Partagez | 
 

 Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Mar 30 Juin - 13:21

C'était devenu une coutume de presque tous les jours (allez, n'exagérons rien, disons presque toutes les semaines), elle abandonnait sa demeure luxueuse et tous les avantages de la cour pour se rendre (toujours en cortège, cela va de soi) au milieu des basses-gens devant l'estrade où se produisait l'homme qui rit.

Peu lui importait que leur lieu de spectacle varie de temps à autres, elle se renseignait à chaque fois, et s'arrangeait toujours de sorte à pouvoir y participer. C'était devenu son passe-temps préféré, et tant qu'elle n'en aurait pas trouvé d'autres qui sachent égaler celui-là, elle serait donc fidèle à ce rendez-vous qu'on ne lui donnait pas vraiment, et que certains prendraient sûrement par ailleurs beaucoup de plaisir à contrarier s'ils le pouvaient.

Elle avait découvert ce spectacle presque par hasard, alors qu'elle prêtait l'oreille à une conversation à laquelle elle n'était pas convié. Un jeune homme au visage difforme qui se donnait en spectacle face à une foule mi-fascinée, mi-répugnée, parfois hilare, accompagné de sa belle acolyte aveugle, charmante et douce comme un songe auquel on ne peut que songer.

Josiane était curieuse de nature, et plus lasse de nature encore. Tout ce qui pouvait lui servir de paliatif à son ennui était chose précieuse, qu'il lui fallait considérer avec le plus grand soin et la plus grande déférence. Elle avait besoin de pimenter son quotidien morne, elle ne mit pas longtemps à comprendre qu'elle n'y aurait aucun mal en compagnie de Gwynplaine.

De prestations en prestations, cette laideur de visage peu commune, cette anormalité fascinante, surent séduire la duchesse qui, pour sa part, tenait en falble estime ceux de son rang aux physiques lisses, qu'elle pouvait obtenir en un battement de cil, sans avoir le sentiment de faire ce qu'elle ne devait pas.

Avec Gwynplaine, elle se savait et se pensait tentatrice, et cela changeait tout. Elle aimait jouer avec le feu, en la présence du saltimbanque, elle s'amusait follement, et d'autant plus qu'elle savait que si les trésors qu'elle pouvait lui offrir (sans forcément garantir qu'elle les lui offre bel et bien au final) étaient à grand peine refusés pour le moment pour les beaux yeux éteints de la charmante Dea. Pas pour longtemps.

Ce soir là comme bien d'autres, elle avait donc assisté au spectacle des Girardet, et s'était même fendue d'applaudissements plus qu'enthousiasme à l'adresse de celui qui, de toute manière, ne pouvait pas savoir qu'elle n'était pas là. Elle était convaincue, d'ailleurs, qu'il attendait sa venue. Il aurait peut-être tout autant déploré la savoir absente que, elle ne pas pouvoir venir, à ce qui mettait un peu d'excitation à sa vie quand il en manquait trop quotidiennement. Comme les gens de la cour auraient à apprendre des gens du peuple jusque dans leur vilénie. Au moins il n'y avait pas de surface brillante pour dissimuler la moisissure.

Comme à chaque fois, elle n'était pas directement partie à la fin du spectacle. Elle avait attendu que la foule se disperse et elle, était restée, de sorte que le clou du spectacle ne puisse pas ignorer sa présence, et de sorte qu'il vienne la rejoindre, bien sûr, comme il l'avait déjà fait à plus d'une reprise auparavant.

Les bras croisés, l'air digne et sûr d'elle, elle patientait donc. Le spectacle lui plaisait, oui, mais elle s'en lasserait presque. Ce qui l'amusait véritablement, c'était ses tête-à-tête avec Gwynplaine, et elle espérait que celui-ci ne ferait pas plus exception que les précédents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 778
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Mar 21 Juil - 22:59

Josiane & Gwynplaine
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe.
Comme toujours, les Girardet s’étaient préparés toutes la journée pour la représentation qui avait lieu le soir même. Les tensions familiales étaient encore nombreuses, mais Gwynplaine prenait en partie sur lui pour éviter les disputes. Du moins, c’était ce qu’il avait le sentiment de faire, même s’il ne se montrait vraiment pas compréhensible par moment avec son père adoptif. Avec sa sœur de cœur, il se montrait toujours doux, mais parce qu’il était bel et bien incapable de s’opposer à elle. Ils avaient répété pendant de nombreuses heures, avant de finalement monter sur scène. Avant de faire son entrée, le jeune homme avait pris le temps de vérifier que la duchesse était bien présente dans les spectateurs. C’était le cas à chaque fois qu’ils devaient jouer, Gwynplaine voulait s’assurer que la duchesse était bien présente pour le voir. Pour quelle raison ? Vraiment, le jeune homme ne savait trop. Le comédien ne parvenait pas à savoir exactement pourquoi cette femme le fascinait à ce point, mais c’était bel et bien le cas. Et à chaque fois qu’il devait monter sur scène, il espérait qu’elle serait bien présente. Elle était là, il la voyait si majestueuse qu’à son habitude. Le jeune homme n’avait donc plus qu’à entrer sur scène et à jouer.

Le spectacle se passa bien, comme à son habitude. L’homme qui rit rencontrait toujours un franc succès, il fallait reconnaitre qu’Ursus avait vraiment un grand talent pour raconter des histoires (histoire qu’il avait tendance à s’inspirer de la vraie vie de ses enfants). Quand le spectacle se termina, Déa et Gwynplaine se dirigèrent derrière le rideau, mais cela ne fut pas long avant que le jeune homme ne retourne sur scène pour saluer son publique comme il le faisait à chaque fois. Il aimait ça, c’était justement le problème. L’homme qui rit avait pris goût à la célébrité que lui apportait le spectacle, il aimait quand les spectateurs applaudissait parce qu’il avait aimé le spectacle qu’ils avaient joués. Ils l’avaient joué, mais c’était l’homme qui rit le réel clou du spectacle. Ce qui ne manquait pas de gonfler encore plus l’orgueil de Gwynplaine.

Le jeune homme quitta finalement la scène, Déa et Ursus étaient déjà rentré dans la roulotte qu’ils partageaient. Normalement, c’était ce que Gwynplaine aurait dû faire également. Rentrer dans la roulotte et se coucher afin d’être prêt pour la nouvelle journée du lendemain. Cependant, il hésita un instant. Il ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’elle l’attendait, qu’elle était peut-être là-bas en train d’espérer sa venue. Devait-il s’y rendre, il ne savait trop. Evidemment, il ne pouvait pas s’empêcher de penser à son père adoptif, à sa sœur de cœur, ce qui le retint un moment de céder à la tentation de la visite de la duchesse. Et puis finalement, il se décida à se rendre là où ils avaient l’habitude de se retrouver, apposant son habituel foulard sur son visage défiguré. Il se dit pendant un temps qu’elle ne viendrait peut-être pas, qu’elle ne serait pas forcément là. Mais si, elle était bel et bien au rendez-vous. Elle était là, digne de sa personne. Toujours aussi fascinante, toujours aussi intéressante. Il s’approcha d’elle, mais ne pipa mot.


