Partagez | 
 

 Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Dim 20 Sep - 18:20


Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
D'

un revers de sa manche sale et troué, Éponine essuya dans un geste vif les larmes qui lui rougissaient les yeux et perlaient ses joues pâles qui lui donnaient l'impression d'être malade. Sa mère et Zelma étaient parties quelque part en ville, faire quelques "commissions" (ou quelques larcins, la frontière était si ténue qu'il était parfois bien difficile de seulement faire la différence). Quand elle était entrée dans la pièce qui leur tenait lieu d'habitat, il n'y avait que son père. Son père qui n'avait pas manqué de la punir de son absence. Elle s'était éclipsé la veille pour ne pas revenir jusqu'à cette heure du lendemain. Sans raison ni mission particulière, parce qu'elle avait besoin de respirer, loin de tous ces liens qui l'entravaient sitôt qu'elle remettait les pieds chez elle, qui l'entraveraient toujours. Oh, comme, souvent, elle enviait Gavroche ! Certes, ses parents l'avaient abandonné à la rue avec moins de considération encore qu'ils n'en auraient accordé à un chien errant, mais il avait la rue pour famille, chaque recoin d'une Paname qu'il connaissait comme le fond de sa poche. Il détroussait celle des passants pour faire son beurre, mais elle n'agissait pas différemment. Au retour, seulement, elle avait un toit sur la tête. Et le père abusif qui allait avec. Et il n'avait pas retenu ses coups, cette fois, la blâmant pour son absence. Il aurait eu besoin de son aide au petit matin, on l'avait envoyé chercher, qu'il lui disait, mais pas assez bien, apparemment, puisqu'elle n'avait vu personne. Mais sentit les gifles administrées, avant qu'il ne s'en aille, furieux, la sommant de ne pas quitter la masure Gorbeau.

Elle était seule, à présent, son reflet dans le miroir poussiéreux collé au mur, lui adressaient des regards pathétiques. Elle était misérable, pitoyable. Mais elle n'osait plus sortir, de crainte des conséquences. Elle attendit ainsi plusieurs longues heures, puis elle entendit du mouvement. Elle cru que son père, sa mère ou sa soeur s'en retournaient, mais les clés étaient tournées dans la serrure voisine : Marius. Le coeur d'Éponine s'emballa. Le sentir vivre tout à côté, et elle dépérir. Elle prit une grande inspiration, zyeuta de nouveau son reflet. Toujours le même visage fade et rendu plus triste encore par ces yeux aussi rouges que la marque sur sa joue. Elle était misérable à voir, mais qu'importe, même apprêtée, il ne le verrait pas, sans doute. Mais elle le voyait. Et elle avait besoin de lui. Elle décida donc de quitter la demeure des Thénardier, dits Jondrette, et frappa à la porte tout à côté. Quand elle s'ouvrit, elle tenta une esquisse de sourire peu convaincante à l'adresse du bel étudiant.

-Monsieur Marius. J'vous dérange pas ?


Elle espérait que non. Elle avait besoin de compagnie. Mais surtout, de sa compagnie à lui. En étant avec Marius, elle se faisait du mal, elle le savait, et pourtant, elle se sentait bien, et leu peu d'attention que saurait lui accorder son voisin serait pour lui un réconfort des plus suffisants.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Mer 14 Oct - 18:22

Eponine & Marius
Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
Dès qu’il le pouvait, Marius retrouvait sa belle Cosette pour passer du temps en sa compagnie. Le jeune homme ne savait pas vraiment s’ils allaient pouvoir continuer ainsi pendant longtemps, il mourrait d’envie de pouvoir passer bien plus de temps en sa compagnie. Sa situation n’était pas idéal, parce qu’il y avait plusieurs choses qui l’ennuyait. Comme le fait qu’il soit à ce point écarté de l’action avec les Amis de l’ABC, ce qui n’allait pas s’arranger de sitôt au vu de la dernière conversation entre lui et Enjolras, simplement parce que son cœur battait pour une donzelle. Cela l’agaçait fortement, il ne savait vraiment pas quoi faire pour arranger cette situation (en dehors d’abandonner Cosette, ce qui était évidemment inenvisageable). Il avait envie de continuer de se battre, parce que sa vie était vouée à cela avant qu’il ne croise la route de la jeune femme qui faisait battre son cœur. Mais ce n’était pas parce qu’il aimait Cosette, que cette dernière l’aimait en retour, qu’il n’était plus apte à se battre en compagnie de ses camarades. Il espérait pouvoir le faire comprendre à Enjolras (même si pour cela, il faudrait qu’il arrête de l’agresser à chaque fois qu’ils se croisaient). Sa vie entière tournait autour de cette action avant, il n’avait pas envie de tout abandonner maintenant. Pas après tous les sacrifices qu’il avait fait pour ça. Il avait abandonné sa vie de luxe en compagnie de son grand-père pour une vie près du peuple, celui qu’il avait envie de défendre envers et contre tout.

En parlant de ces sacrifices, Marius venait d’arriver devant cet endroit qui lui servait de logis. On ne pouvait vraiment pas dire que c’était le luxe, mais c’était chez lui. Le jeune homme ne regrettait pas d’avoir ainsi sacrifié une grande partie de son confort de vie pour vivre ici, parce qu’il avait vraiment tenu à le faire. Mais il espérait ne pas l’avoir fait pour rien. Il tourna la clef dans la serrure, ouvrit la porte qui ne manqua pas de grincer comme à son habitude et la referma avant de s’installer sur son lit. Il n’y avait qu’une pièce et c’était bien suffisant pour lui tout seul. Le temps était toujours aussi froid, cette pièce était donc gelée. Avant d’enlever son manteau, Marius entreprit donc d’allumer un feu. Celui-ci à peine en route, quelqu’un frappa à la porte. Le jeune homme n’avait vraiment pas l’habitude de recevoir de la visite, mais quand il ouvrit la porte il ne fut pas vraiment étonné de découvrir Eponine. Ce qui le surprit cependant, ce fut son état.

« Tu vas bien ? »
Lui demanda-t-il vivement, sincèrement, en l’invitant à entrer dans son chez lui.

La question était peut-être idiote, parce qu’elle ne semblait vraiment pas aller bien. Marius avait beau être aveugle sur les sentiments de la jeune femme à son encontre, il voyait bien cette marque sur sa joue et ses yeux rougis par les larmes. Quelque chose lui disait que le père de la jeune femme était de nouveau entré en action.


