Partagez | 
 

 Au coeur de Notre Dame (Frollo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Mar 21 Avr - 17:18

Frollo & Valjean
Au coeur de Notre-Dame
La religion avait une grande part dans la vie de Jean Valjean, à présent, sans elle il ne serait pas là où il était aujourd’hui. L’homme devait énormément de chose à Dieu et à la foi qu’il avait pour lui. C’était cela qui lui avait donné l’espoir, qui lui avait permis de vivre comme un honnête homme. Evidemment, l’ancien forçat avait toujours des choses à se reprocher, sa vie n’était pas parfaitement sur le droit chemin. Pendant des années, il avait mentit à tout le monde sur son identité (il continuait de le faire encore d’ailleurs, puisque même sa propre fille adoptive ne connaissait pas son vrai nom). Cependant, quand il était devenu maire, c’était bien pour ses qualités. Il avait certes mentit sur son passé, ce qu’il faisait toujours, mais pas sur l’homme qu’il était. Quand il aidait quelqu’un, c’était parce qu’il avait envie de le faire. Quand il donnait des pièces à des personnes dans le besoin, c’était bien parce qu’il souhaitait leur venir en aide. Il ne se forçait pas (ou plus), il agissait vraiment comme un homme bon. Et cela, il ne le devait qu’à sa merveilleuse rencontre avec l’évêque Myriel. L’homme l’avait changé, il avait fait de lui quelqu’un de bien simplement en se montrant généreux avec lui, en lui pardonnant et en sauvant donc son âme. Jean Valjean passait énormément de temps à prier, chez lui le plus souvent pour éviter de trop sortir et de se mettre à découvert (il vivait encore avec la peur au ventre de se faire arrêter). Cependant, cela lui arrivait quand même de se rendre à l’église, aujourd’hui il se dirigeait vers Notre Dame de Paris.

L’homme avait laissé sa fille seule chez eux, non sans une boule en ventre. Il n’aimait pas vraiment la tournure de leur relation ces derniers temps, le fait qu’elle s’opposait à son autorité. Alors qu’il ne souhaitait que son bonheur, sa sécurité, elle n’allait pas dans son sens. Evidemment, le vieil homme se doutait bien que la situation serait sans doute plus simple s’il parlait plus franchement à sa fille, s’il mentionnait son passé. Sauf qu’il n’y parvenait pas, il n’arrivait pas à avouer à celle qui comptait le plus pour lui qu’il était un ancien prisonnier. Valjean avait besoin de prier donc, il avait décidé de le faire en dehors de chez lui pour réellement pouvoir se retrouver « seul » avec Dieu. Le fait de se rendre dans une église, celle de Notre Dame en plus, permettait aussi de rendre les choses plus concrètes. Et peut-être qu’au passage, il pourrait aussi se confesser. Cela faisait des années à présent qu’il ne l’avait pas fait, cela lui ferait sans doute du bien (même s’il avait toujours du mal à parler de ses erreurs).

Il faisait encore frais dehors, Valjean fut donc heureux de pouvoir passer les portes de Notre Dame. Il n’y avait pas grand monde à cette heure de la journée, cela arrangeait ses affaires. L’homme marcha, s’avançant dans les allées de banc, avant de s’installer sur l’un d’entre eux. Il observa un instant le Christ sur sa croix avant de fermer les yeux, de baisser la tête et de fondre dans sa prière silencieuse.


_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Sam 25 Avr - 17:34


Au coeur de Notre-Dame
E

n-dehors des heures de messe, la cathédrale de Notre-Dame de Paris était certes régulièrement fréquentée, mais bien moins assidument, et il pouvait bien arriver, à certains moments, que l'immense édifice soit vide de toute présence humaine. C'était dans ces instants-là que Frollo aimait le mieux fréquenter cette Église, il se retrouvait seul à seul avec son créateur, et il avait le sentiment de ne pas avoir à le partager avec tous les manants à proximité. Pensée égoïste dont il lui fallait aussitôt se repentir, mais qui n'était de loin pas la pire pensée dont il ait tendance à se rendre coupable, ces temps derniers... pensées qu'il tentait d'étouffer à présent sous des monceaux de livres en tous genres, plus que jamais consacré aux dernières études scientifiques et théologiques qui avaient pu être imprimées. On se défend comme on peut du mal qui nous ronge. Malheureusement, ce n'était pas toujours efficace, même très rarement, à son grand dam... Et plus son esprit s'en éloignait, plus son être physique se rapprochait au maximum de Dieu. C'est pour cette raison qu'il quittait le moins possible Notre-Dame, plus que ce que ses obligations d'archidiacre ou ses visites régulières à Quasimodo ne devraient le nécessiter. Et c'est pour cette raison que, venant de laisser le sonneur de cloches de Notre-Dame à son repère, il était revenu au coeur de l'édifice religieux pour méditer un peu, prier plus encore, et profiter du calme qui régnait en ces lieux à cette heure.

