Partagez | 
 

 Quand le passé revient en force (Eponine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
Messages : 1613
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Quand le passé revient en force (Eponine)   Sam 6 Mai - 18:23


Quand le passé refait surface
L'

homme voulait partir, il comptait emmener Cosette loin d'ici, si loin qu'il avait l'intention de l'entraîner dans un autre pays. Eponine ne savait pas trop de quelle manière prendre cette nouvelle. Quelque part, elle en éprouvait quelques remords, car la nouvelle, si elle se concrétisait, allait rendre son beau Marius malheureux comme les pierres, et elle était loin d'avoir la prétentieux de croire qu'elle serait capable, par sa seule présence qui jusqu'ici l'avait toujours indifféré, de le rendre heureux et de sécher ses larmes. Devait-elle l'avertir ? Elle ne savait même pas où l'homme comptait partir... Elle pourrait bien garder cela pour elle, après tout, pourquoi toujours encourager une idylle qui réduisait la sienne à un vulgaire mirage ? L'autre sentiment qui s'imposait en elle, oui, c'était l'espoir. En l'absence de Cosette, et même si cela prendrait sans doute du temps, le coeur de Marius serait finalement libre. Mais même là, lucide, elle déchantait bien vite. Et quand bien même Marius se remettait du départ de la femme qu'il aimait, quand bien même serait-il prêt à en aimer une autre, pourquoi diable s'agirait-il d'elle ? Il s'en moquerait sans doute. Il trouverait une autre jolie jeune femme à convoiter, et après qui soupirer, indifférent à ses propres soupirs. Une jeune fille belle comme le jour, bien née et polie, propre et charmante, de celle sur qui les regards se retournent, et pas uniquement parce que l'on devine des formes plaisantes sous la crasse et les guenilles, au point de vous confondre avec une fille de joie (les hommes avaient la confusion facile, c'était une chose que Ponine avait apprise à son grand mécontentement).

-Pourquoi partir aussi loin ?
demanda-t-elle alors.

Son interlocuteur n'avait pas même besoin de lui répondre, Ponine savait dors et déjà qu'elle poussait bien trop loin, vraiment trop loin sa curiosité. Mais tout de même, elle s'interrogeait. Pourquoi un départ si précipité ? A moins qu'il ait été prévu de longue date ? Mais en ce cas, pourquoi Cosette n'était-elle pas au courant ? Et si elle l'était, en avait-elle réellement informé Marius ou le faisait-elle languir ? Et puis, pourquoi ce désir de partir non seulement loin de Paris, mais tout bonnement loin du pays, un criminel en fuite n'aurait pas eu une autre attitude. Non pas que Ponine souhaite y aller de son jugement pour autant. Elle serait bien mal placée pour cela. Elle était contrainte, constamment, à tout ce que la morale réprime, entraînée dans les malversations de son géniteur, dans l'espoir de mettre un peu de pain sur la table et un peu de soupe pour l'y tremper, sait-on jamais. Ce n'était pas tant qu'elle s'inquiétait ou s'alarmait. Elle s'interrogeait juste. Mais consciente de son impudence et de son indiscrétion, elle n'attendait pas forcément de réponse de la part de son interlocuteur.

code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: Quand le passé revient en force (Eponine)   Jeu 29 Juin - 17:09

Valjean & Eponine
Quand le passé revient en force.
Valjean ne pensait pas qu’il faisait une si bonne chose de parler à Eponine de son voyage avec Cosette, mais la conversation c’était dirigée dans ce sens. Si ça pouvait pousser la jeune femme à chercher à se rapprocher de Marius, ça serait une bonne chose pour lui. Le vieil homme avait envie que le Pontmercy arrête de s’occuper de sa fille, qu’il arrête de lui tourner autour. Valjean n’employait évidemment pas les bonnes méthodes, mais en même temps il fallait bien faire quelque chose. Il ne pouvait décidemment pas s’en empêcher, il avait envie de ne pas voir sa fille s’en aller, s’éloigner de lui. Et pour cela, s’il fallait qu’ils partent du pays, alors il le ferait. Bon, Valjean mentirait s’il affirmait que c’était seulement pour éviter que Cosette s’entiche de trop d’un inconnu comme Pontmercy qu’il partait, il y avait d’autre raison. Les mêmes raisons qui faisaient qu’il fuyait depuis des années, qu’il vivait caché, qu’il était devenu paranoïaque. Cette raison qui l’avait poussé à s’installer au couvent du Petit-Pictus avec sa fille – en la faisant passer pour sa fille d’ailleurs – pendant toutes ces années, empruntant le nom de Fauchelevent qui n’était pas du tout le sien. Il en avait assez de courir, il se sentait de plus en plus vieux et de plus en plus paranoïaque. Maintenant qu’il savait que l’inspecteur Javert savait qu’il n’était pas mort, qu’il était en train de le rechercher d’ailleurs, il ne pouvait plus prendre de risque. Donc, il fallait partir de nouveau et Valjean avait envie que ça soit la dernière fois qu’ils partent. Il avait envie de s’installer quelque part en se disant que c’était bon, qu’ils n’allaient plus avoir besoin de déménager. Un jour, Jean Valjean n’aurait plus la force de partir, il le savait… d’ici quelque temps, il n’aurait plus qu’à attendre que la mort le prenne. Il n’avait pas envie de se faire surprendre, il devait anticiper les choses (même s’il n’avait évidemment pas l’intention de mourir de suite).

« Parce qu’il le faut. »

Dit-il pour répondre à la question de la jeune femme, qui se montrait tout autant curieuse. Il ne pouvait pas lui dire plus. Parce que pour cela, il faudrait qu’il parle du fait qu’il était recherché et il était hors de question qu’il prenne un tel risque. Le fait qu’elle sache qu’il avait l’intention d’emmener Cosette dans un autre pays était déjà beaucoup. Beaucoup trop.

« Merci pour cette conversation. » Ajouta-t-il, avant qu’elle n’ait eu le temps de le questionner de nouveau. Dans le seul but de ne pas la voir insister, puisqu’il n’avait aucune envie de répondre. Elle pouvait insister en un sens, cela ne changerait rien. Mais il préférait leur épargner ça. « Il est temps pour moi d’y aller. » Ils avaient longuement discuté avec Eponine, Valjean ne pouvait pas vraiment prendre le risque que son père ou sa mère sorte de leur appartement et le voit. Il n’avait pas d’autre choix que de voir Marius Pontmercy à un autre moment. Mais en réalité, cela ne se ferait jamais. « C’est pour toi. »

En prononçant ces mots, le vieil homme donna quelques pièces à la jeune femme. Juste comme ça, par simple charité et aussi parce que cette conversation avait été enrichissante.
Code by Gwenn

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand le passé revient en force (Eponine)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» MAJ: Quand la chaleur revient...
» Quand un fantôme de ton passé revient frapper à ta porte (William&Elena)
» Ca s'en va et ça revient ...
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les habitations :: La masure Gorbeau-