Partagez | 
 

 Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Dim 16 Aoû - 15:15

Javert & Gwynplaine
Remuer le passé pour trouver la vérité
Comme à son habitude dernièrement, Gwynplaine avait eu besoin de s’isoler un petit peu. C’était que la situation dans laquelle il se trouvait, le tendait de plus en plus. Le jeune homme ne savait pas vraiment ce qu’il allait faire prochainement, mais il était clair qu’il ne pouvait pas laisser les choses comme ça. Déa et Ursus ne manquaient pas de lui faire des reproches et en même temps, ils n’avaient pas vraiment tort au fond. Mais le jeune homme en avait assez qu’on le prenne pour un « idiot » incapable de s’en sortir lui-même. Evidemment, il exagérait un peu quand même, mais c’était vraiment comme cela qu’il ressentait les choses. Il avait donc de plus en plus besoin de se retrouver seul et de quitter un peu cette roulotte qu’ils partageaient tous les trois. Cette fois ci, quand il était partie, ce n’était pas pour rejoindre la duchesse. Il avait vraiment envie de se retrouver seul avec lui-même et de pouvoir être un peu tranquille. Gwynplaine était donc entrée dans la ville de Paris et il avait commençait à voguer au fil des rues sans vraiment réfléchir à l’endroit où il se rendait. Et de fil en aiguille, le jeune homme se retrouva sur la Place de la Bastille.

Gwynplaine n’avait jamais vraiment pris le temps de visiter la capitale. Pourtant, il faudrait peut-être qu’il prenne le temps un de ces quatre pour le faire. Parce que, même si ce n’était pas non plus une ville idéale, il y avait des endroits agréables à voir. En dehors du fait que certain quartier sentait la richesse. Le jeune homme ne parvenait pas à se retirer de l’envie que lui et sa famille pourraient avoir une vie de rêve s’ils gagnaient bien plus d’argent, s’ils allaient jouer devant la cour. Il osait même s’imaginer vivre avec Ursus et Déa dans une grande maison, puisqu’il ne se voyait pas vivre sans les membres de sa famille quand même. Quand Gwynplaine pensait à son avenir, il le voyait forcément en compagnie de son père et sa sœur, il n’arrivait pas à imaginer sa vie loin d’eux. Malgré les tensions actuelles, c’était impossible pour lui de s’imaginer vivre loin d’eux. Depuis qu’il était gosse et qu’il les avait rencontrés, sa vie avait tourné autour d’Ursus et Déa, il avait envie que ça continue comme cela pendant un moment encore. Enfin pour le moment, le comédien se contentait simplement de rêver.

Il marchait tranquillement sur la place, croisant les nombreuses personnes s’y trouvant. Evidemment, il avait son foulard sur son visage. Maintenant, Gwynplaine ne faisait même plus attention quand il le portait, c’était d’un naturel. C’était même quand il ne l’avait pas sur sa bouche qu’il se sentait nu. Il ne faisait donc même plus attention aux regards qu’on lui lançait. La plupart des personnes devaient penser qu’il avait un bec de lèvres, évidemment ils étaient bien loin de la vérité. Il était complètement perdu et ce fut à cause de cela qu’il percuta une personne. A ce moment-là, son foulard quitta son visage.

« Pardon. »

Se contenta-t-il de dire à l’inspecteur de police, avant de remettre son foulard sur sa bouche.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 446
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Mar 18 Aoû - 17:28


Remuer le passé pour trouver la vérité
I

l était des lieux plus propices que d'autres aux actions criminelles, aux larcins, et aux déchaînements de violence en tous genres, et c'était en ce genre d'endroits qu'il était nécessaire de redoubler de prudence et de vigilance, chose que Charles Javert, à force d'expérience, pour rouler sa bosse dans le métier depuis bien longtemps, et pour avoir été initié à presque tous les cas de figure, savait pertinemment. Pour cette raison, alors qu'il traversait la place de la Bastille, il ne manquait pas d'adresser un oeil attentif à tout individu qu'il croisait. Pas grand chose à signaler, pourtant. Des individus majoritairement de passage traversaient tranquillement la place sans songer même à s'y attarder. Aucune attitude suspecte pas plus que d'individus suspects, rien à signaler, du moins... jusqu'à ce que... Tout vigilant qu'il était, il regardait manifestement dans la mauvaise direction, car il ne su éviter la collision avec l'homme qu'il venait de percuter. Il ne s'en serait pas soucié davantage, en d'autres circonstances, se contentant de vérifier que rien de valeur ne lui avait dérobé, car cette sorte de manoeuvre était l'apanage des voleurs à la sauvette. Mais quelque chose avait attiré son attention, une chose qu'il ne pouvait pas ignorer. Ce sourire tranché dans sa chair, à l'extrémité de ses lèvres... L'homme s'était empressé de remettre son foulard sur son visage, mais Javert avait tout de même eu le temps d'apercevoir la mutilation de ce jeune homme, et d'être certain de ce qu'il avait vu.

-Ce n'est rien.
répondit-il d'abord machinalement, comme on se doit de le faire quand quelqu'un vous bouscule sans le faire exprès et s'en excuse. Cependant, il ne s'arrêta pas là. Qu'est-il arrivé à votre visage ?

La question était indiscrète, sans nul doute, en plus du fait que le jeune homme devait très souvent l'entendre, mais l'inspecteur de police n'en avait que faire, il voulait connaître la réponse de son interlocuteur, car il ne faisait aucun doute que ce "sourire", cette immonde cicatrice qui barrait son visage, était une signature. À vrai dire, l'inspecteur de police pensait même pouvoir deviner qui était l'auteur d'une telle abomination. Et bien sûr, comme d'autres se plairaient très certainement (et très légèrement) à le prétendre, il ne s'agissait en rien de la marque du malin, ou pas le malin comme on l'imagine communément, tout du moins. Il y avait bien des hommes capables de telles atrocités, et, de ce que Javert avait pu furtivement en observer, la blessure ne datait pas d'hier, elle avait eu le temps de déformer la chair, rendant le sourire plus hideux encore qu'il ne devait déjà l'être à l'origine. Javert avait à l'esprit les comprachicos, voilà longtemps qu'ils avaient, semble-t-il, déserté le sol français, mais en attendant, la méthode coïncidait. Et, forcément, l'inspecteur en lui ne savait pas ignorer la situation. Pourrait-il y faire quelque chose. Réveiller une histoire qui pouvait avoir de très longues années qui lui faisaient plus ou moins tenir de la prescription, ce n'était pas forcément avisé, mais quand bien même...



