Partagez | 
 

 Au coeur de Notre Dame (Frollo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 871
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Mar 21 Avr - 17:18

Frollo & Valjean
Au coeur de Notre-Dame
La religion avait une grande part dans la vie de Jean Valjean, à présent, sans elle il ne serait pas là où il était aujourd’hui. L’homme devait énormément de chose à Dieu et à la foi qu’il avait pour lui. C’était cela qui lui avait donné l’espoir, qui lui avait permis de vivre comme un honnête homme. Evidemment, l’ancien forçat avait toujours des choses à se reprocher, sa vie n’était pas parfaitement sur le droit chemin. Pendant des années, il avait mentit à tout le monde sur son identité (il continuait de le faire encore d’ailleurs, puisque même sa propre fille adoptive ne connaissait pas son vrai nom). Cependant, quand il était devenu maire, c’était bien pour ses qualités. Il avait certes mentit sur son passé, ce qu’il faisait toujours, mais pas sur l’homme qu’il était. Quand il aidait quelqu’un, c’était parce qu’il avait envie de le faire. Quand il donnait des pièces à des personnes dans le besoin, c’était bien parce qu’il souhaitait leur venir en aide. Il ne se forçait pas (ou plus), il agissait vraiment comme un homme bon. Et cela, il ne le devait qu’à sa merveilleuse rencontre avec l’évêque Myriel. L’homme l’avait changé, il avait fait de lui quelqu’un de bien simplement en se montrant généreux avec lui, en lui pardonnant et en sauvant donc son âme. Jean Valjean passait énormément de temps à prier, chez lui le plus souvent pour éviter de trop sortir et de se mettre à découvert (il vivait encore avec la peur au ventre de se faire arrêter). Cependant, cela lui arrivait quand même de se rendre à l’église, aujourd’hui il se dirigeait vers Notre Dame de Paris.

L’homme avait laissé sa fille seule chez eux, non sans une boule en ventre. Il n’aimait pas vraiment la tournure de leur relation ces derniers temps, le fait qu’elle s’opposait à son autorité. Alors qu’il ne souhaitait que son bonheur, sa sécurité, elle n’allait pas dans son sens. Evidemment, le vieil homme se doutait bien que la situation serait sans doute plus simple s’il parlait plus franchement à sa fille, s’il mentionnait son passé. Sauf qu’il n’y parvenait pas, il n’arrivait pas à avouer à celle qui comptait le plus pour lui qu’il était un ancien prisonnier. Valjean avait besoin de prier donc, il avait décidé de le faire en dehors de chez lui pour réellement pouvoir se retrouver « seul » avec Dieu. Le fait de se rendre dans une église, celle de Notre Dame en plus, permettait aussi de rendre les choses plus concrètes. Et peut-être qu’au passage, il pourrait aussi se confesser. Cela faisait des années à présent qu’il ne l’avait pas fait, cela lui ferait sans doute du bien (même s’il avait toujours du mal à parler de ses erreurs).

Il faisait encore frais dehors, Valjean fut donc heureux de pouvoir passer les portes de Notre Dame. Il n’y avait pas grand monde à cette heure de la journée, cela arrangeait ses affaires. L’homme marcha, s’avançant dans les allées de banc, avant de s’installer sur l’un d’entre eux. Il observa un instant le Christ sur sa croix avant de fermer les yeux, de baisser la tête et de fondre dans sa prière silencieuse.


_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 466
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Sam 25 Avr - 17:34


Au coeur de Notre-Dame
E

n-dehors des heures de messe, la cathédrale de Notre-Dame de Paris était certes régulièrement fréquentée, mais bien moins assidument, et il pouvait bien arriver, à certains moments, que l'immense édifice soit vide de toute présence humaine. C'était dans ces instants-là que Frollo aimait le mieux fréquenter cette Église, il se retrouvait seul à seul avec son créateur, et il avait le sentiment de ne pas avoir à le partager avec tous les manants à proximité. Pensée égoïste dont il lui fallait aussitôt se repentir, mais qui n'était de loin pas la pire pensée dont il ait tendance à se rendre coupable, ces temps derniers... pensées qu'il tentait d'étouffer à présent sous des monceaux de livres en tous genres, plus que jamais consacré aux dernières études scientifiques et théologiques qui avaient pu être imprimées. On se défend comme on peut du mal qui nous ronge. Malheureusement, ce n'était pas toujours efficace, même très rarement, à son grand dam... Et plus son esprit s'en éloignait, plus son être physique se rapprochait au maximum de Dieu. C'est pour cette raison qu'il quittait le moins possible Notre-Dame, plus que ce que ses obligations d'archidiacre ou ses visites régulières à Quasimodo ne devraient le nécessiter. Et c'est pour cette raison que, venant de laisser le sonneur de cloches de Notre-Dame à son repère, il était revenu au coeur de l'édifice religieux pour méditer un peu, prier plus encore, et profiter du calme qui régnait en ces lieux à cette heure.

Il n'y avait effectivement pas grand monde en ces lieux, et personne pour songer à perturber la sérénité des lieux. Seuls quelques fidèles qui n'avaient d'autre loisir et préoccupation que de prier avec la ferveur qui animent les âmes les plus croyantes. Frollo comptait bien laisser son âme à lui se mêler à celles des autres, et être acceptée de Dieu au-delà de ses reproches. Après tout, ceux qui venaient ici le plus couramment, n'était-ce pas ceux à la foi indéniable mais à la conscience impure, qui devaient passer chaque jour le plus de temps sur ces bancs, en communication avec le très haut ? Il avait tendance à le penser. De nombreux bancs étaient encore disponibles, mais ce fut malgré tout sur un banc occupé que l'archidiacre s'installa. Il avait déjà, à quelques reprises, croisés cet homme entre ces murs, mais il ne savait rien de lui, si ce n'est qu'il lui semblait parfois lire dans son regard un je ne sais-quoi où il avait le sentiment que se reflétait sa propre image. Et c'est sans doute ce sentiment, comme d'affiliation sans qu'il ne puisse le justifier, qui l'avait invité à venir s'installer auprès de lui. Plusieurs fois, il avait songé à lui adresser la parole mais il n'aurait su comment l'aborder. Et jamais il ne se permettrait d'interrompre un homme en pleine prière. À la place, donc, il s'assit à côté de lui et, à son tour, se plongea dans une prière silencieuse et profonde, le regard absorbé par la Croix.







code by Mandy


_________________