_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Lun 7 Sep - 11:56

Elle ne pouvait avoir la certitude qu'il la rejoindrait, même si elle voulait croire en l'influence qu'elle savait avoir sur lui. Il arrivait parfois qu'elle attende en vain, avant de s'en retourner bredouille, pour mieux réitérer l'expérience à la représentation suivante. Il était rare, tout de même, qu'elle soit déçue. Rare qu'il ne finisse pas par venir à elle comme un aimant attire irrésistiblement à soi la plupart des métaux. Et elle en avait déniché un parmi les plus rares.

Après plusieurs longues minutes d'attente au cours desquelles elle finit par se demander s'il n'allait pas lui faire faux-bond (bien que leurs rendez-vous n'aient pas grand chose de formel, ils étaient implicites, jamais exprimés de vive voix, ce qui rendait la situation plus irrésistible encore, pour tout dire), il parut enfin.

Un sourire satisfait, triomphal, même, s'afficha sur le visage de la duchesse, qui le regarda s'approchait, son regard s'illuminant de ces habituelles lueurs d'envie et de curiosité qu'on ne lui connaissait jamais autant que lorsque ses prunelles rencontraient cette monstrueuse incarnation qui provoquait en elle ce sentiment irréversible de fascination qui la pousserait toujours à attendre ainsi tant qu'il y aurait Gwynplaine à attendre.

"Approche, Gwynplaine, je t'attendais."
l'exhorta-t-elle en tendant la main dans sa direction comme s'il pouvait vraiment douter qu'elle soit là pour autre chose, pour quelqu'un d'autre, que pour lui. "Tu as été exceptionnel ce soir encore." le complimenta-t-elle tout en approchant plus encore ses mains de son visage, pour en retirer le voile qui le recouvrait.

Avec celui-ci pour lui cacher le visage à demi, il pouvait presque paraître séduisant, mais Josiane était bien loin de pouvoir se satisfaire de ces quelques atours qui, s'ils avaient été les seuls, l'auraient bien vite lassés, l'invitant à passer à toute autre chose, à quelqu'un d'autre.

Voilà comme elle le préférait. Comme il était à présent, avec ce sourire enfoncé à même sa chair. La laideur qui marquait ses traits avaient sur la duchesse une influence entière et puissante, de laquelle elle se jouait en faisant durer ce petit manège.

"Je te préfère ainsi."
ajouta-t-elle du ton qu'elle employait toujours, d'une séduisante ou insupportable suffisance, en fonction des points de vue. Elle approcha doucement ses lèvres de la cicatrice qui lui sciait la joue gauche en un chaste baiser, qui ne l'était pas tant si l'on considérait que baiser sa joue, c'était baiser ses lèvres, puisque ce vaste sourire mangeait toute l'extrémité basse de son visage. En un geste, elle faisait ainsi la promesse de ce qu'elle n'accordait jamais, la promesse d'une chair moins offerte qu'elle ne le laissait présumer, qui en fait ne l'avait jamais été, plus par orgueil que par manque d'opportunités. "Viens, marchons un peu." ajouta-t-elle en attrapant son bras et en avançant d'un pas, l'invitant à marcher à côté d'elle.

Sur leur passage, les regards se tournaient. Josiane savait combien elle détonait dans ce décor plus propice aux saltimbanques qu'à la haute noblesse, mais elle ne s'en sentait pas mal à l'aise, au contraire, la tête haute, elle appréciait d'être l'intruse au sein d'une foire au monstre, et au bras de son plus beau specimen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 778
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Jeu 1 Oct - 12:17

Josiane & Gwynplaine
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe.
Il avait hésité, pendant un moment, mais finalement il se trouvait bel et bien en compagnie de la Duchesse. Sans surprise, la femme était présente et elle l’attendait. Gwynplaine savait qu’elle l’attendait, elle le faisait à chaque fois qu’elle venait voir le spectacle qu’il jouait sur les planches. Le jeune homme s’approcha d’elle, ne disant rien quand elle lui demanda de le faire un peu plus en tendant une main vers lui. Elle le fascinait complètement et il était évident qu’en cette seconde, l’homme qui rit ne pouvait pas résister à l’envie de la retrouver. Sa voix était comme un envoutement pour son esprit. Ses yeux ne la quittaient pas une seule seconde. Quand elle le complimenta, le jeune homme fut particulièrement touché d’apprendre qu’elle l’avait de nouveau trouvé exceptionnel. Peut-être que Gwynplaine ne devrait pas accorder trop de crédit à ce que la Duchesse pouvait bien penser de ses prestations, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’apprécier énormément le compliment. D’ailleurs, quand l’envouteuse se trouvait dans le spectacle, il avait toujours à cœur de la satisfaire oubliant même tout ce qu’il y avait autour (même Déa). Gwynplaine s’apprêtait à répondre à la Duchesse, mais cette dernière fut plus rapide en approchant ses mains de son visage pour retirer le foulard qu’il avait afin de cacher son sourire éternel. L’homme se retint de faire un mouvement de recul, il n’aimait pas vraiment quand quelqu’un touchait son visage. Mais il ne recula pas non, il la laissa simplement faire.

« Merci… »

Prononça-t-il simplement quand son visage fut entièrement découvert, pour la remercier du compliment qu’elle lui avait fait quelque seconde plus tôt. Il ne dit rien de plus, il était bien incapable de dire quoi que ce soit alors que le regard de la femme était posé sur son visage et surtout son sourire. Gwynplaine n’aimait vraiment pas quand il était découvert en dehors de la scène, c’était comme s’il se sentait nu. Et pourtant, ça ne le dérangeait pas tant que cela devant Josiane d’Aurevilly, il y avait même un côté excitant dedans. Encore plus quand elle affirma qu’elle le préférait ainsi et qu’elle vint déposer un baiser chaste (si on pouvait vraiment le qualifier de chaste) sur sa joue. Gwynplaine ferma les yeux, sentant son cœur s’emballer à ce contact. Le jeune homme se rendait bien compte qu’il était en train de jouer à un jeu dangereux, mais il ne pouvait rien faire pour arrêter la roue de tourner. Quand elle lui demanda de marcher un peu en sa compagnie, lui prenant le bras, il suivit simplement le mouvement malgré son malaise dû aux regards des personnes qu’ils croisaient. Il pavanait quand même beaucoup moins que quand il se trouvait sur scène.