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Ven 18 Sep - 11:50

Javert & Gwynplaine
Remuer le passé pour trouver la vérité
Cela arrivait par moment au jeune homme de perdre son foulard, que d’autre personne que les spectateurs voient son sourire. Même s’il prenait garde à ce que cela n’arrive pas trop souvent, il ne pouvait pas toujours empêcher les choses d’arriver. Quand il se trouvait sur scène, Gwynplaine n’avait aucun souci à dévoiler son visage de monstre (parce qu’il continuait de croire que tout ça le rendait monstrueux - quoi que ça sœur puisse affirmer), mais il n’aimait pas le faire dans la rue. Les choses étaient vraiment différentes quand ses pieds ne touchaient pas les planches de la scène, les regards n’étaient pas les mêmes. Gwynplaine espérait donc que l’homme qu’il venait de bousculer, qui était un inspecteur de police au vu de sa tenue, n’avait rien vu de ce qu’il y avait sur son visage. Mais ses espoirs étaient vains, puisque l’homme lui demanda ce qui lui était arrivé au visage. Au moins, l’homme semblait se contenter d’être curieux et ne le jugeait pas. Du moins, pas comme la plupart des autres faisaient quand ils voyaient son visage. D’ailleurs, Gwynplaine préférait largement les laisser imaginer qu’il avait un bec de lièvre plutôt que de les laisser voir son « sourire ». Mais pour le coup, il ne pouvait pas ne pas répondre à la question de l’inspecteur. Même s’il trouvait que l’homme se montrait bien trop curieux, mais il n’allait pas lui en vouloir non plus. Au pire, il allait lui répondre et ensuite, il allait reprendre sa route et ne plus penser à cette rencontre. Ou pas.

« J’ai été enlevé par les comprachicos quand j’étais enfant. » Ce n’était pas tout à fait exact, mais en même temps Gwynplaine ne connaissait pas la vérité. Il savait simplement ce qu’on lui avait raconté et on n’avait pas pris la peine de lui parler des détails de son enfance. S’il savait qui il était, les choses seraient sans doute bien différentes. « Ils m’ont fait ça. »

Il n’y avait pas grand-chose à dire en plus sur son histoire et sur la manière dont ce sourire était apparu sur son visage. Il n’était qu’un gamin, ils avaient fait ça à son visage, et il avait grandi du coup. Ce sourire était encore plus hideux que quand il était enfant, parce qu’il avait grandi en même temps que lui. Mais en même temps, le jeune homme n’avait pas trop le choix que d’accepter ce qu’il avait sur le visage. Il ne pouvait rien faire pour le retirer (en dehors de poser un foulard sur son visage pour le cacher), il devait donc vivre avec. Au fond, ça lui permettait quand même de gagner son pain (après tout, les Girardet n’avaient jamais autant gagné d’argent que depuis qu’ils jouaient avec l’homme qui rit). Il n’avait pas le choix en tout cas. Même si par moment, le jeune homme devait bien avouer qu’il aurait aimé ne pas avoir cette monstruosité sur le visage. Être digne de la beauté de Déa par exemple.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 446
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Lun 21 Sep - 17:21


Remuer le passé pour trouver la vérité
S

i son interlocuteur avait pris la décision de ne pas lui répondre, l'inspecteur de police n'aurait guère pu le lui reprocher, conscient que son ton inquisiteur et le manque de forme qu'il avait mis à son propos n'étaient guère engageants, et que l'homme n'avait aucune obligation légale de lui répondre (et Javert se montrait avant tout insistant envers ceux qui défiaient la Loi si chère à ses yeux et à son coeur). C'était son instinct d'inspecteur qui s'était exprimé à sa place, et il poursuivait de l'animer, car il était évident que la cicatrice qui barrait le visage de son interlocuteur (qu'il avait entretemps pris soin de dissimuler de nouveau sous son foulard, pour des raisons on ne peut plus compréhensibles) ne pouvait pas avoir d'origine accidentelle, et si crime il y avait, il était dans les attributions de Javert de s'assurer qu'il n'était pas demeuré impuni, ou s'assurer, si tel était le cas, qu'il ne le soit plus dans les jours à venir. Quoique la situation présente n'avait rien de simple, remontait à de nombreuses années, et ne permettait pas de s'engager sur des pistes bien sérieuses, quoique les auteurs de cette signature à la forme de sourire soient connus, autant de l'homme, qui accepta de lui répondre sincèrement (ce dont Javert lui sut gré). Il s'agissait bel et bien, ainsi qu'il l'avait soupçonné, des Comprachicos. Cette hideuse et étrange affiliation nomade aux aspirations moins que morales et aux activités moins que légales. Il fallait sans doute reconnaître que le jeune homme s'en était tiré à bon compte avec cette seule cicatrice pour mémoire de son enlèvement. Même si elle devait à présent le poursuivre chaque jour de sa vie, provoquant chez celui qui l'observait d'autres sortes de sourires, moqueurs, bien sûr, quand il ne s'agissait pas de grimaces horrifiées.

-Comment vous en êtes-vous sorti ?