Il n'y avait effectivement pas grand monde en ces lieux, et personne pour songer à perturber la sérénité des lieux. Seuls quelques fidèles qui n'avaient d'autre loisir et préoccupation que de prier avec la ferveur qui animent les âmes les plus croyantes. Frollo comptait bien laisser son âme à lui se mêler à celles des autres, et être acceptée de Dieu au-delà de ses reproches. Après tout, ceux qui venaient ici le plus couramment, n'était-ce pas ceux à la foi indéniable mais à la conscience impure, qui devaient passer chaque jour le plus de temps sur ces bancs, en communication avec le très haut ? Il avait tendance à le penser. De nombreux bancs étaient encore disponibles, mais ce fut malgré tout sur un banc occupé que l'archidiacre s'installa. Il avait déjà, à quelques reprises, croisés cet homme entre ces murs, mais il ne savait rien de lui, si ce n'est qu'il lui semblait parfois lire dans son regard un je ne sais-quoi où il avait le sentiment que se reflétait sa propre image. Et c'est sans doute ce sentiment, comme d'affiliation sans qu'il ne puisse le justifier, qui l'avait invité à venir s'installer auprès de lui. Plusieurs fois, il avait songé à lui adresser la parole mais il n'aurait su comment l'aborder. Et jamais il ne se permettrait d'interrompre un homme en pleine prière. À la place, donc, il s'assit à côté de lui et, à son tour, se plongea dans une prière silencieuse et profonde, le regard absorbé par la Croix.







code by Mandy


_________________

                   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Dim 17 Mai - 0:19

Frollo & Valjean
Au coeur de Notre-Dame
Jean Valjean devait bien avouer que quand il priait à Notre Dame de Paris, il avait le sentiment que c’était encore plus fort que tout ailleurs. Il avait trouvé Dieu en rencontrant Monseigneur Myriel, mais il ne l’avait pas perdu de vu depuis. Toute sa vie durant ensuite, il avait prié encore et encore. Les quelques années passés dans le couvent lui avait perdit d’augmenter sa foi. L’homme avait besoin de prier, parce qu’il ne parvenait pas entièrement à être en paix avec son âme. C’était là le problème, tellement de chose le tracassaient. Il pouvait donc passer des heures à prier en silence, assit sur un banc de la cathédrale. Il l’avait déjà fait de nombreuses fois en fait. Ceux qui venaient en pleine journée avaient suffisamment de respect pour la foi pour ne pas venir déranger les autres, ceux qui était silencieux et qui cherchaient à se retrouver avec leur créateur. Cet endroit était plein de valeur, c’était appréciable. Valjean ne savait pas depuis combien de temps il était en train de prier, quand il sentit un mouvement près de lui. Un homme d’église, qu’il connaissait sous le nom de Claude Frollo pour avoir déjà entendu des personnes parler de lui, venait de s’installer à ses côtés. Pendant quelques minutes, l’ancien forçat continua de prier en silence, se concentrant avec lui-même. Puis, il soupira et se redressa. Il garda encore le silence pendant un temps avant de tourner son regard vers l’archidiacre.

« Monseigneur ? » Demanda-t-il doucement, afin de ne pas déranger les prières des autres personnes présentes, en espérant ne pas déranger l’homme à ses côtés également. « Auriez-vous un peu de temps à consacrer à une âme, dans le besoin de se confesser ? »

Cela faisait des années que Jean Valjean n’avait pas pris la peine de se confesser, depuis qu’il avait quitté Montreuil-sur-mer pour aller chercher Cosette en réalité. Il sentait qu’il avait besoin de le faire, surtout au vu des derniers évènements. Entre sa nouvelle rencontre avec Javert, le fait que Cosette lui tienne tête et semble être intéressée par un homme, Valjean sentait qu’il avait besoin de parler à quelqu’un digne de confiance. Et il n’y avait pas plus digne de confiance qu’un prêtre. L’ancien forçat avait vraiment beaucoup de respect pour les hommes d’églises, pour ceux qui avaient une haute position encore plus, comme l’archidiacre donc. Il espérait donc que l’homme serait disponible pour l’entendre, surtout que cela risquait d’être au long. Si jamais ce n’était pas le cas, Valjean pourrait de toute façon toujours revenir un jour, prendre un rendez-vous directement. Sauf qu’il ne savait jamais où il serait dans les prochains jours, il n’avait pas l’intention de rester trop longtemps sur Paris. L’envie de quitter la ville, le pays même, augmentait de jour en jour. Et Cosette allait bien finir par céder, par le suivre. Il ne pouvait donc pas garantir qu’il serait sur Paris dans deux jours par exemple, cela l’arrangeait donc que l’homme d’église soit disponible de suite.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Mer 20 Mai - 22:02


Au coeur de Notre-Dame
I

l ne s'était pas installé à cette place précise par hasard, quand bien même lui-même ne s'expliquait pas entièrement l'impulsion sous laquelle il avait décidé de s'installer à cette place précise plutôt qu'une autre, alors que rien, après tout, ne laissait supposer qu'ils allaient s'adresser le moindre mot, tous les deux concentrés sur leur recueillement, sur leur prière avec le Très-Haut... mais il faut croire que cette impulsion n'était pas venue de nulle part. Qui sait, même, Dieu l'avait peut-être voulu, au fond, car après plusieurs longues minutes de ce silence dont seules les Églises en général, et Notre-Dame en particulier, ont le secret, l'homme finit par tourner la tête de son côté et, à voix basse, afin de ne pas troubler la tranquillité des dévots alentour, lui demanda s'il avait du temps à lui accorder pour une confession. Frollo observa plus attentivement l'homme à côté de lui. Il était à l'écoute du moindre fidèle de Notre-Dame, il n'avait nul raison de refuser cette faveur à l'homme à côté de lui, d'autant que ses prières étaient toujours les mêmes... et pas vraiment efficientes dernièrement, par ailleurs, il pourrait bien s'y consacrer plus tard. Pour l'heure, cet homme qui déjà auparavant su éveiller sa curiosité, avait toute son attention. Certes, la confession exigeait une totale neutralité. On s'exprimait au nom d'une instance supérieure, on devait laisser de côté l'humain, comme Frollo avait trop souvent tendance à oublier de le faire, dernièrement, pour son plus grand mal. Et donc, il devait oublier sa propre curiosité, quoi qu'elle put être assouvie, pour se concentrer seulement sur son devoir, cette mission qui lui avait été insufflée dès l'enfance, comme un appel qu'on ne peut qu'écouter. Frollo approuva donc d'un signe de la tête.