« Pourquoi venez-vous toujours voir notre spectacle ? »

Il avait finalement réussit à prendre la parole, se posant vraiment la question. La Duchesse venait presque tous les soirs voir leur spectacle, elle l’attendait à chaque fois pour un petit tête à tête et au passage, Gwynplaine ne pouvait s’empêcher de se demander pourquoi il ne parvenait pas à s’empêcher de venir la rejoindre.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Jeu 12 Nov - 8:59



« Merci… »

Josiane adressa au jeune homme un regard attendu accompagné d'un sourire emprunt, comme tout ce qui la concernait, d'un certain orgueil, dont elle ne pourrait vraiment se défendre, ni ne le voudrait d'ailleurs.

La reconnaissance de Gwynplaine était, selon elle, de très bon aloi. Il avait de quoi la remercier, oui, car abandonné à sa misère, défiguré, méprisé, le jeune homme n'avait pour lui qu'un succès de façade, mais, en dépit de son talent, le public parisien se lasserait bien vite, et fort heureusement. Un jour, lui, sa soeur et son père adoptifs n'aurait plus rien, mais Gwynplaine, lui, avait le regard et l'attention d'une duchesse.

Elle savait, elle avait su se convaincre en tous cas, que sa présence et sa personne fascinaient Gwynplaine au quotidien, et elle aimait susciter cette fascination qui, d'ailleurs, ne manquait pas d'être réciproque. Oui, il pouvait la remercier, car sa vie devait manquer de sa présence avant qu'il ne la rencontre. Des était une jeune fille sublime, mais quelle candeur ! Quelle innocence ! D'un ennui qui ne pouvait échapper au jeune homme, tout de même.

Il ne pouvait rien obtenir d'elle sinon se complaire dans sa beauté délicate et intacte, qu'il n'accepterait jamais de souiller par sa propre personne.


« Pourquoi venez-vous toujours voir notre spectacle ? »

La duchesse se permit de sourire. Comme si son interlocuteur pouvait véritablement prétendre encore ne pas le savoir.

Elle lui prêtait bien assez son intérêt, lui témoignait bien suffisamment son attirance (singulière) pour lui pour qu'il puisse affirmer ne rien voir venir, ne rien savoir. La duchesse ne croyait pas dans une candeur qu'il ne devait accorder qu'à Dea.

Elle ressentait qu'il avait moins envie de comprendre que de l'entendre caresser son ego dans le sens du poil. Et elle savait s'y prendre, pour cela, car elle savait ce qu'elle voulait obtenir, et elle l'avait juste à côté d'elle. Oui, la réponse à cette question était simple, Gwynplaine l'intéressait. Ou plutôt, pour être plus honnête, il la divertissait. Et cela lui convenait pour l'heure. Même si Josiane n'était pas différente du public parisien. Elle aussi se lassait fort rapidement.

"Parce que votre spectacle m'émeut."
expliqua-t-elle avec ce ton sincère dont elle avait l'habitude, qui faisait passer les messages les plus amers pour des mots au goût de miel. "Parce que tu me fascines." Elle tourna son regard, volontairement intense, dans sa direction. "Tu as la monstruosité sublime, Gwynplaine."

Ses propos, comme très rarement, étaient sincères. Sans ce sourire enfoncé dans les chairs de son visage, Josiane n'aurait même pas tourné son regard dans sa direction. C'était l'horreur dessiné sur sa personne qui attirait irrémédiablement Josiane.

C'était peut-être cruel que de le rappeler à sa monstruosité, mais Josiane s'en moquait à quoi bon nier ce qui se voyait comme un sourire au milieu de la figure ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 778
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Mer 9 Déc - 11:30

Josiane & Gwynplaine
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe.
Il se doutait évidemment de la réponse et ce n’était pas pour rien que Gwynplaine avait posé cette question. Pourquoi est-ce que la duchesse venait presque tous les soirs voir le spectacle de l’homme qui rit ? Pourquoi est-ce qu’elle l’attendait ensuite pour ce tête à tête habituel ? Pourquoi quittait-il toujours sa famille pour la rejoindre ? Le jeune homme connaissait toutes les réponses à ces questions, mais il avait besoin de l’entendre prononcer ces mots. Ce qu’elle fit, affirmant dans un premier temps que le spectacle l’émouvait. Gwynplaine ne quittait pas le visage de la duchesse des yeux, même quand cette dernière tourna finalement son regard vers lui. Le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il appréciait cette manière qu’elle avait de poser ses yeux sur lui, c’était vraiment intense. Le même regard qu’elle lui accordait quand il était sur scène, le même regard qui l’attirait quand il portait son attention sur le public. Quand la duchesse se trouvait dans le public, le comédien ne voyait plus qu’elle. Elle irradiait tout bonnement la populace, il ne parvenait pas à détourner son attention d’elle. Et c’était bien plus elle qu’il regardait quand il jouait, plus que Déa qui était pourtant sa partenaire de spectacle, qui était sa sœur… qu’il aimait. C’était idiot de ne pas l’avouer, Gwynplaine aimait Déa oui. Sauf qu’il y avait cette fascination étrange chez lui pour les yeux et le regard de la duchesse, pour cette façon qu’elle avait de parler de son sourire. Gwynplaine n’aimait pas qu’on lui rappel le monstre qu’il était (il se le rappelait suffisamment à lui-même), mais c’était différant quand cela venait de Josiane d’Aurevilly. Il aimait l’entendre parler de sa monstruosité, il aimait l’entendre affirmer qu’elle aimait cette partie de lui. Elle ne se contentait pas de le trouver beau à l’intérieur, de savoir qu’il n’était pas un monstre réellement (comme Déa donc…), elle aimait son sourire. C’était sans doute ce qui faisait toute la différence.

« Une monstruosité ne peut pas être sublime, c’est impossible. »

Le jeune homme pensait vraiment ces mots et c’était en grande partie en pensant ainsi qu’il ne se permettait pas de s’ouvrir entièrement à l’ange qui se trouvait dans son cœur et qui, à ses yeux, méritait tellement mieux que ce qu’il était. Sauf qu’il avait une raison particulière de prononcer ces mots en cet instant, à la duchesse. Il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de l’entendre le contredire, qu’elle affirme le contraire. C’était par pure poussée d’orgueil, mais il ne cherchait même pas à s’en défendre. Il aimait l’entendre le complimenter, il aimait qu’elle apprécie le spectacle, il aimait qu’elle l’attende après chaque représentation. Il était incapable de nier aimer la retrouver et poser son regard sur son visage, dans ses yeux si intenses. Elle le fascinait entièrement, sans doute même plus qu’il était capable de la fasciner elle. Parce que l’homme qui rit était tout bonnement envouté par la duchesse et par cette aspect dangereux que la situation avait.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Ven 11 Déc - 15:06




« Une monstruosité ne peut pas être sublime, c’est impossible. »

Josiane sourit, amusée de cette remarque. Il est vrai que ce semblait être une contradiction dans les termes, une oxymore pure et dure, mais Josiane était une experte en oxymores et en contradictions, elle était convaincue que les êtres les plus intéressants étaient des pièces à deux facettes distinctes.