_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Ven 16 Oct - 16:11


Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
L

a simple présence de Marius, un simple regard posé sur elle dispensait à tout soin être une chaleur agréable, et un soudain sentiment d'invulnérabilité, tel qu'elle n'en éprouvait que bien peu, et qui avaient tendance à disparaître très vite, trop vite. Elle ne savait pas vraiment si elle faisait bien d'aller trouver son charmant voisin. Elle ne pouvait pas espérer grand-chose de lui, elle ne pouvait pas lui demander de faire barrière entre elle et son père, il pourrait écoper de déconvenues horribles. Ponine savait de quoi son géniteur était capable, et elle ne souhaitait à personne qu'il jette sont dévolu sur soi, ça ne pouvait que mal finir, pour l'autre personne. Elle ne pouvait pas non plus espérer de Marius qu'il partage le bonheur qu'elle avait à le savoir auprès de lui, lui qui, même physiquement à côté d'elle, ne devait être, dans l'esprit, qu'auprès de sa jolie blonde. Non, elle n'avait peut-être pas de bonnes raisons d'être là. Mais elle n'avait pas réfléchir, et elle se sentait tout de même déjà mieux, parce qu'il y avait le son de sa voix, et sa présence qui parvenait à atténuer le froid qu'elle éprouver dans le coeur et sur sa peau (car chez Marius, il ne faisait pas beaucoup plus chaud que chez les Thénardier, mais le feu en train de prendre allait sûrement réchauffer un peu l'atmosphère de la pièce). Il lui demanda si elle allait bien, et le simple fait qu'il se soucie de sa santé su faire naître un sourire sur son visage pâle et maigre. Non, elle n'allait pas bien, et elle aurait peine à prétendre le contraire. Ses yeux étaient encore rougis des larmes qu'elle avait versées précédemment. Et sa peau portait les marques encore fraîches des sévices que lui avait fait subir son père.

-J'avais pas envie de rester seule...
avoua-t-elle, ce qui en disait long sur son état, donc. Si elle s'était écoutée, elle se serait seulement contentée de se serrer dans les bras du bel étudiant, de fermer les yeux et de s'abandonner à ce transport, même s'il ne devait durer que quelques secondes, même s'il devait la rejeter ensuite. Mais elle ne pouvait pas, elle s'imposait cette réserve, cette distance physique et mentale. Elle saurait se contenter de pouvoir être là, avec lui, tant qu'il accepterait sa présence. Mon père a eu... la main leste. avoua-t-elle ensuite tout en tentant de dissimuler sa manche rapiécée pour recouvrir la naissance d'un hématome.

Elle avait peut-être tort de parler ainsi de son père. Non pas que Marius puisse ignorer la situation, les murs qui séparaient leurs deux demeures étaient fins comme du papier, il pouvait tout entendre, mais elle ne prononçait pas ces mots pour qu'il s'en mêle, ce qu'il serait peut-être tenté de faire, animé par ce sens de la justice qui lui plaisait tant en lui, elle voulait seulement du réconfort, une présence douce et apaisante, et personne, par sa simple existence, savait lui faire autant de bien que son beau voisin.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Ven 6 Nov - 10:19

Eponine & Marius
Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
Ce n’était pas bien difficile pour Marius de voir qu’Eponine n’allait pas très bien. Cela ne faisait pas si longtemps que le jeune homme connaissait la jeune femme, pourtant il savait reconnaitre quand elle n’allait pas bien. Quand elle venait le voir dans son appartement, les yeux rougis. Au fond, Marius devait bien avouer qu’il se doutait un peu de ce qu’elle allait lui dire quand il lui demanda si elle allait bien. Elle n’avait pas envie de rester seule et pour une bonne raison, une très bonne raison oui. Le jeune homme était bien placé pour connaitre la manière dont le père d’Eponine s’occupait de ses filles, il l’entendait souvent hurler dans l’autre pièce. Les murs entre leurs deux appartements étaient comme du papier, il entendait souvent les discussions houleuses de ses voisins et même plus. Marius n’était donc pas étonné d’entendre sa voisine lui affirmer que son père avait eu la main leste. Il n’était pas surpris, mais ce n’était pas pour autant qu’il appréciait de l’entendre quand même. Marius ne savait pas ce qu’il pouvait faire, mais il n’aimait vraiment pas l’idée que sa voisine se fasse battre par son paternel. Le jeune homme s’approcha doucement de la jeune femme, attrapant délicatement son poignet pour remonter sa manche (miteuse) et constater le fait qu’elle commençait à avoir des bleues sur sa peau. Et il y en avait sans doute bien plus.

« Il faut que tu les quittes ! »

Dit-il vivement, en relevant son regard vers les yeux d’Eponine. Il se sentait incapable de ne pas réagir à ce qu’elle lui disait, surtout qu’elle venait directement le voir en lui disant qu’elle n’allait pas bien, il ne pouvait pas faire comme s’il ne savait rien et comme s’il ne pouvait rien faire. Même si Marius ne savait pas vraiment ce qu’il pouvait faire quand même (quoi qu’il avait une furieuse envie d’aller planter son poing dans le visage du père d’Eponine). Il ne pouvait vraiment pas rester indifférent quand il assistait à ce genre de chose, il se sent incapable de ne rien faire pour Eponine. Elle n’était que sa voisine peut-être, il ne l’aimait pas comme elle le voudrait c’était certain (et il ne s’en rendait même pas compte d’ailleurs), mais il l’appréciait quand même. Les sentiments qu’il avait pour la jeune femme n’étaient que de la forte amitié, sauf que Marius n’était pas du genre avare en amitié. Il ne pouvait donc pas rester indifférent à ce qu’elle vivait et à ses souffrances. Parce que depuis qu’il avait quitté son grand-père, ses yeux s’étaient quand même grandement ouvert sur ces personnes qu’il ne côtoyait pas autrefois.

« Tu ne peux pas le laisser te faire ça sans rien dire… »

Et il ne pouvait pas non plus de ce côté. Il aimerait vraiment pouvoir faire quelque chose pour Eponine (et sa sœur) qu’elle n’ait pas subir les coups de son père. En tout cas, il était certain qu’il aurait dû mal à se contenir la prochaine fois qu’il le croiserait.