-J'ai toujours le temps pour quiconque est dans le besoin.
Ce n'était pas tout à fait vrai, en définitive, il faisait quelques distinctions manifestes, mais il pensait néanmoins prononcer ces mots en toute bonne foi, et sans aucune malice. Mentir dans la maison du Seigneur était péché, après tout. Ces mots prononcés, il se redressa, invitant son interlocuteur à faire de même, le tout avec la discrétion qui convenait à une telle attitude, afin de ne pas déranger les personnes autour. Suivez-moi. prononça-t-il à voix basse pour le mener jusqu'au confessionnal.

Là, ils seraient à même de parler en toute discrétion, et sans craindre que trainent des oreilles qui souhaiteraient entendre ce qui devait rester entre cet homme, l'archidiacre dont le voeu de discrétion n'avait jamais été trahi (d'autres, par contre l'avaient été contre son gré, et ne cessaient de le hanter depuis), et Dieu, bien sûr. L'homme s'installa et attendit que l'homme fasse d même. Il était désormais libre de s'exprimer comme bon lui semblait. Lui, pour sa part, demeurerait attentif. C'était un exercice auquel il était, après tout, profondément rôdé, et ce depuis longtemps. Et c'était son rôle que de permettre aux brebis égarés de retrouver leur chemin, en tant que berger de Dieu (c'est du moins ainsi qu'il se considérait)... Quoi qu'il soit lui-même une brebis égarée, à la vérité.

-Je vous écoute.







code by Mandy


_________________

                   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Jeu 11 Juin - 14:37

Frollo & Valjean
Au coeur de Notre-Dame
Valjean avait pris le risque de déranger l’homme à ses côtés, dans l’espoir que ce dernier ait du temps à lui accorder pour une confession. Cela faisait des années qu’il n’avait pas purifié son âme dans une conversation avec un représentant du Très Haut et pourtant, il avait énormément de chose à dire. Il fut donc soulagé d’entendre l’homme accepter de lui accorder du temps, lui confirmant qu’il avait toujours du temps pour ceux qui en avaient besoin. Valjean avait énormément de respect pour les personnes d’église, il avait tendance à les mettre sur un piédestal. Mais c’était parce qu’il avait fait une belle rencontre dans le passé, qui lui avait permis de prendre un tournant dans sa vie. En silence, l’homme se leva afin de suivre le prêtre jusqu’au confessionnal. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait ce genre d’exercice, mais il se sentait quand même légèrement tendue. Parce que ça faisait longtemps, parce qu’il ne savait pas ce que Dieu pouvait trouver à dire sur sa vie. Depuis des années, l’homme ne vivait que pour sa foi et pour Cosette, il n’avait pas envie qu’on le juge de trop. Et en même temps, il ne pouvait pas s’empêcher de chercher l’opinion du Très Haut. Sans rien dire, Valjean se rendit donc dans le confessionnal et s’installa de son côté, pendant que l’archidiacre s’installait du sien. Et finalement, l’homme l’invita à parler. Le regard de Valjean se perdit un instant dans le vide, alors qu’il réfléchissait à sa vie, à ce qu’il pouvait dire. C’était lui qui avait fait cette demande, mais il avait presque envie de faire marche arrière. Mais il prit une grande inspiration avant de se lancer.

« J’essaie d’avoir une vie droite et je me consacre à la fille. » Il marqua une courte pause avant de reprendre. « Enfin, ce n’est pas ma fille, mais je l’élève comme telle. » Il ne l’avait pas vraiment adopté légalement non plus, mais cela lui importait. Cosette était sa fille à ses yeux, tout simplement. « Mais je suis un hors la loi… » Jamais encore Jean Valjean n’avait mentionné cette partie de sa vie, même quand il vivait à Montreuil-sur-mer. Il avait tenté de le faire à l’époque bien sûr, mais il n’y était pas parvenu. Parce qu’il avait eu envie d’oublier son nom, son ancienne vie avant qu’il arrive dans cette ville et devienne Monsieur Madelaine. « Je suis un ancien forçat et j’ai abandonné mon nom et je vis dans le mensonge. Sauf que il y a un inspecteur qui est sur ma trace et je pense qu’il m’a retrouvé. » Javert, encore et toujours cet inspecteur qui se trouvait constamment sur son dos. Sans lui, l’homme n’aurait sans doute jamais dû quitter Montreuil-sur-mer. « J’aimerais partir dans un autre pays avec ma fille, pour nous protéger, mais elle est tombée amoureuse d’un jeune homme… » Valjean avait du mal à cacher le ressentiment qu’il avait concernant ce détail. « Je sais que si je la force, je vais lui briser le cœur, mais je n’ai aucune envie de la laisser aux mains de ce jeunot. »

C’était sans doute idiot, mais l’homme se sentait soulagé de dire tout cela, pour la première fois il s’exprimait librement.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Dim 14 Juin - 13:12


Au coeur de Notre-Dame
R

ecueillir les confessions de ses pairs était habituel, chez lui. Cela faisait, après tout, partie de ses attributions, il servait d'intermédiaire entre Dieu et les hommes, et ne se montrait malheureusement plus vraiment digne de porter sa parole, quoique des instants comme celui-là lui laissaient à penser qu'il ne s'était pas entièrement détourné de la voie qui était la sienne, et qu'il avait toujours suivi des plus scrupuleusement, avant qu'une belle gitane aux formes diaboliques ne pervertissent un esprit qui doutait alors savoir être garant de conseils, porte-parole du jugement divin. Il sut tout de même laisser ses considérations de côté pour demeurer à l'écoute de son interlocuteur. Il avait plusieurs fois rencontré l'homme au coeur de Notre-Dame, et il est vrai qu'il l'avait déjà intrigué, mais ce n'était pas pour autant une curiosité malsaine qui l'animait alors qu'il écoutait Jean Valjean sans mot dire, sans l'interrompre, mais bel et bien une conscience professionnelle et religieuse. À cet instant, il se sentait à sa juste place, celle-là même qu'il avait voulu s'approprier dès son plus jeune âge, avec une verve et une conviction qui auraient sans doute pu forcer le respect si, depuis, il n'avait su faire preuve de ce que l'homme a de plus faible et de plus lâche.