L'homme au visage monstrueux pouvait être séduisant dans ce qu'il semblait avoir d'horrible. La femme tentatrice, qui jouait de ses charmes pour obtenir ce que bon lui semblait pouvait n'avoir jamais goûté aux plaisirs de la chair qu'elle inspirait pourtant aux autres.

C'est pour cela que Josiane ne trouvait qu'un intérêt restreint à Dea. Elle était pure, lisse, c'est du moins ce qui transparaissait en premier lieu à son sujet.

Mais l'opinion de Gwynplaine se tenait par principe, et il ne faisait pas de doutes qu'on ne l'avait pas éduqué de sorte qu'il voit les choses différemment. On l'avait exposé sur la scène comme un phénomène de foire. Logique, qu'il ne puisse penser séduire. Mais il la séduisait, à sa manière. Elle en avait soupé, de ces hommes aux allures d'éphèbes, aux traits lisses, à la beauté tristement classique.

Josiane s'approcha de lui plus encore, le regard ancré dans le sien, son souffle au plus près de ses lèvres, Ces lèvres dissimulées par celles qu'on avait creusé dans ses joues.

"Rien n'est impossible, Gwynplaine."
Elle marqua une pause là pour marquer au mieux son propos, alors qu'elle le toisait de son regard intense. "Je refuse, en tous cas, que quoi que ce soit me soit impossible."

Ce qu'elle sous-entendait donc, c'est qu'elle obtenait toujours ce qu'elle désirait, et ce qu'elle désirait, il n'était pas difficile de le deviner, elle le laissait découvrir dans le ton qu'elle employait, dans le regard qu'elle lui adressait.

Elle était une femme ambitieuse, tout et tous devaient lui céder. S'il devait être une seule chose, une seule personne en ce bas monde qui ne soit pas possible, alors ce serait elle. Elle, qui avait sa propre stratégie pour rester inaccessible... En paraissant l'être le plus accessible au monde.

Elle dégageait le parfum d'une luxure pourtant jamais exercée, et elle en était vraiment fière. Et elle serait plus fière encore quand elle aurait atteint son nouvel objectif, celui qu'elle avait devant les yeux. Révulsant et magnifique, les deux en même temps.

"Et toi, Gwynplaine ?"
lui demanda-t-elle, lui retournant sa question dans un sourire éloquent. "Pourquoi viens-tu me retrouver à chaque fois ?"

C'est vrai, elle l'attendait, et le laissait très bien comprendre, mais il n'avait pas la nécessité de céder à l'appel des sirènes. Il pouvait bien, s'il le souhaitait, ignorer sa présence, rester auprès de sa famille. Rester auprès de son antithèse, la belle et inaccessible Dea. Du moins, pas si inaccessible que cela. Mais faire d'un possible un impossible, Gwynplaine était spécialiste dans ce domaine.

Josiane espérait une réponse à la hauteur, à sa hauteur, dans tous les cas, elle comptait bien mener Gwynplaine où elle désirait, jusqu'à entendre ce qu'il avait à lui dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 778
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Mar 19 Jan - 21:04

Josiane & Gwynplaine
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe.
Gwynplaine se doutait bien que celle qui se trouvait en face d’elle allait le contredire et au fond, peut-être que c’était cela qu’il voulait en réalité. Quand elle lui avait affirmé qu’il avait la monstruosité sublime, le jeune homme n’avait pas pu s’empêcher de lui affirmer que c’était impossible. Parce qu’il le pensait, c’était pour cela que sa vie semblait si difficile. Si le jeune homme avait été capable d’accepter cette monstruosité qu’il n’aimait pas en lui, il aurait pu mieux vivre sa relation avec les autres. La duchesse se rapprocha encore plus de lui, ne manquant pas de perturber encore un peu plus le comédien. Le regard du jeune homme ne quittait pas le visage de la dame et plus précisément ses lèvres qui se trouvaient soudainement si proches des siennes, au point qu’à chaque fois qu’elle prononçait un mot son souffle venait se poser sur sa peau. Sans qu’il ne parvienne à le contrôler, le jeune homme sentit son cœur s’accélérer. Elle lui faisait tellement d’effet en faisant peu de chose, c’était incroyable. La duchesse lui rétorqua donc que rien n’était impossible, plus précisément qu’elle refusait que quoi que ce soit lui soit impossible. Le jeune homme ne put que comprendre le sous-entendu de ses propos. Elle obtenait toujours ce qu’elle voulait, Gwynplaine se doutait de ce qu’elle désirait en cette seconde. Le jeune homme ne savait pas sur quel chemin il était en train de se rendre, ce chemin où il risquait de ne plus pouvoir faire marche arrière. C’était sans doute maintenant qu’il devait tout abandonner, qu’il devait retourner auprès de sa famille et abandonner définitivement la « sorcière ». Il en avait conscience oui, mais il était bien incapable de bouger. Ils se trouvaient si proches l’un de l’autre, il pouvait humer son parfum qui l’enivrait complètement. Ses lèvres n’étaient qu’à quelques centimètres des siennes…

« Je ne sais pas… » Répondit-il dans un souffle, sans lâcher les lèvres de la femme des yeux. Elle le trouvait tellement, au point qu’il perdait complètement l’esprit. Le pire, c’était qu’il s’en rendait compte, mais qu’il était bien incapable de faire quelque chose contre ça. Est-ce qu’il en avait seulement envie en réalité ? Il ne savait pas, au fond de lui, il devait même aimer ça. « Vous me perturbez. »

Est-ce qu’il pouvait vraiment expliquer autrement la raison qui le poussait à venir la rejoindre après chaque représentation qu’il faisait avec elle dans le public ? Non, parce qu’il ne comprenait même pas lui-même pourquoi il agissait de cette manière, pourquoi il se retrouvait à jouer avec le feu. Ce qu’il était effectivement en train de faire, il en rajouta même une couche.

« J’aime votre façon de me regarder quand je suis sur scène et… quand vous êtes là devant moi. »

Il se montrait sans doute un peu trop honnête en cette seconde, mais il n’y pouvait rien. Elle le perturbé au point qu’il était incapable de vraiment contrôler ce qu’il disait, en autre chose.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Mar 2 Fév - 13:05

« Je ne sais pas… »

Et elle savait qu'il ne mentait pas, il n'en savait effectivement rien. Pour Josiane, c'était encore plus plaisant ainsi que s'il avait su entièrement décrire et comprendre les sentiments qu'elle pouvait lui inspirer. Cette incompréhension était sans doute à la hauteur du trouble qu'elle lui inspirait, et savoir en exercer tant sur un seul individu.

Cela lui donnait une grisante impression de puissance, de celle qui font émaner de vous autorité et véléités de séduction. Manifestement efficaces sur notre artiste amoché.

