisqu’ils en étaient là, autant rechercher le plus de réponses au plus de questions plutôt que de poser successivement chaque question, sans jamais progresser. À présent que l’affaire était lancée, et puisqu’elle avait toutes les chances de s’ébruiter, les événements allaient quoi qu’il en soit s’accélérer, le mieux était d’en tirer parti dans l’immédiat, de se poser derechef les bonnes questions, pour y apporter les bonnes réponses.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 759
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   Mar 14 Fév - 22:52

Javert & Gwynplaine
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui.
Gwynplaine adressa à l’inspecteur un sourire gratifiant quand il lui confirma qu’il allait l’informer en cas de nouvelles dans son affaire. En soit, l’homme n’avait aucune raison de ne pas le tenir au courant, puisqu’il était au cœur de l’affaire, mais l’homme qui rit ne pouvait pas s’empêcher de le confirmer. Il venait quand même d’apprendre qu’il était le fils d’un duc et d’une duchesse, qu’il était l’héritier d’une fortune colossale, il ne pouvait pas s’empêcher de s’assurer qu’il allait bien pouvoir suivre les avancées de l’enquête. Oh, il n’avait pas l’intention de devenir le genre de personne qui passait leur temps au palais de justice dans le but d’harceler les inspecteurs de police, mais il suffisait suffisamment confiance à l’inspecteur Javert pour le prévenir une fois qu’il allait en savoir plus. Après tout, alors qu’ils venaient à peine de se rencontrer dans la rue, qu’ils avaient parlé des Comprachicos, l’inspecteur s’était lancé dans l’enquête et venait de le convoquer pour lui donner ces incroyables informations. Dans ces conditions, le jeune homme pouvait difficilement mettre en doute la parole de l’inspecteur. Même si, forcément, le jeune homme se rendait surtout compte à quel point la situation était différente. Ce n’était pas tant rechercher un groupe qui enlevait des enfants, les mutilés, mais chercher les responsables d’un sérieux complots. Et forcément, Gwynplaine avait envie de connaître encore plus les résultats de l’enquête. L’homme qui rit avait envie de savoir qui avait commandité son enlèvement, bien plus que de retrouver ceux qui l’avaient mutilé. Bon, il ne pouvait pas nier qu’il avait envie que les Comprachicos payent pour ce qu’ils lui avaient fait, mais il était bien plus intrigué maintenant par la personne qui avait fait en sorte qu’il termine dans les griffes de ces hommes. La personne qui voulait sans doute ses richesses… et forcément, Gwynplaine ne pouvait pas s’empêcher de penser à la duchesse. Il ne savait pas s’il avait envie d’apprendre qu’elle était dans le coup ou non.

En tout cas, le jeune homme espérait maintenant qu’il aurait bien vite des réponses. L’homme sous ses yeux n’avaient pas tardé à trouver des réponses en premier lieux, à des questions qu’ils ne s’étaient pas posées certes, mais des réponses quand même. Avec un peu de chance, il allait être aussi efficace et rapide maintenant. En tout cas, Gwynplaine savait qu’il devait se montrer patient et avant tout, il devait parler à sa famille de ce qu’il avait appris. Il n’avait aucune idée de la manière dont ils allaient réagir à la nouvelle, même s’il espérait qu’ils le prennent bien. Parce que mine de rien, Gwynplaine avait déjà fait un choix au fond de lui, même s’il attendait quand même l’avis de son père et sa sœur de cœur.

« Non, je vous remercie, je pense que nous avons fait le tour. »
Répondit le jeune homme quand il lui demanda s’il avait d’autre question. Il se leva en même temps, afin de prendre congé de l’homme. « Je vous remercie pour tout inspecteur. »

Cela ne servait à rien qu’il s’attarde de toute façon.
Code by Gwenn

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La pauvreté n'ôte de noblesse à personne, la richesse oui. [pv Gwynplaine :3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti - Nicaragua Niveau de Pauvreté En interprétant l’article sur le ralen
» la langue d'enseignement,facteur de pauvreté
» La désertification accroît la pauvreté et les migrations
» Ce n'est pas la beauté de la femme qui ensorcelle, mais sa noblesse
» {{ NOBLESSE ETRANGERE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les grands monuments :: Le palais de Justice-