L'homme présenta en quelques mots plusieurs aspects de sa personne. L'homme était père. Ou l'était du moins devenu par la force des choses. Frollo ne pouvait qu'aisément le comprendre. En recueillant Quasimodo au sein de la cathédrale, il l'avait, lui aussi, à sa manière, adopté. Il se présenta, ensuite, comme un hors-la-loi. Voilà qui était plus complexe. Certes, les saintes confessions qui seraient faites au sein de cette église demeureraient en cette église, l'homme s'engageait à ne rien en répéter, mais ses "crimes" passés rendaient l'affaire plus complexe. Il avait violé la loi, il mentait sur son identité, voilà, bien sûr, des crimes au regard de l'Église qui, s'ils ne devaient pas être réparés par la justice terrestre, devraient l'être par la justice divine. Nul n'était, après tout, mené aux galères sans l'ombre d'une raison. Il souffrait, à présent, du bel âge de sa fille adoptive, devenue une femme, qui refusait de fuir avec lui, tombée amoureuse. L'archidiacre laissa passer quelques secondes de silence, durant lesquelles il réfléchit, considérant la situation dans son ensemble. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'était pas évidente. À l'entendre, difficile d'imaginer qu'il puisse être un bagnard en fuite...

-Ces derniers événements, l'attitude de votre fille... n'avez-vous pas songé que ce soit là un signe ? Fuir perpétuellement n'a jamais été une solution, pour qui que ce soit.


Dixit celui qui cherchait à se fuir lui-même. Mais c'était ainsi qu'il pensait, malgré tout. La fuite n'était jamais qu'une solution à court terme. À un moment ou à un autre, le passé, ou tout ce qui pouvait nous poursuivre, finissait toujours par nous rattraper. Sa fille aurait peut-être l'occasion d'avoir la vie qu'il lui souhaitait, auprès de ce jeune homme qu'il désapprouvait. Et lui-même, qui sait, ferait peut-être enfin face aux conséquences de ses actes.






code by Mandy


_________________

                   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Sam 4 Juil - 14:48

Frollo & Valjean
Au coeur de Notre-Dame
C’était la première fois depuis de nombreuses années que Valjean racontait son histoire à quelqu’un. Il ne l’avait jamais fait avant, se contentant de converser avec lui-même si ce qu’il devait faire ou non. L’homme devait bien avouer que ce ne fut vraiment pas désagréable de mentionner tous ces détails de sa vie à l’archidiacre. Le fait qu’il parle à un homme d’église qui ne pouvait donc pas parler de cette conversation à quelqu’un d’autre, ne pouvait que l’aider à se dévoiler. L’ancien forçat n’aurait jamais mis sa cavale en péril en parlant de trop à n’importe qui, il gardait son secret depuis tellement longtemps. Même Cosette ne connaissait rien de sa vie passée, elle se contentait de savoir qu’ils devaient par moment fuir parce qu’il avait fait des erreurs dans le passé. Et encore, il s’était forcé à lui dire autant que cela. Claude Frollo était donc l’homme vivant qui devait le connaitre le plus (en dehors de Javert, mais lui…). Par chance, l’homme était un serviteur du Très Haut et n’allait pas l’envoyer dans les ombres de l’enfer. Valjean avait besoin de se confier, afin de permettre un nouveau regard sur son existence. Il se posait énormément de question, comme d’habitude, et il ne savait pas quelle décision prendre. Devait-il forcer Cosette à fuir le pays afin de se mettre en sécurité tout en lui brisant le cœur à cause de son amourette ? Devait-il rester ici et prendre le risque de se faire arrêter par Javert en permettant à sa fille de vivre heureuse avec ce jeune homme qui lui faisait des yeux doux ? Devait-il se rendre, maintenant que Cosette avait la possibilité de vivre heureuse et qu’elle n’avait plus besoin de lui ? Devait-il se cacher afin de lui permettre de voir Cosette prendre son envol et continuer d’être à ses côtés jusqu’à la fin ? Il ne savait plus…

L’archidiacre prit la parole après quelques secondes de silence, c’était ce que Valjean attendait de lui effectivement. Il espérait qu’il allait pouvoir le guider sur le chemin qu’il devait choisir, vers le choix qu’il devait prendre. Même si pour le coup, l’ancien forçat aurait aimé entendre autre chose. Mais l’homme n’avait pas vraiment tort, c’était peut-être un signe. Il était las de fuir continuellement, de passer son temps à avoir peur de la moindre force de l’ordre. Cela faisait des années maintenant qu’il fuyait, après avoir grillé sa couverture à Montreuil-sur-Mer.