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Sam 7 Nov - 12:48


Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
É

ponine se sentit frissonner de tout son long quand Marius attrapa son poignet et releva un peu sa manche pour révéler les hématomes qui commençaient à y naître. Tout à coup, elle avait moins mal, le contact de ses doigts contre sa peau semblait avoir des vertus curatives. Elle ne ressentait plus la peur et la douleur, elle avait l'impression qu'il n'y avait plus que lui et elle, elle oubliait ce qui se passait dans l'appartement d'à côté, elle oubliait qu'ils n'étaient justement pas seuls, et qu'il aurait fallu qu'ils le soient pour que ses frissons soient la naissance d'autre chose. Quand elle l'entendait lui adresser ces mots, lui dire qu'il fallait qu'elle s'émancipe de sa famille, comme Marius avait su brillamment le faire lui-même, elle avait très envie de croire que c'était possible, qu'elle pouvait tout simplement dire qu'elle s'en allait, et faire sa vie. Mais elle n'avait rien, ni situation, ni fortune, ni éducation. Et son père, même s'il n'avait pas grand chose de cela non plus, avait l'influence et les relations. Il la retrouverait très vite. À moins qu'elle ne fuie à l'autre bout du monde, mais dans ce cas, elle ne survivrait sans doute pas bien longtemps. Marius avait pu fuir, oui, mais Marius avait la verve, l'éducation, l'intelligence, et aussi et surtout - ce n'était pas un détail négligeable - il était un homme, il avait bien plus de chances qu'elle de s'en sortir. Marius avait raison, bien évidemment. Elle ne pourrait pas se laisser faire éternellement. Un jour, elle pourrait bien essuyer des conséquences horribles, à force de se laisser faire. Et il n'était pas seulement question d'elle, il y avait Azelma, aussi, avec laquelle il était impensable qu'elle ne parte pas, mais une fois de plus, pour aller où ?

-C'est qu'on a toujours nulle part où aller.
répondit-elle alors dans un fin sourire.

C'est sûr, que sa vie était pas bien jouasse, mais en même temps, est-ce qu'elle aurait une vie meilleure si elle s'en allait ? Ce n'était pas dit. Elle n'avait rien, il y aurait sûrement d'autres hommes pour la battre, la corrompre, lui broyer l'âme. Elle côtoyait la rue depuis bien assez de temps pour savoir que les âmes pures et justes n'étaient pas du tout légion, elle avait face à lui une rare et belle exception. Mais à qui elle ne pouvait rien demander... Alors même qu'il serait capable de le lui accorder.

-Si c'est pour vivre la même même pire, autant que j'garde mes vieux sous la main.
Elle adressa une fine esquisse de sourire à l'adresse de son interlocuteur. Elle ne voulait toujours pas l'inquiéter, non. C'était l'inverse de ce qu'elle voulait. Elle voulait seulement s'octroyer quelques instants de répit en plaisante compagnie. Tout le monde a pas la même générosité qu'vous.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Mar 1 Déc - 10:40

Eponine & Marius
Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
C’était tellement facile de dire de s’enfuir, d’affirmer qu’il fallait faire quelque chose, mais bien moins difficile d’agir. Marius en avait parfaitement conscience, même s’il ne se rendait pas toujours compte de la réalité de la vie. Les choses avaient été facile pour lui au début de sa vie, cela l’était moins maintenant mais parce qu’il avait choisi cette voix. Il avait décidé de quitter son grand-père (qui ne l’avait pas mérité, mais il ne s’en rendait pas compte), pour une vie sans le sous afin de poursuivre ses opinons politiques. Cela avait été facile, sur le moment, parce qu’il en avait eu la possibilité. Pour Eponine, c’était une tout autre histoire de quitter ses parents. Ces derniers pouvaient facilement la retrouver dans la rue, qu’elle ne pourrait pas quitter au vu de sa condition, et lui faire payer mille fois sa trahison. Et même s’ils ne mettaient pas la main sur leurs filles, elles n’avaient pas vraiment de moyen de s’en sortir. Pas plus que maintenant en tout cas, où elles avaient certes un toit miteux sur la tête, mais un toit quand même. Elles n’avaient nulle part où aller et c’était là le grand problème des jeunes femmes, qui devaient donc continuer de supporter le père violent. Surtout qu’elles ne pouvaient évidemment pas être certaines d’avoir une situation plus agréable. Il fallait bien l’admettre, elles n’étaient que des femmes. Ce n’était pas aussi facile pour une femme de s’en sortir (à moins peut-être de vendre son corps, mais ce n’était pas une bonne manière de s’en sortir). Et elles pouvaient très bien tomber sur des hommes bien pires que leur père.

Marius se rendait bien compte qu’il avait principalement de belles paroles, mais qu’il ne pouvait pas faire grand-chose pour sa voisine. Il aurait pu le faire peut-être s’il vivait encore chez son grand-père, mais à ce moment-là il n’aurait sans doute même pas prêtait attention à la jeune femme. Le jeune homme afficha un sourire en coin aux paroles d’Eponine.

« Je ne suis pas généreux. » Et ce n’était pas seulement par modestie que le jeune homme affirmait cela, il le pensait sincèrement. Aujourd’hui, il n’avait rien du tout et il était ouvert à une cause qu’il tenait à cœur (quoi qu’un certain Enjolras puisse penser), mais cela n’avait pas toujours été le cas. Quand il vivait dans l’ignorance et dans l’argent de son grand-père, Marius ne se plaignait pas de sa vie sans pour autant de montrer ouvert aux autres. Encore moins aux personnes comme Eponine. « Peut-être qu’un jour un homme viendra vous libérer de l’enfer de vos parents. »

Il parlait évidemment d’Eponine et de sa sœur, sachant parfaitement que la jeune femme n’allait jamais abandonner Azelma à son sort. Il pensait vraiment ce qu’il disait, il espérait même que ça arrive au fond. C’était malheureux, mais sans doute la seule vraie chance pour Eponine qu’elle s’en sorte. Qu’un homme, digne, s’entiche d’elle et décide de l’enlever à cette vie de misère.