Il semblait singulier, voire miraculeux, que le jeune homme soit certes estropié, mais toujours en vie, plus encore si cette mésaventure lui était arrivée enfant, alors même qu'il n'avait pas à sa disposition les armes essentielles pour se défendre. Sa vie avait été préservé pour une raison, il fallait bien qu'il y en ait une... transmettre un message, peut-être ? Ou bien avait-il réussi à s'échapper, tout simplement ? Si songer seulement à mettre la main sur les Comprachicos semblait une entreprise vaine, l'inspecteur de police conservait ce besoin de savoir. Qu'en ferait-il alors, de ces informations que le jeune homme accepterait (ou non) de lui dévoiler ? Il n'en était pas certain encore. Peut-être rien. À moins de rouvrir une enquête fort ancienne, et qui aurait à peine de sens, maintenant ce groupe loin, si ce n'était dissous, tant il avait su ne pas faire parler de lui pendant de très longues années. Qu'importe, il ne saurait que faire de ces informations tant qu'il ne les aurait pas obtenues, quoi qu'il en soit, et il en faisait pour l'heure son objectif, si bien qu'il ne ménageait peut-être pas plus son interlocuteur qu'il l'aurait fait en présence d'un homme à qui il aurait fait subir un interrogatoire en bonne et due forme.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Ven 16 Oct - 14:48

Javert & Gwynplaine
Remuer le passé pour trouver la vérité
Gwynplaine ne voyait pas bien ce qu’il pouvait ajouter de plus sur la marque qu’il avait au visage. C’était simple au final comme histoire, du moins pour ce qu’il en savait. Evidemment, le jeune homme ignorait complètement la raison de cet enlèvement et les premiers temps de son histoire, il était bien trop jeune pour le savoir. Il pensait donc que c’était simplement un concourt de circonstance et qu’il avait été au mauvais endroit au mauvais moment. De toute façon, il n’avait rien à faire concernant ces détails. Il ne pouvait pas revenir en arrière pour changer les choses (et il n’avait au fond aucune envie de le faire, parce qu’il aimait le tournant qu’avait pris sa vie) et retirer cette marque sur son visage. Ce n’était pas toujours évident, surtout d’assumer cette marque monstrueuse sur son visage, mais de toute façon il n’avait pas le choix. Gwynplaine avait répondu à l’inspecteur de police sans savoir s’il allait continuer ou pas de lui parler de ce sujet, ou s’il allait simplement reprendre sa route. L’homme n’avait pas vraiment d’intérêt à continuer cette conversation après tout et Gwynplaine devait bien avouer qu’il n’avait aucune envie de le faire. Et pourtant, l’inspecteur lui posa une nouvelle question. Le jeune homme ne savait pas vraiment s’il avait envie de répondre ou non (parce qu’il n’avait pas non plus grand-chose à dire de plus).

« Ils m’ont abandonnés tout simplement. »
Il n’y avait pas vraiment grand-chose à dire en plus effectivement, Gwynplaine ne savait pas pourquoi on l’avait abandonné à ce moment-là. Cet instant où il avait erré pendant un moment dans la froideur de la neige, avant de trouver le bébé qu’était Déa à l’époque, et Ursus. « Ils m’ont dit qu’ils reviendraient me chercher, mais ça n’a pas été le cas. »

Et maintenant, franchement, Gwynplaine les avait simplement oubliés. Il ne pouvait pas effacer ces instants de son esprit, comme il ne pouvait pas effacer les marques. Mais sa vie avait depuis longtemps cessé de tourner autour d’eux, autour de ce qu’ils avaient fait de lui. En fait, il n’avait pas fallu longtemps pour que sa vie et son destin prennent une toute autre direction. Il avait simplement fallu qu’il rencontre Déa, puis Ursus, et qu’il fasse partie rapidement d’une famille unie. Puisqu’ils en étaient devenus une très rapidement au final, malgré l’habitude qu’Ursus avait de bougonner constamment. Cela n’avait pas été bien long pour le jeune homme de simplement arrêter de penser à ce qu’il avait pu vivre dans son enfance, pour se consacrer sur cette deuxième vie qu’on lui avait offert. C’était un peu comme s’il y avait eu une ligne de franchit ce jour où il s’était retrouvé tout seul, avant de finalement rejoindre une famille.

« Pourquoi est-ce que ça vous intéresse ? »

Demanda-t-il finalement à l’inspecteur de police, se posant de plus en plus la question. Pourquoi est-ce que cet inconnu semblait s’intéresser à ce point à son histoire ?

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 446
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Sam 17 Oct - 12:41


Remuer le passé pour trouver la vérité
I

ls l'avaient abandonné, ni plus ni moins, la réponse était aussi simple (et quelque part un peu décevante) que cela. Les comprachicos avaient peut-être jugé qu'ils n'avaient plus usage de cet enfant, et songé que, dans son état, estropié, il ne tiendrait pas l'hiver, ils ne s'étaient sans doute pas imaginés que, nombre d'années plus tard, ce sourire atroce serait un objet de fascination et de réjouissance qui rassemblerait foule de Parisiens devant la scène de l'homme qui rit. L'un dans l'autre, l'homme s'en était visiblement bien sorti. Certes, cette cicatrice odieuse lui barrerait le visage pour le restant de ces jours, et il était condamné, en civil, à rabattre ce foulard au-dessus de son nez pour dissimuler au manant sa défiguration, mais il était en vie, et, même si sa tenue ne laissait pas suggérer qu'il soit de haute condition, il ne semblait pas appartenir à cette catégorie de miséreux qui envahissaient les bas-fonds de Paris. On lui avait promis de venir le chercher, mais il se pouvait fort qu'il ne s'agisse là que d'une menace en l'air. L'un dans l'autre, en tous cas, le jeune homme semblait avoir subi son sort sans jamais l'avoir vraiment compris. Javert avait encore mille questions à poser à son interlocuteur. Combien de temps était-il resté chez les comprachicos ? Que faisait-il là-bas, est-ce qu'il serait susceptible de reconnaître les membres de ce groupe ? Mais il ne pouvait se permettre de l'interroger. Tout inspecteur qu'il était, il n'avait aucun droit d'alpaguer cet inconnu et de monopoliser son temps, surtout au nom d'une affaire ancienne, qui ne serait sans doute jamais résolue. Il n'allait que le braquer, s'il se permettait de poser ainsi toutes ces questions. Il les garderait pour plus tard, peut-être, s'il parvenait à établir un certain climat de confiance entre eux, ce qui n'était pas encore sûr. Leur conversation pourrait très bien trouver son terme en quelques secondes.