« C’est possible oui… »
Valjean ne pouvait pas aller dans un autre sens, c’était peut-être un signe oui. Il était peut-être temps qu’il prenne enfin ses responsabilités et qu’il retourne au bagne. Ou non… il ne parvenait pas à se décider. Retourner en prison à son âge, perdre Cosette ? Il ne pouvait pas s’y résigner. « Cela fait des années que je suis un homme bien, je donne à mon prochain, quel qu’il soit. N’ai-je pas le droit au repos ? »

Sous-entendu, il agissait suffisamment bien pour qu’on ne pense plus à ses erreurs du passé. Mais finalement, n’aidait-il pas les autres plus pour s’aider lui-même ? Oui c’était tout à fait ça.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Mer 8 Juil - 17:08


Au coeur de Notre-Dame
F

rollo ne pouvait jamais que montrer à son interlocuteur la voie, il ne pouvait obliger qui que ce soit à effectivement suivre le chemin nécessaire à une rédemption totale, le chemin qui menait au Très-Haut. Il était bien placé pour le savoir, d'ailleurs, l'on a beau vouloir se parer d'un masque vertueux, on a beau savoir ce qu'il nous faut faire pour atteindre la paix d'esprit tant attendue et obtenir la clémence de Dieu, qui savait se montrer miséricordieux pour peu que l'on se soit montré digne de cette miséricorde, les tentations infernales étaient l'apanage de toute vie terrestre, nul n'y échappait. Et ce que l'on soit tenté par le confort d'une vie oubliée auprès d'un enfant que l'on chérit, à l'écart des erreurs que l'on a commises et que l'on a pas payées... ou que l'on se laisse séduire par une succube envoutante, qui se joue de ses formes en place publique. Oui, il était simple de savoir quelle voie suivre. Il était plus complexe que de s'y résigner. L'homme d'église pouvait prodiguer ses conseils, il pouvait souhaiter qu'ils soient entendus, il ne pouvait pas espérer que les conseils soient forcément suivis, surtout quand ils changeaient à ce point une vie...

... et une vie bien rangée, à présent. Frollo le croyait, quand il entendait son interlocuteur dire que, désormais, il faisait de son mieux pour être un homme de bien, et racheter ses erreurs passées par des dons quotidiens. Le repentir existait, ce n'était pas le mythe que d'autres voulaient lui prêter, Frollo y croyait, et il était tout à fait convaincu que le Très-Haut estimait ceux qui en étaient capables. Mais il n'était pas de sincère et complets repentirs qui ne sachent se passer d'aveux. Si le repos ne lui était pas accordé. C'est qu'il n'avait pas tout mis en oeuvre encore pour accéder à cet état qu'il s'espérait, à cette vie qu'il se souhaitait.

-Donner à son prochain en tout altruisme implique de ne rien exiger en retour
. répondit très posément l'homme d'église, qui ne laissait aucun jugement altérer le ton de sa voix, se contentant d'exprimer les faits. Songez à votre fille. N'a-t-elle, elle, pas le droit à ce repos ? Pensez-vous qu'elle saura mener une vie digne d'elle si vous la contraignez à fuir perpétuellement ?

Il n'imposait rien. Il parlait au nom de Dieu, mais il n'était pas habilité à porter de jugements ou à ordonner à sa place, ce n'était pas là le rôle qu'il devait tenir, ni par ailleurs le rôle qu'il voulait tenir. Il ne pouvait que guider la réflexion de son interlocuteur, et souhaitait que ses mots fassent sens dans l'esprit de ce dernier. Pour ce qu'il avait pu voir de lui au cours des nombreuses fois où Valjean avait côtoyé Notre-Dame, Frollo avait pu deviner qu'il était tout sauf un mauvais homme, il ne pouvait juger trop sévèrement ses actions passées. Restait qu'il devait tirer l'enseignement adéquat de ce confessions et prendre ces décisions futures en conséquences.






code by Mandy


_________________

                   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Jeu 30 Juil - 11:48

Frollo & Valjean
Au coeur de Notre-Dame
C’était dans ces moments de doute que Valjean avait le plus besoin de la parole de Dieu. Cependant, il était impossible d’entendre concrètement les mots du Très-Haut, alors il n’avait guère d’autre choix que de se fier à la parole d’un de ses représentants. Ce fut sa rencontre avec l’Evêque Bienvenue qui lui avait permis de prendre conscience de ses erreurs et de parvenir à se racheter. Même si le rachat de sa vie se faisait dans le mensonge. Sauf qu’il était incapable d’avoir une vie digne de ce nom, sans cacher le fait qu’il était un ancien forçat. A l’époque de son arrivée à Montreuil-sur-Mer, il n’aurait jamais eu la confiance des autres habitants de la ville s’ils avaient su qu’il était un ancien bagnard. Même après son exploit en sauvant ces personnes des flammes, ils ne l’auraient jamais accepté s’ils avaient connu sa vraie identité, même si sur le coup ils n’avaient pas pensé à lui demander ses papiers. Ce fut cette ouverture qui lui avait permis de se sauver des regards méprisants des autres et d’attirer leurs sympathies. Malheureusement, tout était tombé le jour où il s’était dénoncé en plein procès pour sauver Champmathieu. Comme quoi, les préjugés étaient tenaces. Monsieur Madelaine avait fait énormément de bonne chose à la ville, mais puisqu’il n’était que Jean Valjean, cela ne comptait pas. Du moins, aux yeux de la loi qui ne le quittaient plus depuis, la preuve Javert continuait de le chercher. Valjean avait donc besoin de conseil, il avait besoin qu’on lui dise ce qu’il devait faire. Est-ce qu’il allait suivre ces conseils ? Il n’en savait rien encore pour l’heure, cela dépendrait de ces derniers. Il cherchait simplement à moins douter qu’en cet instant. Quand il affirmait qu’il donnait à autrui et qu’il avait donc envie d’avoir de la paix en retour, l’homme devait bien avouer qu’il ne se doutait pas que cette réflexion allait être retournée contre lui. Et pourtant, le prêtre avait plus que raison. L’ancien forçat se rachetait une conduite en offrant aux autres, ce n’était pas la plus pure des actions au fond. Et puis, l’homme d’église mentionna sa jeune enfant qui avait le droit au repos. Valjean poussa un long soupire.