Il ne savait pas. Josiane, elle pensait très bien deviner, et elle aurait pris grand plaisir à lui communiquer plus en détails ce qui était son point de vue. Il n'aurait sans doute pas beaucoup plus à Gwynplaine. Mais au-delà d'une quelconque crainte de le braquer, ce qui la retenait, surtout, c'était de voir le mystère s'évaporer. Ce qu'il ne comprenait pas représentaient autant de raisons pour lui de revenir vers elle à chaque fois. S'il avait conscience de ce qui l'animait plus exactement, il aurait certainement tôt fait d'oublier sa lubie pour se concentrer plutôt sur les pupilles éteintes du bel ange, de la belle âme, qu'était Dea.

« Vous me perturbez. »


Un triomphal sourire se déposa sur les lèvres de la duchesse à cette réflexion. Il la fascinait, elle le perturbait, voilà qui semblait être un bon échange de procédé, tout à fait équitable.

Elle aimait inspirer une telle émotion, elle aimait plus encore la voir éprouver ainsi l'âme de celui qui la ressentait, ne sachant en rien lutter contre. Pauvre enfant. Beaucoup des hommes qui la convoitaient savaient pertinemment pourquoi. L'attrait de la chair était chez eux une coutumière addiction, et le seul intérêt qu'elle représentait à leurs yeux était le fait qu'elle la leur refusait, cette chair. Mais avec Gwynplaine, c'était encore différent.


« J’aime votre façon de me regarder quand je suis sur scène et… quand vous êtes là devant moi. »


De quelle façon la regardait-elle ? Avec l'étincelle de la provocation et du désir. Celle qui faisait luire les regards, là d'où pouvaient gouverner des vicissitudes qui n'étaient jamais entièrement autorisées... Bien que Gwynplaine pourrait bien être l'exception. Sa différence atroce, sa monstruosité latente, qui le distinguait des bellâtres qui avaient pu lui faire la cour, jouaient sans aucun doute en sa faveur.

"C'est parce que moi, je te vois, Gwynplaine. J'accepte de toi l'horreur sur laquelle Dea n'a jamais pu poser les yeux."

Elle parlait d'un ton clair et assuré, mettant en évidence sa différence avec Dea à dessein, bien sûr, avant de briser la distance entre leurs lèvres et de l'embrasser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 778
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Jeu 3 Mar - 15:35

Josiane & Gwynplaine
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe.
Gwynplaine ne parvenait pas à quitter de son regard les yeux de Josiane, ceux-là même qu’il venait de mentionner. Le jeune homme ne comprenait vraiment pas ce qui pouvait le pousser à ce point à retrouver la duchesse après chaque spectacle qu’elle voyait, mais il se rendait bien compte qu’il était attiré par quelque chose. Sans doute, justement, en partie cette inconnue. Il ne comprenait pas et il avait envie de comprendre, de percer le mystère et cela même si une fois percé, le mystère pouvait s’avérer bien fade. Il avait envie de comprendre, autant qu’il n’avait pas envie que cela arrive. Il se laissait bercer par cette inconnue qui l’angoissait autant que le fascinait. Il se sentait vraiment perdu et pourtant, il ne parvenait pas à détourner ses yeux de son regard. Elle avait, comme il venait de le lui dire, une façon différente de l’observer. Il voyait en elle un regard qu’il ne voyait pas chez les autres. Elle ne se contentait pas d’être curieuse à son sujet – concernant son visage de monstre – ou encore effrayé comme d’autre. Certain était fasciné aussi quand ils l’observaient sur scène, amusé par moment, étonné. Il voyait tout cela dans les yeux des spectateurs du spectacle de l’Homme qui rit. Des émotions positives et négatives, qu’il connaissait depuis l’enfance. Certain lui avait adressé de la pitié quand il était enfant et qu’il portait son masque constamment, d’autre avait été très dur avec lui. Il avait été haï par certain, détesté par d’autre ou il avait même par moment simplement vu de l’inférence. Ursus avait sa propre manière de le regarder aussi, comme un père observant son fils parfois déçu, parfois fier. Déa… Gwynplaine ne voyait rien dans le regard de celle qu’il devrait considérer seulement comme sa sœur, parce qu’elle ne le voyait pas. Le jeune homme pouvait plonger son propre regard dans l’âme pur de la jeune femme, mais il ne voyait pas ce qu’elle ressentait à son encontre dans ses yeux. Il le voyait d’une autre manière, dans ses mots, ses gestes, sa façon de sourire quand ils étaient ensemble, mais pas dans ses yeux. Ce détail que la duchesse ne manqua pas de souligner d’ailleurs.

Elle le voyait, vraiment, elle ne se contentait pas d’observer rapidement sa cicatrice. Elle la regardait franchement, elle ne faisait pas abstraction de ce détail pour observer autre chose. Non, elle regardait son visage de monstre et lui, il pouvait voir du désir dans ses yeux de feux. Du désir oui, ce même désir qu’elle parvenait à faire naître dans son corps par ces quelques mots. Et encore plus quand elle vint coller – enfin – ses lèvres sur les siennes. Gwynplaine ne pouvait pas être surpris, non, puisqu’il savait parfaitement à quoi menait ce petit jeu qu’ils étaient en train de jouer tous les deux. Et d’ailleurs, il ne manqua pas de répondre avec goût au baiser de la duchesse à la chevelure rousse. Il le fit, pendant un temps cependant puisqu’il finit par en mettre fin soudainement.

« Je ne peux pas. »

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Mar 22 Mar - 14:51



De nombreuses lèvres avaient effleuré, goûté, embrassé, celles de la duchesse, au-delà des seules lèvres de son époux (qu'elle embrassait fort peu, au passage). Josiane s'en lassait bien vite, et ne tardait jamais à passer à autres chose, sans l'ombre d'un scrupule, se moquant totalement de ces amants éperdus qu'elle abandonnait à leurs sorts.

C'était la conquête qui lui importait plus que l'objet conquis. Mais il y avait dans les baisers de Gwynplaine une singularité qui n'invitait pas à la lassitude. Ou qui y invitait moins, plutôt. Comme on avait déjà su le lui faire remarquer, elle se lasserait aussi de son phénomène de foire, comme elle l'avait fait pour tous les autres. Comme elle le ferait pour d'autres. Mais il avait le mérite de lui plaire sur une durée plus longue.

Embrasser ces lèvres, c'était accéder aux combles de son propre narcissisme. Le monstre que Gwynplaine était à l'extérieur, la duchesse l'était en dedans, elle embrassait l'incarnation physique de son horreur. Cela avait quelque chose de jouissif, comblé encore par l'attitude du jeune homme, qui répondait et prolongeait ce baiser. Sans surprise, pour Josiane.

Ne savaient-ils pas l'un comme l'autre comment tout ceci devait finir ? Si, bien sûr, ils en avaient parfaitement conscience. Et ils l'attendaient. Même si une ombre planait au-dessus d'eux. Une ombre blanche et pure. Celle de Dea. Gwynplaine écarta ses lèvres des siennes.