-Désolé de m'être montré trop curieux.
répondit-il quand son interlocuteur lui demanda pour quels raisons il lui posait ces questions. Au fond, il n'avait pas de véritables raisons de l'interroger. Mais c'était plus fort que lui. Déformation professionnelle. ajouta-t-il en désignant son uniforme d'inspecteur de police. Les comprachicos ont beaucoup fait parler d'eux, à une époque, ils font partie de ceux que nous n'aurons jamais su confondre.

Et pour cause, ils avaient dû quitter le sol français depuis bien longtemps, allez savoir où ils se trouvaient à présent, et ce qu'ils faisaient. Pour Javert, c'était assez frustrant, à vrai dire. Comme n'importe qu'elle autre affaire où la justice ne saurait être réparée, comme n'importe quel autre criminel qui aurait su lui filer entre les doigts (et parmi eux, il y en avait un auquel il pensait tout particulièrement, cela va sans dire).




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Ven 6 Nov - 17:45

Javert & Gwynplaine
Remuer le passé pour trouver la vérité
Gwynplaine se demandait vraiment pourquoi l'inspecteur lui posait ainsi toutes ces questions, lui rappelant simplement les traumatismes qu'il avait vécus quand il était gamins. Même si le jeune homme s'était finalement bien remis de cette époque, de sa cicatrice également, il ne manquait quand même pas d'être traumatisé. Il arrivait, pendant la nuit, qu'il se réveille en sueur parce qu'il revivait ce moment atroce où on avait dessiné ce sourire du diable sur son visage. Il avait une famille maintenant et gagnait honnêtement sa vie avec le spectacle tiré de cette cicatrice, mais cela ne l'empêchait pas d'avoir envie d'oublier complètement sa petite enfance. Il n'aimait pas quand les autres se montraient trop curieux. Mais en même temps, le jeune homme ne pouvait pas en vouloir entièrement à l'inspecteur Javert. L'homme s'excusa d'ailleurs de s'être montré trop curieux, avant d'affirmer que c'était de la simple déformation professionnelle. Cela devait être normal pour un inspecteur de son genre de poser des questions quand celles-ci lui traversaient l'esprit, ce qui était le cas au moment où il avait vu la cicatrice de Gwynplaine. En soit, ce n'était pas grave. Le comédien n'allait pas en vouloir à l'homme, malgré son mauvais caractère habituel qui tenait quand même énormément de son père adoptif, ce bout de conversation qu'ils venaient d'avoir. Cependant, il n'avait pas pour autant envie de continuer sur cette lancée, même si les paroles suivantes intriguèrent un peu quand même le jeune homme. Elles n'avaient rien de surprenant, mais le jeune homme ne s'était pas attendu à entendre de la part de cet homme une déception de ne pas avoir arrêté les Comprachicos. Cela faisait des années qu'on entendait plus parler d'eux, pour le plus grand plaisir de Gwynplaine qui était bien ravi qu'ils ne soient pas venus le chercher, il pensait donc que la majorité des personnes n'avaient que faire de leur sort. Et pourtant, ce Javert semblait vraiment contrarié qu'ils n'aient pas été arrêtés à l'époque.

« Et que vous n'allez jamais pouvoir confondre. »

Ajouta-t-il d'un ton peut-être un peu plus sec qu'il n'aurait voulu. Avec ce qu'ils avaient fait de son visage, de sa jeune vie même (après tout, même si Gwynplaine était heureux actuellement - ou presque - il regrettait quand même de ne pas connaitre ses parents), le comédien pensait qu'ils méritaient vraiment d'être tous en prison (ou même pire au vu de leurs crimes). C'était vraiment dommage qu'ils n'aient pas pu être arrêtés à l'époque, il y avait quand même peu de chance qu'ils le soient à présent.

« Cela aurait été appréciable qu'ils paient pour ce qu'ils ont fait. » Le jeune homme pensait vraiment ces mots, même s'il ne passait pas le plus clair de son temps à penser à la vengeance qu'il aimerait avoir. A quoi bon maintenant au final ? « Mais on ne peut rien y faire. »

Gwynplaine ne pensait en tout cas pas possible de faire quelque chose contre eux à présent.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 446
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Sam 7 Nov - 15:58


Remuer le passé pour trouver la vérité
L

es propos prononcés par son interlocuteur n'étaient guère agréables à entendre, surtout pour quelqu'un comme Javert, qui n'était pas de nature à enterrer une affaire quand celle-ci n'était pas élucidée pour passer purement et simplement à autre chose. Non, vraiment, ce n'était pas dans sa nature, et c'était une nature qu'il ne comptait pas changer. Néanmoins, il ne pouvait pas reprocher à Gwynplaine son propos, ni même le ton qu'il employa. Au contraire. Il était normal que le jeune homme réagisse de la sorte, en définitive. Les Comprachicos avaient dérangé l'ordre entier de son existence avant de l'abandonner à la misère, ils l'avaient privé de ses parents, ils lui avaient défiguré le visage, le vouant à une carrière de saltimbanque et à l'humiliation générale. Il était normal qu'il ne manifeste pas de légèreté ou d'indifférence à l'idée que cette organisation criminelle ne soit jamais inquiétée ou démantelée. Javert ne pouvait être que de l'avis de son interlocuteur. Les comprachicos auraient dû payer pour leurs méfaits, mais il semblerait que cela ne soit jamais arrivé, et que cela ne doive jamais arriver non plus, sans quoi, Javert, quand bien même il ne pouvait avoir connaissance de toute les actions judiciaires à l'étranger, en aurait su quelque chose. Les comprachicos avaient suffisamment fait parler d'eux avant pour que la nouvelle parvienne à son oreille et à celle de ses collègues. On ne pouvait rien y faire. Ce constat défaitiste semblait malheureusement être le seul qui puisse être fait, effectivement, mais c'était le genre de défaitisme auquel Javert n'aimait pas à se résigner. S'il ne pouvait rouvrir ce nouveau dossier sans nouveaux éléments, il considérait que justice devait être faite, et les torts réparés, que ce soit tard ou non. La notion de prescription n'existait pas, du moins pas dans le vocabulaire de Javert.