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Mer 2 Déc - 17:06


Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
M

arius aurait beau dire, Éponine ne s'ôterait pas de l'esprit que le jeune Pontmercy était un homme généreux. À son grand dam, d'ailleurs. Il aurait été bien plus simple de l'oublier s'il n'avait pas nombre de ces qualités qui lui laissaient entrevoir un minimal espoir, qu'elle savait compromis, oui, mais qui demeurait persistant, parce qu'il ne passait pas à côté d'elle sans la regarder comme tant d'autres qui visiblement la croyaient invisibles, parce qu'il s'adressait toujours à elle avec une certaine déférence, qui convenait bien mal à sa misérable situation et, surtout, parce qu'il paraissait se sentir réellement concerné par sa condition ainsi que par celle de sa soeur, il avait l'air de vouloir son bien, au point d'espérer d'elle et de Zelma qu'elles échappent au joug de son père, au point d'accepter de les accueillir dans les mauvais moments, quitte à devoir affronter la colère du père Thénardier. Ces qualités étaient, pour Éponine, la preuve d'une noblesse de coeur qu'elle ne savait que lui reconnaître et admirer chez lui, elle ne se pensait pas capable de la même. La misère vous rend égoïste, vous êtes tellement mal que le malheur des autres ne vous concerne plus. L'autre souffre. Et alors, la belle affaire ? Vous aussi, vous souffrez, en quoi la misère de l'autre vaudrait plus que la votre ? Et puis, les situations désespérées invitent aux mesures désespérées, et l'on peut rendre malheureux ceux qui ne l'étaient pas pour l'être un peu moins soi-même. La générosité n'était l'apanage d'aucun Thénardier, cette famille de sangsues avait plutôt tendance à se satisfaire de celle des autres, mais c'était l'apanage de Marius, gentilhomme en guenilles qui avait le mérite de prétendre à moins que ce qu'il n'avait. Si, il était généreux. Ou avec elle en tous cas. Et elle l'aimait pour cela. Même, elle l'aimait bien trop pour cela. Mais il ne voyait rien, et par instants, ses marques de gentillesses la blessaient au coeur aussi vivement que si on y avait enfoncé un poignard affuté. Et elle pouvait à peine lui en vouloir. Il ne voyait pas. Il ne savait pas.

-Y'a pas un homme qui s'enticherait de mézigue.
dit-elle dans un léger sourire, mais triste. Ils préfèrent les belles filles bien nées.

Bien sûr, Éponine faisait directement référence à la belle Cosette, mais elle avait le sentiment qu'il ne le comprendrait pas. Tout partait d'une bonne intention, chez lui, il croyait vraiment qu'elle ne voyait en lui qu'un voisin agréable, il ne voyait pas l'amour qui brûlait en elle, il ne voyait pas qu'elle se ficherait bien que le plus richissime des hommes lui demande sa main si lui ne la regardait pas. Sûr, elle accepterait sans doute, ce serait peut-être en effet le seul moyen pour elle de les sortir elle et sa soeur de la fange, mais pas de gaieté de coeur. On avait oublié de lui apprendre à ne pas aimer. C'était pourtant la première situation à apprendre et retenir dans une situation comme la sienne. Mais son coeur flanchait trop bien et trop vite, et pour pas un rond, en plus.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Sam 9 Jan - 21:10

Eponine & Marius
Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
Quand Marius affirmait qu’un jour, peut-être, un homme viendrait libérer Eponine et sa sœur des jougs de leurs pères, il était sincère. Il se disait que c’était sans doute la meilleure solution, pour permettre à ces deux femmes de s’en sortir. Il suffisait qu’elles attirent l’œil d’un homme, d’une personne capable de rivaliser avec le père Thénardier (qu’il ne connaissait pas sous ce nom évidemment). Bien sûr, le jeune homme était incapable de se rendre compte que ce qu’il disait pouvait toucher directement le cœur de sa voisine. Celle qu’il ne voyait que comme une amie, une voisine pour qui il avait un peu d’affection amicale, et qui malheureusement ne s’était pas contenté de le considérer comme un gentil voisin. Elle l’aimait et il ne voyait rien. Quand elle reprit la parole, quand elle affirma qu’aucun homme ne s’enticherait d’elle, qu’ils préféraient les filles bien nées, Marius ne comprit évidemment pas que cela le concernait directement. Comment pouvait-il comprendre qu’elle mentionnait le fait qu’il soit tombé amoureux de la belle Cosette en un regard, alors qu’il posait son regard sur elle depuis bien plus longtemps ? Il n’avait vraiment aucune idée de ce qu’elle ressentait pour lui, il était donc incapable de comprendre ce qu’elle sous entendait avec ses propos. Si cela avait été le cas, il aurait réagi d’une toute autre manière.

« Tu te méprends. » Lui dit-il doucement, un léger sourire sur le visage. Il avait envie de la rassurer, de lui faire comprendre qu’elle se trompait. Malheureusement ses actes étaient bel et bien la preuve qu’elle avait raison. Parce qu’il ne l’aimait pas et qu’il aimait cette fille qui semblait être bien mieux née qu’Eponine. « Je suis certain qu’un jour un homme s’entichera de toi. »

L’idéal était bien sûr qu’elle s’entiche de lui également. Marius avait l’âme d’un romantique, il préférait largement l’amour réciproque à l’amour d’intérêt. Un homme pouvait très bien tomber sous le charme d’Eponine – ce n’était pas parce que Marius était un aveugle fini que tous les hommes l’étaient – et elle pourrait donc user de cette chance pour s’en sortir. Mais le jeune homme préférait espérer pour sa voisine qu’elle trouve l’amour au passage. Evidemment, c’était parce qu’il ne se doutait pas qu’elle avait trouvé cette amour, un amour qui était loin d’être partagé parce que Marius partageait le sien avec Cosette.

« Tu n’as aucune raison de te dévaloriser. » Reprit-il en posant ses mains délicatement sur les bras de la jeune femme, dans un geste purement fraternel. Il agissait en gentil voisin, presque en frère de cœur même. Il se préoccupait du sort de la jeune femme et de sa sœur, parce qu’il était bien placé pour voir ce qu’elles enduraient au quotidien. Il ne parvenait pas à se montrer indifférent à leur sort. « Tu as énormément de qualité Ponine. »

Encore une fois, le jeune homme était parfaitement sincère. Simplement, il ne se rendait pas compte des conséquences de ses propos, du fait qu’Eponine aurait aimé qu’il ne la voit pas de cette manière.