« Je ne peux pas. »


Josiane retint un soupir, d'agacement et de frustration. Elle ne pouvait reprocher à son monstre de foire personnel cet élan de conscience. Si tout était trop simple, lui plairait-il autant ? S'il n'y avait que l'odieux sourire gravé dans ses chairs et qu'il n'y avait pas Dea, l'entité adverse, son parfait opposé, revêtirait-il le même intérêt à ses yeux ?

Le goût de l'interdit. La saveur inédite de l'affreux. Tout ceci n'avait pas nécessité de rivale. Mais avoir une rivale qui s'avérait être l'antithèse d'elle-même pimentait encore un peu la situation. À ce jeu-là, elle était convaincue de gagner de toute manière. Elle connaissait ses avantages, et son absence de résistance un instant plus tôt prouvait bien que la situation n'avait pas du tout déplu au jeune saltimbanque.

Elle le regarda un instant sans rien dire, toisant ses yeux avec intensité, cherchant à y lire plus encore que le moyen de le faire céder, celui de le décontenancer, en vérité. Finalement, elle se contenta d'une question, dont elle devinait parfaitement la réponse.


"Donne moi une seule bonne raison."
Elle caressa doucement sa joue, presque avec tendresse. "Nul n'a besoin de savoir."

De sa part, il pouvait en effet espérer l'anonymat le plus total. La duchesse n'avait pas le moindre intérêt à ébruiter cette discussion - ou ce qui n'était pas discussion. Et pour n'importe quel argument qu'il trouverait à lui donner, elle préparait déjà ses propres contre-arguments.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 778
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Ven 6 Mai - 21:44

Josiane & Gwynplaine
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe.
Gwynplaine avait répondu au baiser de la duchesse, que pouvait-il faire d'autre de toute façon ? Quand ses lèvres étaient entrées en contact avec les siennes, il avait eu envie de goûter encore plus à leur goût. Il avait envie de les savourer bien plus encore, avant de prendre vraiment conscience de ce qu'il était en train de faire. Il s'approchait bien trop - si on ne pouvait pas déjà affirmer qu'il l'avait franchi - d'une limite qu'il était vraiment dangereuse. Ce n'était pas pour rien qu'il revint à ses esprits, qu'il reprit conscience de ses actes. La pensée de Déa avait traversé son esprit, il avait pensé à celle qu'il devait considérer comme une soeur et qu'il avait un peu de mal à voir ainsi dernièrement. Parce qu'il avait déjà eu l'occasion de savourer celle de Déa, de sentir ses lèvres contre les siennes également. Et donc en repensant à sa "soeur", il était évident que le jeune homme ne pouvait pas poursuivre ce baiser.

Il ne pouvait pas donc, il ne pouvait pas aller aussi loin que cela, même si en affirmant ça il se mettait la duchesse à dos. Est-ce que c'était dans son intérêt ? Pas vraiment, ce n'était jamais bon de se mettre quelqu'un de la haute société à dos. Et concrètement, Gwynplaine ne pensait pas être prêt à ne plus voir la duchesse venir lui rendre visite lors de ses représentations. Il ne pensait pas parvenir à se passer de sa présence, même si sa présence actuelle le mettait mal à l'aise. La femme lui demanda alors de lui donner une seule raison de ne pas poursuivre, puisqu'ils n'étaient pas obligé d'en parler. Personne n'avait besoin de le savoir en effet, mais quand même... Gwynplaine ne savait pas s'il pourrait vivre avec sa culpabilité. Même si les gestes de la duchesse l'invitait sérieusement à s'approcher de nouveau de cette limite. Ils étaient encore bien trop proches pour qu'il parvienne à avoir les esprits complètements clairs.

"Pensez vous que votre rang vous permet de disposer de moi à votre convenance ?"
Demanda-t-il d'une voix bien trop tremblante pour cacher le fait qu'il n'était pas si à l'aise qu'il ne l'aurait voulu. Parce qu'en réalité, le jeune homme devait bien avouer qu'il avait envie qu'elle dispose de lui comme elle le désirait. Il se trouvait complètement dans une position contradictoire. "Vous ne pouvez pas tout obtenir d'un claquement de doigt."

Et en même temps, Gwynplaine voyait en cet instant une occasion qu'il n'aurait pas pu vivre autrement. Celle de s'opposer à la haute société, par le biais de cette duchesse. Cela serait sans doute trop facile de céder, même si c'était vraiment tentant de le faire. En m^mee temps, le jeune homme ne se sentait pas capable de faire ça à Déa.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Jeu 19 Mai - 15:15


"Pensez vous que votre rang vous permet de disposer de moi à votre convenance ?"


Gwynplaine n'avait pas tort à ce sujet, la duchesse devait bien le lui concéder si elle décidait d'en faire l'effort, ne serait-ce qu'un peu, elle avait effectivement tendance à croire que son titre lui permettait d'exiger (mais surtout d'obtenir) tous les privilèges, à penser que tout lui était dû du moment qu'elle le souhaitait.

Elle avait eu toutes les raisons de le penser, après tout. Il n'y avait, dans sa vie, pas grand monde qui ait su résister à ses désirs, ses avances, ses charmes et ses décisions. Elle avait fait tourner la tête de plus d'un homme, avant de prendre soin de se détourner immanquablement d'eux, de décliner leurs avances, et elle avait émis plus d'une exigence qui avait abouti au résultat qu'elle désirait.

Josiane était en droit de disposer du saltimbanque à sa convenance, puisqu'elle avait à lui accorder, en apparence, beaucoup plus que ce qu'il possédait réellement. Elle avait la richesse et la noblesse (que Gwynplaine ne tarderait pas non plus à posséder, d'ailleurs), elle avait la beauté, celle qui avait peut-être pu l'habiter s'il n'avait pas eu cette horrible balafre sur son visage. Forcément, oui, elle pensait lui être dû, elle pensait qu'il ne pouvait en rien lui résister. Elle pensait pouvoir exiger de lui tout ce qu'elle souhaitait en un claquement de doigt, et elle était sûre qu'il ne lui fallait pas grand chose pour céder. Malgré tout, il lui résistait, encore.

Soit, cela mettait son orgueil à rude épreuve, mais il y avait plus de satisfaction à obtenir une chose que l'on doit obtenir par la lutte que quelque chose qui n'a exigé aucun effort de notre part.

Elle le jaugea un instant du regard, être rejeté par plus laid que soi n'avait rien de plaisant ou d'honorable. Mais le rejet n'était pas définitive, Gwynplaine luttait sans doute bien plus contre sa morale et ses envie que contre elle-même, hanté par l'image de la belle et pure Dea. Mais Dea était un mythe. Elle ne pouvait pas tenir le rôle de l'être de chair. Alors que Josiane, elle, le pouvait.