-La Justice fait son oeuvre tôt ou tard. S'ils n'ont pas été punis encore, ils payeront plus tard la rançon de leurs crimes.
Il ne prononçait pas ces propos comme on se convainc du jugement dernier, il parlait au nom de ce qui était sa foi à lui, une foi irréfutable et extrême, sa foi dans la Justice. Nul ne pouvait espérer s'en tirer sans dommages, Javert était devenu inspecteur de police pour y veiller personnellement. Il ne comptait pas rassurer son interlocuteur, non, il voulait seulement croire que ses anciens tortionnaires ne s'en tireraient pas indemnes. J'imagine que vous n'avez plus grand souvenirs de votre enfance auprès d'eux... des noms ? Des visages ?

Cet interrogatoire arrivait bien sûr trop tard, mais Javert n'y pouvait rien. À ses yeux, il n'était jamais trop tard pour résoudre une affaire quel qu'elle soit. Ce qui importait, c'était que l'ordre soit enfin rétabli, que la loi soit respectée, et les victimes telles que Gwynplaine dédommagées.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Mar 1 Déc - 11:25

Javert & Gwynplaine
Remuer le passé pour trouver la vérité
Gwynplaine pensait vraiment que la justice ne pouvait plus rien faire contre les Comprachicos, surtout pas toutes ces années en arrière. L’organisation avait visiblement fuit les terres de ce pays, il y avait quand même peu de chance qu’ils parviennent à remettre la main sur eux. Le jeune homme ne comptait pas sur la justice humaine donc, comme il ne comptait pas vraiment sur celle du ciel. Il ne savait pas s’il devait croire en la bonté d’en haut, même s’il ne pouvait pas entièrement être réfractaire à cette idée. Le jeune homme pensait donc plus que ces hommes s’en sortaient trop bien après tout ce qu’ils avaient fait (pas seulement à lui, ils avaient fait énormément de mal autour d’eux), mais qu’ils ne pouvaient de toute façon rien y faire. Gwynplaine en tout cas ne pouvait rien y faire et il préférait largement essayer de ne pas trop y pense, même s’il suffisait qu’il approche d’un miroir pour y repenser. Sans eux… sa vie aurait été largement différente. Mieux ? Il ne pouvait pas vraiment le dire. Parce que sans eux, il n’aurait pas connu Ursus qui serait devenu comme un père pour lui, mais surtout il n’aurait pas eu Déa dans sa vie. Sans ses évènements, peut-être que le bébé qu’elle était à l’époque serait morte de froid dans les bras de sa mère, puisqu’il ne serait pas arrivé pour la sauver. Il ne parvenait donc pas entièrement à détester les évènements de son passé, même s’il aurait préféré ne pas être défigurer de la sorte.

L’inspecteur Javert semblait cependant, de son côté, plus apte à croire qu’ils allaient un jour payer les conséquences de leurs actes. Gwynplaine voyait la détermination dans la voix et le regard de l’homme, il avait bien envie de lui faire confiance. Pour autant, ça ne le poussait pas à croire que c’était possible. Il comprenait bien que cet homme avait vraiment la motivation et l’intention de leur faire payer leurs actes, mais cela ne suffisait pas à ce que ça arrive. Bien au contraire.

« J’ai le souvenirs de quelques visages, mais pas de nom. » Répondit-il quand l’inspecteur le questionna sur ses souvenirs. L’interrogatoire arrivait bien tard, cela aurait été plus facile de le questionner juste après les faits. Mais en même temps, leurs chemins ne s’étaient encore jamais croisés jusqu’à présent. « A moins qu’ils ne reviennent effectivement me chercher, il y a peu de chance pour que je puisse vous donner plus d’information. »

Gwynplaine ne pouvait pas s’empêcher de se montrer assez défaitiste, mais en même temps il ne croyait plus en la justice depuis un bon moment. Son envie de justice n’était plus vraiment la même après des années, même s’il continuait d’en vouloir à ces hommes pour ce qu’ils avaient fait à son visage. Sauf qu’étrangement, l’homme qu’il avait sous les yeux parvenait quand même à lui donner le sentiment que les choses étaient possibles. Comme si la motivation de Javert déteignait un peu sur lui.

« Vous pensez vraiment pouvoir les arrêter un jour ? »

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 446
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Mer 2 Déc - 18:19


Remuer le passé pour trouver la vérité
I

nterroger son interlocuteur tant d'années après les faits, c'était une entreprise plutôt vaine, en définitive, et Javert ne l'ignorait pas, la notion de prescription n'avait pas été inventée pour rien, elle avait bel et bien un sens, n'en déplaisent aux férus de justice tel que notre inspecteur de police, qui ne supportait pas de voir les crimes impunis, et les criminels en liberté. Tout devait se payer, en effet. D'une manière ou d'une autre, à un moment ou à un autre. Mais cette justice ne dépendait pas toujours de la main humaine, au grand dam de Javert. L'inspecteur demandait au saltimbanques de lui restituer des souvenirs d'enfance. Même s'il avait cru se rappeler très précisément un nom ou un visage, il aurait fallu traiter sa parole avec la plus grande des parcimonies. Javert courait après une ombre, un fantôme... et il n'était sans doute pas en mesure de venger Gwynplaine et son horrible sourire, vraiment pas. Les Comprachicos serait peut-être interpelés ailleurs, ou mieux, encore, justice aurait été faite, les concernant, à un autre moment. Ainsi que Gwynplaine le disait lui-même, à moins qu'ils ne viennent le chercher, les chances étaient minimes, et s'ils avaient vraiment dû le faire, ils l'auraient fait depuis bien longtemps. Il ne comptait pas adresser de faux espoirs à son interlocuteur. Mais c'était lui-même qui voulait en avoir de nouveaux. Dans l'idéal, Javert ne laisserait personne passer à travers les mailles du filet, mais un seul homme, ou même les quelques hommes d'autorité du monde ne suffisaient pas - c'est l'évidence - à mettre à mal tous les malfrats.