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Jeu 14 Jan - 15:33


Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
S'

il y avait bien une situation dans laquelle Eponine voudrait se tromper, c'était bien celle-ci, mais elle savait malheureusement qu'elle avait raison. Marius, en voulant lui prouver le contraire, ne faisait que le lui démontrer davantage. Il ne savait pas, il ne voyait pas qu'elle ne faisait que parler de lui depuis tout à l'heure, tout comme elle ne savait penser qu'à lui tout le temps. Il était devenu pour elle l'une de ces accoutumances dangereuses desquelles on ne se guérit pas. Puisque son seul remède aurait été les regards et les mots d'amour qu'il n'adressait - malheureusement pour elle - qu'à la charmante et bien née Cosette. Le sourire qu'elle esquissa fut un peu triste (en réponse au sourire bien plus sincère de l'étudiant - qu'elle trouvait terriblement désarmant, comme si elle avait véritablement besoin de cela), parce qu'elle ne pouvait pas vraiment s'enthousiasmer à l'idée qu'un homme, un jour, s'entiche d'elle. Oui, tous les espoirs étaient permis et, qui sait, peut-être un homme verrait-il un jour en elle un être que l'on peut aimer. Mais elle n'en croyait rien. Elle était sale, squelettique, misérable. Si quiconque pouvait nourrir la moindre pensée à son adresse, cette pensée était forcément lubrique, et dénuée de tous ces sentiments élevés dont débordaient les plus grandes romances.

Et quand bien même un homme l'aimerait, qu'est-ce que cela pourrait lui faire ? Si un homme devait l'aimer un jour, elle le rendrait particulièrement malheureux, car son coeur à elle était tout dévolu à un autre. Certaines passions sont passagères et s'essoufflent, mais Ponine était convaincue de ne jamais cesser d'aimer Marius. Comme elle était malheureusement convaincue que Marius ne cesserait jamais d'aimer Cosette, et réciproquement. La vie était décidément mal faite. Eponine avait tous les droits de se dévaloriser, puisqu'elle n'avait pas de quoi satisfaire celui à qui elle avait envie d'offrir le plus, et qui ne pouvait pas lui rendre assez. Même s'il lui donnait déjà beaucoup. Le fait qu'il daigne la regarder, lui parler, lui sourire... En soi, c'était déjà des dons ce qu'il y a des plus incroyables. Elle ne pouvait qu'aimer ces compliments, aimer sans les croire.

-Et quelles qualités ?


Elle voulait savoir, oui. Disait-il seulement cela pour la rassurer, la réconforter, ou le pensait-il bel et bien ? Et dans ce cas, que pouvait-il lui trouver qu'il ne reconnaitrait pas à d'autres ? Avait-elle autre chose que sa misère et sa pitoyable condition que la jolie blonde ne puisse se vanter de posséder ? Elle avait du mal à se l'imaginer. Elle ne savait rien de la belle qui avait volé le coeur de son étudiant (si ce n'est qu'elle était trop belle, justement) - ignorant qu'elles avaient pourtant passé une partie de leur enfance toutes les deux ensemble. Si elle savait... Cela changerait-il quelque chose ? Elle n'en savait rien, mais il était peut-être malgré tout certaines choses qu'il comprendrait davantage.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Sam 13 Fév - 15:36

Eponine & Marius
Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
Il était par moment si facile de faire du mal sans s’en rendre compte, c’était le cas de Marius en cet instant en compagnie d’Eponine. Le jeune homme tentait de réconforter la jeune femme, de lui faire comprendre qu’elle se dévalorisait bien trop. Il était sincère dans ses propos, ne mentant pas un seul instant à sa jeune voisine, malheureusement il ne voyait pas ce qu’il avait sous les yeux. Il ne voyait pas que le regard qu’elle lui adressait était remplit des sentiments qu’elle avait à son égard. Qu’à chaque fois qu’elle parlait, elle sous entendait sa personne. Il avait cru qu’elle se contentait simplement de se dévaloriser, alors qu’elle faisait plus un constat qu’autre chose. L’homme qu’elle aimait s’était entiché d’une fille bien née, effectivement. Il ne pouvait pas le nier, mais en même temps il ne comprenait rien. Il ne voyait pas à quel point ses propos pouvaient être des épines au final, alors qu’il cherchait simplement à la réconforter. Il lui souhaitait le meilleur oui, parce qu’il avait beaucoup d’affection pour sa voisine, mais il ne se rendait pas compte que le meilleur pour elle viendrait de lui. Il espérait qu’un jour quelqu’un puisse poser un regard amoureux sur elle, sans se rendre compte qu’elle souhaitait dans son coin que ce soit lui qui le fasse. Qu’il pose le même regard qu’il adressait à sa belle Cosette sur sa personne. Elle n’avait pas besoin de ses belles paroles, mais c’était la seule chose qu’il puisse lui offrir.

Marius ne voulait vraiment pas voir sa voisine se dévaloriser, alors qu’il pensait vraiment qu’elle avait de nombreuses qualités. Malheureusement, la vie n’avait pas été tendre avec elle effectivement, puisqu’elle devait se battre constamment pour survivre (avec un père aussi idiot que le sien en plus…). Marius ne pouvait pas entièrement comprendre sa situation, même s’il vivait dans la misère aussi. Il avait choisi de descendre aussi bas dans la société afin de se battre pour ses convictions, alors qu’on lui avait imposé cette vie. Eponine, à ses yeux, méritait vraiment de s’en sortir. Mais fallait-il encore que la chance tourne un peu vers elle et cette dernière avait tendance à se montrer cruelle. La vie était cruelle d’une certaine manière, même si l’étudiant n’était pas le mieux placé pour dire ça.

« Tu es intelligente. »
Reprit-il pour énoncer les qualités qu’Eponine lui demandait. Encore une fois, il était sincère, malheureusement. « Tu es amusante et tu es très jolie. »

Ajouta-t-il, dans un sourire. Bon, derrière la crasse évidemment, mais ça ce n’était pas vraiment de son fait. Il le pensait, elle était mignonne. Ce n’était pas parce qu’il était aveugle aux sentiments du la jeune femme qu’il était foncièrement idiot, il se rendait bien compte qu’elle était mignonne. Ce n’était pas qu’elle ne l’était pas assez pour lui, il ne se rendait même pas compte qu’elle puisse désirer plus de sa part. Rien ne pouvait, malheureusement, rivaliser avec le coup de foudre. Cosette était son âme sœur, c’était aussi simple que ça.