"Tu me plais, Gwynplaine."
répondit-elle, affichant un léger sourire au coin de ses lèvres, ce qui était une manière pour elle de garder contenance et de ne pas montrer l'agacement qu'elle éprouverait face à un refus définitif. "Tu me plais parce que tu me résistes." Elle marqua une pause. "Si je pouvais t'avoir trop facilement, je te voudrais sans doute moins." Elle planta son regard dans le sien. "Sois honnête avec moi. Si mes richesses n'éveillent toi aucun intérêt, ose me dire que, moi, je te laisse indifférent."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 778
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Mer 29 Juin - 13:27

Josiane & Gwynplaine
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe.
Gwynplaine se rendait bien compte que la duchesse était bien en droit d’exiger quelque chose de sa part. Le temps et l’attention qu’elle lui accordait étaient bien plus grands que ce qu’il ne méritait sans doute. Le jeune homme n’était qu’un saltimbanque avec une balafre sur le visage, il ne méritait pas qu’une duchesse de son rang pose son regard sur lui. Et pourtant, elle le faisait, elle le regardait, elle venait le voir sur scène et ils se rencontraient tous les deux isolés. Il ne méritait pas un tel intérêt de la part d’une femme de son rang, mais en même temps elle ne pouvait pas obtenir tout ce qu’elle voulait en un claquement de doigt. Ô, Gwynplaine avait bien envie de se contenter de céder, preuve en était du temps qu’il avait mis avant de briser le contact de leurs lèvres. Il avait aimé qu’elle l’embrasse, autant que la manière dont elle le regardait. Mais le jeune homme ne pouvait pas complètement céder, ce n’était pas vraiment contre elle qu’il s’opposait que contre sa moral et la honte qu’il avait de faire tout cela, de ce qu’il était donc en train de faire à Déa. Sauf qu’il était évident que l’homme qui rit n’avait aucune envie de l’avouer, alors il ne manqua pas de s’opposer contre le rang de celle qu’il avait sous les yeux. Elle pensait avoir tout en claquant des doigts, parce que c’était sans doute ce qu’elle avait autrement. Les gens de la haute ne se rendaient pas compte de la réalité de la vie. Ce qui aurait été sans doute le cas du jeune homme aussi, si le destin n’avait pas décidé de l’éloigner de son propre rang.

Gwynplaine ne sût pas vraiment comment réagir en entendant la duchesse lui affirmer qu’il lui plaisait, surtout parce qu’il lui résister. En un sens, le jeune homme devait bien avouer que ça lui plaisait de lui plaire de cette manière, mais il ne pouvait évidemment pas l’avouer. L’homme qui rit ne pouvait que se rendre compte de la complexité de la duchesse, puisqu’elle lui affirmait clairement qu’elle voudrait moins de lui s’il ne lui résistait pas. Gwynplaine ne savait pas vraiment ce qu’il devait faire. La haute avait tellement ce qu’ils désiraient tout le temps qu’ils cherchaient à ce point ce qu’ils ne pouvaient pas obtenir ? Si Gwynplaine décidait de céder à cette duchesse, elle n’aurait plus aucun intérêt pour lui ensuite ? Sans doute et au fond, Gwynplaine ne devrait pas aimer ça. Oui, sauf que ce n’était pas forcément plus logique dans son esprit. Il ne pouvait évidemment pas lui dire qu’elle le laissait indifférent, parce que ce n’était pas le cas. Au contraire, elle le troublait comme il le lui avait dit précédemment. Mais à quoi bon le lui avouer ? Oui, Gwynplaine avait envie de se rendre plus inaccessible encore, d’en profiter pour s’opposer à la haute société de ce pays qui ne fait rien pour ceux qui sont en bas.

« Il n’y a donc rien d’autre qui vous pousse à venir voir le spectacle ? Juste l’envie d’approcher ce que vous ne pouvez pas obtenir ? » Oui, bon, elle pouvait peut-être, mais il n’avait aucune envie de céder trop facilement. Ou de montrer qu’il n’attendait que de céder en réalité. « C’est bien ce qui caractérise les personnes de votre rang. »

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Mer 29 Juin - 18:14

Gwynplaine, elle aurait dû s'y attendre, s'abstint de répondre à sa question (même si elle n'avait pas été forcément prononcée comme telle) quand elle demanda au jeune homme si elle lui était indifférent.

Elle pensait ne pas avoir à entendre sa réponse, elle était convaincue que, si elle ne lui plaisait pas (ce qu'elle ne voulait pas particulièrement croire non plus), elle l'intéressait. Suffisamment pour qu'elle ressente ses oeillades lors des spectacles de l'homme qui rit, suffisamment pour qu'il vienne la rejoindre après ces derniers, même si c'était pour la repousser encore et encore, une sorte de mécanique à laquelle la duchesse n'avait pas été habituée. C'était généralement elle, il faut dire, qui rejetait ses soupirants et non l'inverse.

Elle aurait aimé, malgré tout, qu'il le dise très clairement, mais il n'allait pas lui faire ce plaisir. C'était tout à son honneur, oui, mais c'était forcément un peu frustrant pour elle, ce même si elle admettait, elle l'avait fait un l'instant, qu'elle l'aimait mieux qu'un autre parce qu'il ne cédait pas si facilement à ses avances.

Pour autant, elle décidait de prendre son silence pour un "oui".


« Il n’y a donc rien d’autre qui vous pousse à venir voir le spectacle ? Juste l’envie d’approcher ce que vous ne pouvez pas obtenir ? »


Josiane ne répondit pas, mais il était évident que si elle avait dû le faire, et honnêtement, elle aurait admis qu'elle ne venait voir l'homme qui rit que pour Gwynplaine. Non pas que le spectacle ne soit pas distrayant, mais elle s'était tout de même déjà un peu lassée de cette constante mécanique. Ursus Girardet était bon auteur, mais rien ne valait pour elle la plume d'un Shakespeare. L'homme qui rit n'était pas MacBeth.

Oui, elle venait pour se laisser fasciner par le jeune homme, c'était bel et bien ce qui la motivait le plus. Elle avait quelque intérêt pour Dea aussi. Sa douce candeur avait quelque chose de fascinant. Oui c'est cela, elle était fascinante d'une pureté que Josiane avait abandonnée depuis bien longtemps. Mais non, catégoriquement non, ce n'était pas pour elle qu'elle revenait toujours, c'était bien pour lui.

Elle appréciait seulement le défi qu'il représentait pour elle.


« C’est bien ce qui caractérise les personnes de votre rang. »


À cela la duchesse préféra ne rien répliquer. On se construit à partir de nos acquis sociaux et de notre réputation, Gwynplaine aurait eu la même naissance qu'elle, ils n'auraient sans doute pas été si différent (et elle n'aurais pas posé ses yeux sur lui). Elle serait véritablement surprise d'apprendre que c'était en fait le cas.

Elle décida d'ignorer cette dernière remarque et préféra seulement répondre à la précédente.