-Je ne peux vous en faire la promesse.
admit Javert à l'adresse de son interlocuteur, qui ne pouvait tout de même pas lui donner des espoirs vains. Javert ne mentait jamais, c'était un principe. Il n'était vraiment pas nécessaire de mentir et de faire des promesses vaines. Néanmoins, il avait bien envie de rouvrir ce dossier depuis longtemps considéré comme clos. Mais je veux m'y employer. ajouta-t-il très sincèrement. Gwynplaine lui donnait un excellent prétexte pour tenter d'élucider pour de bon cette affaire.

Et s'il ne parvenait pas à ses fins - ce qui était malheureusement fort probable - alors, d'autres, espérait-il, se chargeraient d'eux à sa place. Ou bien s'en étaient-ils déjà chargés. Il était difficile de le savoir, tout comme les comprachicos formaient un groupe trop vaste pour songer qu'ils s'en soient tous sortis indemnes... Mais qu'ils aient tous été inculpés également. L'affaire était délicate, mais Javert comptait bien faire son possible. C'était sa ferme intention tout du moins. À l'heure où une obsession toute particulière lui monopolisait l'esprit, il devait bien reconnaître que se pencher sur d'autres cas, quand bien même ces derniers s'avéraient tout aussi épineux, ne pouvait que lui faire le plus grand bien. Non pas qu'il compte renoncer à cette traque ancienne, mais elle accaparait tout son temps et toute son attention. Il n'était pas sans savoir que c'était loin d'être une bonne chose, que ce soit pour lui ou pour ses affaires.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Dim 10 Jan - 0:35

Javert & Gwynplaine
Remuer le passé pour trouver la vérité
Gwynplaine ne savait vraiment pas ce qu’il devait penser de tout cela, de cette conversation avec cet inspecteur. En un sens, le jeune homme devait bien avouer qu’il appréciait que quelqu’un s’intéresse un peu au fond de l’histoire de sa cicatrice et pas simplement à cette dernière. Cela faisait des années que le comédien avait changé de vie, qu’il avait tourné la page. Avant cette conversation avec Javert, il ne pensait pas autant à ceux qui avaient décidé de tailler son visage. Mais en même temps, Gwynplaine devait bien avouer qu’il avait envie que la justice soit faite. On l’avait privé de ses parents et même s’il avait une vie comme il en rêvait (il avait tellement de chance d’avoir Déa et Ursus dans sa vie), il aurait quand même aimé savoir d’où il venait. On l’avait privé de ses parents et il était donc logique de payer pour cela. Gwynplaine savait en plus qu’il n’était pas la seule victime de ce groupe, ils avaient causé bien plus de tort que ce qui le touchait directement. Son visage n’était pas grand-chose à côté de tout le reste. Il était donc normal que la justice fasse son œuvre, pas seulement pour lui. Gwynplaine se doutait bien que ça allait être difficile, après toutes ces années, mais bizarrement ce Javert lui donnait le sentiment de pouvoir essayer quelque chose. Il ne lui promit pas d’y arriver, ce qui était normal, mais seulement d’essayer. C’était déjà mieux que tout ce qui avait pu être fait ces dernières années contre eux.

« Bien… c’est mieux que rien. »

Après tout, c’était déjà énorme que quelqu’un souhaite simplement rouvrir le dossier. Gwynplaine ne pouvait que voir en cet inspecteur une personne forte courageuse, puisqu’il y avait sans soute peu de personne capable d’agir de cette manière. Le jeune homme ne savait pas vraiment si ça allait donner quelque chose, mais il pouvait peut-être essayer d’y croire un peu. Si les Comprachicos pouvaient être arrêté, même quelques membres du groupe, c’était mieux que rien.

« Si je peux vous aider en quoi que ce soit, n’hésitez pas. » Mais pour cela, il faudrait que le comédien parvienne à se souvenir de quelque chose. Il n’était qu’un gosse à cette époque, beaucoup d’eau avait coulé sous les ponts depuis. « Est-ce que vous pourriez me tenir au courant de l’avancée de votre enquête ? »

Si jamais elle devait mener à quelque chose, si jamais Javert devait trouver quelque chose, Gwynplaine avait bien envie d’être au courant. Simplement pour savoir, simplement pour mettre enfin un point final à cette histoire. Cela ne l’avait pas empêché de vivre (et heureusement), mais c’était quand même une ombre dans son passé. Il n’imaginait pas un jour pouvoir savoir qui était ses parents, d’où il venait, mais peut-être que finalement ça pouvait arriver. Il n’avait pas envie de se faire trop de faux espoir, même si celui qu’il avait sous les yeux lui donnait bien envie de croire à une résolution pure de son passé.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 446
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Jeu 14 Jan - 16:11


Remuer le passé pour trouver la vérité
I

l était en effet mieux de savoir l'enquête rouverte par les soins de l'inspecteur Javert que de concevoir que cette enquête avait été oubliée de tous et que nul n'irait chercher en détails ce qui avait pu se produire sous l'égide des comprachicos, reléguant cette organisation criminelle à un groupe obscur et ancien dont plus personne n'a quoi que ce soit à faire. L'inspecteur Javert était un homme de parole. Quand il faisait une promesse, il ne manquait pas de la tenir, et s'y employait avec soin et dextérité. Ce serait pure folie que d'imaginer que l'enquête pourrait se résoudre à coup sûr, mais un nouveau début de piste, par l'existence même de Gwynplaine, pouvait être exploré, et c'était mieux que rien. Quelle satisfaction il saurait avoir, s'il parvenait à résoudre cette affaire vieille pourtant de nombreuses années ! Inutile de s'enflammer, certes, cela ne pouvait mener à rien de bon, mais tout de même, l'espoir était possible, et s'il s'agissait de minimiser avant tout les attentes de son interlocuteur, car rien ne pouvait être certain en la circonstance, un semblant d'espoir était bel et bien permis. Javert hocha doucement la tête quand l'homme, décidément très coopératif (et c'était une aubaine) lui affirma qu'il était à sa disposition, si la moindre aide de sa part pouvait être nécessaire. L'inspecteur de police retenait très précieusement cette information. Il était fort probable en effet que son aide et son témoignage lui soient utile à un moment ou à un autre... du moins, s'il parvenait à quoi que ce soit, ce qui ne pouvait bien sûr pas être certain.