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Sam 13 Fév - 16:35


Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
É

ponine était quasiment convaincue que son teint pâle et transparent avait dû quelque peu rosir à l'énumération des compliments que lui adressa Marius. Elle ne savait croire à aucun d'entre eux, parce qu'elle se pensait suffisamment lucide au sujet de sa propre personne, mais il était agréable de les entendre prononcer par quelqu'un dont l'opinion comptait tant pour elle, et d'avoir le sentiment d'y entendre, ne serait-ce qu'un peu, un semblant de sincérité. Pourtant, comment tenir ces compliments comme véritablement acquis ? Intelligente, elle ? De quelle sorte d'intelligence pouvait-il bien parler ? Elle n'avait jamais été sur les bancs de la moindre école, n'avait jamais tenu un livre entre ses mains, elle ne savait ni lire ni écrire... Elle avait l'intelligence de se taire quand il fallait arrêter de parler, encore que pas toujours, elle avait l'intelligence des projets qu'on lui confier, au final, elle s'imaginait relativement maline, pourquoi pas, mais sûrement pas brillante et cultivée de la façon dont devait l'être la jolie blonde, de la façon qui devait saisir le beau Marius de ce transport délicieux et peu commun qu'il avait la chance de partager quand Éponine la vivait en solitaire. C'était bien jolie d'être maline, mais le bel étudiant avait de plus hauts critères, il devait aimer discuter poésie, philosophie, actualité avec sa dulcinée (pas politique, il paraît que les filles n'ont pas droit de s'y intéresser, même si Louison faisait un joli pied-de-nez à la règle). Rien de ces sujets de conversation élevé qu'il pourrait jamais avoir avec elle. Amusante, peut-être bien qu'elle l'était, mais elle se demandait quand même un peu si elle ne l'était pas un peu à ses dépends, complètement involontairement, quoi. Non pas qu'elle ne puisse pas laisser un mot d'esprit s'échapper de temps à autres de ses lèvres, mais il y a esprit et esprit. Le sien se perdait bien vite et peinait à dépasser un certain seuil. Là où ses joues s'empourprèrent vraiment, c'est quand il lui dit qu'elle était jolie. Éponine avait toujours été incapable de se trouver belle. Elle n'était jamais maquillée et apprêtée comme ces demoiselles de la haute, et même sans ça, elle était si maigre, si pâle, si mal nourrie, qu'on l'aurait crue malade même quand elle avait le semblant de santé accordé par sa condition... mais s'il disait qu'il la trouvait jolie, elle le croyait. Et ça réchauffait le cœur. Et ça faisait mal en même temps, parce que Cosette, elle, il ne devait pas la trouver très jolie, ça non, il devait la trouver belle, tout simplement belle. Ça faisait quand même une sacrée différence. Que ça devait être beau à entendre, tous ces jolis compliments prononcés de la bouche d'un homme amoureux. De la bouche d'un homme amoureux, mais d'une autre, les mots étaient à la fois plus brillants et tranchants que les plus aiguisées des lames.

-Vous êtes le premier à me dire tout ça.
dit-elle, encaissant ce constat en même temps qu'elle le prononça, la voix légèrement affaiblie. Peut-être que vous s'rez l'seul. Peut-être. Sûrement. En fait, elle en était certaine. Et même, si quelqu'un d'autre que lui lui disait les mêmes mots, elle n'était pas vraiment sûr qu'elle en aurait quelque chose à faire. Et pourtant, vous m'aimez même pas.

Ça, c'était le constat le plus terrible. Et un constat qui la trahissait à moitié, d'ailleurs, même si elle voulait croire qu'il n'y découvrirait rien des sentiments qui se dissimulaient derrière ces quelques mots, il prendrait peut-être son cas pour une généralité, et se dirait simplement que la pauvre Ponine pensait ne pouvoir espérer d'aucun homme qui soit galant autre chose que son amitié.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Mar 15 Mar - 23:49

Eponine & Marius
Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
Marius était parfaitement sincère quand il énonçait les qualités d’Eponine. Alors, certes, il y avait peut-être plusieurs manières de les interpréter, mais il était vraiment sincère. Quand il affirmait que la jeune femme était intelligente, il la trouvait vraiment intelligente. Elle n’avait pas eu la chance d’avoir l’éducation et la culture comme lui, par exemple, mais cela n’enlevait en rien à son intelligence. L’étudiant était persuadé que si on lui en donnait la possibilité, elle pourrait rivaliser d’esprit avec n’importe qui. Elle était effectivement amusante, cela arrivait bien souvent qu’elle le fasse rire. Sans doute que ce n’était pas aussi volontaire que le jeune homme le croyait, mais en même temps il ne voyait pas du tout la situation comme elle. Il ne se rendait pas compte que par moment, il trouvait quelque chose d’amusant alors qu’elle était parfaitement sérieuse. Concernant le fait qu’elle était jolie, Marius la trouvait effectivement jolie. Certes, la jeune femme était maigre et elle n’avait pas des habits pouvant vraiment la mettre en valeur. Mais Marius savait très bien que ses conditions de vie n’étaient pas idéals – puisqu’il avait presque les mêmes à présent – et il parvenait à voir au-delà de ça. Evidemment, le jeune homme ne pouvait pas considérer Eponine comme plus belle que Cosette, mais ce n’était pas étonnant. Rien ne pouvait égaler sa tendre Cosette, tout comme les compliments qu’il adressait à sa voisine ne signifiait pas grand-chose. Il était honnête, il pensait chaque mot, mais ce n’était pas pour autant qu’il ait plus d’affection qu’il ne le montrait autrement. C’était des compliments parfaitement amicale, rien de plus. Il n’y avait aucun sous-entendu. Marius remarqua bien les joues d’Eponine s’empourprer légèrement, mais il ne réalisa pas vraiment la porter de ce détail. Comment pourrait-il croire qu’elle aurait espéré l’entendre dire cela parce qu’il aurait été amoureux d’elle.

Eponine affirma alors qu’il était le premier à lui dire des choses comme cela. Elle précisa même qu’il serait peut-être le dernier. Marius ne pouvait pas le concevoir, il était persuadé qu’un jour un homme lui dirait tout cela aussi. Eponine méritait vraiment, comme il l’avait dit, de vivre l’amour comme lui le vivait actuellement, ne se rendant toujours pas compte qu’il était justement celui qu’elle aimerait avoir comme amour. Il ne comprenait pas quand elle disait qu’il ne l’aimait même pas alors qu’il lui faisait des compliments, il ne savait pas que c’était justement une sorte de reproche. Marius aurait peut-être pu se rendre compte de la vérité, il aurait pu comprendre, mais non… Marius était bien trop aveugle pour le comprendre. Il ne voyait rien et ne verrait sans doute jamais rien.

« Il n’y a pas besoin d’aimer pour dire ce qu’on pense. »

Et par ces paroles, il confirmait bien qu’il n’avait aucun sentiment pour Eponine, sans encore s’en rendre complètement compte. En même temps, le jeune homme était complètement obnubilé par sa Cosette, celle qu’il considérait déjà comme la femme de sa vie alors qu’il ne la connaissait que depuis peu.