« Vous avez raison, elle ne mérite pas la vie que je lui offre actuellement. » Cette dernière était bien mieux que celle que ces aubergistes lui avaient offerte les premières heures de sa vie, mais Cosette était une grande fille maintenant. Elle ne pouvait pas se contenter de suivre son père « Je pourrais peut-être lui permettre d’obtenir cette vie dont elle rêve… » Cette vie aux côtés d’un homme qu’elle aimait. « Mais je ne pourrais la suivre. »

Si Valjean décidait d’accorder à Cosette de vivre sa vie auprès de celui qu’elle aimait (ce qu’il envisageait sérieusement, même s’il n’était pas à l’abri d’un énième changement d’avis), il ne pourrait en effet la suivre dans cette aventure. C’était bien trop dangereux pour lui. La jeune enfant ne risquait rien, mais Valjean restait un homme recherché. Pour son bonheur, il était donc peut-être temps pour lui de quitter sa petite opale.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Sam 1 Aoû - 14:19


Au coeur de Notre-Dame
L'

homme se trouvait manifestement dans une situation délicate, et l'homme d'Église pouvait sans mal comprendre qu'il ait voulu se confier, afin d'apaiser un tant soit peu une âme, mais si Frollo ne pouvait que guider sans ordonner, il songeait tout de même qu'il serait préférable que ses conseils ne tombent pas dans les oreilles d'un sourd. Pour le bien de cet homme, qui en effet semblait l'inverse d'un forçat ou d'un malfrat, il valait mieux. C'est certain, même s'il ne savait rien de lui Frollo se sentait une sorte de proximité avec son interlocuteur. Il savait difficilement lui tenir rigueur de ses péchés d'autrefois. Un homme qui se battait pour le bonheur d'un enfant qu'il s'était vu élever du jour au lendemain sans qu'il soit le sien. Un homme qui craignait tout de ce que son enfant pouvait connaître du monde extérieur... Oui, cela avait de quoi lui parler, même si l'ancien pécheur devenu vertueux se confessait à un vertueux qui craignait fort de devenir un ignoble pécheur. Il savait, au fond, pertinemment ce qu'il devait faire. Il attendait sans doute seulement que quelqu'un le lui conforme (tout en désirant certainement autant, au fond, que l'on abonde dans un sens qui ne saurait satisfaire que lui). Il devait laisser sa fille disposer de ce destin, et ce faisant, il allait devoir, oui, accepter de renoncer à elle. Ou en tous cas s'éloigner pour la laisser voler de ses propres ailes, quitte à affronter une Justice terrestre à laquelle il s'était soustraite beaucoup trop longtemps, et qui attendait d'être faite. Que son interlocuteur n'ait pas la moindre envie d'abandonner son enfant, Frollo le comprenait, mais comme la Bible elle-même savait l'enseignait très cruellement, la vie était faite de sacrifices et de choix douloureux. Il fallait juste en avoir conscience et les accepter comme tels, même si ce n'était pas des plus simple. Même quand on savait pertinemment quelle était la voie à suivre, ce n'était pas pour autant qu'on savait l'emprunter avec facilité, ou même avec résignation.

-C'est le rôle de tout père, un jour ou l'autre, de sacrifier son propre bonheur au profit de son enfant.

Il le pensait. Pour le bien de sa propre fille, il fallait qu'il lui fasse un peu de mal, en se détachant d'elle, tout du moins. C'était une nécessité, c'était dans l'ordre des choses, même si ce n'était pas pour autant agréable ou aisé, Frollo mentirait en disant le contraire.

-La décision n'appartient qu'à vous.
Il ne pouvait pas l'obliger, et il n'y comptait pas non plus, ce serait des plus malvenu. D'autant qu'il y avait des résolutions à prendre qu'il n'était pas convaincu de savoir prendre lui-même, en définitive. Je ne peux que vous conseiller de veiller à son bien-être avant toute autre chose.

Car il était convaincu que l'homme de bien qu'il était avait dû élever sa fille de la meilleure manière possible. Elle n'avait pas à payer les erreurs passées de son père, même s'il était tentant pour lui de la garder sous sa coupe.






code by Mandy


_________________

                   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Lun 24 Aoû - 22:18

Frollo & Valjean
Au coeur de Notre-Dame
Si Valjean avait décidé de se rendre à Notre Dame, qu’il s’était mis à prier et qu’il avait demandé audience au prêtre, ce n’était pas pour rien. L’homme était complètement perdu dans son esprit et il avait besoin de conseil. Rien ne pouvait garantir qu’il allait suivre les conseils que Frollo lui donnait, même si en cet instant il en avait pleinement envie. Comme toujours, ce n’était vraiment pas la première fois que cela lui arrivait, son esprit était partagé entre deux solutions. Il y avait celle qu’il semblait juste et intelligente et celle que son cœur le poussait à suivre. Et comme d’habitude, l’homme n’avait aucune idée de quelle voie il devait suivre. Au final, il prendrait sa décision tout seul (peut-être en combinant les deux, comme la fois où il s’était dénoncé pour sauver Champmathieu mais qu’il avait quand même décidé de fuir afin de récupérer Cosette - qui était au centre de son trouble à présent), mais il ne pouvait quand même pas s’empêcher de quémander conseil. Et il n’y avait personne de mieux placé à ses yeux qu’un homme d’église, surtout une personne comme Frollo. Evidemment, Jean Valjean ne pouvait pas se douter du propre trouble que l’homme connaissait dans son âme d’église, il ne voyait en lui qu’une personne digne de son rang. Une personne dont tout à fait capable de l’aider, même s’il ne lui disait pas vraiment ce qu’il avait envie d’entendre. Forcément, puisque ce qu’il avait envie d’entendre n’était sans aucun doute pas la bonne chose. S’il pouvait garder Cosette pour lui tout seul, il le ferait sans souci, malheureusement cela devait faire souffrir la jeune femme.