-Bien sûr, je vous tiendrais au courant de la moindre avancée.


C'était la moindre des choses, après tout. S'il était certain que c'était en grande partie à titre personnel que l'homme acceptait de rouvrir une enquête qui lui plaisait beaucoup, mais puisqu'il l'ouvrait quelque part sur demande, normal qu'il informe le principal intéressé. De toute façon, selon la progression de l'enquête, il avait toutes les chances possibles d'être régulièrement consulté. Javert n'avait qu'une parole, et il allait bel et bien tenir son engagement envers Gwynplaine Girardet.

-Communiquez moi vos coordonnées, et je ne manquerai pas de vous contacter.  

À bien y réfléchir, il s'avérait qu'il ne savait vraiment que peu de choses de l'homme au visage défiguré, il ne savait pas même ce que pouvait être son nom. Leur conversation avait démarré sur des chapeaux de roue, et ils étaient entrés sans s'y attendre l'un l'autre dans le vif du sujet. Il était donc temps de rétablir la situation et d'en apprendre davantage. Cela, au même titre que tout le reste, pourrait bien lui servir, et même largement. C'était peut-être en se concentrant sur ce jeune homme plutôt que les comprachicos eux-mêmes qu'il trouverait les réponses aux questions qu'il se posait il y a bien longtemps.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Sam 13 Fév - 16:23

Javert & Gwynplaine
Remuer le passé pour trouver la vérité
Gwynplaine savait parfaitement qu’il ne devait pas s’emballer et considérer que les comprachicos allaient être arrêté, tant d’année après. Il se contentait simplement d’espérer peut-être une avancée, visiblement l’inspecteur avait l’air vraiment sérieux quand il affirmait vouloir reprendre l’enquête. L’homme qui rit ne pouvait que vouloir lui venir en aide, même si au fond il ne savait pas s’il serait d’une grande utilité. Cela remontait à tellement d’année que les souvenirs du jeune homme étaient plus que flous. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de vouloir quand même lui témoigner son aide, en grande partie parce qu’il espérait avoir des nouvelles de l’avancée. Avec un peu de chance, ce Javert allait parvenir à quelque chose et Gwynplaine voulait le savoir. Par chance, l’homme semblait parfaitement disposé à le tenir au courant. Gwynplaine ne devait pas trop espérer, mais quand même. Après tant d’année, il avait quand même envie que la justice fasse un peu son œuvre. Même si, en cet instant, le jeune homme était loin de se douter de ce que cette conversation allait engendrer, des évènements qui allaient avoir lieu prochainement et des révélations qu’on allait lui faire.

« Je m’appelle Gwynplaine Girardet. » Reprit-il quand l’inspecteur lui demanda ses coordonnées afin de pouvoir le tenir au courant. Le jeune homme se rendait compte, en cet instant, qu’il n’avait même pas pris la peine de se présenter correctement à son interlocuteur. En même temps, on ne pouvait pas vraiment dire que cette conversation avait débuté normalement, comme quoi le hasard faisait parfois bien les choses. « Vous pouvez me trouver près de la scène de l’Homme qui rit. » Il n’avait malheureusement pas d’adresse fixe, il n’était qu’un saltimbanque parmi d’autre. « Je m'y produis à travers tout Paris avec ma famille. »

Sa famille, qui n’était pas une famille de sang. Pour le moment, Gwynplaine ignorait que l’homme qu’il avait sous les yeux allait lui permettre de retrouver celle qui était vraiment sa famille. Pas une famille de cœur non, une famille de sang, sans qui il n’aurait pas existé du tout (quoi que sans Ursus, le jeune garçon qu’il était dans la neige serait mort sans doute avec Déa dans les bras).

« Je vous remercie vraiment pour ça. »

Gwynplaine n’avait pas du tout envie de s’emballer, mais il avait quand même besoin de remercier l’inspecteur pour sa décision de se pencher de nouveau sur l’enquête. Il se doutait que de nombreuses personnes n’auraient même pas pris la peine de croire ça possible. Peut-être que Javert allait perdre son temps – ce qui n’était pas le cas, mais il ne pouvait pas le savoir – mais au moins il aurait essayé. Il ne se contentait pas de croire que c’était trop vieux pour faire quelque chose, qu’il n’y avait rien à en tirer. Même si Gwynplaine n’avait rien contre la justice, il n’avait pas non plus une image entièrement positive de cette dernière. Et pourtant, cet inspecteur sous ses yeux lui donnait bien envie de croire en quelque chose.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 446
Date d'inscription : 07/02/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Sam 13 Fév - 17:28