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Jeu 17 Mar - 14:17


Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
U

n coup de couteau planté en plein cœur. Il était plus que certain que Marius ne s'en rendait pas compte, mais c'était l'effet que ses mots avait sur elle. Un effet nocif, parfaitement dévastateur. Parce qu'en affirmant qu'il n'y avait nul besoin d'aimer pour parler sincèrement, il ne se contentait pas de confirmer qu'il tenait pour vrai les compliments (certes flatteurs) qu'il lui avait fait, il lui confirmait aussi ce qu'elle savait déjà, mais qu'il restait horrible d'entendre : il ne l'aimait pas. Il ne l'aimait pas et ne l'aimerait jamais. Il ne l'aimait pas mais laissait ce bon soin sans scrupules à un autre. "Je ne t'aime pas, Éponine, mon amour vaut mieux que toi." Voilà ce qu'elle avait la sensation de déchiffrer sur ses lèvres, de lire dans ses yeux, quand il se contentait pourtant de vouloir la réconforter. Elle retint les mots qui lui brûlait les lèvres. Elle savait ce qu'elle devrait dire pour mettre fin au supplice une bonne fois pour toutes. Il lui suffirait d'être honnête. "Je vous aime, monsieur Marius". Voilà tout ce qu'elle aurait à dire. Il s'excuserait, gêné, penaud, puis il éviterait à tout jamais de croiser son chemin et son regard. C'était sans doute ce qu'il y avait à espérer de mieux. Mais Eponine entretenait sa souffrance avec le soin et l'attention dont ferait preuve un jardinier parfaitement fier des plantes qu'il entretient. Elle nourrissait sa désillusion d'instants de la sorte, passés auprès de son amour impossible. Après tout, ce n'était pas lui qui était venu la trouver, c'était elle. Elle poussa un profond soupir. À quoi bon continuer cela. Et à quoi bon, en vérité, le lui apprendre ? Qu'avait-elle, dans la vie, si ce n'est Zelma et ses sentiments pour Marius ? Rien. Alors pourquoi prendre le risque de les perdre.

-Tout comme on peut aimer et mentir, aussi.
reconnut-elle dans un fin sourire.


Comme elle-même ne cessait de lui mentir par omission. Sans arrêt, tout le temps, encore maintenant, ne dissimulant presque plus ses sous-entendus, puisqu'elle savait quoi qu'il en soit qu'il ne les comprendrait pas, qu'elle ne prenait pas l'ombre d'un risque à voiler la vérité sous un voile si lisse qu'il serait bien simple de le soulever pour voir ce qu'il cache, si fin que l'on peut apercevoir au travers.

-À c'propos, je vous empêche sûrement de retrouver vot' promise.


Elle était un poids qui avait sûrement abusé de son temps. Elle ferait bien mieux de retrouver son père, qui s'était sans doute calmé de toute manière. Éponine savait ce qu'elle avait envie d'entendre, ce qu'elle l'invitait presque à dire, qu'il avait tout le temps pour elle, que la jolie blonde du jardin du Luxembourg pouvait bien attendre. Qu'elle était prioritaire, au moins une fraction de secondes. C'était absurde, c'était vain. Mais elle continuait d'essayer, encore et encore. Éponine devait vraiment être quelqu'un d'obstiné. D'absurdement obstinée.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Mer 4 Mai - 13:00

Eponine & Marius
Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
S’il y avait bien une personne aveugle en ce bas monde, c’était Marius Pontmercy. Le jeune homme ne comprenait pas qu’à chaque fois qu’il prenait la parole dans le but de réconforter un peu sa voisine – qu’il ne voyait que comme une amie – il plantait un poignard dans son cœur. Comment aurait-il pu se douter alors qu’il ne voyait rien des sentiments que la jeune femme avait pour lui. Bien avant même l’arrivée de Cosette dans sa vie – même si cette dernière avait quand même occultée pas mal de chose – il ne voyait déjà rien des sentiments de sa voisine à son égard. Il ne voyait rien, peut-être en partie parce qu’il ne voulait pas voir. Comment pourrait-il seulement imaginer une situation de la sorte, c’était ridicule non ? Non ? Marius avait quand même énormément de sentiments positifs à l’égard de sa jeune voisine, mais cela ne ressemblait à rien d’autre que de l’amitié entre un homme et une femme. C’était sans doute un peu étrange d’envisager qu’un jeune homme puisse être ami avec une femme, mais c’était le cas effectivement. Il ne voyait pas pourquoi il devrait se retenir de lui dire ce qu’il pensait, puisqu’il le pensait justement. Evidemment, il ne voyait pas que cela pouvait la blesser, ce qui n’était pas son intention première. Il ne souhaitait vraiment pas lui faire du mal, alors que c’était ce qu’il faisait.

Evidemment, le jeune homme fut bien incapable encore de lire le sous-entendu dans les paroles de sa voisine. Il ne suffirait que d’un geste de la main pour retirer le voile qui cachait la vérité, un coup de vent pour que tout s’envole. Mais Marius Pontmercy restait aveugle à tout. C’était sans doute bien trop évident pour qu’il le comprenne en fait. Dans tous les cas, il en vit pas vraiment où la jeune femme souhaitait en venir en affirmant qu’on pouvait aimer et mentir aussi. Certes, c’était sans doute faisable, mais en même temps Marius ne s’imaginait pas capable de mentir un jour à sa tendre Cosette. Pour la protéger un jour peut-être ? L’occasion ne manquerait pas de venir dans le futur, mais pour le moment le jeune homme ne s’imaginait pouvoir mentir à son aimée. Et en parlant d’elle, Eponine ne manqua pas d’en faire mention. Le jeune homme ne pouvait évidemment jamais oublier Cosette, mais il était vrai que le temps était passé plus rapidement qu’il ne l’avait cru en discutant avec sa voisine.

« Il est vrai qu’il me faut la retrouver. » Les deux jeunes gens ne pouvaient pas se voir autant qu’ils le voudraient – à cause du père de la jeune femme – Marius ne voulait pas perdre une occasion de passer du temps auprès de celle qu’il aimait. Cependant, il hésita une seconde. « Es-tu sûr que ça va aller ? »

Il voulait retrouver Cosette, si cela ne tenait qu’à lui il passerait tout son temps à plonger son regard dans les grands yeux bleus de la jeune femme. Mais en même temps, en cet instant, il hésitait à abandonner Eponine au sort que risquait de lui réserver encore une fois son paternel.