Et les paroles de Frollo étaient justes et même touchantes. Un père devait un jour sacrifier son propre bonheur pour celui de sa fille. Valjean savait que Cosette était la seule personne pour qui il était capable de faire de tels sacrifices, parce qu’il fut la seule personne qui avait compté dans sa vie depuis sa sortie de prison (quoi que même depuis son entrée en prison). Celle qui lui avait donné la chance de pouvoir vivre une vie de famille et d’être un père. Même si leur histoire avait débuté par une tragédie. Malheureusement, sacrifier son bonheur c’était donc sacrifier sa liberté et Valjean parvenait difficilement à s’y résoudre. Même s’il commençait à croire qu’il devait vraiment le faire (jusqu’à ce qu’il change encore d’avis, ce qui risquait évidemment d’arriver).

« Et je suis ravie de pouvoir entre vos conseils si précieux. » S’il y avait bien une personne en ce bas monde qui faisait confiance à la parole divine prononçait par un des serviteurs de dieu, c’était bien Valjean. Autrefois ce n’était pas le cas, mais les choses avaient changé le jour où le Très Haut l’avait touché directement en plein cœur grâce à Monsieur Bienvenue. « Il est temps que j’offre à ma fille ce dont elle mérite vraiment. »

Un mariage heureux, une vie heureuse, loin de lui sans aucun doute. Elle ne pouvait pas vivre à ses côtés, si elle souhaitait être heureuse.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Mar 25 Aoû - 14:41


Au coeur de Notre-Dame
C'

était vanité que d’apprécier un compliment et de l’admettre vrai, mais l’archidiacre pouvait difficilement, néanmoins, affirmer ne pas apprécier entendre son interlocuteur le remercier de ses conseils et les reconnaître comme étant judicieux. Être à l’écoute des autres et répandre la parole du Très-Haut, tel était son rôle en ce bas monde, et Frollo avait pour le moins eu le sentiment de s’être plus que détourné de ce chemin droit et digne dernièrement. Cette conversation (même s’il s’agissait logiquement d’une confession, Frollo lui en trouvait malgré tout les accents) lui donnait une confiance neuve pour laquelle il devrait sans doute remercier son interlocuteur, qui faisait mieux d’ignorer les pensées dont il se rendait trop fréquemment coupable, et qui faisait peut-être de lui un confesseur corrompu, duquel il valait mieux ne rien attendre, comme si l’on attendait d’être guéri par celui qui ne savait pas se prodiguer quelque soin que ce soit à lui-même. Il était écouté, et ses conseils semblaient proches d’être suivis. Nulle satisfaction personnelle à en retirer, se forçait à songer l’archidiacre, l’unique satisfaction de mise devait s’adresser à cette brebis égarée qu’il se voyait susceptible de mener sur un chemin droit et juste. Cela n’aurait rien de simple, certainement, pour l’ancien forçat, que de renoncer à sa fille, qui semblait être la prunelle de ses yeux, et plus étincelante à son regard que le plus précieux des joyaux, mais s’il tenait à son bien avant le sien propre, alors il allait lui falloir agir en conséquence, et la laisser aux bons soins de cet homme qui, manifestement, avait volé ce cœur sur lequel le père adoptif avait eu la faiblesse de croire avoir une emprise pleine et entière, un parfait contrôle. Il n’y a rien au monde que l’on gouverne ou maîtrise autant que nous avons la prétention absurde de le croire. Il n’existe dans l’univers qu’une telle entité qui puisse se targuer de posséder un tel pouvoir, et c’était Dieu… dont Frollo cherchait au mieux à se faire l’interprète, ne rejetant pour autant pas ses fautes en faisant de son statut d’humain un argument massif.

-Ainsi, vous aussi obtiendrez ce à quoi, sans le savoir, vous aspirez déjà. Ce qui vous a invité à venir vous confier à moi.
Alors que rien ne l’y obligeait véritablement, et que ses confessions n’étaient pas des plus simples, loin de là.

L’absolution, somme toute. Une absolution qui devait passer par un douloureux renoncement. Aucune ne se faisait jamais sans un minimum de conséquences. Mais l’âme de Jean Valjean cesserait aussitôt d’être tourmentée (c’est tout du moins ce qu’il pensait). Certes, il serait douloureux de s’éloigner de qui l’on a fini par considérer comme la chair de sa chair. Mais il est des sacrifices indispensables, celui-ci en faisait certainement partie. La paix de l’âme de son interlocuteur avait ses conditions… qui l’apaiseraient certainement une fois remplie, quoi qu’il ne sache sans doute pas les considérer pour l’heure autrement que comme autant d’épreuves à vous arracher le cœur, à vous le briser en milliers de morceaux.








code by Mandy


_________________

                   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 684
Date d'inscription : 14/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Mer 23 Sep - 23:09

Frollo & Valjean
Au coeur de Notre-Dame
Cette conversation, même si c’était surtout une confession, faisait énormément de bien à Jean Valjean. L’homme avait toujours du mal à prendre des décisions, il avait tendance à hésiter encore et encore jusqu’au moment où il n’avait simplement plus la possibilité d’hésiter. Valjean n’avait pas envie de perdre Cosette, mais il n’avait pas envie non plus de la rendre malheureuse. Alors en cet instant, pendant cette discussion avec l’archidiacre, l’ancien forçat pensait sincèrement qu’il allait pouvoir laisser Cosette vivre sa vie de jeune femme. Il pouvait lui offrir un beau mariage et lui permettre d’être heureuse avec ce jeune homme qu’elle aimait, mais il prendrait ensuite une autre direction. Au fond, il allait simplement offrir sa fille à un autre et la laisser entre de bonnes mains, en espérant qu’elle allait pouvoir être heureuse. Valjean n’avait pas l’intention de couper entièrement les ponts avec celle qu’il élevait depuis plusieurs années. Il allait forcément s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle était heureuse, mais il ne pouvait pas rester dans les parages pour vivre avec elle. C’était bien trop dangereux.