"Tu te trompes"
, répondit-elle alors avec un sourire confiant, comme l'étaient la plupart de ses sourires. "Je sais que je peux t'obtenir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 778
Date d'inscription : 16/03/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Dim 31 Juil - 14:55

Josiane & Gwynplaine
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe.
Gwynplaine préférait largement se concentrer sur le fait que cette duchesse ne venait voir son spectacle que dans le but de s’amuser, parce qu’elle avait envie d’obtenir quelque chose de sa part. Elle ne pouvait (enfin ça, ça restait à voir quand même) quelque chose, alors, elle ne pouvait pas s’empêcher d’essayer. Cette femme avait grandi dans cette société en ne manquant jamais de rien. Elle avait toujours tout obtenu sans doute, ce qui la poussait maintenant à chercher quelque chose de plus difficile à avoir. Comme lui ? Peut-être, puisque cette nouvelle ne pouvait que le pousser à essayer de se rendre inaccessible justement. Par simple esprit de contradiction, évidemment, mais pas seulement. Il y avait aussi cette part en lui qui le poussait à ne pas céder à la duchesse (même s’il savait bien que ce n’était pas une bonne chose) parce qu’il ne voulait pas qu’elle se désintéresse de lui. Elle l’avait dit elle-même après tout, si elle pouvait l’obtenir plus facilement, elle le désirerait moins. Et ce n’était pas vraiment ce que l’homme qui rit voulait, même s’il était bien incapable de poser des mots sur ce qu’il voulait vraiment. Il n’y avait rien de facile dans cette situation, le jeune homme n’avait aucune idée de ce qu’il voulait vraiment. Il n’aimait pas l’idée qu’elle puisse le posséder complètement, qu’il ne soit qu’un objet de foire à ses yeux, qu’une chose qu’elle pouvait jeter ensuite. Et en même temps, il ne supportait pas vraiment l’idée qu’elle puisse ne plus venir à leurs spectacles, qu’ils ne se retrouvent plus comme il le faisait de cette manière. Après tout, si Gwynplaine avait vraiment été révolté par l’attitude de la duchesse, il ne serait plus en sa compagnie en cet instant.

La femme affirma alors qu’il se trompait. Gwynplaine, sur le moment, cru qu’elle revenait sur le fait que c’était un point caractérisant du monde dans lequel elle vivait, que toutes les personnes de la haute société étaient comme elle. Mais la duchesse ne prenait pas la peine de revenir sur ce qu’il venait de dire, elle s’employa simplement à lui démontrer qu’il se trompait sur le fait qu’elle ne pouvait l’avoir. Ce n’était donc évidemment pas ce que le jeune homme disait en cet instant, mais la perturbation de ses propos ne manqua pas de lui faire oublier ses dernières paroles. Parce que c’était toujours comme ça quand elle prenait ce genre de ton et qu’elle parlait de cette manière, elle le troublait comme jamais. Il se trompait donc, parce qu’elle savait qu’elle pouvait l’obtenir. Gwynplaine ne répondit pas de suite, se contentant d’observer les yeux de la belle duchesse, son cœur battant bizarrement plus rapidement qu’avant. Elle savait qu’elle pouvait l’obtenir ? Elle avait peut-être raison, par moment Gwynplaine avait bien conscience qu’il était en train de jouer avec le feu et qu’il allait se bruler. Mais en même temps, il ne pouvait pas rendre ce jeu trop facile.

« Eh bien… c’est que nous allons voir du coup. »

Lança-t-il dans un air de défi. Oui, sans le dire vraiment, il mettait la duchesse au défi de parvenir à l’obtenir. Et une part de lui avait envie qu’elle gagne.

_________________
Etre comique au dehors, et tragique au dedans, pas de souffrance plus humiliante, pas de colère plus profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2015

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   Jeu 25 Aoû - 16:02

La duchesse était-elle entièrement persuadée que son interlocuteur lui cèderait forcément, qu'elle l'obtiendrait d'une manière ou d'une autre ? Quelque part oui, mais elle devait reconnaître qu'il lui donnait du fil à retordre, et elle aimait réellement cela.

Josiane était habituée à avoir qui et ce qu'elle voulait d'un simple battement de cil. Elle en avait usé et abusé pour son simple profit. Mais il n'y avait quelque chose que d'à moitié satisfaisant dans le fait d'agir ainsi. C'était trop évident, c'était trop simple. Son goût pour la séduction exigeait plus de défit que cela, tout de même.

Gwynplaine ne se laissait pas aussi simplement séduire que tous les autres, mais elle pensait tout de même parvenir à ses fins, car elle n'avait pas le moindre doute quant au fait qu'elle ne le laissait pas indifférent ? Pour quelle autre raison accepterait-il de la rejoindre à chaque fois ? Et puis, elle voyait bien les regards qu'ils lui adressaient, et ils ne transpiraient pas l'innocence, bien éloigné de regards emprunts d'admiration qu'il adressait à l'inaccessible Déa. Il la regardait comme une femme, comme la femme qu'elle était, accessible et de chair plus qu'angélique et lointaine.

Il la poussait dans ses retranchements, soit... Elle le pousserait dans les siens, alors. Ça ne l'inquiétait pas un seul instant. Au contraire. Elle était sûre et certaine qu'il cèderait avant elle. Après tout, ils y gagneraient tous les deux le moment venu. Même si, une fois cette victoire acquise, quelle importance aurait-il encore à ses yeux ? Plus aucune. Le pensait-elle. Mais elle ignorait que leurs destins étaient plus liés qu'elle pouvait bien l'imaginer.

« Eh bien… c’est que nous allons voir du coup. »


Elle aimait le ton de défi qu'elle entendait dans sa voix. Ça ne le rendait que plus désirable encore. Josiane adorait le jeu et le défi, ça la ravissait totalement. Le défi était lancé bien avant qu'il ne soit formulé, mais il s'en voyait intensifié, et c'était bien loin de lui déplaire.

Si le jeu s'éternisait, peut-être se lasserait-elle, ce n'était pas exclu, mais pour le moment, elle était encore prête, plus prête que jamais, à obtenir ce qu'elle considérait comme lui étant réellement dû. Ce n'était pas encore gagné, mais ça ne saurait tarder. Elle voulait de la distance. Alors elle lui en donnerait. Elle aussi pouvait prétendre s'éloigner pour mieux l'inciter à l'approcher.

"Soit."
répondit-elle dans un fin sourire. "Va t'en maintenant, Gwynplaine, tu as cessé de m'amuser aujourd'hui."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hâtez-vous de céder à la tentation avant qu'elle ne vous passe (Gwynplaine)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Indignez-vous !" de Stéphane Hessel
» Aelred Aodan Flaherty # "Vous voulez un whisky ?" "Juste deux doigts." "Vous ne voulez pas un whisky d'abord ?"
» Etes-vous optimiste ou pessimiste...
» Quel personnage de FullMetal Alchemist êtes-vous ?
» EMRYS ▬ mais d'esprit, vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres, vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les grandes places-