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1735
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Mer 4 Mai - 20:07


Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
P

eut-être Éponine devait-elle endosser l'entière responsabilité du mal qu'elle éprouvait, c'était comme si elle le cherchait, après tout. Au moment où l'homme qu'elle aimait, ce même si c'était sans retour, lui consacrait tout son temps et toute son attention, elle suggérait d'elle-même que leurs chemins devaient se séparer sans doute, afin qu'il puisse aller conter fleurette à la jolie blonde qui accaparait toute son attention et à coup sûr son cœur dans son entier. Elle n'aurait pas dû l'évoquer, une seule seconde, et profiter de l'illusion qu'il lui accordait, celle d'être importante à ses yeux. Ce n'était que poudre aux yeux, bien sûr, mais c'était beau de rêver, parfois, et les rêves, la jeune femme n'avait que ça de vraiment beau, dans sa vie misérable, ça et son affection pour sa sœur, ça et son amour pourtant non réciproque pour son si charmant voisin. Mais voilà, en agissant peut-être comme il fallait, elle avait le sentiment d'avoir perdu sa seule chance de proximité avec le jeune homme pour un moment. Oui, il y avait tous ces beaux discours qu'elle avait espéré de sa part, mais au final, il n'y en avait eu aucun de prononcé, et la dure réalité la rappelait à toute autre chose. Il attendait vraiment de revoir sa belle. Peut-être n'attendait-il que cela depuis l'instant où elle avait dépassé sa porte. Il ne le lui avait pas dit pour ne pas heurter sa sensibilité parce qu'il avait vu qu'elle n'allait pas bien, c'est que Marius était un véritable gentilhomme. Qu'espérer de plus de sa part qu'un semblant de considération ? Elle devait déjà être bien présomptueuse que de n'exiger que ceci et de ne pas savoir s'en contenter.

Un gentilhomme, oui, il en était bel et bien un, puisque, l'esprit tourné vers son amour, il n'en oubliait pas moins une pensée pour elle, afin de s'assurer que, tout de même, elle allait bien, et saurait s'en sortir. Tout autant que d'ordinaire, dirons-nous. Ce n'était pas la première fois qu'elle rencontrait un tel cas de figure avec son père et ce ne serait pas la dernière. Elle était tentée de répondre qu'elle n'en était pas sûr, pour le simple plaisir de sentir sa présence auprès d'elle, mais elle savait bien que ce serait parfaitement injuste pour la jolie blonde qui l'attendait sagement quelque part, rue Plumet. Grand bien lui fasse, et tant pis pour elle. Résignée, les yeux baissés, elle acquiesça.

-Vous faites pas de mouron, Monsieur Marius, j'en ai vu d'autres.
Elle esquissa un sourire qui dissimulait mal sa tristesse et sa résignation mêlées. Allez la retrouver, la faites pas plus attendre.

Ponine, elle, savait toujours retomber sur ses pattes, avec ou sans secours, avec des bleus au cœur, oui, mais elle se les donnait à elle-même, à grand renfort de rêves inaccessibles.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 879
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   Lun 30 Mai - 11:40

Eponine & Marius
Qui a un bon voisin possède un bien précieux.
Marius avait évidemment envie de retrouver sa promise, de revoir Cosette et de pouvoir profiter de sa présence. S’il en avait la possibilité, le jeune homme passerait tout son temps avec la jeune femme. C’était normal après tout, il l’aimait et elle était la femme de sa vie. Il n’y avait pas plus simple que cela. Sauf que bien sûr, leurs situations n’avaient rien de simple et les deux amoureux ne pouvaient pas se voir autant qu’ils le voulaient. Autant dire que le jeune Pontmercy ne pouvait pas vraiment prendre la décision de rater un rendez-vous avec sa promise. Surtout qu’il devait aussi pallier avec les exigences des Amis de l’ABC. Maintenant, Marius faisait l’effort de ne rater aucune réunion et donc cela lui faisait perdre encore du temps en compagnie de celle qui faisait battre son cœur. Il avait envie de la retrouver, il ne pouvait pas la laisser attendre pour rien. Il s’en voudrait de ne point pouvoir venir leur rendez-vous, de la laisser dans le flou. Sauf qu’en même temps, Marius ne pouvait pas s’empêcher d’hésiter. Non pas qu’il préfèrerait passer du temps en compagnie d’Eponine que de Cosette, malheureusement pour sa voisine son choix était vite fait. Mais il avait quand même de l’affection pour Eponine et il ne pouvait pas la laisser à son sort de cette manière, il ne pouvait pas l’abandonner comme cela alors qu’elle allait mal. Même si au fond, Marius espérait qu’elle allait lui répondre qu’elle était certaine que ça allait aller pour elle, afin qu’il puisse la laisser et rejoindre sa tendre Cosette qui lui manquait dès qu’il se trouvait loin d’elle.

Et ce fut ce qu’elle fit donc, en affirmant qu’elle en avait vu d’autre. Marius se sentait soulagé de sa réponse, mais il n’en montra rien. Ce n’était pas vraiment une bonne chose qu’il se montrer à ce point soulagé en apprenant qu’Eponine en avait vu d’autre. Même si elle le savait, il entendait souvent son voisin frapper ses filles. Il savait donc que ce n’était pas la première fois qu’Eponine se faisait corriger de cette manière par son paternel, ce qu’il n’aimait pas du tout au passage. Mais présentement, le jeune homme avait bien plus envie de se préoccuper de sa Cosette qui devait être en train de l’attendre.

« Merci Ponine. »
Répondit-il seulement alors, quand la jeune femme lui affirma qu’il pouvait aller la retrouver. Il la remerciait en effet, parce qu’elle le libérait un peu de l’obligation qu’il avait envers elle. Une obligation moral que le jeune homme ne pouvait s’empêcher de ressentir, parce qu’elle était venue la trouver dans un moment difficile pour elle, dans un état d’angoisse. Mais elle allait mieux maintenant, cela se voyait. Ou plutôt, c’était ce que Marius avait envie de voir. Sans plus de cérémonie donc, le jeune homme attrapa ses affaires avant de s’approcher de nouveau de sa voisine, de poser une main sur son épaule et de reprendre un sourire aux lèvres. « A plus tard. »

Ils se recroiseraient forcément bientôt, puisqu’ils étaient voisins.

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui a un bon voisin possède un bien précieux. [pv Marius :3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Voisin Du Dessin (VDD)
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les habitations :: La masure Gorbeau-