« Effectivement. » Dit l’homme sur le ton de la réflexion, baissant son regard vers le sol. Il allait pouvoir recevoir la rédemption, l’absolution de ses actes. Auprès de Dieu, l’homme espérait pouvoir se rattraper entièrement des crimes qu’il avait commis dans le passé. Il ne pouvait pas le faire vis-à-vis des hommes, du moins pas sans se rendre et il ne savait pas s’il était vraiment capable. Son âme devait au moins pouvoir trouver la paix, pour le moment où il allait passer de l’autre côté, c’était un point important pour lui. « Merci beaucoup pour votre aide. »

Affirma-t-il enfin. Il pensait sincèrement qu’il allait agir de cette manière, mais il ne savait pas encore comment les évènements allaient se passer. Il ne pensait pas, en cet instant, qu’il allait changer d’avis. Mais il allait bel et bien le faire, quand les choses allaient complètement déraper pour lui. Mais son esprit était serein pour le moment et c’était justement ce qu’il cherchait en venant parler à ce prêtre, c’était pour ce genre de moment qu’il appréciait de venir prier et se confesser. Même si ce n’était jamais facile pour lui de parler de sa vie.

« Il est temps pour moi de rentrer. »
Dit-il, dans l’intention de quitter ce confessionnal afin de rentrer chez lui et retrouver sa fille. En espérant que son esprit n’allait pas trop cogiter et qu’il n’allait pas trop rapidement oublier son intention de rendre Cosette heureuse. « Je vais en profiter pour faire un don à votre église. »

Il était généreux, ce n’était pas nouveau. Même si au fond, l’homme le faisait sans doute dans le but de se sentir soulagé au niveau de son âme. Tant pis, il avait envie de faire un don quand même, parce que cette confession avec l’archidiacre lui avait permis de voir clair. Malheureusement, Valjean avait tendance à voir clair que pendant un temps et cela allait être le cas encore dans ce cas de figure.

_________________
Tomorrow we'll be far away, tomorrow is the judgement day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 03/02/2015

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   Sam 26 Sep - 10:38


Au coeur de Notre-Dame
F

rollo ne répondit pas aux remerciements de son interlocuteur. Ce n'était en rien nécessaire. L'archidiacre n'avait jamais fait que son devoir. Dieu était, pour qui ne savait pas faire la part des choses, tempête ou miséricorde, juge ultime de la nature humaine, et il fallait bien agir pour espérer sa clémence une fois le jugement dernier arrivé, mais pour Frollo, qui respectait autant la science et la philosophie que la seule théologie, il était surtout un guide, qui devait permettre à chaque homme, chaque brebis de cet immense troupeau, de ne pas s'égarer, et de trouver le droit chemin. S'il avait su guider son interlocuteur sur la voie de la raison, alors, il n'avait accompli que son devoir, et l'archidiacre n'avait nul besoin de remerciements pour faire ce qui était des plus naturels, en vérité. Bien sûr, Frollo ne pouvait pas être certain que son interlocuteur mettrait ses conseils en application. Ils impliquaient une grande part de renoncement, ne serait-ce qu'un renoncement à cet enfant qu'il avait élevé comme sa propre fille, et à laquelle il semblait avoir tout sacrifié, renoncement, également, à la liberté, s'il remplissait son devoir civique et décidait de se rendre à la Justice qu'il avait fuie depuis si longtemps. Mais cela ne le concernait plus. Il pouvait conseiller, mais il ne pouvait guère obliger. Frollo n'était pas un fataliste, il croyait dans le libre arbitre. Et son interlocuteur avait le sien, ses choix lui appartenaient donc, et ce qui en découlerait également. Il avait au moins eut l'opportunité de découvrir un nouvel éclairage sur la situation.

L'homme décida de prendre congé alors. Si son interlocuteur ne pouvait le voir, Frollo hocha malgré tout la tête. Ce qui devait être dit l'avait effectivement été. L'archidiacre en avait enfin découvert davantage sur cet homme qui fréquentait si régulièrement son église, et il comprenait mieux la foi et la ferveur de ce moins inconnu. Une foi d'autant plus remarquable que la vie ne l'ayant pas épargné, il aurait pu la perdre plutôt que la gagner. Il proposa de faire un don à l'église. Tous les dons étaient, bien sûr, les bienvenus, quoi qu'il n'y obligeait personne, et qu'il y avait toujours quelques puissants pour injecter ce qu'il fallait de francs-or.

-Je vous remercie de votre générosité.
affirma-t-il avant de se lever pour, également, sortir du confessionnal.

Il n'était guère protocolaire, il est vrai, de mener quelqu'un au confessionnal, dans la pleine conscience, donc, de leurs identités respectives. Mais, étant donné la nature des confessions qui venaient de lui être faite, la discrétion permise par cet espace avait été de mise. Cet homme était digne d'intérêt et de confiance, Frollo en était certain, et il aurait sans doute apprécié de parler plus longuement avec lui, mais dans des circonstances différentes. Sa tenue et son rôle d'archidiacre n'étaient guère l'apparat de relations sociales.






code by Mandy


_________________

                   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Au coeur de Notre Dame (Frollo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au coeur de Notre Dame (Frollo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Notre Dame de Paris
» Notre Dame de Paris
» Pwoje nouvel katedral Notre Dame Potoprens
» Notre Dame de Paris
» NOTRE-DAME-DES-SEPT-DOULEURS (TRYPTIQUE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les grands monuments :: Notre-Dame de Paris-