Remuer le passé pour trouver la vérité
L'

inspecteur de police nota rapidement sur le carnet où il avait l'habitude de griffonner ses observations diverses et variées (bien souvent sur les enquêtes en cours) les différentes informations que lui communiquait son interlocuteur. Le jeune homme se nommait donc Gwynplaine, un nom fort peu commun, mais soit, Gwynplaine Girardet, donc, qui ne pouvait pas lui communiquer d'adresse précise, puisque lui et sa troupe de théâtre avait pour habitude de se produire dans tout Paris, et donc de se déplacer beaucoup à travers la capitale. Cette information aurait pu rebuter Javert, qui n'avait pas les saltimbanques en grande estime, mais tant qu'ils avaient toutes les autorisations nécessaires pour se produire en public (contrairement à de nombreux bohémiens de sa connaissance, qui se donnaient les mêmes objectifs sans les mêmes droits), il n'avait pas son mot à dire. Et en l'occurrence, à moins que le jeune homme ne soit fin fou, il devait agir dans la plus parfaite légalité. Il en était d'autant plus convaincu que le spectacle de "L'homme qui rit" lui disait quelque chose. Javert allait fort peu au théâtre, et se désintéressait plus encore des spectacles de rue. Mais celui-ci, spécifiquement, avait su conquérir quelques amateurs dans les hautes sphères. Si c'était bien ce qu'il pensait, alors Javert avait presque affaire à une vedette... qui devait manifestement son succès, au vu du titre de sa performance, à son horrible sourire d'écorché... Un sourire qui, qui sait, saurait finir par être vengé, du moins, si l'enquête qu'il s'apprêtait à rouvrir menait à quoi que ce soit, ce qui était bien sûr moins que certain. Une fois toutes les informations notées, Javert replaça le carnet dans la poche intérieure de sa veste.

-Vous n'avez pas à me remercier, je ne fais que mon travail.


Et c'était effectivement ainsi qu'il voyait les choses, ni plus ni moins. Il était de son devoir moral et professionnel de rouvrir ce dossier, si ancien soit-il, vu qu'on venait de lui apporter une nouvelle piste, un nouvel élément de preuve. C'était loin d'être une obligation légale, et bien d'autres ne verraient pas dans cette situation un motif suffisant à un nouvel élément d'enquête, mais Javert était quelqu'un de scrupuleux, que les affaires classées sans être résolues insupportaient. Là était toute la différence. En attendant, Gwynplaine ne pouvait davantage pour lui, et réciproquement, mais Javert était amené à penser que leurs chemins se recroiseraient rapidement, ne serait-ce que pour lui permettre de tenir sa promesse de l'informer quant à l'évolution de l'enquête.

-Je ne vais pas accaparer plus de votre temps. Je vous souhaite une excellente journée.
Et il ajouta, même si ce n'était pas nécessaire, pour le rassurer une dernière fois. Je reviens vers vous dès que j'ai du nouveau.

Et sur ces mots, il le salua et prit congé de son interlocuteur, il était grand temps pour eux de retourner à leurs activités respectives. Jusqu'à la prochaine fois.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 749
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   Mer 16 Mar - 15:32

Javert & Gwynplaine
Remuer le passé pour trouver la vérité
Gwynplaine observa l'inspecteur Javert noter toutes les informations qu'il lui donnait. Son nom et bien sûr, son lieu de vie. Si on pouvait vraiment appeler la scène et la roulotte du théâtre ambulant comme un lieu de vie. Ce n'était pas vraiment conventionnel, mais c'était chez lui dans tout les cas. Le chez lui avec sa famille de coeur, il n'avait aucune idée qu'il avait bel et bien une vraie famille quelque part et un autre chez lui bien différent de l'endroit où il vivait actuellement. Gwynplaine ne savait évidemment rien de ce que l'inspecteur pouvait bien penser de ceux qui faisaient des spectacles comme les Girardet, comme son aversion pour les saltimbanques. En même temps, l'homme qui rit n'avait aucune raison de se faire du soucis puisque Ursus savait s'occuper de la "paperasse". Ils avaient toutes les autorisations pour se produire et quelque chose disait à Gwynplaine que s'ils se se retrouvaient à avoir des problèmes, certaines personnes de la haute société - pour ne pas citer, une certaine duchesse - s'arrangeraient pour qu'ils n'en aient plus. Enfin, dans tous les cas, Gwynplaine se contentait de donner le plus d'information possible pour qu'il puisse le trouver si jamais il avait des informations. Et quelles informations il allait trouver...

L'inspecteur affirma au comédien qu'il n'avait pas besoin de le remercier. Il pouvait dire ce qu'il voulait, Gwynplaine ne pouvait pas s'empêcher d'en avoir envie. Parce que l'homme, même s'il se contentait comme il affirmait de faire son travail, n'avait aucune obligation d'ouvrir de nouveau cette enquête. Les comprachicos étaient oubliés maintenant, cela faisait des années qu'on entendait plus parler d'eux. Pourquoi est-ce qu'il le faisait après tout ? Cela arrangeait bien Gwynplaine, qu'il devait bien avouer avoir envie de mettre une croix définitive sur ce pan de sa vie, mais il savait que Javert n'en avait aucune obligation.

"Je vous souhaite également une bonne journée."

Répondit-il après la remarque de l'inspecteur, qui n'avait pas l'intention de prendre plus de son temps. En même temps, il semblait évident que les deux hommes avaient fait le tour de cette situation. Ils s'étaient tout dis, ils verraient peut-être plus tard s'ils avaient de nouveau quelque chose à se dire. Le comédien ne savait pas que l'inspecteur allait trouver justement de quoi lui raconter énormément de chose. La prochaine fois que Gwynplaine allait discuter avec l'inspecteur Javert, il allait découvrir un changement énorme dans sa vie. Pour l'heure, le comédien se contenta simplement de reprendre sa route afin de poursuivre le court de sa journée, sans se douter de ce que ces quelques mots allaient provoquer dans le futur. Le jeune homme serait sans doute beaucoup moins serein si jamais il en avait une once d'idée. Mais puisqu'il ne savait rien, il en pouvait se douter de rien.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Remuer le passé pour trouver la vérité (Javer :3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» site pour trouver un avatar
» Petite aide pour trouver l'inspiration
» [RP]Des charades pour vous distraire...!
» Il faut oublier le passer pour vivre dans le présent [Logan]
» Nom: Garret / Surnom : Jonathan Livingston [Archonte Ganrel ce faisant passé pour un jeune ventru]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les grandes places :: Place de la Bastille-